Tancrède Ramonet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tancrède Ramonet
Tancrède Ramonet en 2018.jpg
Tancrède Ramonet en concert en 2018.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (45 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Père
Autres informations
Membre de
Achab (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales

Tancrède Ramonet, né le , est un documentariste français. À ce titre, il est à la fois réalisateur, producteur et scénariste. Il est également chanteur et musicien dans le groupe d'électro rock Achab.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Tancrède Ramonet naît en [1]. Il est le fils du sémiologue et journaliste Ignacio Ramonet[2] et de Noëlle de Chambrun. Il est également le frère d'Axël Ramonet, lui-aussi producteur et réalisateur[3], avec qui il collabore sur plusieurs projets[4]. Tancrède et Axel Ramonet sont aussi les petits-enfants de Gilbert de Chambrun, ancien résistant et responsable du mouvement Combat, qui fut député-maire de Marvejols et ministre plénipotentiaire et de son épouse, la résistante Jacqueline de Chambrun[5].

Après un DEA de philosophie à la Sorbonne, Tancrède Ramonet élabore un premier projet de documentaire, puis intègre l'université Paris-Dauphine où il obtient un diplôme d'études supérieures spécialisées (promotion 2001-2002)[6].

Temps noir[modifier | modifier le code]

En 2002, il cofonde avec son frère Axël et Martin Laurent la société de production Temps noir. Elle produit à la fois des fictions et des documentaires, diffusés par Arte, France Télévisions ou Canal+ et sur des chaînes de télévision à l'international. Ils obtiennent quatre ans plus tard le prix du meilleur jeune producteur français de télévision 2006[7], puis le prix du producteur français de télévision en 2010[8], attribués par la Procirep[9],[10].

En 2016, Tancrède Ramonet réalise Ni Dieu ni maître, une histoire de l'anarchisme[11], une série de documentaires sur l'anarchisme co-produite par Temps noir et Arte[12]. Ses deux premières parties, intitulées La Volupté de la destruction (1840-1906) et La Mémoire des vaincus (1922-1945), sont diffusées pour la première fois en Suisse durant le mois d'[13]. Ils sont diffusés en France par Arte en lors d'une soirée qui réunit 432 000 téléspectateurs[14].

La fin de la série, en deux épisodes également (Des Fleurs et des pavés (1945-1969) et Les Réseaux de la colère (1965-2011)), reste un temps sur le banc de montage, sans moyens financiers[15] et sans diffuseur[16],[17]. Leur production est relancée en 2019 via une campagne de financement participatif sur Ulule[18].

Achab[modifier | modifier le code]

Achab en concert à Paris en 2017.

Simultanément à la réalisation de Ni Dieu ni maître, Tancrède Ramonet cofonde un groupe de rock français, Achab. Son nom est une référence au capitaine Achab, personnage du roman Moby Dick d'Herman Melville, et à l'acronyme ACAB (« All cops are bastards », « Tous les flics sont des salauds » en français). Achab sort son premier album en 2017, Un monde formidable, en indépendance[19].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

En tant que réalisateur[modifier | modifier le code]

Tancrède Ramonet (à droite), avec Axël Ramonet et Sonia Rolley au camp de concentration de Natzweiler-Struthof, à l'occasion de la sortie de leur film Au nom de la race et de la science en 2013.

En tant que scénariste[modifier | modifier le code]

En tant que producteur[modifier | modifier le code]

  • 2006 : There is no Direction de Sarah Bertrand
  • 2010 : La Case du siècle (1 épisode) : Afrique(s), une autre histoire du XXe siècle d'Alain Ferrari
  • 2012 : Si le Palais Bourbon m'était conté de Myriam Elhadad
  • 2012 : Avocat de la Loi de Jean-Yves Cauchard
  • 2013 : Docs interdits (1 épisode) : Au nom de la race et de la science : Strasbourg 1941-1944 de lui-même
  • 2013 : Allemagne, l'art et la nation de Jean-Baptiste Péretié
  • 2014 : Calamity Jane : légende de l'Ouest de Grégory Monro
  • 2016 : Ni Dieu ni maître, une histoire de l'anarchisme de lui-même
  • 2019 : Cuba, la révolution et le monde
  • 2018 : Mai 68 n'a pas duré qu'un mois[21], web-série co-réalisée avec Olivier Besancenot, Sara Brücker et Florence Johsua et co-produite avec Martin Laurent et Jérémy Zelnik

Discographie[modifier | modifier le code]

Album studio[modifier | modifier le code]

Clips vidéos[modifier | modifier le code]

  • Encore un jour sans massacre
  • 9 mois et quelques jours
  • Anna danse
  • Ça c'est Paris
  • Achab est Achab
  • Black block
  • L'Innommée
  • Un monde formidable
  • Qui vivra verra

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Tancrède Ramonet », sur BFM Business (consulté le 2 septembre 2018).
  2. Jean Chérasse, « « Ni dieu ni maître » », sur Le Club de Mediapart, (consulté le 2 septembre 2018).
  3. « Tancrède Ramonet », sur Films et documentaires.com (consulté le 19 août 2018)
  4. « Ramonet Axël », sur Africiné (consulté le 19 août 2018).
  5. Luc Cédelle, « Jacqueline de Chambrun, résistante, pédiatre, militante associative », sur Le Monde, (consulté le 3 septembre 2018).
  6. « Tancrède Ramonet : Formation initiale, promotion 2001 », sur Dauphiné Culture, (consulté le 4 septembre 2018).
  7. « Tancrère Ramonet », sur Africultures (consulté le 2 septembre 2018).
  8. Hélène Médigue, « Tancrède et Axël Ramonet lors du Prix du producteur français de télévision à Paris le dans la somptueuse salle Wagram », sur Purepeople, (consulté le 26 décembre 2019).
  9. Christian Bosseno, Télévision française, la saison 2008. Une analyse des programmes du au , L'Harmattan, (ISBN 978-2-2961-9174-7), p. 21.
  10. Pascal, « Les lauréats du 17e prix du producteur français de télévision », sur Le blog TV news, (consulté le 26 décembre 2019).
  11. Antoine Flandrin, « TV : « Ni dieu ni maître », une fresque en rouge et noir », sur Le Monde, (consulté le 2 septembre 2018).
  12. Mathieu Dejean, « « Aujourd'hui l'anarchisme a tendance à ne plus dire son nom » », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 9 septembre 2018).
  13. « Ni dieu ni maître, une histoire de l'anarchisme (épisodes 1/2 et 2/2) », sur RTS Deux.
  14. « Audiences TNT : France 4 leader avec Le 5e Élément mais gamelle pour France 5 avec Le Monde en face », sur Jeanmarcmorandini.com, .
  15. Perrine Dutreil, « Ni dieu ni maître : la foisonnante histoire de l'anarchisme sur Arte », Télérama,‎ (lire en ligne)
  16. Didier Méreuze, « « Ni dieu ni maître », la grande histoire de l'anarchie », sur La Croix, (consulté le 10 septembre 2018).
  17. Julien Le Gros, « Le drapeau noir flotte (toujours) sur la marmite », sur The Dissident,
  18. « Temps noir lance un crowdfunding pour financer la suite de la série documentaire Ni dieu ni maître, une histoire de l’anarchisme », sur Mille babords, (consulté le 26 décembre 2019).
  19. « Tancrède Ramonet : « Faire entendre des voix inaudibles » », Ballast,‎ (lire en ligne).
  20. L'Obs, « Les nazis voulaient garder une trace des Juifs après leur extermination », sur nouvelobs.com, (consulté le 2 septembre 2018)
  21. a et b Nicanor Haon, « Série Mai 68 n'a pas duré qu'un mois !, de la réflexion politique en feuilleton pour l'été », sur ON-Zegreen, (consulté le 17 novembre 2018).
  22. « Marche funèbre », sur Film-documentaire.fr (consulté le 9 septembre 2018).
  23. « Les Ombres du bagne », sur Africultures (consulté le 2 septembre 2018)/

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :