Unione Calcio Sampdoria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sampdoria

Logo du Sampdoria
Généralités
Nom complet Unione Calcio Sampdoria s.p.a.
Surnoms Blucerchiati ou Samp
Fondation 1er août 1946 (68 ans)
Couleurs rouge, bleu, noir et blanc
Stade Stade Luigi-Ferraris
(40 122 places)
Siège Campetto, 2
16123 Gênes
Championnat actuel Serie A
Président Drapeau : Italie Massimo Ferrero
Entraîneur Drapeau : Serbie Sinisa Mihajlovic
Joueur le plus capé Drapeau : Italie Roberto Mancini (567)
Meilleur buteur Drapeau : Italie Roberto Mancini (173)
Site web www.sampdoria.it
Palmarès principal
National[1] Championnat d'Italie (1)
Coupe d'Italie (4)
International[1] Coupe des coupes (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2013-2014 de l'UC Sampdoria
0

L' Unione Calcio Sampdoria, plus communément appelée la Sampdoria ou bien la Sampdoria de Gênes en français, et familièrement la Samp, est un club de football professionnel italien (également S.p.A., société par actions) basé dans la ville de Gênes, dans la région de Ligurie, dans le nord de l'Italie.

Le club est promu en Serie A, lors des play-off de 2011-2012.

Repères historiques[modifier | modifier le code]

Le club est fondé le 12 août 1946 de la fusion de deux clubs : l'« Andrea Doria » (fondé en 1895) et la « Sampierdarenese » (fondé en 1899) rebaptisée « Liguria » entre 1937 et 1944. Le club devient le rival du Genoa, l'autre club de la ville.

L'âge d'or de la "Samp" s'est sans conteste déroulée durant le milieu des années 80 jusqu'au milieu des années 90. Impulsé par l'incontournable duo Roberto Mancini - Gianluca Vialli, la Sampdoria remporte son premier Championnat d'Italie et quatre coupes d'Italie. Sur le plan européen, le club doit se contenter d'une victoire en Coupe des coupes 1990, échouant à la dernière marche en finale de Coupe des clubs champions 1992 face au FC Barcelone. En quelques années, la Sampdoria de Gênes se fait un nom au niveau italien et surtout européen, en construisant année après année une équipe solide et compétitive. Le départ de Gianluca Vialli vers la Juventus durant l'été 1992 marque la fin de l'heure de gloire de la Samp malgré une victoire en coupe d'Italie de football en 1994, dernier trophée remporté par le club.

Actuellement, le club est présidé par Riccardo Garrone.

La Sampdoria de 1946 à 1979[modifier | modifier le code]

La Sampdoria de Paolo Mantovani (1979-1993)[modifier | modifier le code]

En 1979 le club est racheté par un entrepreneur qui a fait fortune dans le pétrole, son nom Paolo Mantovani. Le club est à cette époque en Serie B depuis deux ans. Paolo Mantovani est ambitieux mais il ne parvient pas immédiatement à faire remonter le club en Serie A. Le club n'obtient en effet qu'une septième place de Serie B en 1979-1980 et une cinquième place la saison suivante. La troisième tentative est la bonne pour la Sampdoria qui finit à la deuxième place en 1981-1982, à un point du champion le Hellas Vérone. Après cinq ans en Serie B, le plus long passage de l'histoire du club loin de l'élite, la Sampdoria est donc de retour.

Pour se maintenir le club fait signer deux joueurs renommés : le milieu de terrain irlandais Liam Brady en provenance de la Juventus et l'attaquant anglais Trevor Francis. Un troisième joueur important débarque à Gênes en 1982. Il n'a pourtant que 17 ans quand il arrive mais il va devenir un des tous meilleurs joueurs de l'histoire du club. Il s'agit de l'emblématique attaquant Roberto Mancini qui va rester pendant 15 ans au club. Fort de ces renforts de poids la saison 1982-1983 est très satisfaisante pour un promu avec une belle septième place.

En 1983 le club achète deux joueurs qui vont joué un rôle majeur dans l'histoire majeur. Le premier est un milieu de terrain de devoir du nom de Fausto Pari et le second un défenseur central et se nomme Pietro Vierchowod. Ce dernier sera si impressionnant à Gênes qu'il gagnera le surnom du tsar. Une autre arrivée est celle du gardien de but international italien de l'Inter Milan Ivano Bordon. Le futur joueur de la Juventus Roberto Galia débarque aussi à la Samp'. La saison 1983-1984 est dans la lignée de la précédente avec une sixième place en Serie A.

La construction de l'équipe se poursuit en 1984 avec Graeme Souness le milieu de terrain international écossais du Liverpool FC. Il remplace Liam Brady qui file à l'Inter. Un jeune défenseur du nom de Moreno Mannini arrive également et va rester au club pendant quinze ans. Mais la meilleure affaire de cet intersaison est le recrutement de l'attaquant de l'US Cremonese, Gianluca Vialli. La Sampdoria vient de mettre en place un duo d'attaquant qui fera son bonheur pendant huit ans Mancini-Vialli, surnommés en italien I Gemelli del Gol (les jumeaux du but) et parfois ironiquement pendant les périodes d'inefficacité combinée, I Gemelli non Gol (le jumeaux sans but). Ces arrivées permettent au club de poursuivre sa progression avec une quatrième place en championnat, à deux points du deuxième le Torino. L'événement de cette saison est pourtant la première participation du club à une finale de coupe. C'est en coupe d'Italie face au Milan AC. La match aller au Stade Giuseppe-Meazza se déroule parfaitement bien puisque les gênois s'imposent 1-0 sur un but de Graeme Souness à la 24ème minute de jeu. Lors du match retour la Sampdoria s'impose 2-1 grâce à des buts de Roberto Mancini et Gianluca Vialli. La Sampdoria remporte ainsi le premier trophée de son histoire.

Fort de ce succès le club va donc retrouver la coupe d'Europe après plus de vingt ans d'absence. Lors du premier tour de cette coupe des vainqueurs de coupes 1986 la Samp' élimine les grecs de Larissa mais échoue en huitièmes de finale face au Benfica Lisbonne (défaite 2-0 à l'aller au Portugal et victoire 1-0 au retour). La saison 1985-1986 est assez paradoxale avec une onzième place en championnat très décevante comparée aux précédentes saisons. C'est encore en coupe d'Italie que la Sampdoria fait la meilleure impression en se hissant en finale pour la deuxième année consécutive. Elle s'incline cette fois-ci face à l'AS Rome (2-1 à l'aller et 0-2 au retour).

Le club doit donc réagir après cette saison 1985-1986 décevante. Graeme Souness quitte le club pour retourner en Écosse aux Glasgow Rangers. Pour encadrer les prometteurs joueurs de l'effectif, le club engage deux nouveaux étrangers très expérimentés. L'international Allemand (32 ans et plus de 70 sélections) Hans-Peter Briegel arrive du Hellas Vérone pour stabiliser la défense. Au milieu de terrain Souness est remplacé par le brésilien Toninho Cerezo (31 ans et plus de 50 sélections) de l'AS Rome. Bourreau du club lors de la dernière finale de coupe d'Italie et après avoir participé aux coupes du monde 1978 et 1982, Toninho Cerezo n'a pas été retenu pour celle de 1986, il doit se relancer et apporter une touche technique au milieu de terrain. Le club engage aussi cet été là un jeune gardien du nom de Gianluca Pagliuca. Changement aussi sur le banc où le club choisit de faire venir un homme d'expérience en la personne de Vujadin Boškov. Ancien joueur du club dans les années 60 et dernièrement entraineur du Real Madrid, il doit apporter quelque chose de nouveau au club. Sur le terrain l'équipe se comporte bien et finit cinquième à égalité avec le Milan AC. Les deux clubs jouent donc un match de barrage pour déterminer lequel des deux se qualifiera pour la coupe de l'UEFA. La Sampdoria le perd et ne se qualifie donc pas pour une coupe d'Europe.

L'équipe se qualifie pour une troisième finale de coupe d'Italie en quatre éditions lors de la saison 1987-1988. C'est contre le Torino FC et la Samp' semble faire la différence dès le match aller en s'imposant 2-0 grâce à des buts de Hans-Peter Briegel et Gianluca Vialli. Le retour à Turin est finalement très laborieux puisque le score est de 0-2 à la fin du temps réglementaire. C'est en définitive Fausto Salsano qui donne la coupe à la Sampdoria en marquant à la 112ème. Le club remporte donc sa deuxième coupe d'Italie. Cette stabilité de l'effectif et du club est aussi symbolisée par une bonne quatrième place en championnat. 1987-1988 est donc une saison très satisfaisante.

Il y a trois ans le retour du club en coupe d'Europe s'était achevé face aux expérimentés portugais de Benfica en huitièmes de finale. Le club espère faire mieux ce coup-ci en coupe des vainqueurs de coupes. Lors du premier tour il élimine les suédois de l'IFK Norrköping (1-2 à l'aller et 2-0 au retour à Gênes) puis en huitièmes de finale le FC Carl Zeiss Iéna, représentant de la RDA (1-1 et 3-1). Le club participe donc pour la première fois de son histoire à un quart de finale de coupe d'Europe. C'est face au Dinamo Bucarest de Mircea Lucescu et la double confrontation est serrée. Après un match nul 1-1 à Bucarest les deux équipes font 0-0 au retour et les gênois se qualifient donc grâce à la règle des buts à l'extérieur. La demi-finale est face aux tenants du titre du FC Malines. Les belges s'imposent 2-1 à l'aller mais se voient infliger un sévère 3-0 au retour à Gênes. La Sampdoria gagne le droit d'affronter le FC Barcelone en finale à Berne. Les hommes de Johan Cruijff s'imposent 2-0 et la belle campagne européenne de la Sampdoria s'achève. La saison 1988-1989 ne se résume pas à la seule épopée européenne. Il faut aussi signaler la signature en début de saison de l'international italien Giuseppe Dossena ou encore la prise de pouvoir dans les buts de Gianluca Pagliuca. En championnat le club finit à la cinquième place. En coupe d'Italie la Sampdoria parvient à conserver son trophée en finale face au SSC Naples de Diego Maradona. Les conditions n'étaient pourtant pas favorables avec une défaite à l'aller à Naples 1-0 et l'indisponibilité du stade de Gênes pour le retour. C'est donc à Crémone que la Sampdoria renversa la vapeur sur le score imposant de 4-0. 1988-1989 fut une saison chargée et pleine d'émotions.

Outre cette victoire en coupe d'Italie, le président Paolo Mantovani profite du voyage obligé à Crémone pour négocier un transfert avec l'US Cremonese. Cinq ans après l'arrivée de Gianluca Vialli c'est le milieu droit Attilio Lombardo qui fait le chemin de Crémone à Gênes. Le club engage également le polyvalent Giovanni Invernizzi de Côme et le milieu international yougoslave Srečko Katanec du VfB Stuttgart. Ces arrivées permettent à la Sampdoria de finir à nouveau à la cinquième place du championnat et à un petit point du podium. En coupe des vainqueurs de coupes le club élimine les norvégiens du Brann Bergen en seizièmes de finale puis le Borussia Dortmund au tour suivant. En quart de finale la Samp' se sépare des Grasshopper Zurich d'Ottmar Hitzfeld et Alain Sutter. La demi-finale est face à l'AS Monaco d'Arsène Wenger. A l'aller en principauté George Weah ouvre le score pour Monaco mais un doublé de Gianluca Vialli en trois minutes (75ème et 78ème) remet la Sampdoria en selle. Malgré l'égalisation en fin de match de Ramón Díaz, les gênois sont en position favorable avant le retour. A Gênes Pietro Vierchowod et Attilio Lombardo permettent à la Sampdoria de s'imposer 2-0 et de se qualifier pour la finale pour la deuxième année consécutive. Sur la pelouse de l'Ullevi de Göteborg les hommes du président Mantovani battent le RSC Anderlecht 2-0 après prolongation. C'est Gianluca Vialli qui inscrit les deux buts décisifs aux 105èmes et 107èmes minutes de jeu. C'est la première coupe d'Europe remportée par la Sampdoria.

Fort de ces succès la Sampdoria de Paolo Mantovani, toujours entrainé par Vujadin Boskov et possédant un groupe de joueurs fidèle et de talent (Vialli, Mancini, Vierchowod, Lombardo, Pagliuca, Cerezo,...), entame la saison 1990-1991 avec ambition. L'effectif est en plus renforcé par l'international soviétique Alexeï Mikhaïlitchenko en provenance du Dynamo Kiev, ou encore l'attaquant de l'Udinese Marco Branca pour faire souffler de temps en temps le duo Vialli-Mancini. Cette saison va être celle de la consécration pour cette génération dorée de la Sampdoria. Après de nombreuses places d'honneur le club remporte enfin le titre de champion d'Italie. Et de belle manière. Elle gagne vingt matchs, fait onze matchs nuls et ne s'incline que trois fois. C'est contre les ténors de la Serie A de l'époque que le club impressionne. Champion d'Italie en 1987 et 1990 le SSC Naples de Diego Maradona est battu deux fois sur le score de 4-1. Le Milan AC, champion en 1988, est battu aussi deux fois 2-0 et 1-0. La Samp' obtient aussi deux victoires face à l'AS Rome ou encore un nul et une victoire face à la Juventus. Le plus sérieux rival de la Sampdoria est cependant l'Inter Milan de Giovanni Trapattoni, championne en 1989. La double confrontation est mémorable pour les supporters de la Sampdoria. A Gênes lors de la quatorzième journée la Sampdoria s'impose 3-1 à l'issue d'un match serré. Vialli ouvre le score dans le premier quart d'heures mais Nicola Berti égalise en début de seconde période. Par la suite les deux équipes ont l'occasion de prendre l'avantage et c'est finalement la Sampdoria qui obtient la victoire grâce à Vialli et Mancini aux 82èmes et 86èmes minutes de jeu. Ce n'est toutefois rien en comparaison de ce qui attend les supporters eu retour. Début mai la Sampdoria est leader avec trois points d'avance sur l'Inter quand il faut se déplacer à Milan lors de la 31ème journée. C'est donc une véritable finale pour le titre. Le match est tendu, l'Inter rentre mieux dans la partie et se procure quelques belles occasions mais dans les buts Pagliuca ne laisse rien passer. Jurgen Klinsmann croit même donner l'avantage aux milanais mais son but est refusé pour une position de hors-jeu. Peu avant la demi-heure de jeu Roberto Mancini et Giuseppe Bergomi se frictionnent dans la surface de réparation interiste et sont tous les deux expulsés. La mi-temps est donc atteinte sur le score de 0-0. À la 60e minute de jeu la Sampdoria part en contre et Giuseppe Dossena ouvre le score en plaçant une frappe au ras du poteau de Walter Zenga, le gardien de l'Inter. Le match s'emballe alors. L'Inter doit à tout prix réagir. Elle le fait en obtenant un pénalty mais Pagliuca repousse la tentative du ballon d'or 1990 Lothar Matthäus. La Samp' est aussi toute proche du break mais Lombardo, dans un angle fermé après avoir dribblé le gardien, trouve le poteau. A un petit quart d'heure de la fin Gianluca Vialli va marquer ce deuxième but et entériner la victoire des hommes de Mantovani. A trois journées de la fin la route vers le titre s'est dégagée. Il sera définitivement acquis lors de la 33ème journée avec une victoire à domicile 3-0 face à l'US Lecce. Le club peut fêter le premier titre de champion de son histoire. Dans les autres compétitions le club s'incline en finale de supercoupe d'Europe 1990 face au Milan AC (match nul 1-1 à Gênes et défaite 1-3 à Milan). Tenante du titre en coupe des vainqueurs de coupes, la Samp' élimine le FC Kaiserslautern puis l'Olympiakos Le Pirée. Elle s'incline toutefois en quart de finale face aux polonais du Legia Varsovie (0-1 et 2-2). La saison est longue puisque le club a l'occasion de faire le doublé coupe-championnat en affrontant l'AS Rome en finale de coupe d'Italie. La Sampdoria rate cette occasion en s'inclinant (défaite 1-3 à Rome et nul 1-1 eu retour à Gênes) et doit "se contenter" du seul titre de champion d'Italie. Les héros ont pour nom Vialli, Mancini, Vierchowod, Lombardo, Pagliuca, Cerezo, Mannini, Pellegrini, Lanna, Dossena, Pari, Katanec, Invernizzi, Mikhaïlitchenko, Branca,... Sans oublier le président Paolo Mantovani et l'entraineur Vujadin Boskov.

À la suite de ce titre de champion le club participe pour la première fois à la Coupe des clubs champions en 1992. Dans cette optique il se renforce avec le milieu de terrain international brésilien Paulo Silas. Il aura la charge de remplacer le soviétique Mikhaïlitchenko parti aux Glasgow Rangers et Dossena qui part à Pérouse lors de l'automne 1991. Autre départ, celui de Luca Pellegrini au Hellas Vérone après onze années au service de la Sampdoria. Après une victoire en Supercoupe d'Italie face à l'AS Rome, l'équipe ne parvient pas à rééditer sa performance de la saison précédente en championnat en finissant à la sixième place. C'est en coupe d'Europe que les gênois vont se faire remarquer. Ils éliminent d'abord les norvégiens de Rosenborg puis les hongrois du Budapest Honvéd. Le club se qualifie donc pour la phase de poules, la première de l'histoire de cette compétition. Le tirage au sort place la Sampdoria dans le groupe A avec les tenants du titre de l'Étoile rouge de Belgrade, les champions de Grèce du Panathinaïkos et le RSC Anderlecht, champion de Belgique. Seul le premier du groupe sera qualifié pour la finale. La Sampdoria commence par se débarrasser des yougoslaves à Gênes sur le score de 2-0. Lors de la deuxième journée elle fait match nul 0-0 à Athènes face au Panathinaïkos puis s'incline 3-2 sur la pelouse du RSC Anderlecht, après avoir mené deux fois au score. Elle se venge des belges en s'imposant 2-0 lors la quatrième journée. Avec cinq points en quatre matchs contre six pour l'Étoile rouge, la sampdoria doit donc jouer un match décisif à Belgrade. En cas de victoire à domicile les yougoslaves se qualifieraient pour la finale et la Samp' serait éliminée. L'étoile rouge ouvre le score par l'intermédiaire de Siniša Mihajlović mais les gênois inversent la tendance et s'imposent finalement 3-1. La Sampdoria est désormais en position idéale pour se qualifier pour la finale. La qualification sera entérinée grâce à un ultime match nul face au Panathinaïkos. Le club va donc participer pour la troisième fois en quatre ans à une finale de coupe d'Europe. C'est à Wembley et face au FC Barcelone de Johan Cruijff comme il y a trois ans en coupe des vainqueurs de coupes. C'est au complet que la Sampdoria se présente à Londres. Le match est animé et les occasions sont multiples. Coté espagnol Julio Salinas met Gianluca Pagliuca à contribution, Michael Laudrup laisse planer un danger constant et Hristo Stoichkov trouve le poteau en seconde période. Les joueurs de la Sampdoria ne sont pas en reste puisque Lombardo oblige le gardien barcelonais Andoni Zubizarreta à un bel arrêt. Mais les plus belles occasions de la Samp' sont pour Gianluca Vialli qui gâche trois face à face avec Zubizarreta. Le premier à la suite d'un bon arrêt du gardien, le deuxième en tirant à côté à moins de dix mètres du but à la suite d'un service de Lombardo et le dernier à la suite d'un très bon décalage de Roberto Mancini en envoyant une petite balle qui vient mourir au ras du poteau. Malgré les bonnes intentions des deux équipes le score est donc toujours de 0-0 à la fin du temps réglementaire. C'est finalement le FC Barcelone qui ouvre le score à 111ème minute sur un coup-franc de Ronald Koeman. La Sampdoria ne reviendra pas et laisse passer l'occasion de remporter la plus prestigieuse des coupes d'Europe.

Avec cette finale perdue contre Barcelone c'est la fin d'un cycle pour le Sampdoria et de nombreux changements sont opérés lors de l'été 1992. Sur le banc de touche tout d'abord où Vujadin Boskov quitte le poste d'entraineur qu'il occupait depuis six ans. Il est remplacé par l'entraineur suédois du Benfica Lisbonne Sven-Goran Eriksson. A 37 ans et après six ans à Gênes Toninho Cerezo retourne finir sa carrière au Brésil. Fausto Pari file au SSC Naples après neuf ans au service du club, mais le départ le plus emblématique est celui de Gianluca Vialli à la Juventus pour une somme record à l'époque. Le duo que formaient Vialli et Mancini depuis 1984 est donc brisé. C'est la fin d'une époque pour le club. Coté arrivées le président Mantovani engage Michele Serena du Hellas Vérone, Eugenio Corini de la Juventus, l'international anglais Des Walker de Nottingham Forest et le milieu international yougoslave Vladimir Jugovic de l'Étoile rouge. Ce sont des bons joueurs mais Gianluca Vialli n'est pas véritablement remplacé et la Samp' va donc vivre une saison de transition en 1992-1993. Le club finit à la septième place et pour la première fois depuis 1987 ne se qualifie pas pour une finale de coupe.

À la suite de cette saison en demi-teinte Des Walker retourne en Angleterre et un recrutement important est effectué. L'international anglais David Platt arrive de la Juventus et deux joueurs internationaux du Milan AC signent également. Le milieu de terrain italien Alberigo Evani et l'attaquant hollandais Ruud Gullit. Le club a profité de la fâcherie du ballon d'or 1987 avec son entraineur à Milan Fabio Capello pour engager un joueur de renommée mondiale. Avec lui la Samp' a enfin retrouvé un partenaire digne de ce nom pour jouer aux côtés de Roberto Mancini en attaque. Les hommes du président Mantovani peuvent donc aborder la saison 1993-1994 avec beaucoup d'ambitions.

La Sampdoria d'Enrico Mantovani (1993-2002)[modifier | modifier le code]

Le 14 octobre 1993 le président de la Sampdoria Paolo Mantovani décède. C'est son fils Enrico Mantovani qui lui succède. Cette soudaine disparition ne perturbe pas beaucoup l'équipe au cours de cette saison 1993-1994 puisque l'équipe finit à une bonne 3e place en Série A et remporte une nouvelle coupe d'Italie, la quatrième en moins de dix ans. Au cours de cette saison Roberto Mancini a vraiment trouvé en Ruud Gullit un nouveau partenaire de grande qualité en attaque.

