Johannes Stark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Johannes Stark ( à Freihung, Bavière, Allemagne - ) était un physicien allemand. Il a reçu le prix Nobel de physique de 1919 « pour sa découverte de l'effet Doppler dans les rayons canaux et du dédoublement des raies spectrales par les champs électriques[1] », ce qu'on appelle aujourd'hui l'effet Stark.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Schickenhof en Bavière, Stark a fait ses études au gymnasium de Bayreuth et plus tard à Ratisbonne. Il a commencé ses études universitaires à l'université de Munich, où il a étudié la physique, les mathématiques, la chimie et la cristallographie.

Il a soutenu son doctorat sur un sujet de physique d'Isaac Newton.

Il a travaillé dans divers postes à l'institut de physique jusqu'en 1900, où il est devenu professeur non salarié à l'université de Göttingen. Il a travaillé dans les départements de physique de plusieurs universités, dont l'université de Greifswald, jusqu'en 1922. En 1919, il a reçu le prix Nobel de physique pour sa « découverte de l'effet Doppler et du dédoublement des raies spectrales par les champs électriques » (ce dernier effet est connu sous le nom d'effet Stark).

Dès l'arrivée des nazis au pouvoir en Allemagne en 1933, Stark est nommé président de l'Institut physico-technologique (Physikalische-technische Reichsanstalt), puis en 1934 président de la Deutsche Forschungsgemeinschaft[2]. Il conserve ces postes jusqu'à sa retraite en 1939. Stark a publié plus de 300 articles, principalement sur l'électricité.

Pendant le régime nazi, il a essayé (avec Philipp Lenard) de promouvoir une physique allemande (Deutsche Physik (en) ou « physique aryenne », mouvement contre la « physique juive » d'Albert Einstein).

Il s'est marié avec Luise Uepler, et ils ont eu cinq enfants.


Affiliation avec le Nazisme[modifier | modifier le code]

À partir de 1924, Stark a soutenu Hitler. Pendant le régime nazi, il a tenté de devenir le Führer de la physique allemande par le biais du mouvement Deutsche Physik ("physique allemande") (avec son collègue Nobel Philipp Lenard) contre la "physique juive" d'Albert Einstein et Werner Heisenberg (qui n'était pas Juif). Après que Werner Heisenberg ait défendu la théorie de la relativité d'Albert Einstein, Stark a écrit un article colèrique dans le journal SS Das Schwarze Korps, qualifiant Heisenberg de "juif blanc".

Le 21 août 1934, Stark a écrit au physicien et collègue lauréat du prix Nobel Max von Laue pour l'inviter à suivre la ligne du parti. La lettre était signée d'un "Heil Hitler".

Dans son livre de 1934 Nationalsozialismus und Wissenschaft ("National Socialisme et science") Stark a soutenu que la priorité du scientifique était de servir la nation - ainsi, les domaines de recherche importants étaient ceux qui pourraient aider la production et l'industrie allemandes d'armes. Il a attaqué la physique théorique comme "juive" et a souligné que les positions scientifiques dans l'Allemagne nazie ne devraient être détenues que par des Allemands de sang pur.

Écrivant dans le magazine officiel SS Das Schwarze Korps, Stark a soutenu que même si l'antisémitisme racial triomphait, ce ne serait qu'une "victoire partielle" si les idées "juives" n'étaient pas défaites de la même manière.

En 1947, à la suite de la défaite de l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, Stark a été classé comme « délinquant majeur » et a été condamné à quatre ans d'emprisonnement avec sursis par un tribunal de dénazification.

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Il a reçu diverses récompenses dont le prix Nobel de physique[1], le prix de Baumgartner de l'Académie des sciences de Vienne (1910), le prix de Vahlbruch de l'Académie des sciences de Göttingen (1914), et la médaille Matteucci de l'Académie de Rome.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « for his discovery of the Doppler effect in canal rays and the splitting of spectral lines in electric fields » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Physics 1919 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 14 juin 2010
  2. Max Weinreich et Samuel Kassow (avant-propos) (trad. du yiddish par Isabelle Rozenbaumas, préf. sir Martin Gilbert), Hitler et les professeurs : le rôle des universitaires allemands dans les crimes commis contre le peuple juif [« Hitler's professors : the part of scholarship in Germany's crimes against the Jewish people »], Paris, les Belles lettres, , 393 p. (ISBN 978-2-251-44469-7 et 2-251-44469-6, OCLC 858225020, notice BnF no FRBNF43646625)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]