Bertelsmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bertelsmann
Image illustrative de l'article Bertelsmann
illustration de Bertelsmann

Création 1er juillet 1835[1]
Fondateurs Carl Bertelsmann[1]
Personnages clés
Forme juridique société en commandite par actions
Siège social Drapeau de l'Allemagne Gütersloh Voir et modifier les données sur Wikidata (Allemagne)
Direction Thomas RabeVoir et modifier les données sur Wikidata
Directeurs Thomas Rabe, Hartmut Ostrowski (en) (-), Gunter Thielen (en) (-), Thomas Middelhoff (en) (-), Mark Wössner (d) (-), Manfred Fischer (d) (-) et Reinhard Mohn (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Fondation Bertelsmann et d'autres
Activité Médias de masse, service et éducationVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales
Effectif 117 249 (), 111 763 (), 111 763 (), 104 286 (), 100 626 () et 104 419 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.bertelsmann.com

Chiffre d’affaires en diminution 16,950 milliards € (2016)[4]
Résultat net en augmentation 1,137 milliards € (2016)[4]

Bertelsmann SE & Co. KGaA est un groupe international dont le siège est à Gütersloh, en Allemagne. Il fait partie des plus grandes entreprises de médias du monde et il est également actif dans le secteur tertiaire ainsi que celui de l’enseignement[5].

Carl Bertelsmann fonda la société en 1835 en tant que maison d’édition[6]. Après la Seconde Guerre mondiale, Bertelsmann se développa considérablement sous la direction de Reinhard Mohn et l’entreprise de taille moyenne se transforma en grand groupe proposant des livres, mais aussi des chaînes de télévision, des stations de radio, des revues et des prestations de services[7].

Durant l’exercice 2015, les domaines d’activité principaux étaient les suivants : RTL Group, Penguin Random House, Gruner + Jahr, BMG, Arvato, Bertelsmann Printing Group, Bertelsmann Education Group et Bertelsmann Investments[8]. Bertelsmann est une entreprise non cotée en bourse[9], faisant appel public à l’épargne[10], qui reste encore considérablement sous le contrôle de la famille Mohn[11],[12],[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

1835–1944[modifier | modifier le code]

Logo historique de la maison d'édition (2012)

Le groupe actuel est issu de la maison d’édition C. Bertelsmann fondée en 1835 par Carl Bertelsmann à Gütersloh[14]. Carl Bertelsmann était membre du « Minden-Ravensberger Erweckungsbewegung », Réveil religieux à Minden-Ravensberg, et il en publia la littérature au sein de sa maison d’édition[15]. Au départ spécialisé dans la littérature théologique, l’éditeur élargit tout d’abord son offre pour inclure des livres et manuels scolaires, puis de plus en plus de littérature grand public dans les années 1920 et 1930[16]. Sous le Troisième Reich, la maison d’édition C. Bertelsmann se démarqua par sa collection de « Bertelsmann Volksausgaben » à prix abordable[17]. Les livres relatant des expériences de guerre tels que « Fliegerbuch » traitant d'aviation de Werner von Langsdorff connurent un grand succès commercial[18]. Heinrich Mohn soutenait la Schutzstaffel, une des principales organisations du régime nazi, et désirait faire de sa société une entreprise nationale-socialiste modèle[19]. Durant la guerre, la maison d’édition C. Bertelsmann devint le plus grand fournisseur de la Wehrmacht[20], avant même l’éditeur central du NSDAP Franz Eher[21]. Le chiffre d’affaires de la maison d’édition C. Bertelsmann augmenta fortement, en particulier entre 1939 et 1941[22]. Le site de Gütersloh n’employa pas de travailleurs juifs contraints au travail obligatoire[23], mais ce fut le cas d’imprimeries en Lituanie avec lesquelles l’éditeur C. Bertelsmann travaillait[24]. En 1944, la Reichsschrifttumskammer (Chambre de la littérature du Reich) ordonna sa fermeture afin de mobiliser « toutes les forces pour la victoire »[25]. L’une des causes principales de cette fermeture était aussi la participation de collaborateurs de la maison d’édition à des trafics criminels de papiers qui avaient conduit à un procès en 1944[26],[27],[28].

1945–1970[modifier | modifier le code]

Après la fin de la guerre, l’entreprise se présenta aux autorités de contrôle des Alliés comme une maison d’édition chrétienne de la Résistance ayant été poursuivie sur le plan politique. Les relations avec des organisations nationales-socialistes furent tout d’abord niées. Suite à la révélation que de fausses déclarations ou du moins des déclarations insuffisantes avaient été faites, Heinrich Mohn démissionna de son poste de directeur de la maison d’édition[29]. Parmi ses trois fils, ce fut Reinhard Mohn[30] qui reprit la maison d’édition C. Bertelsmann car Hans Heinrich Mohn était mort à la guerre et Sigbert Mohn était encore en captivité[31]. En 1947, les Alliés accordèrent finalement une licence d’édition à la société[32]. Suite à la réforme monétaire de 1948, une crise des ventes toucha l’économie du livre, laquelle plongea aussi C. Bertelsmann dans une grave crise existentielle[33]. C’est dans ce contexte que fut créé le club de lecture Bertelsmann Lesering en 1950 afin de relancer les ventes[34]. Les clients achetaient alors les livres par abonnement en échange de prix plus avantageux[35]. L’activité commerciale s’éloigna de l’édition pour se porter de plus en plus sur la vente de livres ce qui se révèlera décisif pour la croissance future[36].

La maison d’édition C. Bertelsmann fut restructurée en 1959 : dorénavant, la littérature théologique parut chez l’éditeur Gütersloher Verlagshaus qui fusionna avec l’éditeur Rufer Verlag. La littérature générale, la poésie et l’art furent attribués à la maison d’édition Sigbert Mohn Verlag. L’éditeur C. Bertelsmann se concentra désormais sur les ouvrages de non-fiction, en particulier les lexiques, les guides pratiques, les livres spécialisés et les revues spécialisées[37]. Durant les années 1950 et 1960, Bertelsmann élargit son domaine d’activité à de nouveaux secteurs : l’entreprise se lança ainsi à la conquête du marché musical en 1956 avec le club de disques Schallplattenring. Ariola, l’un des plus performants labels allemands fut fondé deux ans plus tard[38], presque en même temps que le fabricant de disques Sonopress[39]. Avec la Kommissionshaus Buch und Ton, qui laissera plus tard la place à la Vereinigte Verlagsauslieferung (VVA), Bertelsmann posa la première pierre de son activité tertiaire[40]. En 1964, Bertelsmann racheta l’UFA déjà démembrée à la Deutsche Bank[41] et s’en servit comme base pour développer son activité filmique et télévisuelle[42],[43]. En 1969, Bertelsmann acheta des parts de l’éditeur de revues Gruner + Jahr. Une autre fusion prévue avec Axel Springer, pour laquelle un crédit de plusieurs millions fut temporairement contracté auprès de la Westdeutsche Landesbank[44], échoua en 1970[45].

1971–1983[modifier | modifier le code]

Portrait de Reinhard Mohn (2008)

À partir de 1971, Bertelsmann adopta le statut de société anonyme (Aktiengesellschaft)[46]. Les différentes maisons d’édition de plus en plus diversifiées furent rassemblées à la fin des années 1960 au sein du groupe éditorial Verlagsgruppe Bertelsmann[47]. Ce dernier déplaça son siège de Gütersloh vers Munich en 1972[48]. Des domaines d’activité essentiels furent maintenus à Gütersloh et un nouvel immeuble de bureaux fut construit pour eux au siège du groupe en 1976. Gütersloh abrite aujourd’hui encore le siège de la centrale appelé Corporate Center[49]. La croissance rapide du groupe conduit à des problèmes structurels et financiers. Dans les années 1970, les besoins de financement de Bertelsmann s’aggravèrent. De 1975 à 1980, le rendement du chiffre d’affaires tomba par exemple sous 1 %[50]. De plus, le groupe fut soumis à de nouvelles prescriptions réglementaires sur son marché domestique, en particulier par des lois sur le contrôle des concentrations[51]. Il lui devint quasiment impossible de faire de grandes acquisitions. En même temps, on assistait à une saturation du marché allemand concernant le Bertelsmann Lesering[52], tandis que les clubs de lecture étrangers dégageaient la plus grande partie des recettes de ce domaine d’activité[53].

L’internationalisation du groupe débutée dans les années 1960 fut poursuivie[54] : Bertelsmann acheta entre autres des parts des maisons d’édition Plaza & Janés sise à Barcelone et Bantam Books sise à New York. Une succursale d’Ariola fut ouverte aux États-Unis et Arista Records fut racheté[55]. Des discussions portant sur la succession de Reinhard Mohn furent entamées durant la crise économique de 1979/1980[56]. En 1981, il quitta son poste pour entrer au conseil de surveillance. Manfred Fischer, qui était auparavant directeur de Gruner + Jahr, devint le nouveau président-directeur général[57]. Pour la première fois, Bertelsmann fut dirigé par un directeur ne faisant pas partie de la famille des propriétaires[58]. Son successeur en 1983 au poste de président-directeur général de Bertelsmann fut Mark Wössner[59]. Le début de son mandat fut marqué par l’affaire des faux carnets d’Hitler, qui entacha la réputation du magazine allemand Stern, de la maison d’édition Gruner + Jahr et de l’ensemble du groupe[60],[61].

1984–1993[modifier | modifier le code]

Mark Wössner rattacha davantage les succursales au siège de Gütersloh[62],[63]. Cela concerna en particulier les secteurs Business Development et Controlling[64]. Sous la direction de Mark Wössner, Bertelsmann participa également à RTL plus, la première chaîne de télévision privée en Allemagne[65]. En 1986, Bertelsmann acheta la majorité des parts de RCA Records et fusionna ses activités sur le marché musical au sein de la nouvelle major Bertelsmann Music Group.[66] Sonopress, une entreprise fondée en 1958 pour fabriquer des disques[67], ne faisait pas partie du Bertelsmann Music Group mais était alors attribuée au secteur de l’imprimerie et de l’industrie[68]. Avec Doubleday, Bertelsmann acquit une autre célèbre maison d’édition américaine[69]. Le groupe devint ainsi une entreprise de renommée mondiale et Bertelsmann fut temporairement la plus grande entreprise de médias du monde entier[70].

Durant l’exercice 1990/1991, Bertelsmann comptait plus de 45 000 collaborateurs et enregistrait un chiffre d’affaires de 14,5 milliards de marks par an. 63 % de ce chiffre d’affaires était réalisé hors de l’Allemagne, les États-Unis étant le marché étranger le plus important[71]. Après la réunification de l’Allemagne et la fin de la guerre froide, Bertelsmann se développa en Allemagne de l’Est ainsi qu’en Europe centrale et orientale[72]. En 1989, la première filiale du Club Bertelsmann fut par exemple ouverte à Dresde[73]. La généralisation d’Internet comme média de masse ainsi que la modification de la structure de propriété furent décisifs pour le développement du groupe dans les années 1990[74]. En 1993, Reinhard Mohn transféra la majorité des parts du capital à la Fondation Bertelsmann et en assuma la présidence[75]. La fondation elle-même fut financée avec les bénéfices du groupe[76].

1994–2000[modifier | modifier le code]

Penguin Random House Tower à New York (2005)

En 1994, Gruner + Jahr racheta les revues du New York Times ce qui renforça encore la présence du groupe sur son marché étranger le plus important[70]. Bertelsmann posséda un département Multimédia à partir de 1995. Ce dernier était surtout focalisé sur AOL Europe[77], une Joint Venture d’America Online et de Bertelsmann. Au préalable, Bertelsmann avait déjà acquis une participation directe d’America Online[78]. La division Multimédia incluait aussi mediaWays et Pixelpark[79]. En 1997, UFA fusionna avec la Compagnie Luxembourgeoise de Télédiffusion (CLT) pour former ensemble un groupe de divertissement dont le siège était au Luxembourg[80],[81]. Grâce à CLT-UFA, Bertelsmann put diversifier ses activités commerciales de manière décisive[82]. En 1998, Thomas Middelhoff remplaça Mark Wössner comme président-directeur général de Bertelsmann[83]. Thomas Middelhoff avait auparavant occupé le poste de membre du conseil d’administration responsable de la branche Multimédia[84]. Mark Wössner entra au conseil de surveillance de l’entreprise et dirigea dorénavant la Fondation Bertelsmann[85].

La reprise de la maison d’édition américaine Random House se produisit durant le changement de direction[86],[87]. Ainsi, Bertelsmann devint le plus grand groupe éditorial du monde anglophone[88]. Random House fusionna avec Bantam Doubleday Dell et le groupe domicilia la direction de toutes les maisons d’édition de Bertelsmann à New York[89],[90]. En 1999, Bertelsmann racheta la maison d’édition scientifique de Springer[91],[92], qui était entre autres leader sur le marché des mathématiques et de la physique[93]. En 2000, Bertelsmann se sépara de ses parts d’AOL Europe[94]. La vente de ses parts de la Joint Venture à America Online rapporta des milliards à Bertelsmann[95]. La même année, Bertelsmann et le groupe de médias Pearson formèrent le RTL Group à partir de leurs filiales télévisuelles[96]. Bertelsmann ne possédait au départ qu’une minorité de parts de l’entreprise, mais augmenta progressivement sa participation[97]. Bertelsmann obtint par la suite la majorité des parts de RTL en échangeant des actions avec le Groupe Bruxelles Lambert (GBL) qui possédait alors 25,1 % des parts du groupe[98].

2001–2007[modifier | modifier le code]

Sous la direction de Thomas Middelhoff, Bertelsmann renforça sa présence dans le secteur Internet[99]. Ce faisant, sa participation à Napster attira une grande attention médiatique[100],[101]. L’objectif de la coopération était entre autres de freiner la diffusion illégale d'œuvres protégées par des droits d’auteur[102]. En 2001, le service dut toutefois fermer en raison de litiges juridiques[103]. Bertelsmann fut confronté à des demandes d’indemnités de la part de l’industrie musicale[104],[105]. Afin de financer la poursuite de la croissance du groupe, Thomas Middelhoff aborda le sujet de l’introduction en bourse de Bertelsmann[106]. Cela conduit à un conflit de principes avec la famille Mohn[107]. En 2002, Gunter Thielen devint le nouveau président-directeur général de Bertelsmann et certains médias exprimèrent un avis critique sur le changement[108],[109],[110].

Il s’ensuivit une phase de consolidation afin de résoudre les problèmes des secteurs d’activité fondamentaux[111]. Bertelsmann revendit par exemple des entreprises de commerce en ligne qui n’étaient pas rentables[112], dont entre autres bol.de et la boutique en ligne de Barnes & Noble[113]. Gruner + Jahr céda le journal Berliner Zeitung et la maison d’édition scientifique BertelsmannSpringer fut également revendue[114],[115]. Durant l’exercice 2003, le groupe annonça sa participation à une Joint Venture avec Sony pour ses activités musicales. Bertelsmann et Sony possédaient respectivement la moitié des parts[116]. Avec cette transaction, les parties prenantes voulaient réagir à la diminution des chiffres d’affaires sur le marché musical[117],[118]. De plus, Gunter Thielen prépara le rachat des parts du Groupe Bruxelles Lambert de façon à ce que la famille Mohn reprenne de nouveau le contrôle complet du groupe à partir de 2006[119],[120]. Cette mesure fut entre autres financée par la vente de sa maison d’édition de musique à l’entreprise de médias française Vivendi[121],[122]. Durant le mandat de Gunter Thielene, Bertelsmann compta pour la première fois plus de 100 000 employés[123].

2008–2016[modifier | modifier le code]

Thomas Rabe, Président-directeur général depuis 2012

Hartmut Ostrowski fut nommé président-directeur général en 2008[124],[125]. Bertelsmann vendit ses parts du label Sony BMG qui s’appelle depuis Sony Music Entertainment[126],[127]. En 2008, Bertelsmann acquit les droits de l’encyclopédie Brockhaus[128], laquelle fut alors publiée par l’éditeur Wissen Media Verlag[129]. À la fin de l’année 2011, Hartmut Ostrowski annonça de manière inattendue qu’il allait quitter Bertelsmann pour des raisons personnelles[130],[131]. Depuis 2012, Thomas Rabe est président-directeur général de Bertelsmann[132]. En 2013, Bertelsmann introduisit en bourse une partie de ses actions du RTL Group afin de financer la poursuite de sa croissance grâce aux recettes de la vente[133],[134]. En 2013, l’éditeur Penguin Random House résultant de la fusion de Penguin Group et Random House devint la plus grande maison d’édition généraliste au monde[135]. En 2014, Gruner + Jahr fut entièrement repris par Bertelsmann[136],[137]. Sous la direction de Thomas Rabe, Bertelsmann investit également plus dans le secteur de l’enseignement[138],[139] : le prestataire américain Relias Learning fut par exemple acquis en 2014[140]. L’entreprise fait partie du Bertelsmann Education Group créé en 2015[141]. Le groupe rassembla ses activités d’impression au sein du Bertelsmann Printing Group en 2016[142],[143]. Le Club Bertelsmann fut liquidé[144],[145], mais certains partenaires de distribution s’y opposent sur le plan juridique[146],[147].

En juillet 2017, Pearson annonce la vente d'une participation de 22 % dans Penguin Random House à Bertelsmann pour environ 1 milliard de dollars. Après cette opération Pearson garde une participation de 25 % dans Penguin Random House[148].

Structure du groupe[modifier | modifier le code]

Forme juridique[modifier | modifier le code]

De 1971 à 2012, Bertelsmann était une société anonyme de droit allemand[149]. Le groupe fut ensuite transformé en société en commandite par actions dont la commanditée est une societas europaea[150],[151]. Bertelsmann expliqua ce choix entre autres par la volonté de s’ouvrir à des investisseurs[152]. Ces derniers devaient surtout participer au financement de la croissance à venir[153]. Les médias qualifièrent ce changement de forme juridique de « changement d’époque »[154], car il permettait en principe aussi une introduction en bourse[155],[156]. Cette dernière ne fut finalement pas mise en œuvre[157],[158]. Bertelsmann est aujourd’hui une entreprise faisant appel public à l’épargne, laquelle émet par exemple des obligations[159]. Depuis 2011, le groupe dresse son bilan selon les normes internationales d'information financière (IFRS)[160].

Propriétaires[modifier | modifier le code]

La nouvelle forme juridique ne change rien aux rapports de propriété de Bertelsmann[161]. Dès les années 1970 et 1980, la famille Mohn avait déjà mis en place la Fondation Bertelsmann qui possède la majorité des parts du capital de Bertelsmann depuis 1993[162],[163]. Ce faisant, des raisons fiscales jouèrent également un rôle[164],[165]. Ce chemin devait également servir à assurer la continuité de l’entreprise[166]. D’après le groupe, la famille Mohn possède aujourd’hui 19,1 % des parts du capital de Bertelsmann. Les fondations Bertelsmann, Reinhard Mohn et BVG arrivent ensemble à 80,9 %[167]. La société de gestion Bertelsmann Verwaltungsgesellschaft possède une influence décisive sur le groupe : elle rassemble tous les droits de vote de la famille Mohn et des fondations participantes. Ensemble, elles arrivent à 100 % dans les assemblées générales de la société du groupe (Bertelsmann SE & Co. KGaA) et de sa commanditée (Bertelsmann Management SE).

Direction[modifier | modifier le code]

La direction de Bertelsmann SE & Co. KGaA revient à la société Bertelsmann Management SE. Le président-directeur général de Bertelsmann Management SE est Thomas Rabe[168],[169]. Le conseil d’administration inclut également Fernando Carro, Markus Dohle, Immanuel Hermreck, Bernd Hirsch et Anke Schäferkordt[170]. En 2012, Bertelsmann créa en plus le Group Management Committee, lequel donne son avis au conseil concernant des questions importantes[171]. Certains médias rapportèrent qu’un nombre relativement important de femmes furent nommées dans le Group Management Committee[172],[173]. Bertelsmann SE & Co. KGaA et Bertelsmann Management SE possèdent respectivement un conseil de surveillance qui contrôle la direction. En 2013, Christoph Mohn assuma la présidence des deux conseils de surveillance[174]. Parmi les membres de sa famille, Liz Mohn[175] et Brigitte Mohn font également partie des conseils de surveillance de ces deux sociétés[176].

Domaines d’activités[modifier | modifier le code]

Bertelsmann est un groupe à l’organisation décentralisée[177]. Cela signifie que les différents secteurs d’activité travaillent de manière largement indépendante. La holding du groupe assume les tâches centrales, par exemple dans le domaine Corporate Finance[178]. En 2016, Bertelsmann introduisit une nouvelle structure et le groupe est donc aujourd’hui composé de huit domaines d’activité[179] : RTL Group (télévision et radio), Penguin Random House (livres), Gruner + Jahr (revues), BMG (droits musicaux), Arvato (prestations de service), Bertelsmann Education Group (enseignement), Bertelsmann Printing Group (impression) et Bertelsmann Investments (participations)[180].

RTL Group[modifier | modifier le code]

Logo de RTL Group
Article détaillé : RTL Group.

RTL Group est une entreprise leader sur le marché européen du divertissement, laquelle est domiciliée au Luxembourg[181]. L’entreprise gère des chaînes de télévision et de radio privées et financées par la publicité dans différents pays[182], dont par exemple RTL et VOX en Allemagne[183]. En 2015, une unité séparée portant le nom de RTL Digital Hub fut créée pour les vidéos en ligne[184]. De plus, des sociétés de production telles que FremantleMedia font partie du RTL Group.[185] En janvier 1997, Bertelsmann fusionna l’UFA Film- und Fernsehgesellschaft avec la Compagnie Luxembourgeoise de Télédiffusion (CLT)[186]. La fusion de CLT-UFA avec Pearson TV en 2000 marque le début du RTL Group.[187] L’entreprise est cotée en bourse et est majoritairement détenue par Bertelsmann depuis 2001[188]. Suite à la vente d’actions en 2013, ses parts s’élèvent à 75,1 %[189]. En 2016, les ventes du groupe RTL s'élèvent à 6,237 milliards d'euros[4].

Penguin Random House[modifier | modifier le code]

Logo de Penguin Random House
Article détaillé : Penguin Random House.

Penguin Random House est la plus grande maison d’édition généraliste au monde concernant les livres[190]. L’entreprise fut fondée en 2013 par la fusion des branches du livre de Bertelsmann et Pearson[191]. Avec la reprise de Random House, le groupe devint dès 1998 la plus grande maison d’édition de livres dans le monde anglophone[192]. L’entreprise compte environ 250 maisons d’édition sur cinq continents, non seulement Random House et Penguin Books mais aussi Doubleday, Knopf ou Viking[193]. Le groupe éditorial allemand Random House domicilié à Munich ne fait pas partie de Penguin Random House[194], mais appartient au même domaine d’activité chez Bertelsmann[195]. Le siège social de Penguin Random House est située dans la Penguin Random House Tower à New York[196]. Bertelsmann possède actuellement 53 % de la société[197]. En 2016, la société a réalisé un chiffre d'affaires de 3,361 milliards d'euros[4].

Gruner + Jahr[modifier | modifier le code]

Logo de Gruner + Jahr
Article détaillé : Gruner + Jahr.

Gruner + Jahr est un éditeur international de revues dont le siège est à Hambourg. Ses publications incluent par exemple Brigitte, Geo ou Stern et l’entreprise détient également une participation majoritaire à la société Motor Presse Stuttgart[198]. En 2015, Gruner + Jahr était présent dans plus de 20 pays[199]. Les activités commerciales aux États-Unis furent entretemps revendues[200], et si l’on considère le chiffre d’affaires, l’Allemagne et la France sont aujourd’hui les marchés les plus importants[201]. Bertelsmann possède des parts de Gruner + Jahr depuis 1969[202]. Le groupe acheta progressivement des parts de Richard Gruner, Gerd Bucerius et John Jahr[203]. En 1976, Bertelsmann détenait 74,9 % de Gruner + Jahr[204]. Bertelsmann reprit entièrement l’entreprise en 2014[136],[205]. En 2016, le chiffre d’affaires de Gruner + Jahr s'élevait au total à 1,580 milliard d’euros[4].

BMG[modifier | modifier le code]

Logo de BMG

BMG est un éditeur de musique dont le siège est à Berlin. Le catalogue de BMG inclut par exemple les droits d’auteurs pour des œuvres de Céline Dion, Jennifer Lopez, Ronan Keating et Britney Spears[206]. L’entreprise fut fondée en 2008 suite à la sortie du groupe du marché musical[207],[208]. Après la vente de Sony BMG, Bertelsmann conserva ses droits concernant 200 artistes, principalement européens[209]. En 2009, Kohlberg Kravis Roberts & Co. acheta des parts de BMG et détint ainsi une participation majoritaire de 51 % tandis que les parts de Bertelsmann s’élevaient à 49 %[210],[211]. Depuis 2013, BMG appartient de nouveau entièrement à Bertelsmann[212]. BMG se transforma en domaine d’activité de Bertelsmann en 2016[213]. Les ventes s'élèvent à 416 millions d'euros[4].

Arvato[modifier | modifier le code]

Logo de Arvato

Arvato est une entreprise de prestations de services internationale. Dans sa forme actuelle, l’entreprise fut fondée en 1999[214]. À l’époque, les secteurs Impression et Industrie de Bertelsmann furent restructurés. Cette opération donna plus de poids aux prestations de services par rapport aux secteurs Impression et Industrie de l’époque[215],[216]. Dès les années 1950, Bertelsmann faisait déjà partie des entreprises de prestations de services[217], par exemple en assumant la livraison de livres pour d’autres maisons d’édition[218]. Aujourd’hui encore, le domaine d'activité Vereinigte Verlagsauslieferung (VVA) est détenu par Arvato[219]. En outre, Arvato réalise désormais des prestations de services dans les secteurs suivants : Customer-Relationship-Management (CRM), Supply-Chain-Management (SCM), finances et technologies de l'information[220],[221]. Le siège social d’Arvato est situé à Gütersloh. L'entreprise possède aussi des succursales dans 22 pays dont la Chine et les États-Unis[222]. En 2016, Arvato et un chiffre d’affaires s’élevait à 3,838 milliards d’euros[4].

Bertelsmann Printing Group[modifier | modifier le code]

Logo de Bertelsmann Printing Group

En 2016, le groupe rassembla ses activités d’impression numérique, offset et en taille douce au sein du Bertelsmann Printing Group.[223] Il s’agit du plus grand représentant du secteur en Europe[224]. Le siège du groupe de sociétés est situé à Gütersloh[225]. Le Bertelsmann Printing Group inclut GGP Media, Mohn Media, Prinovis, Sonopress, Vogel Druck et quelques autres entreprises mais aussi la société Be Printers[226],[227]. Be Printers est une succursale d’Arvato, qui fut fondée en 2012 afin de consolider les activités du groupe dans le secteur de l’impression[228]. En raison des tirages en baisse, cette activité était soumise à une forte pression depuis des années[229]. Durant l’exercice 2016, Bertelsmann Printing Group atteint un chiffre d’affaires de 1,624 milliard d’euros[4].

