SSC Naples

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

S.S.C. Napoli

Logo du S.S.C. Napoli
Généralités
Nom complet Società Sportiva Calcio Napoli 1926
Surnoms Les Partenopei
Les Azzurri
Les Napolitains
Fondation 1er août 1926
(&&&&&&&&&&03212087 ans, 11 mois et 9 jours)
Statut professionnel Professionnel depuis 1930
Couleurs 600px Azzurro con N cerchiata.png Bleu clair et Blanc
Stade Stadio San Paolo
(60 240 places)
Siège Via Alcide De Gasperi, 33
CoA Città di Napoli.svg 80100 Naples
Championnat actuel Serie A Tim
Président Drapeau : Italie Aurelio De Laurentiis
Entraîneur Drapeau : Espagne Rafael Benítez
Joueur le plus capé Drapeau : Italie Giuseppe Bruscolotti (511)
Meilleur buteur Drapeau : Argentine Diego Maradona (115)
Site web www.sscnapoli.it
Palmarès principal
National[1] Championnat d'Italie (2)
Championnat d'Italie Série B (1)
Coupe d'Italie (5)
Supercoupe d'Italie (1)
International[1] Ligue Europa (1)
Coupe des Alpes (1)
Coupe Anglo-italienne(1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat d'Italie de football 2013-2014
0

Le S.S.C. Naples (Società Sportiva Calcio Napoli en italien) est un club de football italien fondé le 1er août 1926 et situé dans la ville de Naples.

Créé sur l'initiative de l'homme d'affaires napolitain Giorgio Ascarelli sous le nom de Associazione Calcio Napoli, il change de nom avec l'actuel dénomination depuis 1964 (sauf de 2004 à 2006 où le club est renommé Napoli Soccer après la faillite).

Le club joue en Serie A, l'élite du football italien.

Le symbole du club est O' Ciuccio ("L'âne" en napolitain), et c'est au Stadio San Paolo qu'ils jouent leurs matchs à domicile. 'O Surdato 'nnammurato[2] (Le Soldat Amoureux) est reconnu comme étant leur hymne historique depuis le 7 décembre 1975[3], où les tifosi entonnent spontanément la chanson composée par le célèbre auteur napolitain Aniello Califano, chantée par le musicien Enrico Cannio en 1915 et reprise par Massimo Ranieri en 1972.

Avec un palmarès qui contient 2 Scudetti (le premier en 1986-1987 et le deuxième en 1989-1990), 4 Coupe d'Italie (1961-1962, 1975-1976, 1986-1987 et 2011-2012), une Supercoupe d'Italie (1990) et une Coupe UEFA (Ligue Europa) remportée en 1988-1989 avec la légende Diego Maradona, sans oublier une Coupe des Alpes et une Coupe de la Ligue anglo-italienne, le Napoli est aussi l'équipe du sud de l'Italie ayant remporté le plus de titres au niveau national (9) et international (3) et, avec ses 73 participations, celle qui a fait le plus de matchs en Serie A.

Selon un sondage de La Repubblica réalisé en avril 2008, c'est la quatrième équipe italienne possédant le plus de supporters, derrière la Juventus, l'Inter Milan et le Milan AC. En 2012, le Deloitte Touche Tohmatsu classe le Napoli à la 4e place en Italie pour le chiffre d'affaires et à la 15e place en Europe. Il est, en ce moment, à la 46e place comme coefficients des clubs au classement de l'UEFA.

Le Napoli est aussi un des membres de l'Association européenne des clubs (ECA), organisation née en substitution du G-14 qui a été supprimée, et constituée des principaux clubs de football du continent, réunis afin d'obtenir une tutelle commune des droits sportifs, juridiques et de la télévision devant la FIFA[4].

Repères historiques[modifier | modifier le code]

L'émergence d'un club[modifier | modifier le code]

Le club est fondé en 1904 sous le nom de « Naples Foot-Ball & Cricket Club » rebaptisé Naples Foot-Ball Club en 1906.

En 1922, le club fusionne avec l'Internazionale Napoli et adopte le nom d'Internaples. Le 1er août 1926, le club est rebaptisé Associazione Calcio Napoli. Il s'agit en fait d'une nouvelle fusion avec un tout nouveau club napolitain.

Le 25 juin 1964, le club est rebaptisé « Societa Sportiva Calcio Napoli ».

En 1968 et 1975, le club obtient la deuxième place du championnat mais il reste difficile de lutter contre des clubs aussi riches que le Milan AC ou la Juventus. Néanmoins, Naples remporte à deux reprises la coupe d'Italie (1962 et 1976).

Au début des années 1980, concevoir le Napoli comme une équipe de premier rang relève davantage de l'utopie, et pourtant la décennie qui va suivre sera bel et bien en grande partie napolitaine.

L'ère Maradona[modifier | modifier le code]

L' Histoire de Naples est donc irrémédiablement liée à celle du "Pibe de Oro", Diego Maradona. Au bout d'un feuilleton qui dure tout l'été 1984, l'ambitieux président Corrado Ferlaino enrôlait l'argentin en provenance du FC Barcelone. Pour l'accueillir, pas moins de 70 000 supporters napolitains viennent au stade San Paolo.

Habitué au milieu du classement ou à lutter contre la relégation, le Napoli se métamorphose et remporte le championnat d'Italie à deux reprises (1987 et 1990) s'offrant même le doublé avec la coupe d'Italie en 1987. Le club obtient également deux secondes places de la série A en 1988 et 1989.

Sur la scène européenne, c'est le duo brésilo-argentin Careca - Maradona qui permet au club napolitain de remporter la coupe UEFA en 1989 contre les allemands du VfB Stuttgart.

Autour du prodige, le public napolitain a eu la chance de voir évoluer de grands noms tels que Careca, Alemão, Ciro Ferrara ou encore Fernando De Napoli.

La belle aventure s'arrête avec le départ de Diego Maradona, ce dernier étant contrôlé positif à la cocaïne à la fin de cette saison 1991 et après un ultime trophée (Supercoupe d'Italie).

« Tout le monde dit : celui-ci a été le meilleur de Barcelone, celui-ci a été le meilleur du Real Madrid, celui-ci a été le meilleur de Chelsea, celui-ci a été le meilleur… Moi je suis fier d'avoir été le meilleur à Naples. »

— (Diego Armando Maradona, Pendant la remise du Ballon d'or Adidas.)[5]

La descente progressive[modifier | modifier le code]

L'après Maradona est sportivement mal géré puisque avec son départ, c'est l'ambition du club qui est revue à la baisse et la 4e place obtenue en 1992 marque la fin d'un cycle prestigieux.

Saisons après saisons, l'équipe est démantelée et ne joue progressivement plus le haut du tableau jusqu'à descendre en Serie B en 1998. Une remontée en Serie A en 2000 suivie d'une nouvelle rétrogradation illustre l'inévitable déclin du club.

En septembre 2004, le club touche le fond puisque qu'il est contraint à la relégation en Serie C1 à la suite de la faillite financière.

De Laurentiis au pouvoir[modifier | modifier le code]

Le club est rebaptisé "Napoli Soccer" à l'arrivée de Aurelio De Laurentiis qui l'achète pour environ 30 millions d'euros. Naples parvient à disputer les barrages pour monter en Serie B à la fin de la saison 2004-2005. Après avoir écarté Sambenedettese, Napoli Soccer s'incline face à Avellino ; il faudra jouer une nouvelle saison en D3.

Dans la saison 2005-2006, Napoli prend un excellent départ en championnat et ne se fait éliminer de la Coupe d'Italie qu'en huitième de finale contre la Roma. L'équipe conquiert la première place et est promue à trois journées de la fin de saison. Il aura fallu deux saisons pour que le club sorte du purgatoire de la série C, une division bien éloignée de son standing.

Le 23 mai 2006, le président Aurelio De Laurentiis rachète les vieux trophées et le titre sportif perdus avec la faillite, ainsi la société reprend sa dénomination originale et historique : Società Sportiva Calcio Napoli.

Le dernier acte de la saison a été la finale de la Supercoupe de Série C1 perdue contre le Spezia.

Dans ce championnat de 2e division italienne 2006-2007 (Serie B) l'objectif est la montée, même si le président se laisse deux saisons pour le concrétiser. Objectif intéressant mais difficile et pour cause, la présence de clubs tels que la Juventus, le Genoa ou Bologne, complique assurément la tache.

Pour viser la promotion, l'équipe est pourvue de footballeurs tels que Paolo Cannavaro (frère cadet de Fabio Cannavaro) en défense centrale, de Samuele Dalla Bona qui peut se vanter d'une belle expérience dans de grands clubs, et de joueurs fiables comme Maurizio Domizzi, Emanuele Calaiò, Christian Bucchi et du milieu offensif Roberto De Zerbi. De plus, l'entraîneur Edoardo Reja bénéficie d'une grande expérience du football italien.

Au bout d'un championnat régulier, l'équipe accroche la seconde place, derrière la Juventus de Didier Deschamps. La bonne entame de la compétition y est pour quelque chose, inscrivant l'équipe dans une dynamique de bons résultats.

Le 10 juin 2007, la SSC Naples est officiellement promue en Serie A après l'obtention du point du match nul contre le Genoa, également dans le wagon de la montée. Après tant d'épreuves, les tifosi retrouvent enfin l'élite six saisons après l'avoir quittée.

2007 - 2008[modifier | modifier le code]

2008 - 2009[modifier | modifier le code]

2009 - 2010[modifier | modifier le code]

Walter Mazzarri est nommé entraîneur après sept journées de championnat. Avec lui, le Napoli parvient à terminer à la sixième place ; le club partenopeo retrouvera donc une coupe d'Europe 20 ans après sa dernière participation.

2010 - 2011[modifier | modifier le code]

En 2010-2011, Naples termine sur le podium de la Serie A derrière le Milan AC, sacré champion, et l'Inter Milan, deuxième. Cette saison est marquée par le recrutement d'Edinson Cavani qui marquera au total 104 buts en 138 matchs pour le Napoli.

Parallèlement en coupe d'Italie, les Azzurri se font éliminer en quarts de finale par les futurs vainqueurs, l'Inter Milan.

Après avoir éliminé Elfsborg en barrages (1-0, 2-0), les Partenopei tombent dans un groupe avec Liverpool, le Steaua Bucarest, et Utrecht. Les Azzurri terminent à la deuxième place derrière les Anglais avec seulement sept points et notamment quatre nuls. Ils affrontent alors Villareal CF en seizièmes de finale, mais se font éliminer (0-0, 1-2).

2011 - 2012[modifier | modifier le code]

Emoussés par leur belle campagne européenne, les Napolitains ne terminent qu'à la cinquième place du classement derrière la Juventus, le Milan AC, l'Udinese, et la Lazio Rome.

Le 20 mai 2012, au Stadio Olimpico, après avoir éliminé l'Inter Milan et l'AC Sienne, le Napoli affronte la Juventus, qui est championne d'Italie, lors de la finale de la Coupe d'Italie. Les Azzurri remportent le match 2-0 avec des buts d'Edinson Cavani et de Marek Hamšík. Cela représente leur 4ème trophée et le premier depuis 25 ans.

En Champions' League, Naples tombe dans le groupe de la mort avec le Bayern Munich, Manchester City et Villarreal CF qui les avait éliminés la saison passée en Europa League. Le club partenopeo termine deuxième derrière le Bayern Munich et devant Manchester City. En huitièmes de finale, ils affrontent le FC Chelsea, qu'ils battent à San Paolo (3-1) avec un but de Cavani et un doublé de Lavezzi. Malheureusement, au match retour, les Azzurri s'inclinent 4-1 à Stamford Bridge avec des buts de Didier Drogba, John Terry, Frank Lampard et Branislav Ivanović, et quittent la compétition.

2012 - 2013[modifier | modifier le code]

Naples est la seule équipe durant cette saison à pouvoir tenir la cadence de la Juventus. Emmenés par un bon Edinson Cavani, qui finit meilleur buteur de Série A avec 29 buts, les Azzurri finissent à la deuxième place du championnat, à 9 points de la Vieille Dame et devant le Milan AC.

En coupe d'Italie, Naples cède son titre à la Lazio Rome après avoir été éliminé en huitièmes de finale par Bologne.

