Droits des femmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les droits des femmes sont des droits, théoriques ou réels, réclamés pour les femmes et les filles de nombreuses sociétés à travers le monde et constituent la base du mouvement pour les droits des femmes du dix-neuvième siècle ainsi que le mouvement féministe du vingtième siècle. Dans certains pays, ces droits sont institutionnalisés ou soutenus par la loi, la coutume locale et le comportement, tandis que dans d'autres pays, ils peuvent être ignorés ou supprimés. Ils diffèrent des notions plus larges de droits de l'homme en déclarant qu'il existe des inégalités historiques inhérentes s'opposant à l'exercice des droits des femmes et des filles, en faveur des hommes et des garçons[1]. La défense de ces droits est un objectif afin de parvenir à une société plus égalitaire.

Les problématiques communément associées aux notions de droits des femmes incluent, de façon non exhaustive, les droits : d'intégrité corporelle et d'autonomie, de ne pas subir de violence sexuelle, de voter, d'être élue, d'entrer dans un contrat légal, d'avoir des droits égaux en droit de la famille, de travailler, d'avoir accès à des salaires justes et à l'égalité salariale, d'avoir des droits reproductifs, de posséder une propriété, d'accéder à l'éducation[2].

Domaines[modifier | modifier le code]

Domaines généralement admis[modifier | modifier le code]

Les questions généralement associées aux notions des droits des femmes comprennent notamment :

La question des droits des femmes est directement liée au féminisme. Les mouvements féministes réclament généralement l'égalité de la reconnaissance des droits des femmes par comparaison aux droits des hommes.

Domaines faisant polémique[modifier | modifier le code]

Les revendications féministes entrent parfois en contradiction avec les convictions religieuses et morales de certaines sociétés[5].

Par exemple :

Il faut noter que certaines de ces revendications sont rejetées pour des raisons qui ne relèvent pas spécifiquement du droit des femmes mais, par exemple, des droits de l'Homme (à l'avortement volontairement provoqué, certains opposent le droit à la vie), de considérations théologiques (en ce qui concerne le divorce ou le sens de la prêtrise, notamment) ou éthiques (contraception artificielle).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hosken, Fran P., 'Towards a Definition of Women's Rights' in Human Rights Quarterl, , p. Vol. 3, No. 2. pp. 1–10.
  2. (en) Lockwood, Bert B., « Women's Rights: A "Human Rights Quarterly" Reader », Johns Hopkins University Press,‎ (ISBN 978-0-8018-8374-3)
  3. En janvier 2015, 5 pays n'ont aucune femme dans leur Parlement : la Micronésie, les Palaos, le Qatar, les Tonga et le Vanuatu. 8 pays (Bosnie-Herzégovine, Brunei, Hongrie, Pakistan, Arabie saoudite, Slovaquie, Tonga et Vanuatu) ne comptent aucune femme dans leur gouvernement - Women Make Progress in Politics, But Glass Ceiling Remains Unbreakable sur ipsnews.net, 15 mars 2015
  4. Programme prévisionnel du colloque « Femmes et Fonction publique d'État » ; mercredi 2 mars 2016
  5. Étude sur la liberté de religion ou de conviction et la condition de la femme au regard de la religion et des traditions, Commission des droits de l'Homme, ONU, 2002 [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mar Ancel (dir), La condition de la femme dans la société contemporaine. Etat actuel des législations concernant les droits politiques, l'activité professionnelle, la capacité civile,la situation de la femme dans la famille et la condition de la femme au regard du droit pénal, Sirey, 1938

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Aspects internationaux de gouvernance :

Écrivains sur les droits des femmes :

Divers :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :