Saint-Donan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Donan
Saint-Donan
L'église Saint-Donan.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Intercommunalité Saint-Brieuc Armor Agglomération
Maire
Mandat
Michel Petra
2020-2026
Code postal 22800
Code commune 22287
Démographie
Gentilé Donanais, Donanaise
Population
municipale
1 453 hab. (2019 en stagnation par rapport à 2013)
Densité 63 hab./km2
Population
agglomération
170 779 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 14″ nord, 2° 53′ 01″ ouest
Altitude 150 m
Min. 87 m
Max. 227 m
Superficie 22,92 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Brieuc
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Ploufragan
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Saint-Donan
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Saint-Donan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Donan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Donan
Liens
Site web Site officiel de la commune

Saint-Donan [sɛ̃dɔnɑ̃] (Sant-Donan en breton) est une commune française située près de Saint-Brieuc dans le département des Côtes-d'Armor, en région Bretagne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Saint en 1469, Saint Donon en 1480, Sanctus Donnanus en 1516, Sainct Donan en 1543[1].

On trouve la forme Saint-Donan dès le XVIIe siècle[1].

Le nom en breton de la commune est Sant-Donan[1].

Saint-Donan est certainement un disciple de Saint-Brieuc. En 418, saint Donan originaire de Grande-Bretagne, se réfugia dans l'Armorique, et fonda sur les bords de Gouët, une colonie chrétienne[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Saint-Donan est l'unique commune de France qui ait demandé, par le truchement de son maire Yves Lhostelier, le retour à la monarchie en la personne du jeune Louis XVII détenu au Temple, ainsi que le rétablissement du clergé, lors des assemblées primaires de 1793[2].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les guerres du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts porte les noms des 66 soldats morts pour la Patrie[3] :

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

La commune ne possède pas de Blason. Cependant, elle possède un logo.
- Image du logo de la ville.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[4]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[5].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[4]

  • Moyenne annuelle de température : 10,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,7 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 11,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 876 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,3 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[8] complétée par des études régionales[9] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Brieuc », sur la commune de Trémuson, mise en service en 1985[10] et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[11],[Note 4], où la température moyenne annuelle évolue de 11 °C pour la période 1971-2000[12] à 11,2 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,4 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Donan est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[15],[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Brieuc, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 51 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[18],[19].

Carte de la commune.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (89 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (89,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (48,3 %), terres arables (37,3 %), forêts (8,7 %), prairies (3,4 %), zones urbanisées (1,7 %), eaux continentales[Note 7] (0,6 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La ville regroupe au centre la majeure partie de la population. Plusieurs hameaux sont dispersés dans la campagne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1977 juin 1995 Louis Bidault    
juin 1995 mars 2001 Guy Le Gal   Enseignant
mars 2001 mars 2008 Gérard Etiemble DVG  
mars 2008 mars 2014 Louis Kerbœuf DVD Retraité
mars 2014 27 mai 2020 Loïc Bidault DVG Retraité
27 mai 2020 En cours Michel Petra[22] DVG Agent de maîtrise à BAT
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Donanais.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[24].

En 2019, la commune comptait 1 453 habitants[Note 8], en stagnation par rapport à 2013 (Côtes-d'Armor : +0,59 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 4292 6212 1652 5522 5532 6402 3412 3172 323
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 1142 1301 9891 9301 8571 7391 6151 6181 524
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5021 3701 2761 0611 0311 0841 0801 082970
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
9588638641 0741 2781 3471 4101 4191 462
2017 2019 - - - - - - -
1 4571 453-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Saint-Donan est reliée au reste de l'agglomération du lundi au samedi grâce à la ligne 90 des Transports urbains briochins (TUB).

Culture locale, patrimoine et tourisme[modifier | modifier le code]

Wikivoyage-logo.svg

Pour toutes informations concernant la culture et le tourisme de la commune : article sur Wikivoyage.

  • Manoir du Rufflet ou Rufflay : propriété des seigneurs du Rufflay (Le Gascoin du Rufflay, mentionné en 1261), probablement située à l'emplacement d'une ancienne place forte entourée de douves, en grande partie encore visibles aujourd'hui.
    • Chapelle Sainte-Barbe : dépendant du manoir du Rufflet.
  • Croix de Kergrois : cette croix porte le nom de Croix Cosson, sans doute parce qu'elle fut érigée au XVIIe siècle par dom Sylvestre Cosson, un prêtre habitant le village de Kergrois. Elle fut réédifiée par le fils de l'ancien maire de la période révolutionnaire Yves L'Hôtellier. La croix actuelle n'a pas encore 50 ans.
  • Chapelle de Lorchan, nom dérivé du breton Lohan (dérivé lui-même de Loch+ an), auquel on aurait rajouté un r parasite. Il existait en effet à Lorchan un petit étang (Loc'h an) dépendant du manoir tout proche de Kergaux d'en Bas.
  • Château du Grand Chesnay (1898) et ancien manoir des XVe et XVIe siècles[27].
  • Le Rocher Sonnant tirerait son nom du breton Roc'h Sonnan en raison de la verticalité avec laquelle il domine la Maudouve (Lamm an dour), la rivière qui passe au pied.
  • La retenue d'eau de La Méaugon, créé par le barrage de Saint-Barthélémy.
  • Église Saint-Donan.

Coutume et tradition[modifier | modifier le code]

À Saint-Donan, lorsqu'un projet connu de mariage se trouvait définitivement rompu, par suite d'une autre union que contracte l'une des parties intéressées, on avait l'habitude de railler la déconvenue de celle qui reste en lui mettant la torche, « on met la torche » ou « on passe la torche » à un jeune homme ainsi évincé. La torche est un cercle de tamis, rembourré avec des chiffons et du foin, sur lequel la jeune mère s'assied au foyer pour soigner son enfant. Pour faire une farce à l'amoureux évincé, on lui passe adroitement la tête dans cet instrument domestique, dont on a retiré les chiffons. C'est sans doute une façon de lui faire entendre qu'il ne donnera pas à son ancienne amie d'enfant à chauffer[28].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • André Ruffet : coureur cycliste né le à Saint-Donan.
  • Yves L'Hotellier

En 1792, Saint-Donan est la seule commune de France (sur 40 000 en France) à rejeter la constitution et à voter pour le retour de la royauté, lors du vote du conseil municipal concernant l'acceptation de la Constitution ainsi que le rétablissement du clergé, lors des assemblées primaires de 1793. Son maire, Yves L'Hôtellier a, par la suite, été destitué le , est incarcéré avec plusieurs autres notables, et libéré par les royalistes lors de la prise de Saint-Brieuc le . En 1827, il est décoré de la Légion d'honneur.

  • Gérald Le Guilloux : Artiste magicien né le a obtenu les plus hautes distinctions dans le monde de la magie.

Il a participé entre autres à Grand au festival international à liège 1993 - Colombe d'or Juan les Pins 1994 - Baguette d'or Monté Carlo 1994 Anneaux d'or Lausanne 1996 - Mandrake d'or 1998 - Champion de France 2005 - Master Of Magic 2014 Italie... Le Plus Grand Cabaret du monde avec Patrick Sébastien.(France 2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[6].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[7].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références

  1. a b c et d infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Saint-Donan ».
  2. Gossuin, Rapport fait dans la séance du 9 août 1793, Convention nationale, page 3. Philippe Delorme, Les Princes du Malheur, le destin tragique des enfants de Louis XVI et Marie-Antoinette, Paris, Perrin, 2008, page 281.
  3. « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le ).
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  6. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  7. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  8. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  9. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  10. « Station météofrance Saint-Brieuc - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Orthodromie entre Saint-Donan et Trémuson », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. « Municipales à Saint-Donan. Michel Petra enfile l’écharpe de maire pour la premièrefois », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  27. Christel Douard et Jean Kerhervé, Manoirs : Une histoire en Bretagne, Châteaulin, Locus Solus, , 215 p. (ISBN 978-2-36833-338-9), p. 40.
  28. Singuliers présents distribués aux amoureux évincés en Bretagne, d’après « Mélusine : Revue de mythologie, littérature populaire, traditions et usages », paru en 1901.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :