Drapeau européen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drapeau européen
Le drapeau européen.
Le drapeau européen.
Utilisation FIAV 111011.svg Version officielle
Caractéristiques
Proportions 2:3
Adoption (CdE))
(CE)
Éléments Un cercle de douze étoiles d'or sur fond azur

Le drapeau européen est un drapeau décoré de 12 étoiles dorées à 5 branches, leurs pointes tournées vers le haut, disposées à distance égale en cercle sur fond bleu azur. Il représente la solidarité et l’union entre les peuples d’Europe.

Adopté le 8 décembre 1955 par l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, il est devenu, à partir du 1er janvier 1986, le symbole de toutes les institutions européennes, dont les Communautés européennes, puis de la Communauté européenne, à laquelle a succédé l'Union européenne. Il est ainsi le drapeau de deux organisations internationales distinctes du continent européen : le Conseil de l'Europe (47 États membres) et l'Union européenne (28 États membres).

Histoire du drapeau[modifier | modifier le code]

L'histoire du drapeau remonte à l'année 1950. À cette époque, la Communauté européenne du charbon et de l'acier (organisation ayant précédé la Communauté européenne et l'Union européenne) ne comprend que ses six États fondateurs : l'Allemagne de l'Ouest, la Belgique, la France, l'Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. Cependant, il existe depuis 1949 un autre organisme européen réunissant davantage de membres, le Conseil de l'Europe, qui veille notamment à défendre les droits de l'Homme et à promouvoir la culture européenne. Cherchant un symbole susceptible de le représenter, le Conseil charge une commission de traduire « les valeurs spirituelles et morales qui sont le patrimoine commun des peuples qui le composent » le [N 1]. Paul-Henri Spaak, un des pères de l'Europe, marmonne alors : « Question délicate ». Robert Bichet est le rapporteur de cette commission. De nombreuses propositions sont présentées et rejetées. Ainsi, l'emblème du Mouvement européen, un « E » vert sur fond blanc, ne donnait pas satisfaction du point de vue esthétique : Paul Reynaud le décrit fameusement comme « un caleçon séchant sur un pré »[1]. Un autre candidat, le drapeau du mouvement Pan-Europe, représente un disque d'or et une croix rouge sur fond bleu[2].

Le drapeau fédéraliste, emblème du Mouvement européen : un E vert sur fond blanc

Une exposition au palais de Tokyo (Paris) est organisée où un Japonais a l'idée nouvelle d'une grande étoile dorée sur fond bleu. Les couleurs bleu et or firent des adeptes, et plusieurs propositions comportant chacune des étoiles dorées sur fond bleu furent examinées. Salvador de Madariaga (un antifranquiste né à La Corogne, 1886-1978) propose alors un champ d'azur avec étoiles en lieu et place des capitales ; la constellation ainsi formée ressemble à la Grande Ourse. D'autres proposent une forme de croix qui est récusée par les socialistes. Le , Bichet annonce alors un fond d'azur portant un cercle de quinze étoiles d'or (le Conseil de l'Europe comporte alors 15 États membres), mais les Allemands s'opposent à ce que la Sarre, qui siégeait au Conseil, ait sa propre étoile, ce qui pourrait être interprété comme un signe en faveur de la pérennisation de son statut[3],[4]. Le , le rapporteur met au vote huit anneaux d'or mais ce projet est retiré en raison des protestations pour la ressemblance avec le Drapeau olympique (mentionné dans le rapport), mais aussi parce que les anneaux évoquent les chaînes de la servitude, pour des sémiologues, un cadran téléphonique et que les démocrates-chrétiens et les socialistes s'y opposent.

Les figures imposées par la commission : simplicité, lisibilité, harmonie, esthétique, équilibre, valeur symbolique, sont respectées. Paul Michel Gabriel Lévy[N 2], s'adressa à Arsène Heitz, qui proposa un simple cercle de douze étoiles d'or, sur fond bleu, allusion discrète mais évoquée par le concepteur du drapeau lui-même, « les 12 étoiles qui entourent la couronne de la Vierge Marie[N 3] ». Après de nouvelles discussions sur le nombre de ces étoiles, il a été convenu de conserver le nombre de douze, bien que le Conseil de l'Europe ne comportait plus douze membres depuis août 1949. Le nombre douze possède une valeur symbolique et représente le « mouvement dans la stabilité »[5]. Le , l'Assemblée parlementaire choisit à l'unanimité un emblème d'azur portant une couronne de douze étoiles d'or. Le Comité des ministres du Conseil de l'Europe adopte définitivement cette proposition lors de sa réunion du alors que le texte portant adoption du drapeau est signé le 8 décembre 1955, qui, par coïncidence se trouve être le jour de l'Immaculée conception[6]. La bannière est inaugurée solennellement le 13 décembre de la même année à Paris.

Le Conseil de l'Europe a ensuite invité les autres institutions européennes à adopter le même drapeau[7]. En 1983, le Parlement européen, élu au suffrage universel direct en 1979, a opté pour cet emblème pour lui-même par une résolution non contraignante et propose qu'il devienne le drapeau de la Communauté. Il faut dire qu'il siégeait alors, pour ses sessions ordinaires, dans un bâtiment loué au Conseil de l'Europe à Strasbourg qui arborait ce même drapeau. Finalement en juin 1985, le drapeau du Conseil de l'Europe a été adopté par tous les chefs d'État et de gouvernement des Communautés, comme l'emblème officiel des institutions européennes qui à cette époque portaient le nom de Communautés européennes, pour entrer en vigueur au , date à laquelle la Communauté européenne comporterait douze États membres, avec l'entrée de l'Espagne et du Portugal (à la même date, ce qui est une coïncidence recherchée). Depuis le début de l'année 1986, le drapeau sert de symbole à toutes les institutions européennes[7]. Il est de plus en plus utilisé par les États membres, accolé ou associé aux drapeaux nationaux (bâtiments publics, défilés). Le drapeau européen est l'emblème unique de la Commission européenne, l'exécutif de l'Union européenne[7].

Depuis, le Conseil de l'Europe a adopté comme logo un drapeau européen modifié par l'adjonction d'un « e » doré, en cursif, pour marquer sa particularité. Contrairement au drapeau et à l'hymne, qui sont devenus des symboles de l'Union européenne, ce logo est un signe distinctif, propre au Conseil de l'Europe. L'organisation s'est dotée de ce logo à l'occasion de son 50e anniversaire, en mai 1999. Son maintien a été entériné par une résolution du Comité des ministres en 2000. Son usage est soumis à autorisation.

À noter que le drapeau européen flotte sur tous les camps de l'Union internationale des guides et scouts d'Europe, depuis sa création, accompagné du Baussant et du drapeau national.

Chronologie du drapeau[modifier | modifier le code]

Année Événement
1949 Création du Conseil de l'Europe à la suite de la Seconde Guerre mondiale
1950 Déclaration Schuman qui provoque la naissance de la CECA
1955 Le Conseil de l'Europe adopte le drapeau européen comme symbole de l'unité européenne
1957 Création de la Communauté économique européenne (CEE) via le traité de Rome : Allemagne, Belgique, France, Italie, Luxembourg et les Pays-Bas : « les Six »
1967 Fusion des institutions de la CEE, d'Euratom (1957) et de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (1951) pour former les Communautés européennes (CE).
1973 Le Royaume-Uni rejoint les CE, avec l'Irlande et le Danemark, tandis que la Norvège décide de ne pas adhérer, après un référendum négatif. 1er élargissement, les Six deviennent « les Neuf ».
1981 La Grèce rejoint les Neuf, créant « les Dix »
1986 Formation des « Douze » avec l'entrée du Portugal et de l'Espagne
À l'invitation du Conseil de l'Europe, les Communautés européennes adoptent alors le drapeau européen[7].
1992 Traité de Maastricht
1993 Ratification du Traité de Maastricht
1995 L'Autriche, la Finlande et la Suède rejoignent les Douze, créant « les Quinze » (la Norvège choisit, pour la 2e fois, de ne pas adhérer)
2004 Le 1er mai, Adhésion de Chypre, de l'Estonie, de la Hongrie, de la Lettonie, de la Lituanie, de Malte, de la Pologne, de la Slovaquie, de la Slovénie et de la République tchèque pour ce qui devient « les Vingt-Cinq » — le 29 octobre, le traité de Rome de 2004, une Constitution pour l'Europe définit le drapeau de l'Union comme un des cinq symboles de l'Union.
2007 La mention du drapeau européen est retirée du texte du traité modificatif qui remplace le traité constitutionnel. Mais dans l'acte final du traité, 16 des 27 États membres affirment leur attachement aux symboles de l'Union.

