Bataille de Caldiero (1805)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Caldiero.
Bataille de Caldiero
Description de l'image Archduke Charles at Battle of Caldiero.JPG.
Informations générales
Date 8 brumaire an 14
Lieu Caldiero (Italie)
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français Drapeau de l'Empire d'Autriche Empire d'Autriche
Commandants
André Masséna Charles Louis d'Autriche
Forces en présence
37 000 hommes 50 000 hommes
Pertes
3 204 morts ou blessés
525 prisonniers
503 morts
2 209 blessés
6 500 prisonniers

Troisième Coalition

Batailles

Batailles navales
Rocher du Diamant · Cap Finisterre · Trafalgar · Cap Ortegal


Campagne d'Allemagne (1805) : opérations en Bavière - Autriche - Moravie
Donauwörth · Wertingen · Gunzburg · Haslach-Jungingen · Memmingen · Elchingen · Nerenstetten · Neresheim · Ulm · Ried · Lambach · Bodenbichl · Steyr · Amstetten · Mariazell · Dürenstein · Hollabrunn (Schöngrabern) · Wischau · Austerlitz


Campagne d'Italie (1805) : Opérations en Italie du Nord
Vérone · Caldiero


Invasion de Naples (1806)
Gaète · Campo Tenese · Maida


Coordonnées 45° 25′ 26″ nord, 11° 11′ 26″ est

Géolocalisation sur la carte : Vénétie

(Voir situation sur carte : Vénétie)
Bataille de Caldiero

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Bataille de Caldiero

La bataille de Caldiero eut lieu le 8 brumaire an 14 (), dans le cadre de la Troisième Coalition. Elle opposa, non loin de Caldiero (Italie), les armées françaises et autrichiennes.

Historique[modifier | modifier le code]

Le maréchal André Masséna avec ses 37 000 hommes, affronte l'armée autrichienne forte de 50 000 hommes, sous les ordres de l'archiduc Charles d'Autriche, postée dans le village et sur les hauteurs de Caldiero. Les attaques de Masséna permettent aux Français de reprendre les hauteurs du village mais celui-ci tint bon jusqu'à la tombée de la nuit.

Profitant de l'obscurité, l'archiduc fait évacuer l'artillerie et ses effets personnels, laissant un corps de 5 000 hommes sous les ordres du général Hillinger, pour couvrir sa retraite.

Troisième bulletin de l'armée d'Italie[1][modifier | modifier le code]

Au quartier-général de Vago,

le 8 brumaire an 14[2].

Après l'affaire du 7, l'armée avait pris position à Vago, deux miles en deçà de Caldiero, village sur la route de Vérone à Vicence, dans le Véronais.
Le 8, à deux heures après-midi, elle attaqua l'ennemi sur toute la ligne.
La division Molitor formant la gauche commença l'action ; celle du général Gardanne attaqua au centre, et celle du général Duhesme à la droite. Ces diverses attaques furent bien exécutées et heureusement conduites. Le village de Caldiero fut emporté aux cris de vive l'Empereur ! et l'ennemi fut poursuivi jusque sur les hauteurs.

À quatre heures et demie, le prince Charles fit avancer sa réserve forte de 24 bataillons de grenadiers et de plusieurs régimens. La bataille devint alors plus vive. Les troupes de S.M. déployèrent leur intrépidité ordinaire : la cavalerie chargea plusieurs fois et toujours avec succès ; des bataillons de grenadiers de la réserve donnèrent en même temps, et la baïonnette décida du sort de la journée. L'ennemi avait fait jouer plus de trente pièces d'artillerie qui garnissaient ses retranchements. Malgré l'acharnement de sa résistance, il a été culbuté et poursuivi jusqu'aux pieds des redoutes au-delà de Caldiero.

Nous avons fait 3 500 prisonniers ; le champ de bataille est jonché d'Autrichiens ; le nombre de leurs morts et de leurs blessés égale au moins celui de leurs prisonniers. Le prince Charles a fait demander une trêve pour enterrer les morts.

Notre perte est très peu considérable en comparaison de celle de l'ennemi.

Le maréchal général en chef applaudit à la valeur et au dévouement de l'armée ; il fera connaître particulièrement les belles actions qui ont signalé la journée, et mettra sous les yeux de S.M. l'Empereur et Roi les noms des braves à qui l'honneur en est dû.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

L'armée autrichienne, forte de 50 000 hommes, est divisée en quatre colonnes (avant-garde, centre, aile gauche, aile droite) plus les réserves.
L'armée française, forte de 37 000 hommes, comporte 5 divisions d'infanterie, 2 divisions de cavalerie et les réserves.

Bilan[modifier | modifier le code]

Les Autrichiens perdent 3 000 hommes, morts ou blessés et 8 000 prisonniers, dont le corps d'Hillinger en entier. Les Français, quant à eux, déplorent environ 4 000 morts ou blessés.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Gloire & Empire, no 3

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 1, In : Mémorial administratif du département de l'Ourte, no 298 du 25 brumaire an XIV (16.11.1805), p. 167. Liège : J.F. Desoer, 1806. (Mémorial administratif du département de l'Ourte ; IX).
  2. 2, 30 octobre 1805.

Liens externes[modifier | modifier le code]