Amenemhat V

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amenemhat V
Image illustrative de l'article Amenemhat V
Amenemhat V
Période Deuxième Période Intermédiaire
Dynastie XIIIe dynastie
Fonction 3e roi de la dynastie
Prédécesseur Sekhemrê Khoutaoui
Dates de fonction -1796 à -1793 (selon K. S. B. Ryholt)
-1746 à -1743 (selon D. Franke)
Successeur son fils Ameni Kemaou

Amenemhat V (XIIIe dynastie) régna de -1796 environ à -1793 (selon Kim Steven Bardrum Ryholt) ou de -1746 à -1743 (selon Detlef Franke.

Franke pense que ce roi ne fait qu'un avec Amenemhat Sénébef, deuxième roi de la dynastie et remet donc en cause son existence.

Règne[modifier | modifier le code]

Le papyrus de Turin lui compte trois années de règne et le place en troisième[1] ou quatrième position dans la liste des pharaons de la XIIIe dynastie. Sa titulature mentionnant son nom d'Horus, son nom de Nesout-bity et son nom de Sa-Rê a été retrouvée sur une stèle découverte à Athribis dans le delta du Nil.

Une statue à son effigie a été également découverte à Éléphantine et porte l'inscription suivante :

« Le dieu bon, le seigneur du double pays, maître des cérémonies, le roi de la Haute et de la Basse Égypte Sekhemkarê, le fils de Rê Amenemhat, aimé de Satis, dame d'Éléphantine, puisse-t-il vivre éternellement. »

Cette statue fragmentaire a été retrouvée en deux temps. La tête avec une partie du buste a été découverte sur le site au XIXe siècle et est depuis conservée au Kunsthistorisches Museum de Vienne, alors que la plupart de la partie inférieure, avec l'inscription sus-mentionnée permettant son identification, a été mise au jour au siècle suivant et est exposée au musée de la Nubie à Assouan.

Ainsi si l'existence de ce pharaon est discutée et sa place dans la dynastie remise en cause par certains égyptologues, ces deux découvertes géographiquement opposées attestent qu'il régnait du Nord au Sud du pays et était reconnu en tant que tel ce qui éclaire quelque peu notre connaissance de cette période encore assez trouble dans l'histoire de l'Égypte antique, et confirme que si les règnes se succèdent sans grande gloire apparente, les institutions sont restées en place et continuent à se référer au pouvoir en place.

Titulature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Titulature dans l'Égypte antique.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon la traduction d'A. Gardiner

Références[modifier | modifier le code]