Bertelsmann Education Group[modifier | modifier le code]

Logo de Bertelsmann Education Group

Le Bertelsmann Education Group est le groupe d’entreprises de Bertelsmann consacré à l’enseignement[230]. Il fut fondé en 2015 et son siège est situé à New York[231]. Il inclut par exemple l’Alliant International University en Californie ainsi que Relias Learning[232]. Le rachat de Relias Learning en 2014 fut à l’origine du Bertelsmann Education Group et constituait la plus grande reprise de Bertelsmann depuis l’acquisition de Random House[233]. En 2016, le Bertelsmann Education Group a réalisé un chiffre d'affaires de 142 millions d'euros.[4].

Bertelsmann Investments[modifier | modifier le code]

Logo de Bertelsmann Investments

Ce domaine d’activité regroupe les participations de Bertelsmann dans des start-ups. L’essentiel des activités se concentre au Brésil, en Chine et en Inde ainsi qu’aux États-Unis et en Europe[4]. Bertelsmann Digital Media Investments est domicilié à Gütersloh et se focalise surtout sur les États-Unis depuis 2014[234],[235]. Avec Bertelsmann Asia Investments, Bertelsmann Brazil Investments et Bertelsmann India Investments, il existe trois autres fonds qui œuvrent dans les régions de croissance définies par le groupe[4]. Bertelsmann Investments possède des parts dans plus de 100 start-ups, lesquelles sont principalement actives dans l’économie numérique[236].

Sites[modifier | modifier le code]

Siège du groupe à Gütersloh (2011)

Depuis les années 1970, le siège de Bertelsmann est situé dans le quartier d’Avenwedde à Gütersloh et il s’étend sur une superficie de 26 100 m2. Les immeubles de bureaux furent construits en 1976 puis agrandis en 1990[237]. En plus des organisations habituelles, le siège de Gütersloh accueille la Bertelsmann University, une école supérieure spécialisée pour les dirigeants du groupe[238]. En 1992, Bertelsmann racheta le Bertelsmann Building à New York et y installa son siège pour l’Amérique du Nord[239]. Le bâtiment fut revendu en 2004[240]. La représentation commerciale à Berlin fut ouverte en 2003 dans le bâtiment de l’Alte Kommandantur situé dans le cœur historique de la ville[241]. Dans le cadre de l’internationalisation, d’autres Corporate Centers furent ouverts par Bertelsmann à Pékin (2006), New-Delhi (2012) et São Paulo (2012)[242].

Avec tous ses domaines d’activité, Bertelsmann compte presque 350 lieux d’implantation dans le monde entier[243]. La majorité se trouve en Europe où le groupe réalise la plus grande partie de son chiffre d’affaires[244]. Durant les dernières années, le groupe accorda une attention particulière aux nouveaux pays industrialisés que sont le Brésil, la Chine et l’Inde[245],[246]. Au Brésil, le groupe développe surtout ses activités liées à l’enseignement[247],[248]. Bertelsmann est présent en Chine depuis 1992 et tous ses domaines d’activités y sont aujourd’hui représentés[249],[250]. En Inde, le groupe mise entre autres sur la croissance du secteur du commerce en ligne[251],[252].

Critiques[modifier | modifier le code]

Durant les années 1990, des questions et des critiques furent formulées quant au rôle du groupe durant le Troisième Reich[253]. L’élément déclencheur fut un discours du président-directeur général Thomas Middelhoff qu’il tint en 1998 à New York alors qu’il était récompensé par le Vernon A. Walters Award[254]. Thomas Middelhoff présenta Bertelsmann comme étant l’une des rares entreprises de médias non-juives à avoir été fermées par les nationaux-socialistes pour avoir publié de la littérature subversive[255]. Cet avis fut par exemple sévèrement critiqué par le journaliste Hersch Fischler[256],[257]. Ce discours donna lieu à un large débat public et conduit fin 2008 à la création par le groupe d’une commission historique indépendante (Unabhängige Historische Kommission ou UHK)[258]. Cette dernière fut dirigée par Saul Friedländer tandis que Norbert Frei, Trutz Rendtorff et Reinhard Wittmann en étaient membres. L’UHK présenta un rapport intermédiaire en 2000 et son rapport final en 2002[259]. Ce dernier établit par exemple qu’il était incontestablement inexact d’affirmer que la maison d’édition C. Bertelsmann Verlag ait résisté au national-socialisme[260],[261],[262]. La thèse de la « fermeture en tant que maison d’édition de la Résistance » ne put pas être étayée[263]. L’historien Volker Ullrich déclara dans l’hebdomadaire Die Zeit qu’il ne restait rien de la « prétendue maison d’édition de la Résistance »[264]. Depuis 2003, les dossiers de l’UHK sont accessibles au public dans les archives du groupe à Gütersloh[265].

