Richard Stöhr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stöhr.
Richard Stöhr
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Richard SternVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Maître

Richard Franz Stöhr (Vienne-Montpelier, dans le Vermont) est un compositeur et professeur de musique autrichien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Richard Stöhr est issu d'une famille provenant de Hongrie. Son père, Samuel Stern, est professeur de médecine à l'université de Vienne. Sa mère, Mathilde, est la sœur du chef de chœur et critique Heinrich Porges, un des plus proches associés de Richard Wagner[1]. Richard Stöhr est reçu docteur en médecine en 1898, il n’exerce pas, mais entre immédiatement à l'Académie de musique de Vienne. Il se convertit au christianisme et change son nom, Stern, pour Stöhr[2]. Il étudie le piano, l’orgue et la composition avec Robert Fuchs. Il travaille d'abord dans l'institution comme répétiteur choral dès 1900.

Il obtient son doctorat en 1903, enseigne en tant qu'assistant[3] et obtient le poste de professeur en 1915[4] dans les disciplines harmonie, contrepoint et formes musicales jusqu'en 1938. En 1915, il est appelé pour son service dans l'armée autrichienne, période qu'il effectue dans un hôpital de la banlieue de Vienne, tout en poursuivant son enseignement à l'Académie de musique. Parmi ses élèves figurent Alois Hába, la pianiste Rena Kyriakou[5] et Eric Zeisl (1919–1923). Il écrit son premier livre sur l'harmonie dès 1906.

En mars 1938, après l'Anschluss, il est renvoyé de son poste et émigre aux États-Unis en février 1939[4]. Sa sœur Hedwige, restée en Autriche, est raflée par les nazis en 1941 et meurt dans un camp de transit en Pologne en 1942[4].

Il est embauché personnellement par Mary Curtis Bok, fondatrice en 1924 du Curtis Institute of Music à Philadelphie et il y enseigne de 1939 à 1941, jusqu'à la fermeture temporaire de la faculté en raison de la guerre. Il transforme son nom en Stoehr [4] pour convenir à la langue anglaise. Il participe également à la traduction de la correspondance de Wagner de la Burrell Collection qui paraît en 1950[6].

Après sa période à Philadelphie, il obtient un poste au St Michael’s College de Winooski Park, aujourd'hui Colchester dans le Vermont (1943–1950)[3] où il enseigne l'allemand et la musique, tout en composant, mais aucune composition de la période américaine n'est publiée[7].

Durant sa carrière il a pour élèves Samuel Barber, Leonard Bernstein (1939–1940), Erich Leinsdorf, Alexander Brailowsky et Marlene Dietrich, Herbert von Karajan et Rudolf Serkin[8],[9],[7].

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

Richard Stöhr écrit beaucoup de musique de chambre dont quinze sonates pour violon et piano, trois quintette avec piano, quatre quatuors à cordes, quatre trios avec piano, un sextuor (pour violon, clarinette, cor, violoncelle et deux pianos) ; des sonates pour violoncelle, pour flûte ; plusieurs sonates et des pièces pour piano ; sept symphonies ; deux opéras et 150 lieder ou mélodies.

Orchestre[modifier | modifier le code]

  • 7 symphonies
  • Sérénade en ut mineur
  • 2 suites pour orchestre à cordes
  • Fantaisie symphonique en ut mineur
  • Suite romantique en majeur
  • Concerto dans le style ancien
  • Suite Vermont
  • Scherzo en fa majeur
  • Concerto pour trompette et orchestre en si-bémol majeur
  • Concerto-Fantaisie pour violon et orchestre

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • 15 sonates pour violon et piano
  • Sonate pour violoncelle et piano
  • Sonate pour flûte et piano
  • 4 quatuors à cordes
  • 2 trios avec piano
  • 2 quatuors avec piano
  • 6 quintettes avec piano

Piano[modifier | modifier le code]

  • 5 sonates
  • Plusieurs suites
  • Variations
  • Études

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Praktischer Leitfaden der Harmonielehre (Vienne, Universal-Edition 1906) (OCLC 638315286)
  • Praktischer Leitfaden des Kontrapunkts (Hambourg, Anton J.Benjamin 1911) (OCLC 476490934)
  • Musikalische Formenlehre, 3 vol. (Leipzig, Kistner & Siegel 1911) (OCLC 5281199)
    • Formenlehre der Musik, Leipzig 1933 — édition révisée du précédant
  • Praktische Modulationslehre (Leipzig 1928) (OCLC 13878736)
  • Modulationslehre, 1932

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Quatuor à cordes op. 22 ; Trois intermezzi pour quatuor à cordes, op. 124 ; 5 pièces pour piano, op. 23* ; Olga watches the children's sleep° - Rosemary O'Connor, piano ; Richard Stöhr°, piano ; Quatuor Christine Lavant (1942°, 12 juin 2009, 16 juillet 2009*, ORF) (OCLC 824190764)
  • Œuvres pour violoncelle et piano : Fantasiestücke op. 17 et sonate op. 49 - Stefan Koch, violoncelle ; Robert Conway, piano (21, 24 mai et 6 juin 2013, Toccata Classics) (OCLC 940652239)
  • Trio avec piano, op. 16 ; trois mélodies pour voix grave, piano et accompagnement de violoncelle, op. 21° - Seth Keeton, baryton-basse ; Laura Roelofs, violon ; Stefan Koch, violoncelle ; Mary Siciliano, piano (10 mai/10 et 19 octobre/28 novembre 2016 et 11 janvier 2017, 24 mai 2017°, Toccata Classics)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Biographie sur richardstoehr.com.
  2. Koch 2014, p. 2.
  3. a et b Baker 1995, p. 4035.
  4. a, b, c et d Koch 2014, p. 3.
  5. Alain Pâris (dir.), Dictionnaire des interprètes et de l'interprétation musicale au XXe siècle, Paris, Laffont, coll. « Bouquins », (réimpr. 1985, 1989, 1995, 2004), 5e éd. (1re éd. 1982), 1278 p. (ISBN 2-221-08064-5, OCLC 901287624, lire en ligne), p. 791
  6. (en) Letters of Richard Wagner, The Burrell Collection, New York, Macmillan 1950 et Londres, Gollancz 1951 (OCLC 221938038).
  7. a et b Koch 2014, p. 4.
  8. Hellmann-Stojan, H., « Stöhr, Richard », dans Die Musik in Geschichte und Gegenwart, Kassel-Basel, 1989, vol. 12, col. 1377-1378.
  9. (en) Scott Pfitzinger, Composer Genealogies: A Compendium of Composers, Their Teachers... p. 520–521.

Liens externes[modifier | modifier le code]