Lucien Bély

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bély.

Lucien Bély, né le dans le 4e arrondissement de Lyon, est un historien moderniste, spécialiste des relations internationales.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm (promotion 1974), il obtient l'agrégation d'histoire en 1977. À sa sortie de l'ENS, il devient pensionnaire de la Fondation Thiers puis attaché de recherche au CNRS (1981-84). En 1987, il obtient son doctorat ès lettres sur le sujet Diplomates et diplomatie autour de la paix d'Utrecht (1713), sous la direction de Daniel Roche.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Il enseigne d'abord en école normale (à Évreux puis à Cergy). Il est élu maître de conférences à l'université Lille III (1988) puis professeur (1989-1992) et premier vice-président (1991-1992). Il est alors élu professeur à l'université Paris XII (1992-1997), où il dirige rapidement le département d'histoire (1993-1997). En 1997, il est élu professeur à l'université de Paris-Sorbonne (Paris IV), poste qu'il occupe toujours actuellement. Il appartient au Centre Roland Mousnier (UMR 8596 du CNRS).

Il a également des responsabilités dans des associations et sociétés savantes : secrétaire général de l'Association des historiens modernistes des universités françaises (1998-2008), il en devient le président en 2008. Il est membre du conseil de la Société de l'histoire de France, qu'il a également présidée en 2008[1].

Il est enfin directeur de plusieurs collections universitaires, entre autres codirecteur de la collection « Le nœud gordien » aux Presses universitaires de France (PUF).

Conseiller ministériel[modifier | modifier le code]

Pendant le troisième gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, il est nommé conseiller aux sciences humaines et sociales au cabinet de François Fillon, ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (2004-2005).

Décoration[modifier | modifier le code]

Lucien Bély a été fait chevalier de la Légion d'honneur, en raison de sa contribution à l'histoire de la diplomatie en Europe à l'époque moderne, et de son rôle prépondérant dans le renouveau de l'étude des relations internationales aux XVIe et XVIIe siècles.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Espions et Ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, Fayard, 1990, 905 p. (ISBN 2213024464) ;
  • Histoire de France ; Paris, Éditions Jean-Paul Gisserot, 1999; 251 pages; (ISBN 2-87747-450-X) / 960-086-3
  • Les Relations internationales en Europe : XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, PUF, 2007 (1992), 773 p. (manuel) (ISBN 2130562949) ;
  • La France moderne (1488–1789), Paris, PUF, 2003 (1994), 686 p. (manuel) (ISBN 2130538444) ;
  • (dir.), Dictionnaire de l'Ancien Régime, Paris, PUF, 2010 (1996), 1408 p. (ISBN 2130584225) ;
  • Françoise Autrand, Lucien Bély et Isabelle Richefort (dir.), L'Invention de la diplomatie : Moyen Âge–Temps modernes (dir.), Paris, PUF, 1998, 376 p. (ISBN 2130492908) ;
  • La Société des princes (XVIe – XVIIe siècle), Paris, Fayard, 1999, 651 p. (ISBN 2702839959) ;
  • (dir.), L'Europe des traités de Westphalie. Esprit de la diplomatie et diplomatie de l'esprit, Paris, PUF, 2000, 615 p. (ISBN 2130499643) ;
  • Lucien Bély et Thierry Claeys (dir.), La Présence des Bourbons en Europe, Paris, PUF, 2003, 432 p. (ISBN 2130537464) ;
  • Louis XIV, le plus grand roi du monde, Paris, Éditions Gisserot, 2005, 280 p. (ISBN 287747772X) ;
  • L'Art de la paix en Europe. Naissance de la diplomatie moderne XVIe – XVIIIe siècles, Paris, PUF, 2007, 745 p. (ISBN 2130553656) Prix Thiers ;
  • La France au XVIIe siècle. Puissance de l'État, Contrôle de la société, Paris, PUF, PUF, 2009, 864 p. (manuel) (ISBN 2130558275) ;
  • Lucien Bély et Géraud Poumarède (dir.), L'Incident diplomatique XVIe – XVIIIe siècles, Paris, A. Pedone, 2010, 416 p. (ISBN 2233005929) ;

Depuis 1997, il coordonne la troisième livraison de la Revue d'histoire diplomatique. Il est également l'auteur de plusieurs livres de voyages (Rome, le Mont-Saint-Michel, les Cathares).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]