Description[modifier | modifier le code]

Description vexillologique[modifier | modifier le code]

Spécifications techniques

Le drapeau est rectangulaire avec une proportion de 2:3. Il est composé d'un cercle de douze étoiles d'or sur un champ d'azur. Toutes les étoiles sont disposées verticalement (la pointe vers le haut), ont cinq branches et sont espacées de façon égale selon les positions des heures sur cadran d'une horloge. Chaque rayon d'étoile est égal à un dix-huitième de la hauteur du guindant[8].

La description vexillologique officielle donnée par l'Union européenne est : « Le drapeau européen est représenté par un cercle de douze étoiles d'or sur fond bleu. Les étoiles symbolisent les idéaux d'unité, de solidarité et d'harmonie entre les peuples d'Europe. »[8].

Couleurs[modifier | modifier le code]

PMS RVB Hexadecimal CMJN
rouge vert bleu cyan magenta jaune noir
     Bleu Reflex blue 0 51 153 003399 100 % 91 % 6 % 1 %
     Or Yellow 255 204 0 FFCC00 1 % 19 % 100 % 0 %

La couleur de base du drapeau est un bleu foncé (bleu reflex, un mélange de cyan et magenta), tandis que les étoiles d'or sont représentées en jaune. Les couleurs sont réglementées en fonction du Pantone Matching System.

Description symbolique[modifier | modifier le code]

Selon le Conseil de l'Europe, sur le fond bleu du ciel, douze étoiles dorées forment un cercle représentant l'union des peuples d'Europe. Le nombre d'étoiles est invariable[9], le nombre douze symbolisant la perfection et la complétude.

  • Le nombre douze : Il incarne la perfection et la complétude. Ce nombre correspond aux 12 heures du jour et de la nuit (ce qui évoque le cadran d'une montre) mais aussi les 12 mois de l'année. Cela signifie que l'Europe évolue. Chronologiquement ce nombre trouve ses origines dans l'Antiquité avec notamment les douze divinités olympiennes (Dodekatheon), les douze constellations du zodiaque occidental (,,,,,,,,,,,), les douze travaux d'Hercule (Dôdekathlos), Loi des Douze Tables romaine (Lex Duodecim Tabularum)… Il aurait également eu pour inspiration la religion chrétienne : les douze tribus d'Israël, les douze apôtres, les douze étoiles de Marie inspirées de la Bible : « Un signe grandiose apparut au ciel : une femme ! le Soleil l'enveloppe, la Lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête. » (Apocalypse 12,1). Ce nombre a été faussement présenté comme le symbole des 12 premiers États membres de l'Union Européenne, puisqu'il existe depuis 1955. Il y a confusion avec un projet de drapeau à quinze étoiles, représentant les pays alors membre du conseil de l'Europe, qui avait été proposé en 1953[10].
  • Le bleu : la couleur bleu azur représente le ciel. Il représente également, dans son caractère religieux, la couleur de la Vierge Marie (voir plus bas).
  • Les étoiles : à 5 branches, elles représentent les peuples d’Europe. Dans un discours prononcé à Strasbourg en 1990, Václav Havel considéra les douze étoiles comme un rappel que le monde pourrait devenir meilleur, si nous avions de temps en temps le courage de regarder vers les étoiles[11]. Elles sont représentées une pointe vers le haut, en pentagramme droit, communément associé à une symbolique positive à l'inverse du pentagramme inversé. Du fait de cette dissymétrie il convient de porter attention à l'accrochage du drapeau européen qui a donc un "haut" et un "bas" et il n'est pas rare de le voir à l'envers[12].
  • Le cercle : il est entre autres un symbole d'unité, de solidarité et d’harmonie. Les pointes des étoiles ne se touchent pas, le cercle reste donc ouvert, ce qui signifie que l’Europe ne constitue pas une société close, mais s’ouvre au contraire sur le monde.