Bertelsmann attira également l’attention du public en raison des critiques à l’encontre de la Fondation Bertelsmann[266]. Il lui fut reproché de pratiquer une ingérence politique ainsi que de mélanger des intérêts généraux et privés[267],[268]. Le journaliste Thomas Schuler publia un livre à ce sujet en 2010[269],[270].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (de) « Bertelsmann erinnert sich », Neue Westfälische,‎ , p. 11
  2. (en) Henry Mance, Jeevan Vasagar, « Thomas Rabe, Bertelsmann CEO: From Punk Rock to Family Values », sur Financial Times, (consulté le 19 mai 2016)
  3. (de) Christian Müssgens, « Ein Familienwächter für Bertelsmann », sur Frankfurter Allgemeine Zeitung, (consulté le 19 mai 2016)
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) Bertelsmann, « Annual Report 2016 » [PDF] (consulté le 28 mars 2017)
  5. (de) Marco Saal, « Die größten Medienkonzerne: Facebook springt unter die Top 10 weltweit », sur Horizont, (consulté le 2 mai 2016)
  6. (de) Stephan Grimm, « Bertelsmann druckt erstes Buch », Neue Westfälische,‎
  7. (de) Thorsten Gödecker, « Geschichte mit Zukunft », Neue Westfälische,‎
  8. (de) Kai-Hinrich Renner, « Bertelsmann sortiert sich neu », Handelsblatt,‎ , p. 24
  9. (de) « Finanzierungsstrategie », Bertelsmann (consulté le 1er octobre 2015)
  10. (de) « Kapitalmarktorientierung », Bertelsmann (consulté le 1er octobre 2015)
  11. « Une affaire de famille: Bertelsmann et les Mohn », sur La Libre, (consulté le 31 juillet 2016)
  12. (de) « Medienmonarchie aus Gütersloh », sur Handelsblatt, (consulté le 1er octobre 2015)
  13. (de) « Es bleibt in der Familie », Wiener Zeitung,‎ , p. 19
  14. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 12
  15. (de) « Singen zu Gottes Ehre und eigener Freude », Westfalen-Blatt,‎
  16. (de) Thomas Lehning, Das Medienhaus: Geschichte und Gegenwart des Bertelsmann-Konzerns, Paderborn, München, Wilhelm Fink Verlag, (ISBN 3-7705-4035-2), p. 27
  17. (de) Norbert Frei, Saul Friedländer, Trutz Rendtorff, Reinhard Wittmann, Bertelsmann im Dritten Reich, München, Bertelsmann, (ISBN 3-570-00711-1), p. 157
  18. (de) Thomas Lehning, Das Medienhaus: Geschichte und Gegenwart des Bertelsmann-Konzerns, Paderborn, München, Wilhelm Fink Verlag, (ISBN 3-7705-4035-2), p. 28
  19. (de) Norbert Frei, Saul Friedländer, Trutz Rendtorff, Reinhard Wittmann, Bertelsmann im Dritten Reich, München, Bertelsmann, (ISBN 3-570-00711-1), p. 347
  20. (de) « Bertelsmann größter NS-Lieferant », Saarbrücker Zeitung,‎
  21. (de) Norbert Frei, Saul Friedländer, Trutz Rendtorff, Reinhard Wittmann, Bertelsmann im Dritten Reich, München, Bertelsmann, (ISBN 3-570-00711-1), p. 423
  22. (de) Thomas Lehning, Das Medienhaus: Geschichte und Gegenwart des Bertelsmann-Konzerns, Paderborn, München, Wilhelm Fink Verlag, (ISBN 3-7705-4035-2), p. 30
  23. (de) « Bertelsmann im NS-Staat : Kommission legt Abschlussbericht vor », Neue Zürcher Zeitung,‎ , p. 54
  24. (de) « Literaturnobelpreis am Donnerstag », Der Standard,‎ , p. 26
  25. (de) Norbert Frei, Saul Friedländer, Trutz Rendtorff, Reinhard Wittmann, Bertelsmann im Dritten Reich, München, Bertelsmann, (ISBN 3-570-00711-1), p. 503–503
  26. (de) « Bücher im Dienst der Kriegspropaganda : Eine Historiker-Kommission bescheinigt Bertelsmann enge Verstrickungen mit den Nationalsozialisten », Berliner Zeitung,‎ , p. 14
  27. (de) « Bertelsmann-Chef zeigt Reue : Medienkonzern in der Nazi-Zeit größter Buchproduzent der Wehrmacht », Handelsblatt,‎ , p. 18
  28. (de) Thomas Schuler, « Die Gabe des Vergessens : Der Bertelsmann-Chef legt sein viertes und persönlichstes Buch vor », Neue Zürcher Zeitung,‎ , p. 63
  29. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 22
  30. « Reinhard Mohn, refondateur de Bertelsmann, philosophe de l'entreprise », sur L'Écho, (consulté le 31 juillet 2016)
  31. (de) Thomas Lehning, Das Medienhaus: Geschichte und Gegenwart des Bertelsmann-Konzerns, Paderborn, München, Wilhelm Fink Verlag, (ISBN 3-7705-4035-2), p. 33
  32. (de) Thomas Lehning, Das Medienhaus: Geschichte und Gegenwart des Bertelsmann-Konzerns, Paderborn, München, Wilhelm Fink Verlag, (ISBN 3-7705-4035-2), p. 34
  33. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 135
  34. (de) Günther Bähr, « Das allerletzte Kapitel », Focus,‎ , p. 96–97
  35. (de) Erich Reimann, « Letztes Kapitel vor Gericht : Bertelsmann Buchclub soll abgewickelt werden, Vertriebspartner haben etwas dagegen », Wiesbadener Kurier,‎
  36. (de) Volker Ackermann, Torsten Groth, Markus Plate, Arist von Schlippe, Große deutsche Familienunternehmen: Generationenfolge, Familienstrategie und Unternehmensentwicklung, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, (ISBN 978-3-525-40338-9), p. 82
  37. (de) Thomas Lehning, Das Medienhaus: Geschichte und Gegenwart des Bertelsmann-Konzerns, Paderborn, München, Wilhelm Fink Verlag, (ISBN 3-7705-4035-2), p. 87
  38. (de) « Bertelsmann wird heute 175 Jahre alt : 1950–1960 », Westfalen-Blatt,‎
  39. (de) « Superstar und Freund der Mohns », Neue Westfälische,‎ , p. 3
  40. (de) Jan Philip Holtman, Pfadabhängigkeit strategischer Entscheidungen : Eine Fallstudie am Beispiel des Bertelsmann-Buchclubs Deutschland, Köln, Kölner Wissenschaftsverlag, (ISBN 3-937404-57-0, lire en ligne), p. 126
  41. (de) « Die UFA gibt die Filmproduktion auf – aber nicht für immer », Handelsblatt,‎ , p. 7
  42. (de) « UFA: Klappe zu », Der Spiegel,‎ (lire en ligne)
  43. (de) « Bertelsmann wird heute 175 Jahre alt : 1960–1970 », Westfalen-Blatt,‎
  44. (de) « Verlage: Freundlicher Moloch », Der Spiegel,‎ (lire en ligne)
  45. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 36
  46. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 37
  47. (de) Thomas Lehning, Das Medienhaus: Geschichte und Gegenwart des Bertelsmann-Konzerns, Paderborn, München, Wilhelm Fink Verlag, (ISBN 3-7705-4035-2), p. 88
  48. (de) Thomas Lehning, Das Medienhaus: Geschichte und Gegenwart des Bertelsmann-Konzerns, Paderborn, München, Wilhelm Fink Verlag, (ISBN 3-7705-4035-2), p. 91
  49. (de) « Gütersloher Zentrale in neuem Gebäude », Bertelsmann (consulté le 20 novembre 2015)
  50. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 43
  51. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 40
  52. (de) Thomas Lehning, Das Medienhaus: Geschichte und Gegenwart des Bertelsmann-Konzerns, Paderborn, München, Wilhelm Fink Verlag, (ISBN 3-7705-4035-2), p. 56
  53. (de) Thomas Lehning, Das Medienhaus: Geschichte und Gegenwart des Bertelsmann-Konzerns, Paderborn, München, Wilhelm Fink Verlag, (ISBN 3-7705-4035-2), p. 57
  54. (de) Christine Hierl, Medienkonzentration und die Internationalisierung deutscher Medienkonzerne am Beispiel der Bertelsmann AG, München, Grin Verlag, (ISBN 978-3-638-60658-5)
  55. (de) Reinhard Mohn, Erfolg durch Menschlichkeit und Freiheit, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-01110-2)
  56. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 44–45
  57. (de) « Top-Manager Manfred Fischer ist tot », sur Manager Magazin, (consulté le 29 mars 2016)
  58. (de) Heinz-Günter Kemmer, « Rückzug an die Spitze », sur Die Zeit, (consulté le 20 novembre 2015)
  59. (de) « Verlage: Im Zweifel selbst », Der Spiegel,‎ (lire en ligne)
  60. (de) « Bertelsmann: Die Kehrseite », Der Spiegel,‎ (lire en ligne)
  61. (de) Gunhild Freese, Richard Gaul, « Kopflos in die Krise », sur Die Zeit, (consulté le 20 novembre 2015)
  62. (de) Jean-Marc Göttert, Die Bertelsmann Methode : Die 10 Erfolgsgeheimnisse des vielseitigsten Medienunternehmens der Welt, München, Redline, (ISBN 978-3-86414-393-9), p. 85
  63. (de) Thomas Lehning, Das Medienhaus: Geschichte und Gegenwart des Bertelsmann-Konzerns, Paderborn, München, Wilhelm Fink Verlag, (ISBN 3-7705-4035-2), p. 109
  64. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 46
  65. (de) « Bertelsmann wird heute 175 Jahre alt : 1980–1990 », Westfalen-Blatt,‎
  66. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 48
  67. (de) « Ariola & Co. », Westfalen-Blatt,‎
  68. (de) Ludger Osterkamp, « Sonopress kehrt zu seinem Namen zurück : Bei den Mitarbeitern und den Kunden hieß die Firma ohnehin nie anders », sur Neue Westfälische, (consulté le 29 mars 2016)
  69. (de) « Chronik: Das rasante Wachstum des Bertelsmann-Verlags », sur Spiegel Online, (consulté le 20 novembre 2015)
  70. a et b (de) « Bertelsmann : Geschichte und Profil », Institut für Medien- und Kommunikationspolitik (consulté le 20 novembre 2015)
  71. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 53
  72. (de) « Im Osten viel Neues », Bertelsmann (consulté le 20 novembre 2015)
  73. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 55
  74. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 54
  75. (de) « Bertelsmann wird heute 175 Jahre alt : 1990–2000 », Westfalen-Blatt,‎
  76. (de) Jean-Marc Göttert, « Die reichsten Deutschen: Der asketische Revolutionär », sur Spiegel Online, (consulté le 20 novembre 2015)
  77. (de) Thomas Lehning, Das Medienhaus: Geschichte und Gegenwart des Bertelsmann-Konzerns, Paderborn, München, Wilhelm Fink Verlag, (ISBN 3-7705-4035-2), p. 274
  78. (de) Andreas Donath, « Bertelsmann: Kein Groll wegen Time Warner + AOL », sur Golem, (consulté le 20 novembre 2015)
  79. (de) Ingrid Scheithauer, « Die gesamte Wertschöpfungskette besetzen : Thomas Middelhoff sieht Bertelsmann im Multimedia-Geschäft gut gerüstet », Frankfurter Rundschau,‎ , p. 11
  80. (de) « Fernsehen: Teuflisch intelligent », Der Spiegel,‎ (lire en ligne)
  81. Martine Esquirou, « Fusion entre Audiofina (CLT) et UFA (Bertelsmann) », sur Libération, (consulté le 31 juillet 2016)
  82. (de) Gunhild Freese, « Die Weichen für das TV-Geschäft der Zukunft sind gestellt », Die Zeit,‎
  83. (de) « Bertelsmann: Neue Chefs », Der Spiegel,‎ (lire en ligne)
  84. (de) « Bertelsmann will mit Multimedia Milliarden umsetzen : Umsatz soll im Jahr 2000 mehr als zwei Milliarden Mark betragen », sur Die Welt, (consulté le 29 mars 2016)
  85. (de) « Personalien: Wachwechsel bei Bertelsmann », Börsen-Zeitung,‎ , p. 15
  86. (de) Oliver Herrgesell, « Bertelsmann kauft die US-Verlagsgruppe Random House », (consulté le 20 novembre 2015)
