Conseil des affaires étrangères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Conseil des affaires étrangères (CAE) est la formation du Conseil de l'Union européenne rassemblant les ministres des Affaires étrangères des États membres. Il est responsable de l'action extérieure de l'UE, qui englobe la politique étrangère, la défense et la sécurité, le commerce, la coopération au développement et l'aide humanitaire.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le Conseil des affaires étrangères a été créé en 2009 par le traité de Lisbonne en scindant le Conseil des affaires générales et relations extérieures en deux Conseils, le second étant le de Conseil des affaires générales ; il se réunit une fois par mois et se compose des ministres des affaires étrangères Ce lien renvoie vers une page d'homonymie de tous les États membres de l'UE, ainsi que selon les problématiques évoquées, les ministres de la défense Ce lien renvoie vers une page d'homonymie ou du commerce Ce lien renvoie vers une page d'homonymie. Il est présidé par le Haut Représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité[1], assisté des cadres du Service européen pour l'action extérieure (SEAE) et de commissaires européens. Concernant les questions liées à la politique commerciale commune, c'est le représentant de l'État qui exerce la présidence du Conseil de l'UE qui dirige la séance.

Le CAE met en œuvre la politique étrangère et de sécurité commune fixée par le Conseil européen. Le Conseil peut notamment lancer des opérations de gestion de crise et adopter les « mesures qui sont requises pour la mise en œuvre de la politique étrangère et de sécurité de l'UE, y compris, le cas échéant, des sanctions »[2]. Elle surveille également à la bonne utilisation des outils de développement des États géographiquement proches de l'UE et des pays en développement[2]. La politique commerciale est une compétence exclusive de l'UE[3], le Conseil mandate la Commission européenne pour entamer les négociations avec les États tiers en vue de ratifier ou modifier des accords tarifaires, des dispositions douanières et commerciales et des mesures de protectionnisme[2].

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]