L'été 1994 est le premier géré par Enrico Mantovani. Ce n'est pas une intersaison facile puisque le club perd son gardien emblématique Gianluca Pagliuca qui file à l'Inter Milan et Ruud Gullit qui retourne au Milan AC à la suite de son excellent passage à Gênes. Pour remplacer Pagliuca c'est Walter Zenga qui est engagé. C'est donc un véritable échange de gardien qui est opéré entre l'Inter et la Sampdoria. On peut aussi noter la signature du Yougoslave Siniša Mihajlović en provenance de l'AS Rome et de Riccardo Ferri en provenance de l'Inter. Cette saison 1994-1995 est un peu décevante en championnat avec une 8ème place seulement. La Samp' bénéficie pourtant assez rapidement du retour de Ruud Gullit dont le second passage à Milan n'a pas été couronné de succès. C'est en Coupe des Coupes que la Sampdoria montre les plus belles choses. En quart de finale elle élimine le FC Porto aux tirs aux buts après avoir perdu le match aller à domicile 0-1. C'est en demi-finale que le parcours s'arrête face à Arsenal. C'est aux tirs aux buts que ça se joue encore une fois après une défaite 3-2 à Londres et une victoire sur ce même score au retour à Gênes.

Nouvelle série de départs en 1995 de joueurs importants, David Platt retourne en Angleterre à Arsenal, Ruud Gullit signe à Chelsea tandis que Vladimir Jugovic, Pietro Vierchowod et Attilio Lombardo signent tous les trois à la Juventus. Au rayon des arrivées on peut noter Christian Karembeu du FC Nantes et Clarence Seedorf de l'Ajax Amsterdam. La meilleure recrue s'avère pourtant être le jeune attaquant Enrico Chiesa qui revient d'un prêt à l'US Cremonese et inscrit 22 buts en 27 matchs lors de cette saison 1995-1996. L'équipe fait une saison quelconque ponctuée à la 8ème place.

En 1996 Enrico Chiesa signe à Parme FC mais le club a à nouveau le nez creux en engageant Vincenzo Montella à sa place qui inscrit également 22 buts en championnat. Le club change de gardien de but avec l'arrivée de Fabrizio Ferron à la place de Walter Zenga. Au milieu de terrain Clarence Seedorf part au Real Madrid mais Juan Sebastián Verón arrive de Boca Juniors et Pierre Laigle du RC Lens. 6ème du championnat, cette saison 1996-1997 est la dernière de Sven-Göran Eriksson sur le banc de touche mais aussi de l'emblématique Roberto Mancini. Ils quittent en effet Gênes pour l'ambitieuse Lazio du président Sergio Cragnotti.

Ces départs sont de vrais coup dur et la saison 1997-1998 est très compliqué avec pour la première fois depuis longtemps un changement d'entraineur en cours de route. C'est l'Argentin César Luis Menotti qui commence la saison puis Vujadin Boskov fait son retour au club. Pour remplacer Mancini l'Allemand Jurgen Klinsmann ne fait qu'un passage éclair tout comme Giuseppe Signori. Christian Karembeu entame de son côté un bras de fer lors de l'été 1997 pour rejoindre le Real Madrid. Ce n'est que lors de l'automne 1997 que ce conflit sera résolu par un départ à Madrid après plusieurs mois de mise à l'écart.

Le club est sur une mauvaise pente avec des contraintes financières qui l'oblige à vendre ses meilleurs éléments tous les ans ou presque. 1998 n'échappe pas à la règle avec les départs de Juan Sebastián Verón et Siniša Mihajlović. Coté arrivée seul l'Argentin Ariel Ortega fait un peu vibrer les supporters. La saison 1998-1999 est un énorme échec avec une peu reluisante 16ème place. Sur le banc se succèdent Luciano Spalletti, un duo David Platt-Giorgio Veneri puis à nouveau Luciano Spalletti. Après 17 ans en Serie A le club redescend donc en Serie B. Les succès de la fin des années 1980 et début 1990 paraissent bien loin.

Les joueurs majeurs quittent le club et le club doit donc opérer une opération remontée sans Ariel Ortega, Vincenzo Montella, Moreno Mannini et Fabrizio Ferron. La seule bonne nouvelle est l'arrivée de Francesco Flachi qui deviendra un joueur très important pendant de longues années. La Sampdoria est vraiment en grosse difficulté à la frontière des années 1990 et 2000 et ne parvient pas à remonter en Serie A. 5ème en 1999-2000 et 2000-2001 le club finit à la 10e place en 2001-2002. Tout en restant propriétaire Enrico Mantovani cède même la présidence les deux dernières années à Enzo Garufi puis Pietro Sgarlata. Le club est à la fin d'un cycle et d'une époque, celle des Mantovani.

La Sampdoria de Riccardo Garrone (2002-2013)[modifier | modifier le code]

Après 33 ans sous la direction de la famille Mantovani le club change de propriétaire au printemps 2002. C'est le riche industriel Riccardo Garrone qui rachète le club. Ce dernier suivait de longue date le club dont il a été pendant très longtemps le sponsor maillot via sa firme pétrolière ERG. Après ces trois saisons de Serie B il décide de réorganiser le club en profondeur pour parvenir à retrouver la Serie A. Il fait ainsi venir de l'Atalanta Bergame un nouveau directeur général en la personne de Giuseppe Marotta. Sur le banc de touche c'est Walter Novellino qui est nommé.

Fort de cette nouvelle direction, le club opère un recrutement ambitieux à l'aube de la saison 2002-2003. La star locale Francesco Flachi est rejoint par des garçons expérimentés comme Sergio Volpi et Fabio Bazzani. Des jeunes prometteurs arrivent aussi comme Angelo Palombo et Maurizio Domizzi. Cette équipe va répondre aux attentes des dirigeants et supporters en finissant à la deuxième place de Serie B et obtenant ainsi son ticket pour l'élite.

Après quatre saisons de Serie B les attentes sont énorme pour le retour de la Sampdoria en Serie A. Pour y faire face le club se renforce avec deux internationaux Italiens Cristian Zenoni et Cristiano Doni. Aimo Diana et Giulio Falcone rejoignent également le club. La saison est tout à fait satisfaisant puisque le promu finit à une honorable huitième place et n'a jamais été menacé par un retour instantané en Série B. La seule mauvaise nouvelle est la grave blessure de Fabio Bazzani en fin de saison. Il avait inscrit 13 buts en Serie A et venait de faire ses grands débuts en équipe d'Italie. Malheureusement pour lui et la Sampdoria il ne retrouvera jamais son véritable niveau.

Lors de la saison 2004-2005 peu de changements en vue mais on peut signaler l'arrivée de Max Tonetto en provenance de Lecce. Il va s'imposer sur le côté gauche du milieu de terrain et pousser Cristiano Doni vers le banc puis le départ en fin de saison. Pour le club la saison est remarquable. Elle est conclue à la cinquième place après avoir lutté jusqu'à la dernière journée pour la quatrième place qualificative pour le tour préliminaire de la ligue des champions. C'est donc en coupe de l'UEFA que la Samp va faire son retour en coupe d'Europe lors de la saison 2005-2006.

En trois ans la Sampdoria du trio Garrone-Marotta-Novellino est donc passé de la Serie B à la coupe d'Europe et a retrouvé un rang plus conforme à son histoire en Serie A. Après ces succès rapides le club va pourtant connaitre deux saisons anonymes en 2005-2006 et 2006-2007 finis respectivement en douzième et neuvième position. De ses deux saisons on peut retenir le parcours sans saveur en coupe de l'UEFA 2005-2006 avec une élimination en phase de poule et les mésaventures des attaquants de la Samp'. Tout d'abord Emiliano Bonazzoli connait le même souci que Bazzani deux ans plus tôt. Il est très en forme lors de l'automne 2005 mais se blesse aussi gravement au genou. Enfin le contrôle positif de Francesco Flachi en janvier 2007 frappe durement le club et les supporters. Il est suspendu deux ans et quitte le club en juillet 2007 après neuf ans à Gênes. Avec le départ d'un des chouchous des tifosis c'est une page qui se tourne et après cinq années de collaboration Walter Novellino quitte aussi le club lors de l'été 2007.

Le club doit donc entamer un nouveau cycle et c'est Walter Mazzarri qui est choisi au poste d'entraineur. Lors de cet intersaison deux recrues dont les noms font frémir les supporters arrivent : Antonio Cassano et Vincenzo Montella. Le premier est prêté par le Real Madrid où il était en conflit ouvert avec le président Calderon et l'entraineur Fabio Capello. Il vient à Gênes pour se relancer. Le second est un ancien grand joueur de la Samp mais est un peu sur le déclin. Il est lui aussi prêté par l'AS Rome. Si le retour de Montella s'avère finalement décevant (4 buts en 13 matchs seulement) l'arrivée de Cassano est une vraie réussite. Le club retrouve le haut de tableau en finissant à la sixième place et se qualifie pour la coupe de l'UEFA.

Le club perd son fidèle capitaine Sergio Volpi mais Antonio Cassano est définitivement transféré à Gênes lors de l'été 2008. Cette seconde saison de Walter Mazzari est décevante avec une treizième place en Serie A. Le club finit même pour la première fois depuis très longtemps derrière le rival du Genoa. Elle est tout juste sauvé par une belle performance en coupe de l'UEFA avec l'élimination du FC Séville et un beau parcours en coupe d'Italie. Le club s'incline en finale de cette dernière contre la Lazio après avoir éliminé l'Inter Milan en demi-finale. Ceci a été possible grâce à l'apport au mercato d'hiver d'un avant-centre comme Giampaolo Pazzini pour soutenir Cassano. Arrivée de la Fiorentina il réalise six mois époustouflants avec 11 buts en 19 matchs de Série A.

Walter Mazzari quitte le club et c'est Luigi Delneri qui devient le troisième entraineur de la Sampdoria sous la présidence de Riccardo Garrone. Grâce au duo Pazzini-Cassano, au capitaine Palombo et tant d'autres le club réussit une saison magnifique. Le club arrache la quatrième place qualificative pour la ligue des champions au terme d'une victoire 1-0 sur Naples lors de la dernière journée. C'est une récompense pour une équipe qui a fini la saison invaincue à domicile et a battu le champion Interiste (1-0 à Marassi), son dauphin l'AS Rome (2-1 à Rome) et le troisième le Milan AC (2-1 à Marassi).

Malgré cette performance le club voit le départ de son entraineur Luigi Delneri pour la Juventus. Il est accompagné à Turin par le directeur général Giuseppe Marotta. Le 26 mai 2010 Domenico Di Carlo devient le nouvel entraineur de la Sampdoria. Il s'engage pour deux ans. L'année suivante le club de la Sampdoria est reléguée en Série B terminant 18ème de la série A.

Edoardo Garrone prend la suite de son père après son decès le 21 janvier 2013.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès de l'Unione Calcio Sampdoria
Compétitions internationales Compétitions nationales
Compétitions de jeunes Tournois saisonniers
  • Championnat Primavera (1)
  • Coupe d'Italie Primavera (1)
    • Vainqueur en 2008.
  • Supercoupe d'Italie Primavera (1)
    • Vainqueur en 2008.

Effectif actuel 2014-2015[modifier | modifier le code]

Effectif actuel de l'Unione Calcio Sampdoria
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[2] Nom Date de naissance Sélection[3] Club précédent
Gardiens
1 G Drapeau du Brésil Da Costa, AngeloAngelo Da Costa 12/11/1983 (31 ans)
Ancona Calcio
2 G Drapeau de l'Italie flèche vers la droite Viviano, EmilianoEmiliano Viviano 1/12/1985 (29 ans) Italie US Palerme
96 G Drapeau de l'Italie Massolo, SamueleSamuele Massolo 4/5/1996 (18 ans)
Formé au club
Défenseurs
3 D Drapeau de l'Algérie Mesbah, DjamelDjamel Mesbah 9/10/1984 (30 ans) Algérie Parme FC
5 D Drapeau de l'Italie flèche vers la droite Romagnoli, AlessioAlessio Romagnoli 12/1/1995 (19 ans)
AS Rome
19 D Drapeau de l'Italie Regini, VascoVasco Regini 9/9/1990 (24 ans)
AC Cesena
26 D Drapeau de l’Argentine flèche vers la droite Silvestre, MatíasMatías Silvestre 25/9/1984 (30 ans)
Inter Milan
28 D Drapeau de l'Italie Gastaldello, DanieleDaniele Gastaldello Capitaine 25/6/1983 (31 ans) Italie AC Sienne
29 D Drapeau de l'Italie De Silvestri, LorenzoLorenzo De Silvestri 23/5/1988 (26 ans) Italie AC Fiorentina
44 D Drapeau de l'Italie Fornasier, MicheleMichele Fornasier 22/8/1993 (21 ans)
Manchester United
86 D Drapeau de l'Italie Cacciatore, FabrizioFabrizio Cacciatore 8/10/1986 (28 ans)
Formé au club
Milieux de terrain
4 M Drapeau de l'Italie De Vitis, AlessandroAlessandro De Vitis 15/2/1992 (22 ans)
Parme FC
6 M Drapeau du Ghana flèche vers la droite Duncan, AlfredAlfred Duncan 10/3/1993 (21 ans) Ghana Inter Milan
10 M Drapeau : Serbie Krstičić, NenadNenad Krstičić 3/7/1990 (24 ans) Serbie OFK Belgrade
14 M Drapeau de l'Espagne Obiang, PedroPedro Obiang 27/3/1992 (22 ans)
Atlético Madrid
17 M Drapeau de l'Italie Palombo, AngeloAngelo Palombo 25/9/1981 (33 ans) Italie AC Fiorentina
21 M Drapeau de l'Italie Soriano, RobertoRoberto Soriano 8/2/1991 (23 ans)
Empoli
22 M Drapeau de l'Italie Rizzo, LucaLuca Rizzo 24/2/1992 (22 ans)
Formé au club
32 M Drapeau de l'Italie Marchionni, MarcoMarco Marchionni 22/7/1980 (34 ans) Italie Parme FC
Attaquants
7 A Drapeau de l'Italie Fedato, FrancescoFrancesco Fedato 15/10/1992 (22 ans)
Catane
9 A Drapeau de l'Italie Okaka, StefanoStefano Okaka 9/8/1989 (25 ans)
Parme FC
11 A Drapeau de l'Italie Gabbiadini, ManoloManolo Gabbiadini 26/11/1991 (23 ans) Italie Juventus
12 A Drapeau de l'Italie Sansone, GinalucaGinaluca Sansone 12/5/1987 (27 ans)
Torino
18 A Drapeau de l’Argentine Bergessio, GonzaloGonzalo Bergessio 20/7/1984 (30 ans) Argentine Catane
23 A Drapeau du Brésil Éder, Éder 19/11/1986 (28 ans)
AC Cesena
27 A Monténégro flèche vers la droite Đorđević, LukaLuka Đorđević 9/7/1994 (20 ans) Monténégro Zénith
77 A Drapeau de la Pologne Wszołek, PawełPaweł Wszołek 30/4/1992 (22 ans) Pologne Polonia Varsovie
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
  • Drapeau : Serbie Nenad Sakić
  • Drapeau : Italie Renato Baldi
  • Drapeau : Italie Emilio De Leo
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : Italie Antonio Bovenzi
  • Drapeau : Italie Vincenzo Manzi
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : Italie Andrea Sardini
Médecin(s)
  • Drapeau : Italie Amedeo Baldari



Légende

Consultez la documentation du modèle

Entraîneurs successifs[modifier | modifier le code]

