Élections générales britanniques de 2015

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2010 Drapeau du Royaume-Uni 2020 Suivant
Élections générales britanniques de 2015
650 sièges de la Chambre des communes
Type d’élection  Élection législative
Électorat et résultats
Population  64 511 000
Inscrits  46 425 386
  
66,1 % Green Arrow Up.svg 1,5 %
David Cameron official.jpg
David Cameron – Parti conservateur
Voix 11 300 303 Green Arrow Up.svg 5,6 %
  
36,9 %
Sièges obtenus 330 Green Arrow Up.svg 23
Ed Miliband 2.jpg
Ed Miliband – Parti travailliste
Voix 9 344 328 Green Arrow Up.svg 8,6 %
  
30,5 %
Sièges obtenus 232 Red Arrow Down.svg 26
Nigel Farage MEP 1, Strasbourg - Diliff.jpg
Nigel Farage – UKIP
Voix 3 881 129 Green Arrow Up.svg 322,1 %
  
12,6 %
Sièges obtenus 1 Green Arrow Up.svg 1
Nick Clegg by the 2009 budget cropped.jpg
Nick Clegg – Libéraux-démocrates
Voix 2 415 888 Red Arrow Down.svg 64,7 %
  
7,8 %
Sièges obtenus 8 Red Arrow Down.svg 49
Nicola Sturgeon 1.jpg
Nicola Sturgeon – SNP
Voix 1 454 436 Green Arrow Up.svg 196 %
  
4,7 %
Sièges obtenus 56 Green Arrow Up.svg 50
Natalie Bennett.jpg
Natalie Bennett – Parti vert
Voix 1 157 613 Green Arrow Up.svg 305,3 %
  
3,8 %
Sièges obtenus 1 Equal blue arrow.png 0
Circonscriptions de la Chambre des communes
Carte
Sièges à la Chambre des communes
Diagramme
Premier ministre
Sortant
Élu

Des élections générales britanniques ont lieu le pour élire le 56e Parlement du Royaume-Uni.

En dépit des sondages, qui annonçaient un nouveau parlement minoritaire comme lors des élections précédentes, les conservateurs du Premier ministre David Cameron emportent la majorité absolue des 650 sièges avec 330 élus. Leurs partenaires de coalition, les Libéraux-démocrates, subissent une cuisante défaite et sont réduits à huit députés.

Le leader de l'opposition, Ed Miliband, conduit le Parti travailliste à sa pire défaite depuis 1987. Les travaillistes sont notamment défaits en Écosse au profit du SNP, qui remporte 56 des 59 sièges écossais. UKIP réussit une percée en voix, sans réussir à les transformer en sièges.

Au lendemain des élections, le chef du Parti travailliste, Ed Miliband, ainsi que celui des Libéraux-démocrates Nick Clegg démissionnent.

Des élections locales ont lieu le même jour en Angleterre.

Organisation[modifier | modifier le code]

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

L'accord de coalition entre le Parti conservateur et les Libéraux-démocrates prévoyait un référendum sur le mode de scrutin de la Chambre des communes. Celui-ci est organisé le mais les électeurs rejettent à 67,9 % le vote alternatif qui leur était proposé. Dès lors, les élections de 2015 se tiennent de nouveau au scrutin uninominal majoritaire à un tour : dans chacune des circonscriptions est élu le candidat qui arrive en tête.

Découpage électoral[modifier | modifier le code]

Le Parliamentary Voting System and Constituencies Act 2011 prévoyait un redécoupage électoral et la baisse du nombre de députés de 650 à 600, conformément à une promesse électorale du Parti conservateur. Toutefois, la loi a été amendée en 2013 et le redécoupage des circonscriptions n'interviendra qu'en 2018. Ainsi, les élections de 2015 se tiennent dans les mêmes 650 circonscriptions que les élections de 2010.

Calendrier[modifier | modifier le code]

Indications à l'entrée d'un bureau de vote de Woking.

Traditionnellement, le Premier ministre pouvait demander au monarque de dissoudre la Chambre des communes à tout moment, ce qui permettait au parti au pouvoir de choisir la date du scrutin.

L'adoption en 2011 du Fixed-term Parliaments Act a mis fin à cette pratique. Désormais, les élections générales ont lieu le premier jeudi de mai cinq ans après les précédentes élections. Le Parlement est automatiquement dissous 25 jours ouvrés avant cette date. Une dissolution et des élections anticipées ne peuvent avoir lieu que si le gouvernement perd la confiance de la chambre[1].

