Europol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Eurojust.
Europol
European Police Office
Image illustrative de l'article Europol
Map indique la localisation de l'agence
Paris plan pointer b jms.svg
Coordonnées 52° 05′ nord, 4° 19′ est
Agence européenne décentralisée
Localisation Drapeau : Pays-Bas La Haye
Établie
Directeur Drapeau du Royaume-Uni Rob Wainwright
Site Web http://www.europol.europa.eu/

Europol (European Police Office) est un office de police criminelle qui facilite l'échange de renseignements entre polices nationales en matière de stupéfiants, de terrorisme, de criminalité internationale et de pédophilie au sein de l'Union européenne.

La convention portant sa création a été signée et ratifiée par tous les États membres de l'Union européenne. Europol exerce l'ensemble de ses missions depuis le .

Depuis le , Europol est une agence communautaire (décision du Conseil Justice et Affaires intérieures du 6 avril 2009)[1]. Augmentant les pouvoirs de l'office en matière de criminalité transfrontalière, cette décision prévoit qu'il sera financé par le budget communautaire, mais également que le contrôle du Parlement européen sera accru.

Historique[modifier | modifier le code]

Siège d'Europol à la Haye (Pays-Bas).

Europol trouve ses racines dans le groupe ad hoc TREVI, une structure de coopération policière des douze États membres de la Communauté européenne, créée en 1976, et restée complètement secrète jusqu'en 1989[2].

Missions[modifier | modifier le code]

La carte des membres d'Europol.

Europol participe à la lutte contre la criminalité en Europe en améliorant la coopération entre les officiers de liaison Europol (OLE) détachés auprès de l'office par les États membres et par la transmission simplifiée d'informations nécessaires aux enquêtes. Il coordonne et centralise des enquêtes à l'encontre d'organisations criminelles de dimension européenne, voire internationale.

Europol est responsable devant le Conseil des ministres des États membres chargé de la Justice et des Affaires intérieures, troisième pilier de l'Union européenne. Le Conseil des ministres est responsable du contrôle global et des orientations d'Europol. Il lui incombe de nommer le directeur, les directeurs adjoints et d'adopter le budget.

En novembre 2016, Europol a mis en ligne un calendrier de l'avent avec un criminel recherché chaque jour par les polices européennes[3],[4].

Références audiovisuelles[modifier | modifier le code]

Dans Ocean's Twelve, le personnage d'Isabel Lahiri, qui enquête sur la bande de Danny Ocean, incarné par Catherine Zeta-Jones, appartient à Europol.

La série The Team suit une équipe commune d'enquête d'Europol dont les investigations portent sur une série d'homicides.

Dans la série néerlando-begio-suédoise " The Spiral" , diffusée sur Arte , des membres d'Euopol enquêtent sur le vol de six toiles de maîtres dans six musées européens par des artistes contestataires.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tony Bunyan, « Trevi, Europol and the European state », Statewatching the new Europe,‎ (lire en ligne)
  • Big Browser, « Le calendrier de l’avent d’Europol : à chaque jour son criminel », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Compléments[modifier | modifier le code]

Lectures approfondies[modifier | modifier le code]

  • « Europol : La Haye d'honneur », Les dossiers du Canard enchaîné, no 141,‎ , p. 96
  • Dehousse Franklin et Zgajewski Tania, « La Convention Europol : Un tournant pour la coopération policière européenne ? », Courrier hebdomadaire du CRISP, no 32/1997 (n° 1577-1578),‎ , p. 1-45 (DOI 10.3917/cris.1577.0001, lire en ligne)
  • « Europol, quoi de neuf ? Une approche critique de la décision Europol », Revue internationale de droit pénal, vol. 82, no 1/2011,‎ , p. 157-187 (DOI 10.3917/ridp.821.0157, lire en ligne)
  • (en) « European Police Office Chronicle », Revue internationale de droit pénal, vol. 82, no 1/2011,‎ , p. 211-218 (DOI 10.3917/ridp.821.0211, lire en ligne)
  • Michel Richardot, « Interpol, Europol », Pouvoirs, no 102 (3/2002),‎ , p. 77-85 (DOI 10.3917/pouv.102.0077, lire en ligne)
  • Émile Pérez, « Polices d'Europe », Pouvoirs, no 102 (3/2002),‎ , p. 71-76 (DOI 10.3917/pouv.102.0071, lire en ligne)
  • Amandine Scherrer, Antoine Mégie et Valsamis Mitsilegas, « La stratégie de l’Union européenne contre la criminalité organisée : entre lacunes et inquiétudes », Cultures & Conflits, no 74,‎ (DOI 10.4000/conflits.17442, lire en ligne)
  • Sylvia Preuss-Laussinotte, « L’élargissement problématique de l’accès aux bases de données européennes en matière de sécurité », Cultures & Conflits, no 74,‎ (DOI 10.4000/conflits.17441, lire en ligne)
  • Jean-Claude Paye, « La coopération policière et judiciaire entre les États-Unis et l’Europe », Les Temps Modernes, no 1/2004 (n° 626),‎ , p. 143-160 (DOI 10.3917/ltm.626.0143, lire en ligne)
  • Raphaël Mathieu, « La défense européenne contre le terrorisme », Courrier hebdomadaire du CRISP, no 21/2005 (n° 1886),‎ , p. 5-42 (lire en ligne)
  • Coosemans Thierry, « Le renforcement de la sécurité intérieure de l'Union européenne », Courrier hebdomadaire du CRISP, no 28/2002 (n° 1773),‎ , p. 5-52 (DOI 10.3917/cris.1773.0005, lire en ligne)
  • « Les mineurs disparus d’Europol », Plein droit, no 1/2016 (n° 108),‎ , p. 1-2 (DOI 10.3917/pld.108.0001, lire en ligne)
  • Alain Bauer et Christophe Soullez, Les fichiers de police et de gendarmerie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », , 2e éd. (1re éd. 2009), 128 p. (ISBN 9782130591160), chap. 2 (« État des lieux »)
  • Magali Sabatier, La Coopération policière européenne, Paris, L'Harmattan, coll. « Sécurité et société »,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :