John Bercow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
John Bercow
John Bercow, en 2009.
John Bercow, en 2009.
Fonctions
157e président de la Chambre des communes du Royaume-Uni
En fonction depuis le
Législature 54e, 55e et 56e
Prédécesseur Michael Martin
Député de la circonscription de Buckingham
En fonction depuis le
Élection 1er mai 1997
Réélection 7 juin 2001
5 mai 2005
6 mai 2010
7 mai 2015
Législature 52e, 53e, 54e, 55e et 56e
Biographie
Date de naissance (52 ans)
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Parti politique Parti conservateur
(1986-2009)
Indépendant
(depuis 2009)
Conjoint Sally Illman
Diplômé de Université de l'Essex

John Simon Bercow, né à Edgware, dans le Grand Londres, est un homme politique britannique, président de la Chambre des communes du Royaume-Uni depuis 2009.

Issu d'une famille juive, il est sorti diplômé de l'Université de l'Essex en 1985 ; militant du Parti conservateur, auquel il adhère dans sa jeunesse, il est élu député pour la circonscription de Buckingham en 1997, à l'issue du scrutin parlementaire largement favorable au Parti travailliste de Tony Blair.

En 2001, John Bercow est promu au cabinet fantôme de l'opposition, dans lequel il est chargé du portefeuille du Trésor, sous la direction de Iain Duncan Smith, mais quitte l'institution en 2002, avant d'être chargé du Développement international, sous la conduite de Michael Howard, en 2003 ; il est limogé l'an suivant, en 2004, car étant en désaccord avec le chef de l'opposition.

En 2009, John Bercow se déclare candidat à la succession du président de la Chambre, Michael Martin, démissionnaire après avoir été contesté dans sa gestion du scandale des notes de frais des parlementaires. Il est élu à l'issue du troisième tour de scrutin, devenant de facto le 157e président de la Chambre des communes du Royaume-Uni.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son éducation[modifier | modifier le code]

John Bercow, fils d'un chauffeur de taxi, naît le à Edgware, dans le Grand Londres, dans une famille juive. Ses grands-parents paternels, de confession juive, sont originaires de Roumanie.

Brillant élève, il sort diplômé d'une mention Très bien de l'Université d'Essex en 1985. L'un de ses professeurs, Anthony King, se souvient d'un « étudiant exceptionnel ». Jeune militant du Parti conservateur, il fréquente le Conservative Monday Club, courant d'étudiants conservateurs, mais le quitte car n'approuvant pas certaines de ses positions. Il dira plus tard qu'avoir adhéré au sein de ce mouvement fut une « pure folie », regrettant avoir défendu des positions qu'il dit ne plus approuver.

Sorti diplômé de l'université, Bercow est désigné président de la Fédération des étudiants conservateurs (Federation of Conservative Students) en 1986 ; il sera le dernier président de cette association, dissoute par le président du Parti conservateur, Norman Tebbit.

Devenu banquier d'affaires, il rejoint le cabinet Saatchi & Saatchi, avant d'en devenir l'administrateur du conseil d'administration.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Conseiller[modifier | modifier le code]

En 1986, John Bercow est élu conseiller du Borough londonien de Lambeth pour le Parti conservateur ; un mandat qu'il assume quatre ans durant. Âgé de vingt-trois ans lors de son élection, il fut le plus jeune conseiller du Royaume-Uni.

Parlementaire[modifier | modifier le code]

Candidat aux élections législatives de 1987 à Motherwell, puis au scrutin parlementaire de 1992 à Bristol, John Bercow est finalement élu membre de la Chambre des communes du Royaume-Uni à l'issue des élections de 1997 pour la circonscription de Buckingham. Il sera réélu lors des scrutins de 2001, de 2005 puis (en tant que « président de la Chambre demandant réélection ») de 2010 et de 2015.

Très à droite lors de ses années étudiantes, et lors de ses premières années comme député, il connaît une « transition remarquable sur l'échiquier politique », rejoignant l'aile gauche du Parti conservateur, et défendant des idées progressistes. En 2002 il est ministre fantôme du Travail et des pensions de retraite dans le Cabinet fantôme de l'opposition officielle, sous le chef de l'opposition Iain Duncan Smith. Il démissionne pour marquer son opposition au conservatisme du parti sur la question des droits des homosexuels. Lorsque Michael Howard devient chef de l'opposition fin 2003, il nomme Bercow ministre fantôme du Développement international de 2003, poste qu'il occupe jusqu'en 2005[1].

Le les députés l'élisent président de la Chambre des communes[2], après la démission de son prédécesseur, le travailliste Michael Martin, dans le contexte difficile du scandale des notes de frais des députés britanniques. Sitôt connue son élection, le Daily Telegraph publie d'ailleurs les remboursements de notes de frais du député Bercow, qui n'apparaît pas comme sans reproche[3].

En tant que président de la Chambre, tenu à une stricte neutralité, il renonce à son affiliation politique et quitte le Parti conservateur[4]. Il est un président réformateur, cherchant à intéresser et impliquer les citoyens dans ce qui se passe au Parlement. À ce titre, il rappelle fréquemment aux députés que leur comportement parfois bruyant et enfantin dans l'enceinte de la Chambre est néfaste pour l'image publique du Parlement, et ne cesse de les rappeler sèchement à l'ordre. Par souci de modernité, il se défait de la tenue habituelle du président de la Chambre, et notamment de la perruque, portant simplement une tenue de cérémonie noire et une cravate. Il fait ouvrir une crèche pour le personnel du Parlement. Surtout, il cherche à accroître l'influence et l'indépendance de la Chambre vis-à-vis de l'exécutif. Bien plus que ses prédécesseurs, il autorise les députés à demander la présence de ministres lors de certains débats, et contraint les ministres à venir à la Chambre répondre aux questions des députés. S'il est admiré par certains, il est peu apprécié par le gouvernement de David Cameron, les ministres l'accusant d'être délibérément impoli à leur égard[5].

Pendant l'été 2011, sa femme Sally Bercow (en) participe à la saison 8 de l'émission de télé réalité Celebrity Big Brother sur Channel 5.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Circonscription de Buckingham en 2015, UK Polling Report
  2. « Un "speaker" conservateur élu à la Chambre des communes », Le Monde du 23 juin 2009.
  3. Daily Telegraph du 23 juin 2009.
  4. (en) "The unusual battle in Speaker's seat", BBC, 1er mai 2015
  5. (en) "The Bercow Coup", School of Politics and International Relations, Université de Nottingham

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :