Claude Vandersleyen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vandersleyen.

Claude Vandersleyen
Égyptologue
Pays de naissance Drapeau de la Belgique Belgique
Naissance
Bruxelles

Claude Vandersleyen (né à Bruxelles, le ) est un égyptologue belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires au Collège Cardinal Mercier à Braine-l'Alleud en Belgique, Claude Vandersleyen obtient une licence (1949) puis un doctorat (1969) en philologie classique ainsi qu'une licence en orientalisme (égyptologie) en 1950, à l'Université libre de Bruxelles.

Claude Vandersleyen est professeur à l'Université catholique de Louvain où il enseigne l'art égyptien et la langue égyptienne, l'histoire de l'art en général et la papyrologie grecque.

En 1967/68, il a procédé à la restauration et à la traduction du texte d'une stèle, dite « stèle de la tempête », découverte entre 1947 et 1951 par la mission française dans le 3e pylône du temple de Karnak à Thèbes.

Il a précisé l’emploi de Kem-our et Ouadj-our, dossier repris lors d'un cours[1] de Nicolas Grimal au Collège de France.

Datation de l'Exode[modifier | modifier le code]

Vandersleyen penche pour une datation haute de l'Exode -- environ de 1550 à 1524 av. J.-C. (le règne d'Ahmôsis), ce qui est généralement en accord avec la datation de Manéthon.

Vandersleyen souligne que le Pentateuque, le livre de Josué et le livre des Juges fournissent une chronologie qui, suivant les interprétations, place l'Exode au XVIe siècle ou au XVe siècle avant notre ère. Selon lui, certaines objections à une datation haute ne sont pas si problématiques : le contrôle militaire égyptien en Canaan n'était direct que sur les voies de communication le long de la côte, l'intérieur du pays échappant largement à leur contrôle. De plus, comme le décrivent les lettres d'Amarna, la région montagneuse de Canaan (région) pouvait être l'objet d'une instabilité politique qui ne remettait pas en cause le contrôle égyptien sur la région.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]