Naïma Moutchou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Naïma Moutchou
Illustration.
Fonctions
Députée de la 4e circonscription
du Val-d'Oise
En fonction depuis le
(1 an, 9 mois et 30 jours)
Élection 18 juin 2017
Législature XVe
Groupe politique LREM
Prédécesseur Gérard Sebaoun (PS)
Biographie
Date de naissance (38 ans)
Lieu de naissance Ermont (Val-d'Oise)
Nationalité française
Parti politique LREM (depuis 2016)

Naïma Moutchou, née le , est une avocate, militante associative et femme politique française membre de La République en marche.

En 2017, elle est élue députée dans la quatrième circonscription du Val-d'Oise. Membre de la commission des Lois de l'Assemblée nationale, elle exerce le rôle de coordinatrice (« whip ») du groupe LREM au sein de celle-ci.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Naïma Moutchou est née à Ermont (Val-d'Oise) de parents modestes (une mère au foyer et un père agent hospitalier, ayant eu six filles) d'origine marocaine[1]. Elle grandit à Eaubonne puis fait des études de droit à l'université de Cergy-Pontoise où elle obtient un DJCE (diplôme de juriste-conseil d'entreprise). Devenue avocate au barreau de Paris, elle exerce au sein du cabinet du bâtonnier Christian Charrière-Bournazel[2].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Naïma Moutchou s'engage avec En marche ! pour l'élection présidentielle de 2017 qui a mené Emmanuel Macron au pouvoir. Choisie par le mouvement comme candidate pour les élections législatives de 2017 sous les couleurs de La République en marche !, elle est élue le députée de la quatrième circonscription du Val-d'Oise en obtenant au second tour 59,4% des suffrages face à Claude Bodin[3].

En juillet 2017, dans le cadre du projet de loi organique rétablissant la confiance dans l'action publique, Naïma Moutchou soutient un amendement, soutenu de longue date par la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) et finalement adopté, qui enrichit le Code pénal d'une peine d'inéligibilité applicable aux personnes reconnues coupables de racisme, d'antisémitisme, de négationnisme, d'homophobie, d'incitation au terrorisme, d'apologie de crime contre l'humanité et de toute forme de discrimination[4].

Membre de la commission des Lois de l'Assemblée nationale, elle exerce le rôle de « whip » (responsable de groupe) et assure à ce titre la coordination politique et la discipline au sein du groupe La République en marche ![5]. Le 14 novembre 2017, Naïma Moutchou est élue, par les députés de l'Assemblée nationale, juge titulaire de la Cour de justice de la République. Elle est membre de la mission d'information sur l'avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie et de la mission d'information sur le verrou de Bercy. Elle est membre du conseil d'administration de l'INHESJ (Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice).

En avril 2018, elle est nommée par la commission des lois rapporteure de la loi relative à la lutte contre les fausses informations, dite loi contre les fake news. Dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes en novembre 2018, elle relaie sur Twitter, ainsi que d'autres membres de LREM, une information inexacte, avant de supprimer son tweet[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Naïma Moutchou, députée : "C’est un honneur" d'être dans l’Hémicycle par Isabelle Girard dans Le Figaro madame le 20 juin 2017.
  2. Législatives : Naïma Moutchou (REM), la bonne élève du Val-d'Oise par Stéphane Sellami dans Le Point du 5 juin 2017.
  3. Christophe Lefèvre, « Législatives 2017 : Naïma Moutchou (REM) élue très largement dans la 4e circonscription », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  4. Catherine Lagrange, « Les auteurs de propos racistes bientôt inéligibles ? », sur lepoint.fr, (consulté le 2 août 2017).
  5. « Les whips, ces députés LREM de l’ombre au rôle stratégique », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le 26 septembre 2017)
  6. « Un gilet jaune a-t-il fait un salut nazi sur les Champs-Elysées ? », sur Libération.fr, (consulté le 11 décembre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]