Ainsi, en 2015, le Parlement est dissous le et les élections générales ont lieu le jeudi . Les bureaux de vote sont ouverts de h à 22 h [2]. Le dépouillement devrait être terminé dans la journée du .

Le nouveau Parlement doit siéger le , jour où il élira son président. Le discours du Trône est prévu le [2]. Après quelques jours de débat, un vote a lieu sur le discours du Trône : il est généralement perçu comme un vote sur le gouvernement (bien qu'il ne s'agisse pas explicitement d'un vote de confiance selon le Fixed-term Parliaments Act)[3].

Pendant la formation du gouvernement, le gouvernement sortant reste en fonction pour gérer les affaires courantes[4].

Campagne[modifier | modifier le code]

Partis politiques[modifier | modifier le code]

Parti Sièges
2010 Sortants
Conservateurs 306 303
Travaillistes 258 257
LibDems 57 56
DUP 8 8
SNP 6 6
Sinn Féin 5 5
Indépendants 1 3
Plaid Cymru 3 3
SDLP 3 3
UKIP 0 2
Alliance 1 1
Verts 1 1
Respect 0 1
Speaker
1 1
Total 650 650
Majorité +83 +75

La Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord ont des systèmes de partis distincts. Au , le registre de la Commission électorale comptait 428 partis politiques enregistrés en Grande-Bretagne[5] et 36 en Irlande du Nord[6].

Le paysage politique britannique a longtemps été qualifié de bipartite : les partis conservateur et travailliste sont les deux principaux partis depuis les années 1930 et tous les Premiers ministres depuis sont issus de leur rang. L'un de ces deux partis a obtenu une majorité absolue des sièges à chaque élection sauf en 1974 et 2010. Toutefois, depuis plusieurs années, on observe que le poids des deux grands partis diminue au profit de partis plus petits.

Parti conservateur[modifier | modifier le code]

Le Parti conservateur est arrivé en tête lors des élections de 2010, sans toutefois remporter de majorité. Son chef, David Cameron, est devenu Premier ministre à la faveur d'une coalition avec les Libéraux-démocrates.

Devenu chef des conservateurs en 2005, David Cameron a tenté de faire adopter à son parti des positions plus progressistes à travers son projet de « Big Society ». Depuis 2010, le gouvernement de coalition a ainsi légalisé le mariage homosexuel ou augmenté l'aide au développement[7].

Toutefois, les conservateurs au pouvoir ont mis l'accent sur la réduction du déficit public, qui a fait suite à la crise économique, notamment en coupant dans les budgets sociaux. La mise en place de la « Bedroom Tax » — un impôt sur les logements possédant une chambre vacante — est notamment très controversée. Sous la pression du UKIP, Cameron a par ailleurs durci ses positions en matière d'immigration et d'aides sociales[7].

Dans les derniers mois du mandat, le gouvernement bénéficie d'un taux de croissance en hausse et David Cameron appelle les électeurs à le réélire pour qu'il puisse « finir le boulot »[8]. Parmi les promesses du programme conservateur, figure le doublement du remboursement des garderies d'enfant, l'ouverture de nouvelles free schools, le durcissement des conditions de grève, l'élargissement du « droit à acheter » leur logement pour les locataires de logements sociaux et des baisses d'impôts. Les conservateurs veulent également poursuivre la politique d'austérité en diminuant de 12 milliards de livres les dépenses dans les budgets sociaux[8],[9].

N'ayant pas réussi à faire adopter une loi sur la question dans le précédent Parlement, les conservateurs promettent de tenir d'ici 2017 un référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne[10]. Ils souhaitent par ailleurs « protéger l'économie britannique de plus d'intégration avec l'Eurozone », demander le rapatriement de certains pouvoirs de Bruxelles et mettre fin à l'application de la Convention européenne des droits de l'homme au Royaume-Uni[9].

Enfin, les conservateurs font campagne en soulignant que la possibilité d'un parlement minoritaire pourrait ouvrir la porte à une alliance entre les travaillistes et les nationalistes écossais du SNP, ce qui serait selon eux une « coalition du chaos »[11].

