Territoires de progrès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Territoires de progrès
Image illustrative de l’article Territoires de progrès
Logotype officiel.
Présentation
Président Olivier Dussopt
Fondation
Délégué général Xavier Iacovelli
Secrétaire général Guillaume Poitoux
Présidente du conseil national Agnès Pannier-Runacher
Porte-paroles Najwa El Haïte
Émilie Chalas
Ergün Toparslan
Fondateurs Jean-Yves Le Drian
Olivier Dussopt
Gilles Savary
Positionnement Centre gauche[1] à gauche[2],[3],[4],[5]
Idéologie Social-démocratie[6],[7]
Progressisme[8]
Europhilie
Affiliation française Ensemble (depuis 2021)
Renaissance (depuis 2022)
Affiliation européenne Renew Europe
Site web lien
Présidents de groupe
Assemblée nationale Aurore Bergé (RE)
Sénat François Patriat (RDPI)
Parlement européen Stéphane Séjourné (RE)
Représentation
Députés
14  /  577
Sénateurs
4  /  348
Députés européens
1  /  79
Maires de communes de plus de 30 000 habitants
1  /  279

Territoires de progrès (abrégé en TDP ou TdP), officiellement dénommé Territoires de progrès – Mouvement social-réformiste, est un parti politique français de centre gauche créé en par les ministres Jean-Yves Le Drian et Olivier Dussopt. Plusieurs autres ministres macronistes ont également rejoint le mouvement, dont Clément Beaune et Olivier Véran[9]. Il regroupe d'anciens élus du Parti socialiste (PS) devenus parties prenantes de la majorité présidentielle d'Emmanuel Macron, autour des cofondateurs du mouvement. Il est dirigé depuis octobre 2021 par le ministre du Travail Olivier Dussopt. Le parti constitue l’aile social-démocrate de la majorité présidentielle.

Une de ses membres, Élisabeth Borne, devient Première ministre lors de la seconde présidence d'Emmanuel Macron le 16 mai 2022[10].

Le 17 septembre 2022, Territoires de progrès est intégré dans Renaissance en tant que parti associé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Le parti est créé en [11] par d'anciens élus sociaux-démocrates, principalement issus du Parti socialiste (PS)[12]. Il est officiellement lancé le , lors d'un meeting à Pantin, en Seine-Saint-Denis[13], puis présenté en conférence de presse le [11]. Le parti compte alors 51 députés, membres du Groupe La République en marche à l'Assemblée nationale, quatre sénateurs et un député européen. L'ancien député Gilles Savary devient son délégué général et le sénateur Xavier Iacovelli devient son secrétaire général[14] jusqu'au premier congrès fondateur d'octobre 2021. La création du parti est fraîchement accueillie par Olivier Faure, premier secrétaire du PS, qui compare Territoires de progrès à « un club d'alcooliques anonymes » ayant « trahi la gauche »[15].

Élections de 2022[modifier | modifier le code]

La majorité des députés de Territoires de progrès échouent à se faire réélire lors des élections législatives de 2022. Le nombre de députés du parti descend à 14[16].

Le , au cours du congrès qui transforme La République en marche en Renaissance, Agir et Territoires de progrès deviennent partis associés de Renaissance[17], dans l'optique d'une fusion. Celle-ci doit être entérinée par le congrès de TdP le suivant. Le , une quinzaine de cadres de TdP opposés à la fusion, dont les co-fondateurs Gilles Savary et Yves Durand et l'ancien maire de Strasbourg Roland Ries, quittent le parti. Ils se regroupent au sein d'un « collectif des sociaux-démocrates réformateurs » et annoncent se rapprocher de la Fédération progressiste fondée par François Rebsamen[18].