  87. « Bertelsmann prend le contrôle de l'éditeur Random House », sur L'Écho, (consulté le 31 juillet 2016)
  88. (de) Florian Rötzer, « Bertelsmann kauft Random House », sur Heise Online, (consulté le 22 novembre 2015)
  89. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 58
  90. (de) Thomas Lehning, Das Medienhaus: Geschichte und Gegenwart des Bertelsmann-Konzerns, Paderborn, München, Wilhelm Fink Verlag, (ISBN 3-7705-4035-2), p. 121
  91. « Bertelsmann louche vers Springer », sur Libération, (consulté le 31 juillet 2016)
  92. (de) « Bertelsmann erwirbt Wissenschaftsverlag », Sächsische Zeitung,‎ , p. 20
  93. (de) « Bertelsmann kauft Springer-Wissenschaftsverlag », Der Tagesspiegel,‎ , p. 22
  94. Nicole Penicaut, « Bertelsmann quitte AOL Europe : Vivendi, majoritaire dans AOL France, pourrait lui succéder. », sur Libération, (consulté le 31 mars 2016)
  95. (de) Maris Hubschmid, « Der tiefe Fall des Thomas Middelhoff », sur Der Tagesspiegel, (consulté le 29 mars 2016)
  96. (de) « Bertelsmann wird führender TV-Sender », Süddeutsche Zeitung,‎ , p. 25
  97. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 57
  98. (de) « GBL durch Aktientausch neuer Bertelsmann Gesellschafter », sur Buchmarkt, (consulté le 16 novembre 2015)
  99. (de) Ludger Fertmann, « Middelhoff schwört Führung aufs Internet ein », Die Welt,‎ , p. 25
  100. (de) « Klage fallen gelassen: Bertelsmann kauft sich bei Napster ein », sur Spiegel Online, (consulté le 18 novembre 2015)
  101. (de) Goetz Hamann, « Napster ist geschnappt : Bertelsmann kauft die Musiktauschbörse – und sich einen Vertriebskanal », (consulté le 20 novembre 2015)
  102. (de) « Napster: Das letzte Gericht », sur faz.net, (consulté le 20 novembre 2015)
  103. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 66
  104. Tim Gerber, « Napster: Bertelsmann rassuré en Allemagne », sur Libération, (consulté le 31 juillet 2016)
  105. (de) « Streit um Napster belastet Netto-Gewinn », sur faz.net, (consulté le 17 novembre 2015)
  106. (de) « Bertelsmann muss an die Börse », sur Spiegel Online, (consulté le 10 novembre 2015)
  107. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 68
  108. (de) « Bertelsmann-Chef muss gehen », Handelsblatt,‎ , p. 1
  109. (de) « Bertelsmann: Sieg der alten Garde », sur Spiegel Online, (consulté le 17 novembre 2015)
  110. (de) Thomas Schulz, Thomas Tuma, « Konzerne: Westfälischer Unfrieden », Der Spiegel,‎ (lire en ligne)
  111. (de) « Thielen zieht die Bremse », sur Manager Magazin, (consulté le 24 novembre 2015)
  112. (de) « Bertelsmann wird heute 175 Jahre alt : 2000–2009 », Westfalen-Blatt,‎
  113. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 72
  114. (de) Alexandra Knape, « Berliner Verlag wird verkauft », sur Manager Magazin, (consulté le 23 novembre 2015)
  115. (de) « Bertelsmann verkauft Bertelsmann-Springer an Cinven und Candover », (consulté le 19 novembre 2015)
  116. (de) Boi Feddern, « Bertelsmann und Sony planen gemeinsames Musikunternehmen », sur Heise Online, (consulté le 23 novembre 2015)
  117. (de) Arndt Ohler, Birgit Jennen, « Krise zwingt BMG in Ehe mit Sony », Financial Times Deutschland,‎ , p. 1
  118. (de) Ralf Niemczyk, « Sony BMG: Schrumpfkur in den Aufschwung », Tagesanzeiger,‎ , p. 53
  119. « Rachat par Bertelsmann des parts de GBLdans son capital, pour éviter la cotation », sur Challenges, (consulté le 31 juillet 2016)
  120. « Le groupe Bertelsmann rachète au prix fort la participation de GBL », sur Les Échos, (consulté le 31 juillet 2016)
  121. (de) « Musikverlag BMG geht an Vivendi », Wiener Zeitung,‎ , p. 26
  122. (de) « Bertelsmann treibt Schuldenabbau voran », Handelsblatt,‎ , p. 18
  123. (de) 175 Jahre Bertelsmann: Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9), p. 75
  124. (de) « Neuer Bertelsmannchef Ostrowski: Mehr Innovation, mehr Wachstum, keine Internetprojekte », sur Spiegel Online, (consulté le 24 novembre 2015)
  125. (de) Hans-Peter Siebenhaar, « Ostrowski als gehemmter Wachstumstreiber », sur Handelsblatt, (consulté le 24 novembre 2015)
  126. (de) Hans-Peter Siebenhaar, « Bertelsmann macht Musik aus », Handelsblatt,‎ , p. 14
  127. « L'allemand Bertelsmann cède sa part de Sony BMG », sur Le Monde, (consulté le 31 juillet 2016)
  128. (de) Rudolf Walther, « Keine zweite Wikipedia », sur taz.de, (consulté le 24 novembre 2015)
  129. (de) « Bertelsmann-Tochter kauft Brockhaus », sur Manager Magazin, (consulté le 24 novembre 2015)
  130. (de) Juliane Paperlein, « Überraschender Wechsel: Finanzchef Rabe beerbt Ostrowski bei Bertelsmann », sur horizont.net, (consulté le 24 novembre 2015)
  131. (de) Klaus Boldt, « Größter Medienkonzern Europas: Bertelsmann-Chef Ostrowski geht », sur Spiegel Online, (consulté le 24 novembre 2015)
  132. (de) « Finanzvorstand Rabe löst Konzernchef Ostrowski ab », sur Süddeutsche Zeitung, (consulté le 24 novembre 2015)
  133. (de) « Bertelsmann muss sich bei RTL bescheiden : Medienkonzern winken 1,4 Mrd. Euro Erlös », Börsen-Zeitung,‎ , p. 9
  134. (de) « Bertelsmann nimmt 1,4 Milliarden Euro ein », sur Handelsblatt, (consulté le 29 mars 2016)
  135. Alexandre Debouté, « Le nouveau géant Penguin Random House veut défier Amazon », sur Le Figaro, (consulté le 31 juillet 2016)
  136. a et b (de) « Medienkonzern: Bertelsmann übernimmt Gruner + Jahr komplett », sur Die Zeit, (consulté le 1er octobre 2015)
  137. « Bertelsmann contrôle totalement Gruner + Jahr », sur Le Figaro, (consulté le 31 juillet 2016)
  138. (de) « Bertelsmann: Bildung als dritte Geschäftssäule », sur Handelsblatt, (consulté le 24 novembre 2015)
  139. Cécile Boutelet, « Bertelsmann mise sur la formation sur Internet », sur Le Monde, (consulté le 31 juillet 2016)
  140. « Bertelsmann se renforce dans l'éducation avec une acquisition aux Etats-Unis », (consulté le 31 juillet 2016)
  141. (de) « Bertelsmann Education Group bündelt Bildungsgeschäfte », sur boersenblatt.net, (consulté le 5 janvier 2016)
  142. (de) « 1,7 Mrd. Euro Umsatz und 9.000 Beschäftigte: Bertelsmann schafft größte Druckerei-Gruppe », sur Meedia, (consulté le 5 janvier 2016)
  143. Julie Torterolo, « Bertelsmann fusionne toutes ses filiales d'imprimerie », sur ActuaLitté, (consulté le 31 juillet 2016)
  144. (de) « Bis Ende 2015: Bertelsmann schließt seinen Buchclub », sur faz.net, (consulté le 24 novembre 2015)
  145. Clément Solym, « Le Club de lecture de Bertelsmann, historique et dépassé », sur ActuaLitté, (consulté le 31 juillet 2016)
  146. (de) Manfred Schneider, « Vergessen, was man nicht wissen muss – über das Ende der Buchklubs », Neue Zürcher Zeitung,‎ , p. 19
  147. (de) « Klage gegen Aus für Bertelsmann-Buchclub », sur Handelsblatt, (consulté le 24 novembre 2015)
  148. Kate Holton, « Pearson cashes in $1 billion of its Penguin Random House stake », sur Reuters,
  149. (de) Martin Krause, « Bertelsmann sucht Strategie », Neue Westfälische,‎
  150. (de) « Neue Rechtsform von Bertelsmann jetzt amtlich », Börsen-Zeitung,‎ , p. 11
  151. Clément Solym, « Numérique et mondiale : la décennie à venir pour Bertelsmann », sur ActuaLitté, (consulté le 31 juillet 2016)
  152. (de) « Bertelsmann lockt neue Investoren », Kölner Stadt-Anzeiger,‎
  153. (de) Stephan Rechlin, « Liz Mohn lässt Fremdkapital zu », Westfalen-Blatt,‎
  154. (de) « Zeitenwende bei Medienriese Bertelsmann », Sächsische Zeitung,‎ , p. 24
  155. (de) Ileana Grabitz, « Bertelsmann liebäugelt mit der Börse : Einfluß der Familie Mohn soll bleiben », Die Welt,‎ , p. 12
  156. (de) « Bertelsmann öffnet sich für Börsengang », Frankfurter Rundschau,‎ , p. 37
  157. (de) Oliver Horst, « Bertelsmann bleibt Börse fern : Familie favorisiert andere Finanzierungswege », Westfalen-Blatt,‎
  158. (de) Caspar Busse, « Bertelsmann sagt Börsengang ab : Stattdessen sollen nun RTL-Aktien verkauft werden », Süddeutsche Zeitung,‎ , p. 21
  159. (de) « Anleihen vierfach überzeichnet: Bertelsmann holt sich bei Investoren Geld », sur n-tv, (consulté le 1er octobre 2015)
  160. (de) « Kapitalmarktorientierung », Bertelsmann (consulté le 1er octobre 2015)
  161. (de) Bernhard Hertlein, « Bereit zu großen Übernahmen », Westfalen-Blatt,‎
  162. (de) Ralph Gerstenberg, « Nur im eigenen Interesse », sur Deutschlandfunk, (consulté le 1er octobre 2015)
  163. (de) « Bertelsmann-Gruppe: Rezension bei Printmedien und Fernsehbeteiligungen », Handelsblatt,‎ , p. 23
  164. (de) « Von der Welt lernen: Warum Reinhard Mohn die Bertelsmann Stiftung gründete », Fondation Bertelsmann (consulté le 24 novembre 2015)
  165. (de) Thomas Schuler, « Die Methode Bertelsmann: Eine Stiftung regiert das Land », sur Die Tageszeitung, (consulté le 1er octobre 2015)
  166. (de) « Bertelsmann bewahrt Tradition », sur n-tv, (consulté le 24 novembre 2015)
  167. (de) « Aktionärsstruktur », Bertelsmann (consulté le 1er octobre 2015)
  168. (de) « Spitzenwechsel – Thomas Rabe neuer Bertelsmann-Chef », sur Hamburger Abendblatt, (consulté le 1er octobre 2015)
  169. (de) « Man kann alles verkaufen », Der Spiegel,‎ (lire en ligne)
  170. (de) « Management », Bertelsmann (consulté le 1er octobre 2015)
  171. (de) Hans-Peter Siebenhaar, « Der neue Machtzirkel », Handelsblatt,‎ , p. 54
  172. (de) Bernhard Hertlein, « Bertelsmann wird weiblicher : Thomas Rabe installiert neues Beratergremium », Westfalen-Blatt,‎
  173. (de) Hans-Peter Siebenhaar, « Neuordnung: Bertelsmann-Vorstand wird feminisiert », sur Handelsblatt, (consulté le 1er octobre 2015)
  174. (de) « Christoph Mohn übernimmt Aufsichtsratsvorsitz bei Bertelsmann », sur Der Westen, (consulté le 1er octobre 2015)
  175. « Liz Mohn, la dame de fer de Bertelsmann », sur Le Figaro, (consulté le 31 juillet 2016)
  176. (de) « Aufsichtsrat », Bertelsmann (consulté le 1er octobre 2015)
  177. (de) « Bertelsmann Essentials » [PDF], Bertelsmann (consulté le 1er octobre 2015)
  178. (de) « Bertelsmann ist keine Aktiengesellschaft mehr », sur Handelsblatt, (consulté le 1er octobre 2015)
  179. (de) « Aus 5 mach' 8 : Bertelsmann-Chef Thomas Rabe erklärt den Konzernumbau für beendet und bleibt seinem Ziel treu: 2 Milliarden Euro Umsatz bis 2020 », Horizont,‎ , p. 11