Parti travailliste[modifier | modifier le code]

Affiche du syndicat Unite soutenant le Parti travailliste.

Le Parti travailliste est dans l'opposition depuis 2010, après avoir occupé le pouvoir pendant 13 années sous les Premiers ministres Tony Blair et Gordon Brown.

Ed Miliband a été élu chef du Parti travailliste et leader de l'opposition après la défaite de 2010. Considéré comme plus à gauche que les autres prétendants à la chefferie, le leadership de Miliband a été plusieurs fois critiqué[12].

Les travaillistes critiquent certaines mesures du gouvernement (comme la « Bedroom Tax ») et le fait que le regain de croissance n'empêche pas la multiplication des travailleurs précaires, notamment ceux qui disposent d'un « contrat à zéro heure ». Toutefois, accusés par les conservateurs d'être à la cause du déficit lors de leur précédent passage au gouvernement, le Parti travailliste compte s'il est élu « équilibrer les comptes » d'ici la fin de la législature[13]. Cette promesse, justifiée par le souci d'apparaitre « crédible », est critiquée par le SNP et les verts ainsi que certains économistes qui souhaiteraient que les travaillistes s'engagent pour une relance keynesienne de l'économie[14].

Dans le programme travailliste, figurent également l'augmentation du salaire minimum, la création d'un service national de garde d'enfants, l'augmentation des impôts pour les plus riches, le gel des tarifs des trains et de l'énergie, le recrutement de plus de 30 000 personnels supplémentaires dans le National Health Service, le remplacement de la Chambre des Lords par un sénat[13]. Face au UKIP et à la ligne plus dure du Parti conservateur sur l'immigration et l'Union européenne, le Parti travailliste veut limiter l'accès des immigrés aux prestations sociales et promet que tout transfert de pouvoir à l'Union européenne n'aurait lieu que par référendum[13].

Libéraux-démocrates[modifier | modifier le code]

Les Libéraux-démocrates, ou les partis qui les ont précédés, sont depuis les années 1930 le troisième parti britannique. En 2010, ils ont fait le choix de participer à un gouvernement de coalition avec les conservateurs et leur chef, Nick Clegg, est devenu vice-premier ministre.

Toutefois, la participation des Libéraux-démocrates au gouvernement Cameron leur a attiré de nombreuses critiques notamment en raison du fait que ses ministres aient accepté la politique d'austérité des conservateurs mais surtout pour les promesses faites en 2010 et sur lesquels les Libéraux-démocrates sont revenus. C'est notamment le cas de la promesse de ne pas augmenter les frais d'inscription des universités alors qu'en novembre 2010 le gouvernement autorise ces dernières à facturer jusqu'à 9 000 livres l'année aux étudiants[15]. Par ailleurs, les réformes prônées par les Libéraux-démocrates dans l'accord de coalition avec les conservateurs n'ont pas pu être menées à bout. C'est notamment le cas de la réforme du mode de scrutin (rejetée par référendum) ou de la réforme de la Chambre des Lords (rejetée par les députés conservateurs).

Ainsi, dès le début de la campagne les Libéraux-démocrates apparaissent très affaiblis[16].

UKIP[modifier | modifier le code]

Le UK Independence Party est un parti eurosceptique et anti-immigration dont le chef est Nigel Farage.

Le UKIP est arrivé quatrième lors du dernier scrutin mais sans remporter aucun siège. Depuis, il a gagné en popularité, remportant deux élections partielles et arrivant même en tête lors des élections européennes de 2014.

SNP[modifier | modifier le code]

Le Scottish National Party est un parti nationaliste qui ne se présente qu'en Écosse.

Il a remporté les élections écossaises de 2011 et a connu un gain de popularité à la suite du référendum sur l'indépendance de l'Écosse. Il est le principal concurrent des travaillistes en Écosse, les sondages prédisant qu'il pourrait gagner une majorité voire tous les sièges écossais de la Chambre des communes.

Autres partis[modifier | modifier le code]

Parmi les autres partis :

Partis nord-irlandais[modifier | modifier le code]

La plupart des partis d'Irlande du Nord existe sur les bases communautaires du conflit nord-irlandais :

  • le Democratic Unionist Party (protestant unioniste) a remporté le plus de sièges lors des élections générales de 2010 et des élections nord-irlandaises de 2011.
  • le Sinn Féin (nationaliste républicain) est arrivé en tête du scutin en 2010 mais a remporté moins de sièges que le DUP. Il est arrivé en tête en Irlande du Nord lors des élections européennes de 2014. Les députés élus du Sinn Féin refusent de siéger à la Chambre des communes britannique.
  • le SDLP (nationaliste, centre-gauche) a remporté 3 sièges en 2010. Il est proche du Parti travailliste et ses députés suivent généralement les consignes de vote des travaillistes.
  • l'Ulster Unionist Party (protestant unioniste) est proche du Parti conservateur avec qui il présente des candidats communs à la Chambre des communes.
  • l'Alliance est le seul parti non communautaire d'Irlande du Nord. Il a remporté un siège en 2010.

Débats[modifier | modifier le code]

La campagne électorale de 2010 avait été l'occasion, pour la première fois, de trois débats télévisés directs entre les chefs des trois principaux partis. Après de nombreuses propositions des diffuseurs et des discussions au sujet de quels partis devaient être représentés à un débat[17],[18], il est finalement décidé qu'un seul débat de tous les chefs aurait lieu en 2015, réunissant[19] :

Ce débat a eu lieu le sur ITV et est présenté par Julie Etchingham.

Les chefs des cinq partis d'opposition ont débattu de nouveau, mais sans Cameron et Clegg, le lors d'une émission présentée par David Dimbleby.

Deux émissions spéciales ont également été diffusées, avec des interviews successives de Cameron et Miliband par Jeremy Paxman à Cameron & Miliband: The Battle for Number 10 sur Channel 4 et Sky le 26 mars et de Cameron, Miliband et Clegg à Question Time sur la BBC le 30 avril.

Soutiens[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, les journaux britanniques accordent leur soutien aux partis politiques.

Coalitions possibles[modifier | modifier le code]

La plupart des sondages ayant indiqué qu'aucun parti ne disposerait de la majorité absolue, de nombreux débats ont lieu sur la formation d'un gouvernement de coalition dans un Parlement minoritaire. Si le Sinn Féin maintient sa politique de non participation au Parlement comme il l'annonce[39], 323 sièges sont nécessaires pour une majorité.

Les conservateurs et les travaillistes indiquent tous les deux souhaiter former un gouvernement majoritaire. Les conservateurs refusent d'aborder publiquement de possibles coalitions avant les élections[40] et, selon certaines sources, le Parti conservateur et le Parti travailliste se prépareraient à la tenue de secondes élections dans l'année[39].

En cas de parlement minoritaire, les Libéraux-démocrates ont déclaré vouloir d'abord négocier avec le parti qui aura le plus de sièges[41]. Nick Clegg, le chef des Libéraux démocrates, indique par ailleurs trouver « très difficile d'imaginer les circonstances » dans lesquelles UKIP et les Libéraux démocrates participeraient au même gouvernement[42].

Le Parti travailliste, vu par les commentateurs comme ayant plus de partenaires potentiels dans un Parlement minoritaire[43], a écarté l'hypothèse d'un accord avec le SNP, que ce soit une coalition[44] ou même un soutien extérieur[45]. Ce refus suggère qu'il préfèrerait former un gouvernement minoritaire[46].

Les conservateurs ont précédemment écarté une coalition avec le SNP[19], ainsi que les Libéraux démocrates[47].

Le Parti vert anglais, le Plaid Cymru et le SNP ont tous écarté la possibilité de collaborer avec les conservateurs et sont tombés d'accord pour travailler ensemble « autant que possible » pour contrer l'austérité budgétaire[48],[49],[50]. Ces trois partis ont posé comme condition d'un accord avec les travaillistes le non remplacement des missiles nucléaires Trident[51]. Le SNP s'est par ailleurs déclaré prêt à travailler avec le Parti travailliste et les Libéraux démocrates[19], tout en jugeant une coalition formelle « hautement improbable »[52] bien qu'un accord moins formel soit possible[53]. Le Plaid Cymru et le Parti vert ont une position similaire[54],[51].

Un gouvernement de droite possible réunirait les conservateurs, le UKIP et le DUP[55]. UKIP a indiqué pouvoir soutenir n'importe quel gouvernement qui proposerait un référendum sur le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne[56]. Le DUP a indiqué pouvoir travailler avec les conservateurs ou les travaillistes mais n'être pas intéressé par une coalition[57].

Sondages[modifier | modifier le code]

Intentions de vote pour les partis politiques du 13 mai 2010 au jour de l'élection.

Résultats[modifier | modifier le code]

Alors que tous les sondages avant le scrutin prédisaient un Parlement minoritaire dans lequel conservateurs et travaillistes seraient au coude à coude, c'est finalement une large avance du Parti conservateur qui est annoncée par le sondage de sortie des urnes. Au fur et à mesure du dépouillement, l'avance des conservateurs se confirment et ils parviennent à remporter une majorité absolue des sièges.

À l'inverse, le Parti travailliste, dont les sondages disaient qu'il pouvait gagner des sièges, en perd 26, réalisant sa pire performance depuis 1987. En effet, ses gains sont faibles en Angleterre — où le vote travailliste est concurrencé par le UKIP — et il est décimé en Écosse où le SNP réussit à s'emparer de 50 % des voix et de 56 des 59 sièges[58].

Le résultat des Libéraux-démocrates est plus cinglant encore : ils perdent 49 de leurs 57 députés et sont réduits à 8 sièges.

Avec 12,6 %, le score du UKIP est en augmentation de près de 10 points. Mais cette percée ne se concrétise pas en sièges : le parti n'a qu'un député. Le Parti vert est également en hausse : il conserve son seul siège acquis en 2010 à Brighton Pavilion, mais ne parvient pas à en conquérir d'autres.

Détails[modifier | modifier le code]

Répartition des voix.
Sièges par circonscription.
Résultats dans les 650 circonscriptions[59]
Parti Chef Candidats Sièges Voix
2010 Élus Gains Pertes Diff. % Diff.
Parti conservateur David Cameron 647 307 330 35 11 Increase2.svg 23 11 300 303 36,9 Increase2.svg 0,8
Parti travailliste Ed Miliband 631 258 232 22 48 Decrease2.svg 26 9 344 328 30,4 Increase2.svg 1,5
SNP[n 1] Nicola Sturgeon[n 2] 59 6 56 50 0 Increase2.svg 50 1 454 436 4,7 Increase2.svg 3,1
Libéraux-démocrates Nick Clegg 631 57 8 0 49 Decrease2.svg 49 2 415 888 7,9 Decrease2.svg 15,2
DUP[n 3] Peter Robinson[n 4] 16 8 8 1 1 Equals-sign-blue.gif 184 260 0,6 Equals-sign-blue.gif
Sinn Féin[n 3] Gerry Adams[n 4] 18 5 4 0 1 Decrease2.svg 1 176 232 0,6 Equals-sign-blue.gif
Plaid Cymru[n 5] Leanne Wood 40 3 3 0 0 Equals-sign-blue.gif 181 694 0,6 Equals-sign-blue.gif
SDLP[n 3] Alasdair McDonnell 18 3 3 0 0 Equals-sign-blue.gif 99 809 0,3 Equals-sign-blue.gif
UUP[n 3] Mike Nesbitt[n 4] 15 0 2 2 0 Increase2.svg 2 114 935 0,4 Equals-sign-blue.gif
UKIP Nigel Farage 624 0 1 1 0 Increase2.svg 1 3 881 129 12,6 Increase2.svg 9,5
Parti vert Natalie Bennett 568 1 1 0 0 Equals-sign-blue.gif 1 157 613 3,8 Increase2.svg 2,8
Alliance[n 3] David Ford[n 4] 18 1 0 0 1 Decrease2.svg 1 61 556 0,2 Increase2.svg 0,1
Président de la Chambre John Bercow 1 1 1 0 0 Equals-sign-blue.gif 34 617 0,1 Equals-sign-blue.gif
Autres 1 1 0 0 Equals-sign-blue.gif 288 957 1,0
Total 650 650 30 691 680 100,0
Participation 66,1 Increase2.svg 1,0
  1. Parti présent uniquement en Écosse.
  2. N'est pas elle-même candidate à cette élection.
  3. a, b, c, d et e Partis présents uniquement en Irlande du Nord
  4. a, b, c et d N'est pas lui-même candidat à cette élection.
  5. Parti présent uniquement au Pays de Galles.

Femmes et minorités[modifier | modifier le code]

À la suite de cette élection, le nombre de femmes députées augmente d'un tiers, passant de 147 à 190 (dont 68 conservatrices, 99 travaillistes, 20 SNP), soit 28 % des membres de la Chambre des communes[60].

