Léon Aucoc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Léon Aucoc, né le à Paris et mort le à Paris, est un juriste et haut fonctionnaire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petit-fils de Louis Nourrit, de la famille des orphèvres Louis et André Aucoc, il est élève à l'École d'administration de 1848[1]. Il devient chef de cabinet du secrétaire général du ministère de l'Intérieur en 1851 et rentre au Conseil d'État comme auditeur l'année suivante. Il y passe successivement maître des requêtes en 1860, commissaire du gouvernement en 1864, conseiller d'État en 1869 et président de la section des travaux publics en 1872. Il quitte le Conseil d'Etat en 1879 en faisant valoir son droit à la retraite, après la démission de Mac Mahon de la présidence de la république.

Aucoc est élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1877.

Il devient président de la Compagnie des chemins de fer du Midi.

Il était membre du conseil de l'ordre de la Légion d'honneur.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (9e division).

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wright, Vincent, « Les élèves de l'École Nationale d'Administration de 1848-1849 », Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine, Persée - Portail des revues scientifiques en SHS, vol. 36, no 4,‎ , p. 605–639 (DOI 10.3406/rhmc.1989.1516, lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Pacteau, Le conseil d’État et la fondation de la justice administrative française au: XIXème siècle, 2003
  • Le Conseil d’État, son histoire à travers les documents d'époque, 1799-1974, 1975

Liens externes[modifier | modifier le code]