Engagés également en Europa League, les Azzurri se trouvent dans une poule à leur portée avec le Dnipro Dnipropetrovsk, le PSV Eindhoven, et l'AIK Solna. Le club partenopeo termine deuxième derrière les Ukrainiens, mais se fait sévèrement éliminer par la surprenante équipe du Viktoria Plzen (0-2, 0-3) en seizièmes de finale.

2013 - 2014[modifier | modifier le code]

L’été 2013 marque un tournant pour le Napoli avec l’arrivée de Rafael Benitez au poste d’entraîneur, qui remplace Walter Mazzari, parti à l’Inter Milan. Le technicien espagnol opère un changement tactique avec le passage du 3-5-2 au 4-2-3-1 qui entraîne un grand remaniement de l’effectif azzurri. Plusieurs cadres sont cédés comme Edinson Cavani, Hugo Campagnaro, ou Morgan de Sanctis, remplacés par plusieurs joueurs du Real Madrid tels que Gonzalo Higuain, José Callejon, et Raul Albiol, ainsi que par le gardien espagnol Pepe Reina, prêté par Liverpool.

Le Napoli commence sa saison sur les chapeaux de roues et est la seule équipe à pouvoir suivre la surprenante AS Roma. Les Azzurri s’inclinent face à la Roma (0-2) et se laissent distancer pendant que la Juventus refait son retard et prend la tête de la Série A. La troisième place est très serrée entre le club partenopeo et la Fiorentina.

En Ligue des Champions, le Napoli se retrouve dans l’un des groupes les plus relevés avec Arsenal, le Borussia Dortmund et l’Olympique de Marseille. Malgré quatre victoires, tout comme Arsenal et le Borussia Dortmund, Naples est éliminé et est reversé en Europa League.

En février, tout s’accélère pour Naples, avec sa qualification pour la finale de la coupe d’Italie aux dépens de la Roma (2-3, 3-0), où le club retrouvera la Fiorentina qu’il parvient finalement à distancer en Série A. Le Napoli se qualifie également pour les huitièmes de finale de l’Europa League face à Swansea (0-0, 3-1) après un match retour où les Azzurri ont été virtuellement éliminés. En mars, le Napoli s’impose une nouvelle fois en championnat face à l’AS Roma (1-0) et se rapproche des Giallorossi.

Le Napoli dispute les huitièmes de finale de l’Europa League face au FC Porto. Malheureusement, après une défaite 1-0 au Portugal, le club partenopeo ne parvient pas à refaire son retard à San Paolo (2-2) et quitte la compétition en huitièmes de finale.

Toute l'histoire du Napoli Calcio[modifier | modifier le code]

Chronologie de la Società Sportiva Calcio Napoli
  • 1904: Fondation du Naples Foot-Ball & Cricket Club.
  • 1906: Nouvelle dénomination : Naples Foot-Ball Club.
  • 1912: Sportiva Internazionale Napoli.
  • 1912-13: Naples éliminé de la phase de groupe, l'Internazionale Napoli éliminé finale centre-sud.
  • 1913-14: Naples éliminé phase de groupe, l'Internazionale Napoli éliminé en finale du centre-sud.
  • 1914-15: I gironi non furono completati.
  • 1919-20: Naples et le Pro Napoli éliminé de la phase de groupe, l'Internazionale Napoli éliminé de la demi-finale inter-regionale.
  • 1920-21: Internazionale Napoli éliminé, Naples éliminé en finale inter-régionale.
  • 1921-22: Naples et Internazionale Napoli sont éliminés de la phase de groupe du championnat.
  • 1922 : Fusion footBall Club Internaples.
  • 1922-23: Internaples éliminé en demi-finale de la ligue sud.
  • 1923-24: Internaples éliminé en demi-finale de la ligue sud.
  • 1924-25: Internaples éliminé à la phase de groupe.
  • 1925-26: Internaples éliminé de la finale de la ligue sud.
  • 1926 : Fondation de Associazione Calcio Napoli
  • 1926-27: 10° du groupe A de la division nationale.
  • 1927-28: 9° du groupe A de la division nationale.
  • 1928-29: 8° du groupe B de la division nationale. Accès à la nouvelle Serie A.
  • 1929-30: 5° en Serie A.
  • 1930-31: 6° en Serie A.
  • 1931-32: 9° en Serie A.
  • 1932-33: 3° en Serie A.
  • 1933-34: 3° en Serie A.
  • 1934-35: 7° en Serie A.
  • 1935-36: 8° en Serie A.
  • 1936-37: 13° en Serie A.
  • 1937-38: 10° en Serie A.
  • 1938-39: 5° en Serie A.
  • 1939-40: 13° en Serie A.
  • 1940-41: 7° en Serie A.
  • 1941-42: 15° en Serie A. Rétrogradation en Serie B.
  • 1942-43: 3° en Serie B.
  • 1943-45: Championnat suspendu pour cause de seconde guerre mondiale.
  • 1945-46: 1° dans le championnat centre-sud. Promu en Serie A. 5° au classement final de la division nationale.
  • 1946-47: 8° en Serie A.
  • 1947-48: 21° en Serie A. Rétrogradation administrative en Serie B.
  • 1948-49: 5° en Serie B.
  • 1949-50: 1° en Serie B. Promu en Serie A.
  • 1950-51: 6° en Serie A.
  • 1951-52: 6° en Serie A.
  • 1952-53: 4° en Serie A.
  • 1953-54: 5° en Serie A.
  • 1954-55: 3° en Serie A.
  • 1955-56: 14° en Serie A.
  • 1956-57: 11° en Serie A.
  • 1957-58: 4° en Serie A.
  • 1958-59: 9° en Serie A.
  • 1959-60: 14° en Serie A.
  • 1960-61: 17° en Serie A. Rétrogradation en Serie B.
  • 1961-62: 2° en Serie B. Promu en Serie A. Vainqueur de la Coupe d'Italie.
  • 1962-63: 16° en Serie A. Rétrogradation en Serie B.
  • 1963-64: 8° en Serie B.
  • 1964 : L'équipe prend la dénomination Società Sportiva Calcio Napoli.
  • 1964-65: 2° en Serie B. Promu en Serie A.
  • 1965-66: 3° en Serie A. Vainqueur de la Coupe des Alpes.
  • 1966-67: 4° en Serie A.
  • 1967-68: 2° en Serie A.
  • 1968-69: 7° en Serie A.
  • 1969-70: 6° en Serie A.
  • 1970-71: 3° en Serie A.
  • 1971-72: 8° en Serie A.
  • 1972-73: 9° en Serie A.
  • 1973-74: 3° en Serie A.
  • 1974-75: 2° en Serie A.
  • 1975-76: 5° en Serie A. Vainqueur de la Coupe d'Italie.
  • 1976-77: 7° en Serie A. Vainqueur de la Coupe de la ligue Anglo-italienne.
  • 1977-78: 6° en Serie A.
  • 1978-79: 6° en Serie A.
  • 1979-80: 11° en Serie A.
  • 1980-81: 3° en Serie A.
  • 1981-82: 4° en Serie A.
  • 1982-83: 9° en Serie A.
  • 1983-84: 11° en Serie A.
  • 1984-85: 8° en Serie A.
  • 1985-86: 3° en Serie A.
  • 1986-87: Champion d'Italie. Vainqueur de la Coupe d'Italie.
  • 1987-88: 2° en Serie A.
  • 1988-89: 2° en Serie A. Vainqueur de la Coupe UEFA.
  • 1989-90: Champion d'Italie.
  • 1990-91: 7° en Serie A. Vainqueur de la Supercoupe d'Italie.
  • 1991-92: 4° en Serie A.
  • 1992-93: 11° en Serie A.
  • 1993-94: 6° en Serie A.
  • 1994-95: 7° en Serie A.
  • 1995-96: 10° en Serie A.
  • 1996-97: 12° en Serie A.
  • 1997-98: 18° en Serie A. Rétrogradation en Serie B.
  • 1998-99: 9° en Serie B.
  • 1999-00: 2° en Serie B. Promu en Serie A.
  • 2000-01: 16° en Serie A. Rétrogradation en Serie B.
  • 2001-02: 5° en Serie B.
  • 2002-03: 16° en Serie B.
  • 2003-04: 14° en Serie B.
  • 2004 : Le club doit changer de nom pour Napoli Soccer. rétrogradation en Serie C1.
  • 2004-05: 3° en Serie C1 groupe B, le club dispute les playoffs.
  • 2005-06: 1° en Serie C1 groupe B. Promu en Serie B.
  • 2006 : Le club retrouve la dénomination Società Sportiva Calcio Napoli.
  • 2006-07: 2° en Serie B. Promu en Serie A.
  • 2007-08: 8° en Serie A.
  • 2008-09: 12° en Serie A.
  • 2009-10: 6° en Serie A.
  • 2010-11: 3° en Serie A.
  • 2011-12: 5° en Serie A. Vainqueur de la Coupe d'Italie.
  • 2012-13: 2° en Serie A.
  • 2013-14: 3° en Serie A. Vainqueur de la Coupe d'Italie.

Dates importantes[modifier | modifier le code]

Date Evénements
1er août 1926 Création du Napoli Calcio
6 décembre 1959 Inauguration du Stade San Paolo match Napoli-Juventus 2-1
21 juin 1962 1re victoire en Coupe d'Italie match Napoli-Spal 2-1
29 juin 1976 2e victoire en Coupe d'Italie match Napoli-Verona 4-0
16 septembre 1984 le 1er match de Maradona en Serie A match Verona - Napoli 3-1
10 mai 1987 1er scudetto match Napoli - Fiorentina 1-1
13 juin 1987 3e victoire en Coupe d'Italie match Atalanta-Napoli 0-1
17 mai 1989 Victoire en Coupe de L'UEFA match Stuttgart-Napoli 3-3
29 avril 1990 Second scudetto match Napoli-Lazio 1-0
1er septembre 1990 Victoire en Supercoupe d'Italie match Napoli-Juventus 5-1
2 août 2004 Faillite du SSC Napoli, repart de la Serie C1 avec le nom du "Napoli Soccer"
23 mai 2006 Réacquisition de la dénomination de Società Sportiva Calcio Napoli abandonnée à cause de la faillite.
10 juin 2007 Promu l'année précédente en Serie B, Naples termine deuxième derrière la Juventus et retrouve ainsi la Serie A
18 mai 2008 L'année du retour en Serie A, Naples termine huitième et se qualifie pour la coupe Intertoto
27 mai 2010 Fin mai, Naples retrouve l'Europe en terminant sixième du championnat, c'est-à-dire, la Ligue Europa.
29 mai 2011 Après une troisième place, les hommes de Walter Mazzarri se qualifient pour le tour direct de la Ligue des champions dans un groupe, un retour après 20 ans d'absences.
20 mai 2012 4e victoire en Coupe d'Italie match Juventus-Napoli 0-2
3 mai 2014 5e victoire en Coupe d'Italie match Fiorentina-Napoli 1-3

Couleurs et Symboles[modifier | modifier le code]

Au moment de sa fondation en 1926, un maillot bleu clair (azzurro) et un short blanc fut adopté en hommage à la couleur officielle de la dynastie des Bourbons de Naples. Le premier symbole, c'est-à-dire le cheval, se référait au symbole de Naples pendant le Royaume des Deux-Siciles, tandis que la Sicile était représentée par le Triskèle. Le cheval est encore aujourd'hui le symbole de la Province de Naples. En conséquence de la dernière place obtenue par Naples dans sa première saison, les supporters décidèrent de remplacer le cheval avec l'âne, pour beaucoup d'années associées à la société partenopea.

Depuis, le bleu azzurro est resté la couleur officielle jusqu'à aujourd'hui.

En 1964-1966 le président Roberto Fiore décida de changer les couleurs du maillot: pendant cette saison, le Napoli joua avec un maillot blanc avec une bande transversale bleue. La saison suivante, le maillot redevenait le traditionnel. Depuis 1981, il apparut devant le maillot, le nom du sponsor principal.

La saison 2002-2003, disputée en Série B, fut la seconde et dernière saison ou il n'utilisèrent pas l'uniforme bleu. Dans cette saison, l' ancien sponsor technique Diadora habilla le Napoli avec des bandes verticales blanc-bleues, en style Argentine.