Un vexillologue, Patrice de La Condamine, y voit un « message aterritorial », l'évocation de « ce continent sans rivages précis qui s'est construit en allant à la rencontre des peuples, apportant aux autres et assimilant ce que les autres lui apportaient[13] ».

Le cercle d'étoiles sur un drapeau n'est pas une nouveauté, puisque le premier drapeau des États-Unis comportait un cercle de 13 étoiles blanches sur fond bleu.

Symbolique mariale[modifier | modifier le code]

Madonna, Carlo Dolci.
Article connexe : Mariologie.

Dans l'Apocalypse, l'évangéliste Saint Jean décrit la Vierge Marie de cette manière : « Un signe grandiose est apparu dans le ciel, une femme revêtue du Soleil, la Lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de 12 étoiles » (Apocalypse XII, 1).

Cette apparence de Marie se trouve aussi sur la médaille miraculeuse et les vitraux de la cathédrale de Strasbourg[14].

De plus, le bleu est la couleur de Marie[15].

Arsène Heitz, le dessinateur du drapeau, revendiqua plus tard le drapeau comme étant effectivement une référence à la Vierge Marie, même si ce sens n'avait pas été évoqué ouvertement avant l'adoption du projet. Fortuitement, l'adoption eut lieu un 8 décembre, jour de la fête de l'Immaculée Conception[16].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 1950, c'était Paul M.G. Lévy qui était le premier directeur au service de presse du Conseil de l'Europe. C'est donc lui qui fut chargé de faire aboutir le projet de drapeau.
  2. « P. Levy était secrètement d'accord pour faire aboutir discrètement le projet de A. Heitz en sauvant les apparences, afin de respecter la neutralité la plus absolue. Et malgré plus de 100 projets qui furent en concurrence, c'est le drapeau de la sainte vierge qui triompha au dernier moment. » - témoignage de Pierre Caillon.
  3. « Ses 12 étoiles ne désignent nullement l'Europe des 12, elle s'inspire directement du symbole marial tel que représenté dans l'imagerie pieuse du XIXe siècle » - (Sallenave 2004).

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Van Middelaar 2012, p. 356
  2. Émery 2012
  3. Wassenberg 2013, p. 44
  4. Puttler 2013, p. 147
  5. Garcia, Meunier, Sala et Del Pup 2004, p. 357
  6. Adoption du drapeau européen.
  7. a, b, c et d Van Middelaar 2012, p. 358
  8. a et b « Spécifications du drapeau », sur le portail web de l'Union européenne..
  9. « Le drapeau européen », sur Europa.eu, site officiel de l'Union européenne : « Le nombre d'étoiles n'est pas lié au nombre d'États membres, bien que le cercle soit symbole d'unité. ».
  10. Description héraldique du drapeau adopté par l'assemblée 25 septembre 1953.
  11. Discours de Pat Cox, président du Parlement européen lors de la cérémonie de signature du traite d’adhésion, sur le site du Parlement européen.
  12. Exemple de drapeau européen accroché à l'envers
  13. Les Couleurs de l'Union européenne, Les Enclaves libres.
  14. [1].
  15. Le bleu : la couleur qui ne fait pas de vagues.
  16. Dossiers.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Audrey Émery, « L'étonnant secret du drapeau », Le Point,‎ (lire en ligne)
  • Luuk Van Middelaar, Le passage à l'Europe, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », , 479 p. (ISBN 9782070130337)
  • Danièle Sallenave, Dieu.com, Gallimard, (ISBN 978-2070770458)
  • Paul-Henri Garcia, Christophe Meunier et Céline Sala, Réussir l'Histoire-Géographie, l'Instruction civique et morale, Dunod, , 392 p. (ISBN 978-2-1005-7760-6, lire en ligne)
  • Birte Wassenberg, Histoire du Conseil de l'Europe, Conseil de l'Europe, (ISBN 9789287178312, lire en ligne)
  • Adelheid Puttler, Quel avenir pour l’intégration européenne ?, Presses universitaires François-Rabelais, (ISBN 9782869063396, lire en ligne)

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]