Période Entraîneur
1946-1947 Drapeau de l'Italie Giuseppe Galluzzi
1947-1950 Drapeau de l'Italie Adolfo Baloncieri
1950-1951 Drapeau de l'Italie Giuseppe Galluzzi puis Drapeau de l'Italie Gipo Poggi et Drapeau de l'Italie Alfredo Foni
1951-1952 Drapeau de l'Italie Alfredo Foni
1952-1953 Drapeau de l'Italie Gipo Poggi puis Drapeau de l'Italie Ivo Fiorentini
1953-1954 Drapeau de l'Italie Paolo Tabanelli
1954-1955 Drapeau de l'Italie Paolo Tabanelli et Drapeau de la Hongrie Lajos Czeizler
1955-1956 Drapeau de la Hongrie Lajos Czeizler
1956-1957 Drapeau de la Hongrie Lajos Czeizler puis Drapeau de l'Italie Pietro Rava puis Drapeau de l'Italie Ugo Amoretti puis Drapeau de l'Angleterre William Dodgin
1957-1958 Drapeau de l'Angleterre William Dodgin puis Drapeau de l'Italie Adolfo Baloncieri
1958-1961 Drapeau de l'Italie Eraldo Monzeglio
1961-1962 Drapeau de l'Italie Eraldo Monzeglio puis Drapeau de l'Italie Roberto Lerici
1962-1963 Drapeau de l'Italie Roberto Lerici puis Drapeau de l'Autriche Ernst Ocwirk
1963-1964 Drapeau de l'Autriche Ernst Ocwirk
1964-1965 Drapeau de l'Autriche Ernst Ocwirk puis Drapeau de l'Italie Giuseppe Baldini
1965-1966 Drapeau de l'Italie Giuseppe Baldini et Drapeau de l'Italie Fulvio Bernardini
1966-1971 Drapeau de l'Italie Fulvio Bernardini
1971-1973 Drapeau du Paraguay Heriberto Herrera
1973-1974 Drapeau de l'Italie Guido Vincenzi
1974-1975 Drapeau de l'Italie Giulio Corsini
Période Entraîneur
1975-1977 Drapeau de l'Italie Eugenio Bersellini
1977-1978 Drapeau de l'Italie Giorgio Canali
1978-1979 Drapeau de l'Italie Giorgio Canali puis Drapeau de l'Italie Lamberto Giorgis
1979-1980 Drapeau de l'Italie Lamberto Giorgis puis Drapeau de l'Italie Lauro Toneatto
1980-1981 Drapeau de l'Italie Enzo Riccomini
1981-1982 Drapeau de l'Italie Enzo Riccomini puis Drapeau de l'Italie Renzo Ulivieri
1982-1984 Drapeau de l'Italie Renzo Ulivieri
1984-1986 Drapeau de l'Italie Eugenio Bersellini
1986-1992 Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Vujadin Boškov
1992-1997 Drapeau de la Suède Sven-Göran Eriksson
1997-1998 Drapeau de l’Argentine César Luis Menotti puis Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Vujadin Boškov
1998-1999 Drapeau de l'Italie Luciano Spalletti puis Drapeau de l'Angleterre David Platt et Drapeau de l'Italie Giorgio Veneri puis Drapeau de l'Italie Luciano Spalletti
1999-2000 Drapeau de l'Italie Giampiero Ventura
2000-2001 Drapeau de l'Italie Luigi Cagni
2001-2002 Drapeau de l'Italie Luigi Cagni puis Drapeau de l'Italie Gianfranco Bellotto
2002-2007 Drapeau de l'Italie Walter Novellino
2007-2009 Drapeau de l'Italie Walter Mazzarri
2009-2010 Drapeau de l'Italie Luigi Delneri
2010-2011 Drapeau de l'Italie Domenico Di Carlo
2011-nov. 2011 Drapeau de l'Italie Gianluca Atzori
nov. 2011-2012 Drapeau de l'Italie Giuseppe Iachini
2012-déc.2012 Drapeau de l'Italie Ciro Ferrara
déc.2012 - nov. 2013 Drapeau de l'Italie Delio Rossi

Présidents successifs[modifier | modifier le code]

Période Président
1946 Drapeau de l'Italie Piero Sanguineti
1946-1948 Drapeau de l'Italie Amedeo Rissotto
1948-1953 Drapeau de l'Italie Aldo Parodi
1953-1961 Drapeau de l'Italie Alberto Ravano
1961-1965 Drapeau de l'Italie Glauco Lolli Ghetti
1965-1966 Drapeau de l'Italie Enrico De Franceschini
1966-1968 Drapeau de l'Italie Arnaldo Salatti
1968-1973 Drapeau de l'Italie Mario Colantuoni
Période Président
1973-1974 Drapeau de l'Italie Giulio Rolandi
1974-1977 Drapeau de l'Italie Glauco Lolli Ghetti
1977-1979 Drapeau de l'Italie Edmondo Costa
1979-1993 Drapeau de l'Italie Paolo Mantovani
1993-2000 Drapeau de l'Italie Enrico Mantovani
2000-2002 Drapeau de l'Italie Enzo Garufi
2002 Drapeau de l'Italie Pietro Sgarlata
2002-2013 Drapeau de l'Italie Riccardo Garrone
2013- Drapeau de l'Italie Edoardo Garrone

Joueurs emblématiques du passé[modifier | modifier le code]

Cette section regroupe les principaux joueurs ayant marqués l'histoire de la Sampdoria. Le choix des joueurs évoqués ici provient essentiellement des résultats du vote organisé par le club en 2006 pour les soixante ans du club (lien ici). Pour avoir la liste complète des joueurs passés par la Sampdoria il faut voir la catégorie associée : Catégorie:Joueur de la Sampdoria Gênes

Ayant connu ses plus belles heures entre 1985 et 1994 beaucoup de joueurs de cette période ont marqué l'histoire de la Sampdoria. En premier lieu se trouve le duo d'attaquants Gianluca Vialli-Roberto Mancini. Le premier a évolué à la Sampdoria de 1984 à 1992 et a marqué 141 buts en 326 matchs toutes compétitions confondues. Il a entre autres inscrit les deux buts de la victoire en finale de la coupe des vainqueurs de coupe en 1990. De son côté Mancini est le recordman du club de but marqués et de matchs disputés (173 buts en 566 matchs) entre 1982 et 1997. Il serait toutefois injuste de réduire la Sampdoria de cette époque à ces deux joueurs. Un des autres piliers de cette époque est le défenseur central Pietro Vierchowod qui a totalisé 358 matchs pour le club entre 1983 et 1995. L'ailier chauve Attilio Lombardo a animé le couloir droit du milieu de terrain entre 1989 et 1995. Dans les buts le jeune Gianluca Pagliuca s'est révélé entre 1988 et 1994 et a été tellement performant qu'il est devenu le gardien titulaire de l'équipe d'Italie. L'arrière latéral Moreno Mannini a joué pendant quinze ans à Gênes (1984-1999) et fut aussi international italien.

Certains internationaux italiens réputés sont venus à la Sampdoria en fin de carrière. On peut citer le gardien de but Walter Zenga, le défenseur Riccardo Ferri et les milieux de terrain Alberigo Evani et Giuseppe Dossena. D'autres joueurs italiens ont laissé une trace, par leur fidélité, même si ça ne leur valut pas une reconnaissance internationale. L'arrière latéral Luca Pellegrini, 11 saisons au club entre 1980 et 1991. Le milieu de terrain Fausto Pari, 9 saisons au club entre 1983 et 1992. Giovanni Invernizzi, 8 saisons entre 1989 et 1997. D'autres ont laissé une bonne image malgré un passage plus court : Amedeo Carboni, Roberto Galia, Marco Lanna, ...

Au cours de cette période plusieurs étrangers ont eu un rôle important : le milieu international brésilien Toninho Cerezo (1986-1992), le défenseur allemand Hans-Peter Briegel (1986-1988), le milieu Slovène Srečko Katanec (1989-1995), l'international anglais David Platt (1993-1995), Alexei Mikhailichenko (1990-1991), l'attaquant hollandais Ruud Gullit (1993-1995) ou encore le milieu de terrain yougoslave Vladimir Jugović. Dans la deuxième moitié des années 90 Siniša Mihajlović, Clarence Seedorf, Juan Sebastián Verón et Ariel Ortega ont également joué à la Samp'. Au début des années 80 les premières stars étrangères venaient du Royaume-Uni avec Liam Brady, Trevor Francis et Graeme Souness.

Dans les années 90 deux jeunes attaquants italiens se sont révélés au plus haut niveau à la Sampdoria, Enrico Chiesa et Vincenzo Montella. Au début des années 2000 l'attaquant Francesco Flachi (1999-2007) a inscrit 107 en 250 matchs toute compétitions confondues. Le milieu défensif Sergio Volpi (2002-2008) a été pendant six ans le capitaine du club. D'autres joueurs ont laissé un bon souvenir lors de leur court passage lors de la dernière décennie : Fabio Quagliarella, Christian Maggio, Fabio Bazzani, Max Tonetto, Giulio Falcone, Francesco Antonioli, Aimo Diana, Luca Castellazzi, Claudio Bellucci, ...

Plusieurs français ont évolué à la Sampdoria (Alain Boghossian, Christian Karembeu, Pierre Laigle, Maryan Wisnieski, Oumar Dieng) mais aucun ne figure dans le classement donné pour le soixantième anniversaire. D'autres joueurs célèbres ont porté le maillot de la Samp' mais n'y ont pas vraiment réussi. On peut citer le champion du monde allemand Jürgen Klinsmann, le camerounais François Omam-Biyik, l'anglais Des Walker ou encore le triple meilleur buteur du championnat d'Italie Giuseppe Signori.

Dans les années 50,60 et 70 les stars se nommaient Todor Veselinović, Lennart Skoglund, Ernst Ocwirk, Vujadin Boskov (revenu plus tard comme entraineur), Marcello Lippi, Ernesto Cucchiaroni, Alviero Chiorri, Piero Battara, ...

Finales disputées[modifier | modifier le code]

Coupe d'Italie 1985[modifier | modifier le code]

30 juin 1985
Milan AC 0–1 Sampdoria Stade Giuseppe-Meazza, Milan

Graeme Souness But inscrit après 24 minutes 24e

3 juillet 1985
Sampdoria 2-1 Milan AC Stade Luigi Ferraris, Gênes

Roberto Mancini But inscrit après 41 minutes 41e (pén.)
Gianluca Vialli But inscrit après 61 minutes 61e

Pietro Paolo Virdis But inscrit après 66 minutes 66e

Coupe d'Italie 1986[modifier | modifier le code]

7 juin 1986
Sampdoria 2–1 AS Rome Stade Luigi Ferraris, Gênes

Roberto Mancini But inscrit après 19 minutes 19e
Roberto Galia But inscrit après 67 minutes 67e

Sandro Tovalieri But inscrit après 45 minutes 45e

7 juin 1986
AS Rome 2–0 Sampdoria Stadio Olimpico, Rome

Stefano Desideri But inscrit après 43 minutes 43e (pén.)
Toninho Cerezo But inscrit après 89 minutes 89e

Coupe d'Italie 1988[modifier | modifier le code]

5 mai 1988
Sampdoria 2–0 Torino FC Stade Luigi Ferraris, Gênes

Hans-Peter Briegel But inscrit après 10 minutes 10e
Gianluca Vialli But inscrit après 33 minutes 33e

19 mai 1988
Torino FC 2–1 (a. p.) Sampdoria Stadio Comunale, Turin

Pietro Vierchowod But inscrit après 5 minutes 5e (csc)
Antonio Paganin But inscrit après 35 minutes 35e (csc)

Fausto Salsano But inscrit après 112 minutes 112e

Supercoupe d'Italie 1988[modifier | modifier le code]

14 juin 1989
Milan AC 3-1 Sampdoria Stade Giuseppe-Meazza, Milan

Frank Rijkaard But inscrit après 18 minutes 18e
Graziano Mannari But inscrit après 72 minutes 72e
Marco van Basten But inscrit après 90 minutes 90e (pén.)

Gianluca Vialli But inscrit après 14 minutes 14e

Coupe des vainqueurs de coupes 1989[modifier | modifier le code]

10 mai 1989
FC Barcelone 2-0 Sampdoria Stade du Wankdorf, Berne

Julio Salinas But inscrit après 4 minutes 4e
Luis López Rekarte But inscrit après 79 minutes 79e

Coupe d'Italie 1989[modifier | modifier le code]

19 juin 1989
SSC Naples 1-0 Sampdoria Stadio San Paolo, Naples

Alessandro Renica But inscrit après 55 minutes 55e

28 juin 1989
Sampdoria 4-0 SSC Naples Stadio Giovanni Zini, Crémone

Gianluca Vialli But inscrit après 32 minutes 32e
Toninho Cerezo But inscrit après 38 minutes 38e
Pietro Vierchowod But inscrit après 47 minutes 47e
Roberto Mancini But inscrit après 59 minutes 59e (pén.)

Supercoupe d'Italie 1989[modifier | modifier le code]

29 septembre 1989
Inter Milan 2-0 Sampdoria Stade Giuseppe-Meazza, Milan

Enrico Cucchi But inscrit après 37 minutes 37e
Aldo Serena But inscrit après 86 minutes 86e

Coupe des vainqueurs de coupes 1990[modifier | modifier le code]

9 mai 1990
Sampdoria 2-0 (a. p.) RSC Anderlecht Ullevi, Göteborg

Gianluca Vialli But inscrit après 105 minutes 105e But inscrit après 107 minutes 107e

Supercoupe d'Europe 1990[modifier | modifier le code]

1er octobre 1990
Sampdoria 1-1 Milan AC Stade Luigi Ferraris, Gênes

Alexeï Mikhaïlitchenko But inscrit après 31 minutes 31e

Alberigo Evani But inscrit après 39 minutes 39e

29 novembre 1990
Milan AC 2–0 Sampdoria Stade Giuseppe-Meazza, Milan

Ruud Gullit But inscrit après 44 minutes 44e
Frank Rijkaard But inscrit après 76 minutes 76e

Coupe d'Italie 1991[modifier | modifier le code]

30 mai 1991
AS Rome 3-1 Sampdoria Stadio Olimpico, Rome

Luca Pellegrini But inscrit après 12 minutes 12e (csc)
Thomas Berthold But inscrit après 35 minutes 35e
Rudi Völler But inscrit après 40 minutes 40e (pén.)

Srečko Katanec But inscrit après 29 minutes 29e

9 juin 1991
Sampdoria 1–1 AS Rome Stade Luigi Ferraris, Gênes

Aldair But inscrit après 79 minutes 79e (csc)

Rudi Völler But inscrit après 56 minutes 56e (pén.)

Supercoupe d'Italie 1991[modifier | modifier le code]

24 août 1991
Sampdoria 1-0 AS Rome Stade Luigi Ferraris, Gênes

Roberto Mancini But inscrit après 75 minutes 75e

Ligue des champions 1992[modifier | modifier le code]

20 mai 1992
FC Barcelone 1-0 (a. p.) Sampdoria Wembley, Londres

Ronald Koeman But inscrit après 111 minutes 111e

Coupe d'Italie 1994[modifier | modifier le code]

6 avril 1994
Ancône 0-0 Sampdoria Stadio del Conero, Ancône
20 avril 1994
Sampdoria 6–1 Ancône Stade Luigi Ferraris, Gênes

Sebastiano Vecchiola But inscrit après 50 minutes 50e (csc)
Attilio Lombardo But inscrit après 58 minutes 58e But inscrit après 75 minutes 75e
Pietro Vierchowod But inscrit après 65 minutes 65e
Mauro Bertarelli But inscrit après 80 minutes 80e (pén.)
Alberigo Evani But inscrit après 85 minutes 85e (pén.)