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1926
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1964-65
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1986-1991
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2002-03
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2008-09
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2009-10
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2010-11
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
2011-12

Sponsors officiels et fournisseurs technique[modifier | modifier le code]

Sponsor officiel :

Fournisseur pour les maillots, shorts et chaussettes :

Numéro retiré[modifier | modifier le code]

Avec l'avènement de la règle de la numérotation fixe à partir de 1995, le Napoli pendant l'été de l'année 2000, retira le maillot numéro 10 appartenu à Diego Armando Maradona de 1984 à 1991, comme un hommage à sa classe et à la contribution considérable offerte durant 7 saisons avec le maillot azzurro. Dans l'ordre, les derniers à avoir mis la 10 bleue avec l'avènement de la numérotation fixe furent Fausto Pizzi (en 1995-1996), Beto (en 1996 -1997), Igor Protti (en 1997-1998, dernier footballeur à avoir joué et marqué un but avec le 10 est Claudio Bellucci (1998-2000) en Série B.

Cependant, pour motifs réglementaires, le numéro fut réimprimé sur les maillots de Naples depuis 2004 à 2006 en Série C1, tournoi où la vieille numérotation survit du chiffre 1 au numéro 11. Le dernier footballeur à mettre et signer un but avec ce maillot dans une compétition officielle fut Mariano Bogliacino dans un match à domicile du 18 mai 2006 contre La Spezia, valable pour la finale du match retour de la Supercoupe de C1; honneur qu'il lui appartient aussi pour la dernière apparition en championnat, le 12 mai 2006 dans le match à la maison contre le Lanciano. En ce qui concerne le championnat exclusivement, il va par contre au footballeur argentin Sosa l'honneur d'avoir été le dernier à mettre la 10 au Stadio San Paolo, et en même temps à marquer, dans la compétition contre le Frosinone du 30 avril 2006.

[modifier | modifier le code]

Le premier blason de Naples, en 1926, était constitué d'un ovale avec au centre un cheval blanc appuyé sur un ballon et contourné par les initiales de la dénomination de cette époque de la société partenopea: "ACN" (Association Calcio Napoli), le tout sur fond bleu. Ce fut le blason de la société napolitaine pour un an seulement: en effet, complice probablement de la pénurie exprimée par l'équipe dans la saison de début, le club adopta un blason de forme circulaire avec un N couleur or sur fond bleu et le contour extérieur avec une couleur or.

Le blason changea en 1964 de nouveau, en concomitance avec l'échange de dénomination en Société Sportive Calcio Napoli: le N fut rapetissé pour faire place au sigle SSC Naples à ses pieds. En 1980, la couronne devint blanche et fut disposé en longueur, en sens circulaire, la dénomination de la société écrite en étendu. Sensibles les changements, le plus souvent chromatiques, apporté en 2002: la couronne devint bleue obscure, avec l'inscription de la société et le N central coloré de blanc.

À la suite de la faillite, l'inscription de la société fut éliminée de la couronne - maintenant de couleur bleu nuit - et remplacée avec une légende de la nouvelle dénomination de la société, Naples Soccer. Le Napoli, retrouvant la Série A en 2006, réacquis sa vieille dénomination de Société Sportive Calcio Napoli, la légende Napoli Soccer fut enlevée et la couronne racheta la couleur bleue.

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Effectif actuel de l'SSC Naples
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[6] Nom Date de naissance Sélection[7] Club précédent
Gardiens
1 G Drapeau du Brésil Rafael, Rafael 20/5/1990 (24 ans)
Santos FC
15 G Drapeau de l'Italie Colombo, RobertoRoberto Colombo 24/8/1975 (38 ans)
Triestina
25 G Drapeau de l'Espagne Reina, PepePepe Reina 31/8/1982 (31 ans) Espagne Liverpool FC
80 G Drapeau de l'Espagne Doblas, AntonioAntonio Doblas 5/8/1980 (33 ans)
FK Khazar Lankaran
Défenseurs
2 D Drapeau de la France Réveillère, AnthonyAnthony Réveillère 10/11/1979 (34 ans) France Olympique lyonnais
4 D Drapeau du Brésil Henrique, Henrique 14/10/1986 (27 ans) Brésil SE Palmeiras
5 D Drapeau de l'Uruguay Britos, Miguel ÁngelMiguel Ángel Britos 17/7/1985 (28 ans)
Bologne FC
- D Drapeau de la France Koulibaly, KalidouKalidou Koulibaly 20/6/1991 (23 ans)
KRC Genk
11 D Drapeau de l'Italie Maggio, ChristianChristian Maggio 11/2/1982 (32 ans) Italie UC Sampdoria
16 D Drapeau de l'Italie Mesto, GiandomenicoGiandomenico Mesto 25/5/1982 (32 ans)
Genoa CFC
18 D Drapeau de la Colombie Zúñiga, Juan CamiloJuan Camilo Zúñiga 14/12/1985 (28 ans) Colombie AC Sienne
21 D Drapeau de l’Argentine Fernández, FedericoFederico Fernández 21/2/1989 (25 ans) Argentine Estudiantes de La Plata
31 D Drapeau de l'Algérie Ghoulam, FaouziFaouzi Ghoulam 1/2/1991 (23 ans) Algérie AS Saint-Étienne
33 D Drapeau de l'Espagne Albiol, RaúlRaúl Albiol 4/9/1985 (28 ans) Espagne Real Madrid CF
Milieux de terrain
8 M Drapeau de l'Italie Jorginho, Jorginho 20/12/1991 (22 ans)
Hellas Vérone
13 M Drapeau de l'Italie Bariti, DavideDavide Bariti 7/7/1991 (23 ans)
AS Avellino
17 M Drapeau de la Slovaquie Hamšík, MarekMarek Hamšík Capitaine 27/7/1987 (26 ans) Slovaquie Brescia Calcio
20 M Drapeau de la Suisse Džemaili, BlerimBlerim Džemaili 12/4/1986 (28 ans) Suisse Parme FC
22 M Drapeau de la Croatie Radošević, JosipJosip Radošević 3/4/1994 (20 ans) Croatie Hajduk Split
85 M Drapeau de la Suisse Behrami, ValonValon Behrami 19/4/1985 (29 ans) Suisse ACF Fiorentina
88 M Drapeau de la Suisse Inler, GökhanGökhan Inler 27/6/1984 (30 ans) Suisse Udinese Calcio
Attaquants
7 A Drapeau de l'Espagne Callejón, JoséJosé Callejón 11/2/1987 (27 ans)
Real Madrid CF
9 A Drapeau de l’Argentine Higuaín, GonzaloGonzalo Higuaín 10/12/1987 (26 ans) Argentine Real Madrid CF
14 A Drapeau de la Belgique Mertens, DriesDries Mertens 6/5/1987 (27 ans) Belgique PSV Eindhoven
19 A Drapeau de la Macédoine Pandev, GoranGoran Pandev 27/7/1983 (30 ans) Macédoine Inter Milan
24 A Drapeau de l'Italie Insigne, LorenzoLorenzo Insigne 4/6/1991 (23 ans) Italie Formé au club
91 A Drapeau de la Colombie Zapata, DuvánDuván Zapata 1/4/1991 (23 ans)
Estudiantes
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : Espagne Francisco de Miguel Moreno
    Drapeau : Italie Corrado Saccone
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : Espagne Xabi Valero
Médecin(s)
  • Drapeau : Italie Alfonso De Nicola



Légende

Consultez la documentation du modèle

Joueurs prêtés pour la saison 2013-2014[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant liste l'effectif des joueurs en prêts pour la saison 2013-2014.

Joueurs en prêt
P. Nat. Nom Date de naissance Sélection Club en prêt
G Drapeau : Argentine Fairytale left.png Mariano Andújar 30 juillet 1983 (30 ans) - Calcio Catane
D Drapeau : Italie Fairytale left.png Alessandro Gamberini 27 août 1981 (32 ans) - Genoa CFC
D Drapeau : Italie Fairytale left.png Paolo Cannavaro 26 juin 1981 (33 ans) - US Sassuolo
D Drapeau : Brésil Fairytale left.png Bruno Uvini 3 juin 1991 (23 ans) - Santos FC
M Drapeau : Uruguay Fairytale left.png Walter Gargano 23 juillet 1984 (29 ans) - Parme FC
M Drapeau : Italie Fairytale left.png Marco Donadel 21 avril 1983 (31 ans) - Hellas Vérone
M Drapeau : Italie Fairytale left.png Giuseppe Fornito 6 août 1994 (19 ans) - Pescara
M Drapeau : Italie Fairytale left.png Luigi Vitale 5 octobre 1987 (26 ans) - SS Juve Stabia
M Drapeau : Italie Fairytale left.png Raffaele Maiello 10 juillet 1991 (23 ans) - FC Crotone
A Drapeau : Italie Fairytale left.png Nicolao Dumitru 12 octobre 1991 (22 ans) - AS Cittadella
A Drapeau : Chili Fairytale left.png Eduardo Vargas 20 novembre 1989 (24 ans) - Valence CF
A Drapeau : Hongrie Fairytale left.png Soma Novothny 16 juin 1994 (20 ans) - Paganese
A Drapeau : Italie Fairytale left.png Emanuele Calaiò 8 janvier 1982 (32 ans) - Genoa CFC

Joueurs emblématiques du passé[modifier | modifier le code]

Italie Italie

Brésil Brésil

Argentine Argentine

Suède Suède

Colombie Uruguay

Croatie Drapeau de la Croatie

France Uruguay

Maroc Maroc

Pays-Bas Pays-Bas

Portugal Portugal

Uruguay Uruguay

Belgique Belgique

Suisse Suisse

Entraîneurs du club[modifier | modifier le code]

Présidents du club[modifier | modifier le code]

  • 1926(aout-septembre) kiliano sandrozo (coprésident:emmanueli irlazani) (vraiment cuitos)
  • 1926-27 Giorgio Ascarelli
  • 1927-28 Zinzaro
  • 1928-29 Maresca di Serracapriola
  • 1929-30 Giorgio Ascarelli
  • 1930-31 Maresca di Serracapriola
  • 1931-35 Coppola
  • 1935-36 Achille Lauro
  • 1940-41 Del Pezzo puis Leonetti
  • 1944 A.Collana, V. Savarese, E. Marcucci
  • 1944 L.Scuotto, N. Botti, L. De Manes
  • 1945-48 Russo
  • 1948 Muscariello
  • 1948 Musollino
  • 1950 Cuomo e Scuotto
  • 1951-63 Cuomo
  • 1963 Achille Lauro
  • 1963 Scuotto
  • 1968-69 Fiore
  • 1969 Gioacchino Lauro
  • 1968-93 Corrado Ferlaino
  • 1992-95 F.E. Gallo
  • 1994-96 Vincenzo Schiano di Colella
  • 1995-00 Corrado Ferlaino
  • 2000-01 Giorgio Corbelli
  • 2002 Gustavo Minervini
  • 2002 Salvatore Naldi
  • 2004 Corentino Gullio
  • 2004 Nicola Rascio
  • depuis 2004 Aurelio De Laurentiis

Supporters[modifier | modifier le code]

Un club fortement soutenu[modifier | modifier le code]

Stade San Paolo

Le public napolitain est sans aucun doute l'un des plus passionnés de football sur le vieux continent[réf. nécessaire], mais il est d'abord le reflet d'une ville (ancienne colonie grecque au même titre que Marseille ou Barcelone) avec une forte identité, au caractère méridional.

À l'image des inégalités entre Nord et Sud de l'Italie, le club a toujours fait avec des moyens bien inférieurs à ceux des clubs du Nord comme le Milan AC ou la Juventus. Mais c'est avec beaucoup de fierté que les Napolitains ont toujours soutenu le club représentant leur ville. C'est pendant la glorieuse ère de Maradona que le public napolitain atteint la reconnaissance italienne et européenne. Même au fond du gouffre, les tifosi sont toujours restés fidèles au club, puisque durant leurs deux saisons en Série C, c'étaient en moyenne 50 000 supporters qui venaient encourager les bleus et blancs. Ils n'hésitent pas à suivre en nombre leur équipe en déplacement à travers toute l'Italie.

Le Napoli est le sujet de conversation privilégiée de toute la ville et de toute la région; ce qui d'ailleurs s'est souvent révélé comme un certain handicap, l'attente très importante et l'impatience de retrouver les gloires passées ont souvent ralenti la reconstruction du club avec un projet à long terme[réf. nécessaire]. On peut compter sur les doigts d'une main le nombre de villes en Europe où le club a cette importance pour ses habitants[réf. nécessaire].

La tifoseria napolitaine est jumelée avec celle du Genoa et il existe un fort rapport d'amitié avec celles de Catane et de Palerme.

Stades et sièges[modifier | modifier le code]

Les stades[modifier | modifier le code]

Le stade Partenopeo fut la « maison » des azzurri de 1930 à 1942.

Les petites villes des sociétés de football qui précédèrent la fondation du Naples, utilisèrent différents terrains de foot. Naples joua depuis 1904 à 1912 à, Rue Campegna à Fuorigrotta, une des dix municipalités de la ville napolitaine, donc il s'établit à l’Agnano, pendant que l’Internapoli jouait à Bagnoli. Le siège d’Agnano fut confirmé en 1922, quand les deux sociétés s'assemblèrent pour donner vie à l'Internaples.

Le premier terrain de foot utilisé par Naples fut le stade militaire de l'Arenaccia: voulut par Alberico Albricci, il fut inauguré en 1923 et assigné en 1926 au nouveau-né club partenopeo. En 1929 le président Giorgio Ascarelli commissionna la construction d'un nouveau stade situé dans le quartier Luzzatti, dans les alentours de la gare Centrale. Projetée par Amedeo D'Albora, l'installation, initialement dénommée stade Vésuve, pouvait contenir 40 000 spectateurs et fut inaugurée le 23 février 1930 avec le match entre les azzurri et la Juventus, terminé 2-2. Peu de temps après Ascarelli vint manquer et le stade fut intitulé au "furor de peuple", mais par la suite les lois raciales fascistes imposèrent un autre échange de nom en Stade Partenopeo. Renouvelé et agrandi à l'occasion de 1934, l'installation fut complètement rasé au sol des bombardements alliés au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Le club s'établit donc au stade Arturo Collana du Vomero déjà utilisé provisoirement aux temps des travaux de restructuration de l'installation précédente. Renommé pour un bref délai Stade de la Libération dans l'après-guerre, il était cependant inadéquat aux exigences du club: emblématique la situation en laquelle fut jouée Naples - Juventus (4-3 le résultat final) du 20 avril 1958, avec le public rangé sur la limite des lignes de jeu.

Il fut alors projeté une nouvelle installation dans le quartier de Fuorigrotta. Initialement baptisé stade du Soleil, fut baptisé finalement stade San Paolo pour célébrer la tradition selon laquelle saint Paul, en voyage vers Rome, aurait accosté dans cette zone de l'actuel Naples. Le 6 décembre 1959 le nouveau stade fut inauguré, curieusement dans un match contre la Juventus, comme à l'occasion de l'inauguration du stade Vésuve 29 ans avant, et qui a fini sur le score de 2-1 pour les partenopei. Le projet initial prévoyait une seule bague mais par la suite vint en adjoint une seconde, situé dessous le niveau routier. Partiellement remodernisé en vue des Européens 1980, à l'occasion de 1990 il vint doté de la couverture actuelle et de la troisième bague qui porta le numéro à 76 824 de places assises. Par la suite, des problèmes logistiques ont imposé la fermeture de la troisième bague avec la réduction de la capacité à 60 240 places, qui en font le troisième plus grand stade de l'Italie pour capacité après le stade Giuseppe Meazza de Milan et le Stade olympique de Rome. Avec une légère piste d'athlétisme aux 8 couloirs, gymnases de boxe, fitness et lutte libre, le Stade San Paolo représente la principale installation omnisports de la ville.

Pour les années avenir, il est prévu la construction d'un nouveau stade, à la même place que le San Paolo, qui sera démolit, pour cause de problème de pelouse.

Les Sièges[modifier | modifier le code]

Il se reporte de suite la liste des sièges officiels utilisés par la SSC Naples au cours de son histoire.

  • 1945 Palazzina annessa (Stade Vomero)
  • 1966 Rue Massimo Stanzione, 14
  • 1967 Rue Chiatamone, 57
  • 1970 Rue Petrarca, 141
  • 1972 Rue Caravaggio, 112
  • 1973 Rue Crispi, 4
  • 1977 Rue Vicinale Paradiso, 70 (Centre Paradiso di Soccavo)
  • 1985 Piazza dei Martiri, 30
  • 1991 Rue Vicinale, 70 (Centre Paradiso di Soccavo)
  • 2004 Rue Jacopo De Gennaro (stade San Paolo)
  • 2004 Rue Alcide De Gasperi, 33
  • 2006 Castel Volturno (CE) (centre technique)

Rapports avec les autres clubs[modifier | modifier le code]

Club jumelé
Clubs amis

Rivalités & derbys[modifier | modifier le code]

Grandes rivalités du club[modifier | modifier le code]

Les supporteurs Azzurri ont des mauvais rapports surtout avec les équipes du Nord. Les "Grosses" rivalités avec l'Inter Milan, le Milan AC et surtout la Juventus naquirent dans la deuxième moitié des années 1980, avec les partenopei qui défiaient la "Triade" du Nord pour leur disputer le titre de Champion d'Italie.

L'hostilité des ultras avec les supporteurs de la Lazio naît du jumelage qui liait, dans les années 1980, les Napolitains et leurs "cousins" romains, qui fut par la suite brisé après le bras d'honneur de Salvatore Bagni du 25 octobre 1987. Une rivalité existe également avec les giallorossi de l'AS Rome, leurs rencontres étant considérées comme le Derby du Soleil. De « petites » rivalités existent avec la Sampdoria, le Vérone et la Reggina entre autres.