Le nombre de députés issus de minorités ethniques est également en hausse, passant de 27 à 42[61]. La nouvelle Chambre des communes compte également 29 députés ouvertement homosexuels ou bisexuels[62].

Suites[modifier | modifier le code]

Démissions[modifier | modifier le code]

Le lendemain des élections, après leurs mauvais résultats, Ed Miliband (travailliste) et Nick Clegg (libéral-démocrate) démissionnent de la direction de leurs partis respectifs[63],[64].

Conformément à une promesse faite pendant la campagne, Nigel Farage du UKIP annonce sa démission après avoir échoué à remporter un siège à South Thanet[65]. Toutefois, dans les jours qui suivent, le comité exécutif du UKIP rejette cette démission et Farage reste finalement en fonction[66].

Erreur des sondages[modifier | modifier le code]

Alors que tous les sondages aient échoué à mesurer l'avance du Parti conservateur pousse le British Polling Council à lancer une enquête indépendante sur les raisons du « biais manifeste » dans les méthodes des sondeurs[67].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Fixed-term Parliaments Act 2011 », sur legislation.gov.uk (consulté le 25 janvier 2015)
  2. a et b (en) « General Election 2015 timetable », sur parliament.uk
  3. (en) Akash Paun, « Westminster in an age of minorities » [PDF], sur Institute for Government,‎ (consulté le 18 avril 2015)
  4. (en) « The Queen’s Speech is set for May 27 – this is what will happen before then », sur May2015: 2015 General Election Guide
  5. (en) « Party Finance – the Electoral Commission », sur Electoral Commission,‎ (consulté le 18 avril 2015)
  6. (en) « Search - The Electoral Commission », sur Electoral Commission,‎ (consulté le 18 avril 2015)
  7. a et b « Qu'il perde ou gagne, la carrière de David Cameron tient à un fil », sur Boursorama,‎
  8. a et b « En Grande-Bretagne, David Cameron va pouvoir « finir le boulot » », sur La Croix,‎
  9. a et b (en) « Election 2015: Conservative manifesto at-a-glance », sur BBC,‎
  10. « En route pour le référendum sur la sortie de l’UE au Royaume-Uni », sur Le Monde,‎
  11. (en) « David Cameron warns of Labour-SNP 'coalition of chaos' », sur The Guardian,‎
  12. (en) « Ed Miliband faces Labour leadership crisis », sur The Gardian,‎
  13. a, b et c « Election 2015: Labour manifesto at-a-glance », sur BBC,‎
  14. (en) « Balls binds Labour to austerity with promise of no extra borrowing », sur The New Stateman,‎
  15. (en) « Liberal Democrat conference: the many broken promises of Nick Clegg », sur The Telegraph,‎
  16. (en) « Lib Dems hit 25-year low in poll », sur The Guardian,‎
  17. (en) « Election 2015: Seven-party TV debate plan announced », sur BBC News,‎
  18. (en) « BBC - Broadcasters to stick to Election debate plan - Media centre », sur bbc.co.uk,‎
  19. a, b et c (en) « Politics Live: Campaign countdown - BBC News », sur bbc.co.uk
  20. (en) « How YOU can vote tactically to keep out Red Ed: Constituency by constituency guide to the 50 key seats that will help keep Labour out of Number 10 », sur Daily Mail,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  21. (en) « Election 2015: A clear choice for Britain », sur The Daily Telegraph (consulté le 8 mai 2015)
  22. (en) « The case for change in the UK », sur Financial Times,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  23. (en) « The Sun says : it's a Tory ! »,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  24. (en) « Britain’s Vital Choice », sur The Times,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  25. (en) « MAIL ON SUNDAY COMMENT: We are at a crossroads in our proud history and we must stay on course... not veer Left into disarray », sur The Mail on Sunday,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  26. (en) « Sunday Telegraph : Vote in the national interest. Vote-Conservative », sur The Sunday Telegraph,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  27. (en) « A conservative case for the Conservatives », sur The Sunday Times,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  28. (en) « Who should govern Britain? », sur The Economist,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  29. (en) « The Tories are now the party of the many — Labour is the party of the few », sur The Spectator,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  30. (en) « General Election 2015: YOUR chance to change the future of Britain and send the Tories packing », sur The Daily Mirror,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  31. (en) « The Guardian view: Britain needs a new direction, Britain needs Labour »,‎ 1er mai 2015 (consulté le 8 mai 2015)