Fabio Lupo But inscrit après 72 minutes 72e

Supercoupe d'Italie 1994[modifier | modifier le code]

28 août 1994
Milan AC 1-1 Sampdoria Stade Giuseppe-Meazza, Milan

Ruud Gullit But inscrit après 83 minutes 83e

Sinisa Mihajlovic But inscrit après 35 minutes 35e


Demetrio Albertini But inscrit
Zvonimir Boban But inscrit
Marco Simone But inscrit
Alessandro Costacurta But inscrit

Tirs au but

4-3


But inscrit David Platt
But inscrit Pietro Vierchowod
But inscrit Vladimir Jugović
Manqué Alberigo Evani
Manqué Siniša Mihajlović

Coupe d'Italie 2009[modifier | modifier le code]

13 mai 2009
Lazio Rome 1-1 Sampdoria Stadio Olimpico, Rome

Mauro Zárate But inscrit après 4 minutes 4e

Giampaolo Pazzini But inscrit après 31 minutes 31e


Cristian Ledesma But inscrit
Tommaso Rocchi Manqué
David Rozehnal But inscrit
Aleksandar Kolarov But inscrit
Mauro Zárate But inscrit
Stephan Lichtsteiner But inscrit
Ousmane Dabo But inscrit

Tirs au but

6-5


Manqué Antonio Cassano
But inscrit Angelo Palombo
But inscrit Giampaolo Pazzini
But inscrit Daniele Gastaldello
But inscrit Pietro Accardi
But inscrit Gennaro Delvecchio
Manqué Hugo Campagnaro

Parcours en championnat[modifier | modifier le code]

Saison Division Classement Points Journées V N D B.M. B.E. Diff.
1946-1947 Serie A 10 36 pts 38 14 8 16 56 52 +4
1947-1948 Serie A 14 36 pts 40 13 10 17 68 63 +5
1948-1949 Serie A 5 41 pts 38 16 9 13 74 63 +11
1949-1950 Serie A 13 33 pts 38 13 7 18 62 70 -8
1950-1951 Serie A 12 33 pts 38 12 9 17 51 76 -25
1951-1952 Serie A 7 41 pts 38 16 9 13 48 40 +8
1952-1953 Serie A 10 31 pts 34 9 13 12 37 43 -6
1953-1954 Serie A 8 34 pts 34 11 12 11 38 40 -2
1954-1955 Serie A 9 34 pts 34 11 12 11 54 44 +10
1955-1956 Serie A 6 35 pts 34 12 11 11 51 54 -3
1956-1957 Serie A 5 35 pts 34 12 11 11 59 56 +3
1957-1958 Serie A 12 30 pts 34 9 12 13 54 62 -8
1958-1959 Serie A 5 38 pts 34 15 8 11 50 44 +6
1959-1960 Serie A 8 35 pts 34 11 13 10 41 46 -5
1960-1961 Serie A 4 41 pts 34 17 7 10 54 51 +3
1961-1962 Serie A 10 30 pts 34 9 12 13 32 40 -8
1962-1963 Serie A 11 30 pts 34 11 8 15 41 50 -9
1963-1964 Serie A 15 27 pts 34 10 7 17 38 50 -12
1964-1965 Serie A 14 29 pts 34 9 11 14 19 30 -11
1965-1966 Serie A 16 27 pts 34 9 9 16 27 47 -20
1966-1967 Serie B 1 54 pts 38 20 14 4 47 19 +28
1967-1968 Serie A 10 27 pts 30 6 15 9 27 34 -7
1968-1969 Serie A 12 23 pts 30 5 13 12 21 27 -6
1969-1970 Serie A 13 24 pts 30 6 12 12 22 37 -15
1970-1971 Serie A 12 25 pts 30 6 13 11 30 34 -4
1971-1972 Serie A 8 28 pts 30 8 12 10 23 28 -5
1972-1973 Serie A 11 24 pts 30 5 14 11 16 25 -9
1973-1974 Serie A 13 20 pts* 30 5 13 12 27 34 -7
1974-1975 Serie A 12 24 pts 30 4 16 10 21 35 -14
1975-1976 Serie A 11 24 pts 30 8 8 14 21 32 -11
1976-1977 Serie A 14 24 pts 30 6 12 12 28 42 -14
1977-1978 Serie B 8 38 pts 38 12 14 12 41 37 +4
1978-1979 Serie B 9 36 pts 38 9 18 11 37 39 -2
1979-1980 Serie B 7 41 pts 38 10 21 7 33 27 +6
1980-1981 Serie B 5 43 pts 38 11 21 6 39 33 +6
1981-1982 Serie B 2 47 pts 38 17 13 8 41 25 +16
1982-1983 Serie A 7 31 pts 30 8 15 7 31 30 +1
1983-1984 Serie A 6 32 pts 30 12 8 10 36 30 +6
1984-1985 Serie A 4 37 pts 30 12 13 5 36 21 +15
1985-1986 Serie A 11 27 pts 30 8 11 11 27 25 +2
1986-1987 Serie A 6 35 pts 30 13 9 8 37 21 +16
1987-1988 Serie A 4 37 pts 30 13 11 6 41 30 +11
1988-1989 Serie A 5 39 pts 34 14 11 9 43 25 +18
1989-1990 Serie A 5 43 pts 34 16 11 7 46 26 +20
1990-1991 Serie A 1 51 pts 34 20 11 3 57 24 +33
1991-1992 Serie A 6 38 pts 34 11 16 7 38 31 +7
1992-1993 Serie A 7 36 pts 34 12 12 10 50 48 +2
1993-1994 Serie A 3 44 pts 34 18 8 8 64 39 +25
1994-1995 Serie A 8 50 pts* 34 13 11 10 51 37 +14
1995-1996 Serie A 8 52 pts 34 14 10 10 59 47 +12
1996-1997 Serie A 6 53 pts 34 14 11 9 60 46 +14
1997-1998 Serie A 8 48 pts 34 13 9 12 52 55 -3
1998-1999 Serie A 16 37 pts 34 9 10 15 38 55 -17
1999-2000 Serie B 5 62 pts 38 17 11 10 45 40 +5
2000-2001 Serie B 5 64 pts 38 16 16 6 60 38 +22
2001-2002 Serie B 10 48 pts 38 12 12 14 42 46 -4
2002-2003 Serie B 2 67 pts 38 17 16 5 53 31 +22
2003-2004 Serie A 8 46 pts 34 11 13 10 40 42 -2
2004-2005 Serie A 5 61 pts 38 17 10 11 42 29 +13
2005-2006 Serie A 12 41 pts 38 10 11 17 47 51 -4
2006-2007 Serie A 9 49 pts 38 13 10 15 44 48 -4
2007-2008 Serie A 6 60 pts 38 17 9 12 56 46 +10
2008-2009 Serie A 13 46 pts 38 11 13 14 49 52 -3
2009-2010 Serie A 4 67 pts 38 19 10 9 49 41 +8
2010-2011 Serie A 18 36 pts 38 8 12 18 33 49 -16
2011-2012 Serie B 6 67 pts 42 17 16 9 53 34 +19
  • En 1973-1974 le club s'est vu infligé par la fédération une déduction de trois points.
  • À partir de la saison 1994-1995 la victoire vaut trois points, contre deux auparavant.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  3. Seule la sélection la plus importante est indiquée.

Liens externes[modifier | modifier le code]