Jacob Rees-Mogg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jacob Rees-Mogg
Illustration.
Jacob Rees-Mogg en 2017.
Fonctions
Député britannique
En fonction depuis le
(8 ans, 11 mois et 13 jours)
Élection 6 mai 2010
Réélection 7 mai 2015
8 juin 2017
Circonscription North East Somerset
Groupe politique Conservateur
Biographie
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Hammersmith (Londres, Royaume-Uni)
Nationalité Britannique
Parti politique Parti conservateur
Père William, baron Rees-Mogg
Diplômé de Trinity College d'Oxford (MA)
Profession Financier
Religion Catholicisme
Site web jacobreesmogg.com

Jacob Rees-Mogg, né le à Hammersmith (Londres), est un homme politique britannique.

Membre du Parti conservateur, il est député de North East Somerset à la Chambre des communes depuis 2010. Fervant eurosceptique, il est l’un des meneurs des partisans du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et vie privée[modifier | modifier le code]

Fils de William Rees-Mogg (créé en 1999 baron à vie et mort en 2012)[1], Jacob Rees-Mogg étudie au collège d'Eton, puis l'histoire à Trinity College, à Oxford, où il est président de l'Association conservatrice de l'université.

Frère aîné de la journaliste eurosceptique Annunziata Rees-Mogg, il est marié depuis 2007 avec Helena, fille de Somerset de Chair (député de South West Norfolk de 1935 à 1945) et de Lady Juliet Tadgell.

Catholique, il va à la messe en latin et il est père de six enfants. Il grandit dans un château et s'en achète lui-même un, à Bath[2].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il travaille à la Cité de Londres, jusqu'en 2007 chez Lloyd George Management. Par la suite, il co-fonde Somerset Capital Management, amassant une fortune de 100 millions de livres[2].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Lors des élections générales de 2010, il est élu député dans la circonscription de North East Somerset[3]. Il est réélu en 2015 et 2017.

À la Chambre des communes, il est décrit comme l'avocat des coupes budgétaires et un adversaire au mariage homosexuel[4]. Thatchérien, il est également climatosceptique, opposé à l'avortement et critique à l'égard des aides aux pays en développement[2].

Jacob Rees-Mogg est un eurosceptique influent[5]. Favorable au Brexit, il est nommé à la tête des 60 à 80 députés conservateurs partisans d'une sortie nette de l'Union européenne (European Research Group (en))[2]. Il est pressenti pour devenir Premier ministre ou chancelier de l'Échiquier de Boris Johnson au cas où la faction eurosceptique arriverait à renverser la chef de gouvernement Theresa May[2]. Le , il demande une motion de censure contre May après la révélation du projet d'accord entre le Royaume-Uni et l'UE sur le Brexit[6]. Il appelle d'ailleurs les eurodéputés britanniques, au cas où le Royaume-Uni devrait participer aux élections européennes du 26 mai, « à être aussi difficiles que possible en mett[ant] leur veto à toute augmentation de budget, s’oppos[ant] à la supposée armée européenne et [en] bloqu[ant] les projets intégrationnistes de M. Macron »[7].

Distinction honorifique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Famille Rees-Mogg : www.burkespeerage.com
  2. a b c d et e Florentin Collomp, « Jacob Rees-Mogg, un "Brexiter" aux portes de Downing Street », Le Figaro, samedi 10 / dimanche 11 février 2018, page 7.
  3. (en) Jacob Rees-Mogg : www.parliament.uk
  4. « Royaume-Uni: Jacob Rees-Mogg, le Corbyn des conservateurs? », sur causeur.fr, .
  5. (en) « Jacob Rees-Mogg says Tories should allow UKIP to win seats », sur huffingtonpost.co.uk, .
  6. (en) Brexit: Jacbo Rees-Mogg hints at May in a no confidence letter, sur www.bbc.coc.uk, 15 novembre 2018.
  7. Le Monde avec AFP, « Theresa May demande un report du Brexit jusqu’au 30 juin », sur Le Monde.fr, (consulté le 5 avril 2019)