Millard Fillmore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Millard Fillmore
Illustration.
Portrait photographique de Millard Fillmore (date et auteur inconnus).
Fonctions
13e président des États-Unis

(2 ans, 7 mois et 23 jours)
Vice-président Aucun[a]
Gouvernement Administration Fillmore
Prédécesseur Zachary Taylor
Successeur Franklin Pierce
12e vice-président des États-Unis
[b]
(1 an, 4 mois et 5 jours)
Élection 7 novembre 1848
Président Zachary Taylor
Gouvernement Administration Taylor
Prédécesseur George Mifflin Dallas
Successeur William Rufus DeVane King
Représentant des États-Unis

(6 ans)
Circonscription 32e district de l'État de New York (en)
Prédécesseur Thomas C. Love (en)
Successeur William A. Moseley (en)

(2 ans)
Circonscription 32e district de l'État de New York (en)
Prédécesseur Circonscription créée
Successeur Thomas C. Love (en)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Moravia (État de New York, États-Unis)
Date de décès (à 74 ans)
Lieu de décès Buffalo (État de New York, États-Unis)
Nature du décès Accident vasculaire cérébral
Sépulture Forest Lawn Cemetery (en), Buffalo (État de New York, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti anti-maçonnique (1828-1832)
Parti whig (1832-1855)
Know Nothing (1855-1856)
Parti démocrate (1857-1874)
Conjoint
Abigail Fillmore (m. 1826–1853)
Enfants Millard Powers Fillmore (en)
Mary Abigail Fillmore (en)
Deuxième conjoint
Caroline C. Fillmore (en) (m. 1858–1874)
Profession Juriste
Religion Unitarisme

Signature de Millard Fillmore

Seal of the United States House of Representatives.svg Seal of the Vice President of the United States.svg Seal of the President of the United States.svg
Représentants des États-Unis pour l'État de New York
Vice-présidents des États-Unis
Présidents des États-Unis

Millard Fillmore, né le à Moravia (État de New York) et mort le à Buffalo (État de New York), est un homme d'État américain, président des États-Unis de 1850 à 1853.

Membre de plusieurs partis, notamment le Parti whig et le Parti démocrate, il est représentant à la Chambre des représentants pour l'État de New York de 1833 à 1843 (avec interruption de 1835 à 1837). Il devient vice-président après la victoire de son parti lors de l'élection présidentielle de 1848. Il succède à Zachary Taylor après la mort de celui-ci. Sa présidence est marquée par la question de l'esclavage, que le Compromis de 1850 ne permit pas de régler. Son attitude ambiguë face à l'esclavage, alors même qu'il avait défendu des positions antiesclavagistes au Congrès, lui valurent d'être déconsidéré dès son départ de la Maison-Blanche. Dans les classements faits par les historiens et les journalistes, Millard Filmore est considéré comme l'un des pires présidents des États-Unis.

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Millard Fillmore est né le à Moravia, dans la région des Finger Lakes située au nord de l'État de New York[1]. Son père est fermier mais ne possède pas de terres. Sa famille est d'ailleurs assez pauvre[1],[2]. Il a des origines écossaises et ses descendants étaient de confession presbytérienne[1].

Cadet d'une fratrie de neuf enfants, il est envoyé travailler dès l'âge de quatorze ans dans une filature textile et exerce les métiers d'apprenti tailleur ou de cardeur[1],[2]. Placé en apprentissage, le jeune Millard cherche à s'émanciper et à s'instruire en autodidacte. Admis au barreau de l'État de New York en 1823, il devient avocat et ouvre un cabinet à East Aurora, petit village au sud de Buffalo[2],[3].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

En 1828, il est élu à l'Assemblée de l'État de New York sur une liste du Parti anti-maçonnique[1]. Quatre ans plus tard, il est élu à la Chambre des représentants dans le 32e district (en)[2],[3]. Il développe des idées antiesclavagistes au Congrès et s'oppose à l'entrée du Texas dans l'Union[3]. En 1844, il échoue à se faire élire gouverneur de l'État[3].

Élection présidentielle de 1848[modifier | modifier le code]

Il est choisi comme colistier de Zachary Taylor lors de la Convention nationale whig (en) réunie à Philadelphie. Le fait qu'il vienne de l'État de New York, swing state de l'élection, et qu'il ait des convictions antiesclavagistes, permet au Parti whig d'équilibrer le ticket pour l'élection présidentielle de 1848[3]. Le Parti démocrate étant divisé, le ticket Taylor/Fillmore remporte l'élection grâce à l'État de New York où Martin Van Buren, ancien président et candidat du Parti du sol libre, contribue à la défaite du candidat démocrate Lewis Cass[4]. Le ticket remporte 47,3 % du vote populaire et 163 grands électeurs contre 42,5 % du vote populaire et 127 grands électeurs pour Cass[c],[3].

Vice-président des États-Unis (1849-1850)[modifier | modifier le code]

Millard Fillmore joue un rôle relativement effacé comme vice-président, d'autant que ses positions diffèrent beaucoup de Zachary Taylor sur l'esclavage. Or, la question de l'esclavage occupe une place omniprésente durant le mandat de Taylor[3]. Depuis le compromis du Missouri en 1820, plusieurs États ont intégré l'Union[5]. Les tensions se cristallisent avec l'annexion du Texas, à laquelle Taylor a contribué comme général durant la guerre américano-mexicaine. Les encouragements de Taylor à faire entrer la Californie et le territoire du Nouveau-Mexique dans l'Union accentuent et exacerbent les tensions entre pro et antiesclavagistes. Certains commencent à considérer que la question de l'esclavage menace même l'existence de l'Union[d],[6]. L'attitude de Fillmore durant la période fit que ses amis et ses adversaires le qualifièrent d'opportuniste[3].

Président des États-Unis (1850-1853)[modifier | modifier le code]

Le , Zachary Taylor meurt des suites d'une gastro-entérite aiguë très mal traitée par les médecins de la Maison-Blanche[4]. Fillmore prêtra serment le lendemain[2].

Politique intérieure[modifier | modifier le code]

Fillmore hérita malgré lui de la gestion de la question de l'esclavage. Partisan de l'adoption d'un compromis, contrairement à Taylor, le président fut confronté aux divisions du Congrès, mais plus encore du Parti whig. En dehors du Congrès, les abolitionnistes sont eux-mêmes divisés en plusieurs mouvements. Il y a environ 150 000 militants en 1850[7].

Un groupe de sénateurs négocie un compromis. Parmi eux figure l'ancien vice-président John Caldwell Calhoun, qui menaçait de proposer à la Caroline du Sud de faire sécession, ce qu'il avait déjà tenté de faire en 1832. Sa mort permet un certain apaisement dans les négociations mais celles-ci restent ardues[8]. Certains estiment que les règles du compromis du Missouri sont caduques tandis que d'autres voulaient les conserver dans le futur compromis[9]. Les principaux négociateurs ont déjà contribué au compromis du Missouri, notamment Henry Clay et Daniel Webster. Les sudistes sont très vigilants et veillent à ce que l'équilibre de l'Union ne soit pas bouleversé[10]. Cependant, la Californie s'oppose à ce que l'esclavage soit légalisé sur son territoire et lui soit imposé contre son gré[5]. Le cas des esclaves fugitifs ayant réussi à rejoindre le nord cristallisa les tensions. Finalement, cinq lois distinctes furent adoptées, formant le compromis de 1850[2],[5],[8] :

Le compromis est adopté le [4]. Cependant, le durcissement de la politique sur l'esclavage, en particulier avec l'adoption du Fugitive Slave Act, aggrava encore la situation[8]. Or, cette clause fut imposée par les sudistes[11].

Il nomme Brigham Young, président de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, en tant que gouverneur du Territoire de l'Utah.

Politique étrangère[modifier | modifier le code]

Avec le secrétaire d'État Daniel Webster, il parvient à réaliser un rapprochement avec le Japon et à établir des relations commerciales. Il parvint à empêcher Napoléon III d'annexer Hawaï mais renonça à annexer Cuba, sous occupation espagnole[12].

En 1853, peu avant la fin de sa présidence, une expédition militaire et diplomatique est envoyée au Japon, menée par l'amiral Matthew Perry[13].

Situation politique[modifier | modifier le code]

Avec l'adoption du compromis de 1850, Fillmore perdit le soutien de l'aile antiesclavagiste du parti tandis que le Nord dénonçait le Fugitive Slave Act of 1850 et rechignait à restituer les esclaves fugitifs au Sud[2],[5]. Le Parti whig se déchire entre antiesclavagistes et proesclavagistes[11]. Du fait de l'ambiguïté avec laquelle il a conduit les affaires intérieures, il ne fut même pas désigné comme candidat à la présidence par le parti pour l'élection présidentielle de 1852[2]. Le parti lui préféra le général Winfield Scott, héros de la guerre américano-mexicaine, qui est battu de manière écrasante par Franklin Pierce, le candidat démocrate[12],[14].

Il quitte la présidence le après l'investiture de Franklin Pierce.

Après la présidence[modifier | modifier le code]

Il retourne à Buffalo après la présidence, après que son épouse Abigail soit décédée des suites d'une pneumonie. Lors d'un voyage au Royaume-Uni, l'université d'Oxford lui décerne un doctorat honoris causa, mais il renonça à cet honneur car il estimait que tout détenteur d'un diplôme devait être capable de le lire (or, le diplôme était en latin, que Fillmore n'a pas appris durant sa scolarité)[15].

Il adhère au parti Know Nothing qui était le seul point de ralliement pour les abolitionnistes non radicaux[12]. Il est désigné comme candidat à la présidence par ce parti et par ce qui restait du Parti whig pour l'élection présidentielle de 1856. Son colistier fut le neveu de l'ancien président Andrew Jackson, Andrew Jackson Donelson, qui apporta une caution sudiste au ticket. Candidat tiers parti du fait de la naissance en 1854 du Parti républicain, il obtient un bon score avec 21,6 % du vote populaire et parvient à l'emporter avec la majorité absolue dans le Maryland, remportant les 8 grands électeurs de cet État, pourtant esclavagiste[16]. Après son échec, le parti se disperse et il adhère au Parti démocrate.

Il se remarie en 1858[2]. Il exerce à nouveau comme avocat. Il dénonce la sécession du Sud pendant la Guerre de Sécession, mais fut très critique vis-à-vis d'Abraham Lincoln. Il apporta ensuite son soutien à Andrew Johnson[16].

Il meurt dans l'oubli le des suites d'un accident vasculaire cérébral[2],[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jusqu'à l'adoption du 25e amendement en 1967, il n'y avait pas de statut précis pour le vice-président. Ce n'est qu'à partir de là que la nomination d'un vice-président fut rendue constitutionnelle en cas de vacance du poste.
  2. L'Inauguration Day devait avoir lieu un dimanche, or le président Zachary Taylor avait refusé de prêter serment ce jour-là en raison de ses convictions religieuses. La plupart des constitutionnalistes sont néanmoins d'accord pour dire que le mandat de Taylor et de Fillmore à bien commencé le , malgré la prêtation de serment le lendemain.
  3. Zachary Taylor et Lewis Cass remportent 15 États chacun. La bascule de l'État de New York en faveur de Taylor empêcha la Chambre des représentants d'élire le président, ce qui s'était produit en 1800 et 1824.
  4. L'impossibilité de régler la question de l'esclavage fut l'une des principales causes du déclenchement de la Guerre de Sécession.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Georges Ayache 2016, p. 117.
  2. a b c d e f g h i et j Philippe Valode 2008, p. 60.
  3. a b c d e f g et h Georges Ayache 2016, p. 118.
  4. a b et c Philippe Valode 2008, p. 58.
  5. a b c et d Georges Ayache 2016, p. 119.
  6. André Kaspi 2014, p. 184.
  7. André Kaspi 2014, p. 178.
  8. a b et c André Kaspi 2014, p. 193.
  9. Jacques Portes 2017, p. 57.
  10. André Kaspi 2014, p. 192.
  11. a et b Jacques Portes 2017, p. 58.
  12. a b et c Georges Ayache 2016, p. 120.
  13. Jacques Portes 2017, p. 50.
  14. Philippe Valode 2008, p. 61.
  15. Georges Ayache 2016, p. 123.
  16. a b et c Georges Ayache 2016, p. 121.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]