  180. (de) « Das neue Bertelsmann » [PDF], Bertelsmann (consulté le 29 mars 2016), p. 16–17
  181. (de) « Gelingt der digitale Umbruch? », Handelsblatt,‎ , p. 36
  182. (en) « Companies (Selection) » [PDF], RTL Group (consulté le 1er octobre 2015)
  183. (de) Hans-Peter Siebenhaar, « Der Medien-Kommissar: Die Börsenwette namens RTL », sur Handelsblatt, (consulté le 1er octobre 2015)
  184. (de) Stefan Winterbauer, « RTL Group gründet mit dem RTL Digital Hub eine Online-Video-Zentrale – Chef ist Marcel Reichart », sur Meedia, (consulté le 29 mars 2016)
  185. (de) Thomas Lückerath, « Zukauf in den USA: RTL-Tochter FremantleMedia übernimmt 495 Productions », sur DWDL, (consulté le 1er octobre 2015)
  186. Martine Esquirou, « Mégafusion dans la télé européenne : La CLT et UFA, filiale télé de Bertelsmann, s'allient en radio et télévision. », sur Libération, (consulté le 31 juillet 2016)
  187. (de) James Harding, Lutz Meier, « Heute entsteht Europas größter TV-Konzern », Financial Times Deutschland,‎ , p. 1
  188. (de) « Mehrheit an RTL Group: Bertelsmann mit neuem Gesellschafter », sur Rheinische Post, (consulté le 1er octobre 2015)
  189. « Bertelsmann met en Bourse une partie de RTL Group », sur Le Figaro, (consulté le 31 juillet 2016)
  190. (de) Rüdiger Wischenbart, « Das Goldene Zeitalter für Buchverlage beginnt », Die Welt,‎ , p. 22
  191. (de) « Fusion abgeschlossen: Bertelsmann und Pearson gründen Buchgiganten », sur Handelsblatt, (consulté le 1er octobre 2015)
  192. (de) « Bertelsmann wird größter Verleger von Büchern in englischer Sprache », Süddeutsche Zeitung,‎ , p. 23
  193. (de) Wieland Freund, « Jetzt machen es die Bücher wie die Autos », sur Die Welt, (consulté le 1er octobre 2015)
  194. (de) « Fusion mit britischem Konkurrenten: Bertelsmann schmiedet weltgrößten Buchverlag », sur Spiegel Online, (consulté le 1er octobre 2015)
  195. (en) « Global Publishing Leaders 2015: Penguin Random House », sur Publishers Weekly (consulté le 1er octobre 2015)
  196. (en) « Global Map of Offices », Penguin Random House (consulté le 29 mars 2016)
  197. (de) « Bertelsmann könnte Anteil an Penguin/Random House ausweiten », sur Der Westen, (consulté le 29 mars 2016)
  198. (de) « Zeitschriftenverlag: Bertelsmann übernimmt Gruner + Jahr vollständig », sur faz.net, (consulté le 1er octobre 2015)
  199. (de) « Finanzdaten », Gruner + Jahr (consulté le 1er octobre 2015)
  200. (de) Johannes Ritter, « Abschied von Amerika: Gruner + Jahr verkauft das Druckgeschäft », sur faz.net, (consulté le 1er octobre 2015)
  201. (de) Georg Altrogge, « Trotz Minusbilanz: Warum Bertelsmann-Chef Rabe Gruner + Jahr auf Kurs sieht », sur Meedia, (consulté le 1er octobre 2015)
  202. (de) « Gruner + Jahr: Das lechzt », sur Spiegel Online, (consulté le 1er octobre 2015)
  203. (de) « Das Nokia unter den Verlagen », Kress Report,‎ , p. 6
  204. (de) Caspar Busse, « Verlegte Geschäfte », Süddeutsche Zeitung,‎ , p. 31
  205. « Médias: Bertelsmann prend le contrôle complet de l'éditeur Gruner + Jahr », sur La Libre, (consulté le 31 juillet 2016)
  206. (de) « Bertelsmann geht auf Einkaufstour », Neue Westfälische,‎
  207. (de) « Bertelsmann gibt das Musikgeschäft auf : Sony-BMG-Anteil verkauft / Neue Sparte in Berlin », Der Tagesspiegel,‎ , p. 15
  208. (de) « Wachsen mit der Musik », Neue Westfälische,‎
  209. (de) « Bertelsmann kauft Musikrechteverlag BMG ganz », sur Die Welt, (consulté le 30 mars 2016)
  210. (de) Renzo Wellinger, « Bertelsmann und KKR bündeln Kräfte im Musikrechtegeschäft », sur Musikmarkt, (consulté le 20 mars 2016)
  211. Lauren Silva Laughlin, « Selon KKR et Bertelsmann, la musique peut encore rapporter », sur Le Monde, (consulté le 31 juillet 2016)
  212. (de) « Wieder im Besitz von BMG: Bertelsmann macht Musik », sur n-tv, (consulté le 24 novembre 2015)
  213. (de) Stefan Schelp, « Da steckt Geld drin : Meinungsbörse », Neue Westfälische,‎ , p. 27
  214. (de) « Bertelsmann Industrie heißt künftig Arvato », Süddeutsche Zeitung,‎ , p. 28
  215. (de) « Bertelsmann Drucksparte setzt verstärkt auf Dienstleistungen », Die Welt,‎ , p. 24
  216. (de) « Arvato auf Wachstumskurs : Bertelsmann Industrie gibt sich einen neuen Namen », Handelsblatt,‎ , p. 19
  217. (de) Michael Delker, « Der größte Arbeitgeber in Ostwestfalen-Lippe », Westfalen-Blatt,‎
  218. (de) « Über Arvato: Geschichte », Arvato (consulté le 1er octobre 2015)
  219. (de) « Arvatos neuer Buch-Rekord », Westfalen-Blatt,‎
  220. (de) « Zuwachs in verschiedenen Sparten », Neue Westfälische,‎ , p. 13
  221. (de) « Arvato expandiert nach Bielefeld », Neue Westfälische,‎
  222. (de) Stefan Schelp, « Neuer Chef verordnet Arvato mehr Wachstum », Neue Westfälische,‎ , p. 10
  223. (de) « Bertelsmann bündelt Druckgeschäft », Südwest Presse,‎ , p. 10
  224. (de) Eike Horstmann, « Europas größte Druckereigruppe », Neue Westfälische,‎ , p. 11
  225. (de) « Druck-Gigant entsteht in Gütersloh », Neue Westfälische,‎ , p. 9
  226. « Bertelsmann fusionne ses activités d’impression en hélio et en offset », sur Caractere, (consulté le 31 juillet 2016)
  227. (de) « Bertelsmann baut neue Print-Einheit auf », sur Der Standard, (consulté le 5 janvier 2016)
  228. (de) « Bertelsmann tauft Drucksparte Be Printers : Springer bleibt Mitgesellschafter von Prinovis », Neue Westfälische,‎
  229. (de) Gerd Bergmann, « Umsatz bei Be Printers stagniert », sur Deutscher Drucker, (consulté le 1er octobre 2015)
  230. (de) « Bertelsmann Education Group: Lernen im 21. Jahrhundert », Bertelsmann (consulté le 29 mars 2016)
  231. (de) « Bertelsmann bündelt Bildungsgeschäft in eigener Sparte », sur Focus Online, (consulté le 29 mars 2016)
  232. (de) « Bertelsmann: Bildungsgeschäft jetzt unter einem Dach », sur Handelsblatt, (consulté le 29 mars 2016)
  233. (de) Christian Meier, « Bertelsmann kauft E-Learning-Plattform für dreistelligen Millionen-Betrag », sur Meedia, (consulté le 29 mars 2016)
  234. (de) « Bertelsmann Digital Media Investments », sur Gründerszene (consulté le 20 mars 2016)
  235. (de) Niklas Wirminghaus, « Bertelsmann-Fonds BDMI schließt Berliner Büro : Nur noch New York », sur Gründerszene, (consulté le 20 mars 2016)
  236. (de) Antje Kullrich, « Gewinnsprung bei Bertelsmann : Deutlich weniger Sonderlasten als im Vorjahr – Neue Konzernstruktur mit acht Geschäftsbereichen », Börsen-Zeitung,‎ , p. 8
  237. (de) Ottomar Gottschalk, Verwaltungsbauten : Flexibel, kommunikativ, nutzerorientiert, Berlin, Wiesbaden, Bauverlag, , 4e éd. (ISBN 3-7625-3085-8), p. 220
  238. (de) « Büffeln fürs Business », sur Brand Eins, 2000-08-00 (consulté le 1er octobre 2015)
  239. (de) « Bertelsmann Inc.: Büroturm am Times Square preisgünstig erworben », Handelsblatt,‎ , p. 25
  240. (en) Charles Bagli, « New York: Manhattan: Bertelsmann Building Sold », sur nytimes.com, (consulté le 17 novembre 2015)
  241. (de) Rainer Haubrich, « Es geht doch! : Berlins erste Rekonstruktion seit der Wende: Heute weiht Bertelsmann das Kommandantenhaus ein », Die Welt,‎ , p. 27
  242. (de) « Bertelsmann expandiert nach Südamerika », sur boersenblatt.net, (consulté le 1er octobre 2015)
  243. (de) « Standorte », Bertelsmann (consulté le 1er octobre 2015)
  244. (de) Stefan Schelp, « Weltweit unterwegs, in Europa verwurzelt : Bertelsmann steckt sich hohe Umsatzziele », Neue Westfälische,‎ , p. 5
  245. Antoine Oury, « Bertelsmann investit massivement sur les marchés brésilien, chinois et indien », sur AcctuaLitté, (consulté le 31 juillet 2016)
  246. (de) « Bertelsmann plant Wachstum in Schwellenländern », Neue Westfälische,‎ , p. 6
  247. (de) « Bertelsmann forciert Bildungsgeschäft – investiert in Brasilien », sur Der Standard, (consulté le 1er octobre 2015)
  248. (de) « Brain und Business: Bertelsmann forciert Bildungsgeschäft in Brasilien », sur Buchreport, (consulté le 1er octobre 2015)
  249. (de) « Bertelsmann will in China wachsen », Westfalen-Blatt,‎
  250. (de) Petra Schwengler, « Bertelsmann verdient gut in China », (consulté le 1er octobre 2015)
  251. (de) « Bertelsmann setzt in Indien auf E-Commerce », Börsen-Zeitung,‎ , p. 11
  252. (de) Markus Trantow, « Bertelsmann investiert in E-Commerce in Indien », sur turi2, (consulté le 1er octobre 2015)
  253. (de) Andreas Puff-Trojan, « Papier ist geduldig », profil,‎ , p. 164
  254. (de) Stefan Brams, « Ein Adler für die Bertelsfrau : Vernon Award-Verleihung löste Debatte über Bertelsmanns NS-Vergangenheit aus », Neue Westfälische,‎
  255. (de) Gerhard Hegmann, « Bertelsmann gesteht Fehler in NS-Zeit ein : Historiker belegen führende Rolle bei Wehrmachtsliteratur / Bericht widerlegt frühere Geschichtsdarstellung », Financial Times Deutschland,‎ , p. 5
  256. « Une histoire. Bertelsmann et le IIIe Reich. », sur Libération, (consulté le 31 juillet 2016)
  257. (de) « Ganz geringe Beträge », Stuttgarter Zeitung,‎ , p. 13
  258. (de) Siegfried Lokatis, « Feldpost von Bertelsmann », Neue Zürcher Zeitung,‎ , p. 27
  259. (de) Wieland Freund, « Bertelsmann im Dritten Reich: Der Abschlussbericht der Kommission », sur Die Welt, (consulté le 2 mai 2016)
  260. (de) Nicole Adolph, « Widerstandslegende enttarnt », Der Tagesspiegel,‎ , p. 27
  261. Marcel Linden, « Le géant allemand Bertelsmann forcé d'assumer son passé nazi », sur La Libre, (consulté le 31 juillet 2016)
  262. « Le passé nazi de Bertelsmann avéré », sur Libération, (consulté le 31 juillet 2016)
  263. (de) Dirk Fuhrig, « Legende vom Widerstandsverlag : Bertelsmann hatte während NS-Zeit keine blütenweiße Weste », Frankfurter Rundschau,‎ , p. 13
  264. (de) Volker Ullrich, « Ein Musterbetrieb », Die Zeit,‎ (lire en ligne)
  265. (de) Stefan Brams, « Bertelsmanns Gedächtnis », Neue Westfälische,‎
  266. (de) Steffen Grimberg, « Bertelsmann-Stiftung reagiert auf Kritik », sur Die Tageszeitung, (consulté le 1er octobre 2015)
  267. (de) Harald Schumann, « Politik aus Gütersloh », Der Tagesspiegel,‎ , p. 7
  268. (de) Edgar Fels, « Buchautor kritisiert Bertelsmann-Stiftung », Westfalen-Blatt,‎
  269. (de) Thomas Schuler, « Mit Liz und Tücke », Der Spiegel,‎ (lire en ligne)
  270. (de) « Wahrheiten und Gemeinheiten », Handelsblatt,‎ , p. 57