  32. (en) « We Can't Afford A Tory Win », sur The Morning Star,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  33. (en) « The Observer view on why you should vote Labour », sur The Guardian,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  34. (en) « The Sunday People endorses Ed Miliband to be the next prime minister of the UK », sur The Daily Mirror,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  35. (en) « Ed Miliband: The stakes at the General Election are the future of your family and the NHS », sur The Daily Mirror,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  36. (en) « The New Statesman's election endorsement: why it has to be Labour », sur New Statesman,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  37. (en) « In defence of liberal democracy », sur The Independent,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  38. (en) « EXPRESS COMMENT: Vote Ukip for a patriotic Britain and future », sur Daily Express,‎ (consulté le 8 mai 2015)
  39. a et b (en) « Hung parliament predictions harden, coalition recedes - Gary Gibbon on Politics »,‎ (consulté le 7 mars 2015)
  40. (en) Frances Perraudin, « David Cameron refuses to discuss post-election coalition », sur the Guardian,‎
  41. (en) « The Liberal Democrats – some considerations on negotiations (Part One) - Westminster Advisers », sur http://www.westminsteradvisers.co.uk,‎ (consulté le 7 mars 2015)
  42. (en) Andrew Sparrow, « Nick Clegg's interview on the Andrew Marr show – as it happened », sur the Guardian,‎ (consulté le 7 mars 2015)
  43. (en) « The Tories are on to a loser if the election comes down to horse trading », sur The Independent,‎
  44. (en) « BBC News - Ed Miliband rules out SNP coalition after election », sur BBC News,‎
  45. (en) « Ed Miliband rules out 'confidence and supply' deal with SNP », sur The Guardian,‎
  46. (en) « Miliband to Dare Others to Vote Down Labour Minority Government », sur Bloomberg,‎
  47. (en) Patrick Wintour, « Vince Cable says Lib Dem-SNP deal after election is inconceivable », sur the Guardian,‎ 13mars 2015
  48. (en) Frances Perraudin, « SNP, Plaid Cymru and Greens plan to join forces against austerity », sur the Guardian,‎
  49. (en) « SNP, Plaid & Greens: A new approach to politics », sur snp.org,‎
  50. (en) « SNP, Plaid Cymru and the Greens: Austerity has Failed. Time for a New Approach to Politics. », sur partyofwales.org,‎
  51. a et b (en) Patrick Wintour, « Green party outlines plan for basic citizen's income for all adults », sur the Guardian,‎ (consulté le 7 mars 2015)
  52. (en) « Politics Live - 20 March - BBC News », sur bbc.co.uk
  53. BBC News, 11pm, 7 March 2015, BBC News 24
  54. (en) « Scrap Trident, ditch Barnett, reverse the cuts – the price of power for Miliband and Cameron in a hung parliament », sur Telegraph.co.uk,‎ (consulté le 7 mars 2015)
  55. (en) « A 'rainbow Coalition' after May would lead to a second general election this year, says Tory minister », sur Telegraph.co.uk,‎
  56. (en) « The rise of the "anti-Ukip" party: how the Greens are hammering Labour », sur New Statesman,‎
  57. (en) « DUP leader Nigel Dodds: "We can do business with Miliband" », sur New Statesman,‎ (consulté le 7 mars 2015)
  58. (en) « SNP surges to Scottish landslide », sur BBC
  59. (en) « Results », sur BBC (consulté le 8 mai 2015)
  60. (en) « Election 2015: Number of women in Parliament rises by a third », sur BBC
  61. (en) « Record numbers of female and minority-ethnic MPs in new House of Commons », sur The Guardian
  62. « Le Parlement britannique est le plus gay du monde », sur Slate.fr,‎
  63. (en) « Labour election results: Ed Miliband resigns as leader », sur BBC,‎
  64. (en) « Election results: Nick Clegg resigns after Lib Dem losses », sur BBC,‎
  65. (en) « Nigel Farage resigns as UKIP leader as the party vote rises », sur BBC,‎
  66. « Farage revient sur sa démission et garde la tête du UKIP », L'Express, 11 mai 2015
  67. (en) « Election 2015: Inquiry into opinion poll failures », sur BBC,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]