Relations entre le Groenland et l'Union européenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Relations entre le Groenland et l'Union européenne
Drapeau du Groenland
Drapeau de l’Union européenne
Groenland et Union européenne
     Groenland      Union européenne
Ambassades
Représentation du Groenland auprès de l'Union européenne
  Ambassadeur Lida Skifte Lennert
  Adresse 73 rue d'Arlon
Bruxelles
  Site de la représentation

Les relations entre le Groenland et l'Union européenne remontent à 1979, date à laquelle le Groenland – devenant une communauté autonome appartenant au royaume du Danemark – établit des liens avec les Communautés européennes. Le territoire s'en retire en 1985 suite au référendum de 1982 mais maintient des relations diplomatique avec la CEE puis l'UE. Le Groenland est le seul territoire danois dans la liste des pays et territoires d'outre-mer (PTOM) associés à l'Union européenne. Sa capitale est Nuuk et l'économie de ses 56 000 habitants repose essentiellement sur les transferts publics en provenance du Danemark, le secteur minier et les activités liées à la pêche.

Historique[modifier | modifier le code]

Adhésion avec le Danemark[modifier | modifier le code]

Le traité de Bruxelles ou traité relatif à l'adhésion du Danemark, de l'Irlande, de la Norvège et du Royaume-Uni à la CEE et à la CEEA est signé à Bruxelles le . Le Danemark réalise un référendum le 2 octobre 1972, le oui l'emporte par 63,3 % des voix exprimées ; la Constitution danoise prévoit en effet de soumettre à l'opinion publique tout changement pouvant entrainer une modification de la souveraineté du pays. Les Groenlandais se montrent cependant contre cette intégration et votent à 70,8 % contre la proposition[1]. Le Groenland intègre la Communauté économique européenne (CEE) lors du premier élargissement en 1973, en tant que comté d'outre-mer du Royaume du Danemark.

En 1975, une commission paritaire dano-groenlandaise est créée et trois ans plus tard, le parlement danois accorde l'autonomie au territoire. Elle entre en vigueur l'année suivante, après que les Groenlandais ont approuvé ce statut par référendum le (73 % des votes en faveur de l'autonomie)[2]. En 1979, la loi sur l'autonomie du Groenland (hjemmestyre) transfère aux autorités autonomes du territoire presque toutes les responsabilités jusqu'alors exercées par les autorités danoises.

Autonomie du Danemark et évolution des relations[modifier | modifier le code]

Trois ans plus tard, en 1982, un référendum consultatif sur le retrait de la Communauté économique européenne est organisé le . Avec un taux de participation de 75 % et une majorité de 52 %, le camp du retrait l'emporte. En ratifiant le traité modificatif avec la Communauté européenne pour préciser la situation du Groenland le , celui-ci se retire de la CEE avec l'accord des Groenlandais, du Danemark et de la CEE[3]. Le territoire est retiré des accords sur le charbon et l'acier (CECA)[4] et des accords sur l'énergie atomique (Euratom)[5]. Des dispositions particulières sont convenues pour protéger la pêche[6].

À cet effet, le territoire devient alors un pays constitutif du Royaume du Danemark et un territoire d'outre-mer associé à l'Union européenne[7].

Développements futurs[modifier | modifier le code]

Les élections législatives groenlandaises de 2014 ont notamment soulevé le débat d'une ré-adhésion du Groenland à l'Union européenne après l'accession à l'indépendance du pays[8],[9]. Le sénateur André Gattolin considère que – en dépit de la stabilité et de l'intérêt économique qu'apporterait l'adhésion – celle-ci reste peu probable dans l'avenir proche suivant l'indépendance groenlandaise[8]. L'adhésion du Groenland à l'OTAN – selon les mêmes termes que l'Islande – et à l'espace économique européen pourrait être un compromis[9].

Fonctionnement au niveau européen[modifier | modifier le code]

Dans la quatrième partie du TFUE (art. 198 à 204), il est précisé que « les États membres consentent à associer à l'Union les pays et territoires non-européens qui ont des relations particulières avec le Danemark, la France, les Pays-Bas ou le Royaume-Uni » (art. 198), cependant, pour ceux-ci, l'acquis communautaire (droits et obligations liant l'UE à ses membres) ne s'applique pas. Cependant, certaines règles et procédures détaillées sont établies dans la Décision d'association outre-mer (DAO)[10]. Parmi ses objectifs figurent:

  • l'établissement de relations économiques étroites entre l’UE et les PTOM
  • la promotion des valeurs, normes et intérêts de l’UE dans le reste du monde par l’intermédiaire des PTOM
  • l'amélioration de la compétitivité des PTOM
  • le développement de la capacité d'adaptation des PTOM et la réduction de leur vulnérabilité
  • l'établissement de rapports étroits entre l'UE et les PTOM
  • la promotion de la coopération des PTOM avec des partenaires de pays tiers

La DAO repose sur les quatre libertés, notamment en ce qui concerne le commerce ; avec le Groenland, l'UE dispose d'un partenariat étendu basé sur :

  • la Décision Groenland 2014/137/UE du Conseil du 14 mars 2014[11]
  • l'Accord de Partenariat pour la Pêche du 30 juillet 2006[12]

Jusqu'au 31 décembre 2006, l'aide financière communautaire accordée au Groenland (42,8 millions d'euros par an) était accordée dans le cadre de l'accord de pêche entre la Communauté européenne et le territoire. Pour la période 2014-20, le montant total de l'aide de l'UE est de € 359,9 millions, financé par le biais du Fonds européen de développement (FED) et du financement dans le cadre du budget général de l’UE au titre de l’accord de partenariat entre l'UE, le Danemark et le Groenland. Les conventions établies donnent également accès aux programmes européens (par exemple recherche, éducation et formation, innovation et compétitivité, culture et média, etc.[13])[14].

Exceptions aux politiques communautaires[modifier | modifier le code]

Principales exceptions aux politiques communautaires
États membres et territoires
Dans l'Union ? Application du
droit de l’Union
Exécutoire devant les tribunaux
Euratom
Citoyenneté de l'Union
Élections du Parlement
Espace Schengen
Espace TVA
Territoire douanier de l’Union
Marché commun
européen
Zone euro
Drapeau du Groenland Groenland Non Application minimale
(PTOM)
Oui Non Oui Non Non Non Non Application
partielle
Non
(DKK liées au MCE II)

Représentations[modifier | modifier le code]

En parallèle, le Groenland dispose depuis 1992, d'une représentation permanente auprès des instances européennes, celle-ci a son siège à côté de l'ambassade du Danemark en Belgique avec la délégation danoise et celle des îles Féroé (autre pays constitutif du royaume du Danemark et région à statut spécifique hors-Union). Sa mission est d'assurer la liaison entre le gouvernement groenlandais et celui de l'UE, de développer les partenariats et de jouer un rôle d'information pour le public, les administrations et les entreprises[15].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Traité modifiant les traités instituant les Communautés européennes en ce qui concerne le Groenland, Journal officiel des Communautés européennes, (lire en ligne)
  • (en) Axel Kjær Sørensen, Denmark-Greenland in the Twentieth Century : Meddelelser om Grønland, vol. 341, Museum Tusculanum Press, , 34e éd., 202 p. (ISBN 978-8763512763, lire en ligne)
  • Décision  2013/755/UE du Conseil relative à l'association des pays et territoires d’outre-mer à l'Union européenne (« décision d’association outre-mer »), 32013D0755, adoptée le 25 novembre 2013, JO du 19 décembre 2013, p. 1-118, entrée en vigueur le 1er janvier 2014 [consulter en ligne, notice bibliographique]
  • Décision  2014/137/UE du Conseil sur les relations entre l'Union européenne, d’une part, et le Groenland et le Royaume de Danemark, d'autre part, adoptée le 14 mars 2014, JO du 15 mars 2014, p. 1-5, entrée en vigueur le 16 mars 2014, abrogée le 31 décembre 2020 [consulter en ligne, notice bibliographique]
  • (en) Axel Kjær Sørensen, Denmark-Greenland in the Twentieth Century : Meddelelser om Grønland, vol. 341, Museum Tusculanum Press, , 34e éd., 202 p. (ISBN 978-8763512763, lire en ligne)
  • (en) André Gattolin, « Greenland: On its way back towards the European Union? », EurActiv,‎ (lire en ligne)
  • (en) C. Crépeau, Energy and security concerns in the Arctic : protecting the interests of the European Union and its member states, Bruges, Collège d'Europe, (OCLC 953091634)

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]