Positionnement politique revendiqué[modifier | modifier le code]

Territoires de progrès se définit comme de centre gauche, social-démocrate[7], progressiste[8] et défenseur des territoires[19]. Le parti est membre d'Ensemble regroupant les partis de la majorité présidentielle depuis décembre 2021. Il a vocation à rassembler l'« aile gauche » de ladite majorité, en « contrepoids » du centre droit[20]. Toutefois, selon son délégué général Gilles Savary, Territoires de progrès est un parti qui se veut indépendant de LREM et qui « ne renie pas le PS » tout en se sentant « plus proche du SPD allemand que du PS »[21].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Représentation[modifier | modifier le code]

Au gouvernement[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Année Candidat 1er tour 2d tour
Voix % Rang Voix % Rang
2022 Soutien à Emmanuel Macron

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Année 1er tour Rang[23] Sièges Gouvernement
Voix %
2022 Au sein d'Ensemble
14  /  577
Borne

Au Sénat[modifier | modifier le code]

Période 2020-2023
Nom Première élection Circonscription Groupe
Michel Dagbert 2017 Pas-de-Calais RDPI
Éric Gold 2017 Puy-de-Dôme RDSE
André Guiol 2020 Var RDSE
Xavier Iacovelli 2017 Hauts-de-Seine RDPI

À l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Au Parlement européen[modifier | modifier le code]

9e législature (depuis 2019)
Nom Première élection Groupe
Irène Tolleret 2019 Renew Europe

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La Macronie va-t-elle enfin réussir à se doter de son aile gauche? », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  2. « France » (consulté le ).
  3. « Emmanuel Macron tente de renouer avec la deuxième gauche », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  4. « Territoires de progrès: la gauche macroniste relève la tête », sur lopinion.fr, (consulté le ).
  5. « Territoires de Progrès : le réveil d’une gauche de notre temps ! », sur territoiresdeprogres.com (consulté le ).
  6. « Avec le mouvement "Territoires de progrès", Emmanuel Macron travaille son aile gauche », sur Europe 1 (consulté le )
  7. a et b « Le macronisme à la recherche de son centre gauche », sur Le Point, (consulté le ).
  8. a et b Florent Le Du, « LaREM Un mouvement « de gauche » en Macronie ? », sur L'Humanité, (consulté le ).
  9. « Clément Beaune rejoint les « Territoires du Progrès » », sur lopinion.fr
  10. « Elisabeth Borne à Matignon : pourquoi Macron a pris cette décision », sur LExpress.fr, (consulté le )
  11. a et b « Territoires de progrès, nouveau parti fondé par d'ex-PS », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  12. « Politique. Pôle de gauche dans la majorité », sur Le Dauphiné libéré, (consulté le ).
  13. « D'anciens socialistes lancent une "aile gauche de la majorité" avec le ministre Jean-Yves Le Drian », sur Franceinfo, (consulté le ).
  14. « Covid-19 en Normandie : alerte au virus à Val d'Oise ? - 20/06 », sur Orange Actualités, (consulté le ).
  15. Anne-Laure Dagnet, « Le mouvement Territoires de progrès, aile gauche de La République en marche, se reverra après les municipales », sur Franceinfo, (consulté le ).
  16. « Après les législatives, l’aile gauche de la majorité décimée », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  17. « La République en marche devient officiellement Renaissance », sur 20minutes.fr (consulté le ).
  18. « La gauche de la macronie : se diviser pour ne toujours pas régner », sur Libération, (consulté le ).
  19. « Idées et positionnement politique », sur territoiresdeprogres.com (consulté le ).
  20. Alexandre Lemarié, « L’aile gauche de la majorité s’organise pour « faire contrepoids » à la droite », sur Le Monde, (consulté le ).
  21. « Territoires de progrès, nouveau parti fondé par d'ex-PS », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  22. Jérôme Lefilliâtre et Sébastien Tronche, « Les ailes gauche de LREM recrutent au gouvernement », sur Libération.fr, (consulté le )
  23. En nombre de voix.
  24. « Parlementaires adhérents », sur territoiresdeprogres.com.

Liens externes[modifier | modifier le code]