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Siegfried Lokatis, « Feldpost von Bertelsmann : Die Editionspraxis des Gütersloher Verlags im Dritten Reich », Neue Zürcher Zeitung,‎
  • (de) Norbert Frei, Saul Friedländer, Trutz Rendtorff et Reinhard Wittmann, Bertelsmann sous le IIIe Riech [« Bertelsmann im Dritten Reich »], Munich, Bertelsmann, (ISBN 3-570-00713-8)
  • (de) Thomas Lehning, Das Medienhaus: Geschichte und Gegenwart des Bertelsmann-Konzerns, Paderborn, München, Fink Verlag, (ISBN 3-7705-4035-2)
  • (de) Frank Böckelmann et Hersch Fischler, Bertelsmann: Hinter der Fassade des Medienimperiums, Francfort-sur-le-Main, Eichborn Verlag, (ISBN 3-8218-5551-7)
  • Pierre Hillard, Bertelsmann : La Fondation Bertelsmann et la « gouvernance mondiale », Paris, Editions François-Xavier de Guibert, (ISBN 978-27554-0335-0)
  • (de) Thomas Schuler, Bertelsmannrepublik Deutschland : Eine Stiftung macht Politik, Francfort-sur-le-Main, Campus Verlag, (ISBN 978-3-593-39097-0)
  • (de) 175 Jahre Bertelsmann : Eine Zukunftsgeschichte, München, C. Bertelsmann Verlag, (ISBN 978-3-570-10175-9)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]