Les Derbys[modifier | modifier le code]

Contrairement à tout ce qui est arrivé aux autres métropoles comme Turin, Milan et Rome, le Napoli est la seule expression du football de haut niveau comme chef-lieu de la Campanie et donc il y n'a pas un derby dans le sens étroit du terme. Malgré cela, les Azzurri sont coprotagonistes de deux derbys spéciaux en Italie :

  • Derby de la Campanie, terme utilisé pour les défis des Partenopei avec les autres équipes de la Campanie, en particulier avec celles d'Avellino et de Salerne.
  • Derby du Soleil, appelé aussi Derby du Sud, à l'apogée de la popularité dans les années 1970 et 80, qui voit s'affronter les Azzurri et l'AS Roma, les deux premières équipes de l'Italie centre-méridionale à avoir été admis à la Serie A, à l'époque dénommée Division Supérieur, dans la saison 1926 -1927.

Palmarès, records & statistiques[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]


Compétitions nationales Compétitions internationales
Compétitions nationales non-officielles Compétitions internationales non-officielles

Records[modifier | modifier le code]

  • Victoire la plus large :
    • Napoli - Pro Patria 8 - 1 (Serie A 1955-56)
    • Napoli - Côme 7 - 0 (Serie A 1950-51)
  • Victoire la plus large à l'extérieur :
    • Modène - Napoli 0 - 5 (Serie A 1929-30)
    • Udinese - Napoli 0 - 5 (Serie A 2007-08)
  • Défaite la plus large
    • Torino - Napoli 11 - 0 (Campionato Nazionale 1927-28)
  • Défaite la plus large à domicile
    • Napoli - Bologne 1 - 6 (Serie A 1938-39)
  • Record du Napoli de victoires consécutives en Serie A

1988/89 : 7

Napoli - Fiorentina 4 - 0
Sampdoria - Napoli 0 - 1
Napoli - Cesena 2 - 0
Ascoli - Napoli 1 - 3
Napoli - Pise 2 - 1
Napoli - Avellino 4 - 0
Pescara - Napoli 0 - 1

Statistiques Joueurs[modifier | modifier le code]

Le joueur qui détient le record de présences en championnat est Antonio Juliano, avec 394 matchs, 355 en Série A. En ce qui concerne seulement la Série A, il va par contre à Giuseppe Bruscolotti avec 387 présences; ce dernier détient le record de présences totales aussi entre championnat et coupes (511 présences).

Le joueur qui a marqué le plus de buts en absolu avec le maillot de Naples est Diego Armando Maradona : 115 buts en total dont 81 en Série A.

Le record en championnat appartient à Attila Sallustro, avec 104 buts. En revanche, le joueur avec le plus de buts en Série A est Antonio Vojak (102).

Classement des joueurs par nombres de présences
Nationalité Joueur Présences
Drapeau : Italie Giuseppe Bruscolotti 511
Drapeau : Italie Antonio Juliano 505
Drapeau : Italie Moreno Ferrario 396
Drapeau : Italie Ciro Ferrara 323
Drapeau : Slovaquie Marek Hamšík 301
Drapeau : Italie Paolo Cannavaro 275
Drapeau : Italie Bruno Gramaglia 275
Drapeau : Italie Carlo Buscaglia 273
Drapeau : ParaguayDrapeau : Italie Attila Sallustro 268
Drapeau : Italie Luigi Pogliana 263
Drapeau : Italie Dino Panzanato 262
Meilleurs buteurs
Nationalité Joueur Buts
Drapeau : Argentine Diego Armando Maradona 115
Drapeau : Italie Attila Sallustro 107
Drapeau : Uruguay Edinson Cavani 104
Drapeau : Italie Antonio Vojak 103
Drapeau : BrésilDrapeau : Italie José Altafini 97
Drapeau : Brésil Careca 96
Drapeau : Italie Giuseppe Savoldi 77
Drapeau : Slovaquie Marek Hamšík 75
Drapeau : Brésil Cané 70
Drapeau : Brésil Luís Vinício 70

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. (it) « Aniello Califano - O Surdato nnamurato »
  3. (it)histoire de l'hymne.
  4. (it) « Napoli entre dans l'ECA », tuttonapoli.net,‎ 21-07-2011 (consulté le 03-05-2014)
  5. (it) « Célèbre phrase de Maradona. », corrieredellosport.it
  6. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  7. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  8. « Mazzarri quitte le Napoli »,‎ 20 mai 2013 (consulté le 20 mai 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Elio Tramontano; Gianni Virnicchi, Il Napoli dalle origini ad oggi, Naples, L'arte tipografica, 1965.
  • Giuseppe Pacileo, S.S.C. NAPOLI - una squadra e la sua città, Florence, Edi-Grafica, 1977.
  • Antonio Ghirelli, Intervista sul Calcio Napoli, Rome, Laterza, 1978.
  • Elio Tramontano, Da Sallustro a Maradona: 90 anni di storia del Napoli, Napoli, Edizioni Meridionali, 1984.
  • Roberto Ciuni, Il pallone di Napoli, Brescia, Shakespeare & Company, 1985.
  • Giuseppe Pacileo; Elio Tramontano, La storia del Napoli, Florence, La casa dello sport, 1986.
  • Giuseppe Mariconda, Breve storia del grande Napoli, Rome, Newton, 1995. ISBN 88-7983-914-4
  • Gianfranco Coppola, Napoli, Rome, Gremese Editore, 1998. ISBN 88-7742-291-2
  • Francesco Caremani, Napoli 2000 - l'album azzurro dalle origini a oggi, Gênes, Sagep, 2000. ISBN 88-7058-799-1
  • Antonio Del Piano, Napoli 7 anni nella storia, Editoriale Diemme, 2001. ISBN 88-89370-01-7
  • Giuseppe Pacileo; Pietro Gargano, 80 anni di passione - La storia del Napoli dal 1926 al 2006, Naples, Il Mattino, 2006.
  • Mimmo Carratelli, La grande storia del Napoli, Gianni Marchesini Editore, 2007. ISBN 88-88225-14-5
  • Giuliano Pavone; Giuseppe Caporaso, Na sera 'e maggio, Edizioni Graf, 2007. ISBN 978-88-89433-12-6
  • Piergiorgio Renna, Il football a Napoli, Rome, Multimedia, 2008.
  • Gianfranco Coppola, La storia del Napoli, Rome, L'airone, 2009.
  • Alessandro Lugli, La storia del Napoli dalla fondazione ad oggi, Boopen, 2009.
  • Manuel Parlato, Da Maradona a De Laurentiis. Le due ere del Napoli, Limina, 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]