Associazione Sportiva Roma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis AS Rome)
Aller à : navigation, rechercher

AS Rome

Logo du AS Rome
Généralités
Nom complet Associazione Sportiva Roma
Surnoms Giallorossi (Jaunes et rouges), La Magica (La magique), I Lupi (Les loups), la Lupa (La louve)
Fondation 22 juillet 1927
(87 ans, 1 mois et 27 jours)
Couleurs jaune et rouge
Stade Stade olympique
(72 698 places)
Siège 248, Via Trigoria
00128 Rome
Championnat actuel Série A
Président Drapeau : États-Unis James Pallotta
Entraîneur Drapeau : France Rudi Garcia
Joueur le plus capé Drapeau : Italie Francesco Totti (707)
Meilleur buteur Drapeau : Italie Francesco Totti (290)
Site web www.asroma.it
Palmarès principal
National[1] Championnat d'Italie (3)
Coupe d'Italie (9)
Supercoupe d'Italie (2)
International[1] Coupe des villes de foires (1)
Coupe anglo-italienne (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2014-2015 de l'AS Rome
0

L'AS Rome (en italien, Associazione Sportiva Roma) est un club de football italien de la ville de Rome fondé le 22 juillet 1927.

Trois titres de champion d'Italie, neuf Coupes d'Italie, une Coupe des villes de foire et deux Supercoupe d'Italie composent le palmarès d'un des clubs les plus titrés et un des plus populaires du football italien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

Arbre généalogique de l'AS Rome.

L'Associazione Sportiva Roma est fondée le 22 juillet 1927. Durant cette époque, la ville de Rome possède déjà 5 clubs dans le championnat italien que sont l'Alba Audace, Fortitudo, Pro Roma, Roman F.C. et la Lazio. L'équipe dirigeante de la Lazio refuse toute discussion et finalement c'est la fusion des quatre autres clubs qui donne naissance à l'AS Rome. Le club évolue au départ dans le Motovelodromo Appio, puis dans le Campo Testaccio et le Stadio Flaminio (auparavant "Stadio Nazionale" et "Stadio Torino", depuis la tragédie de Superga ou l’équipe du Torino périt dans la chute de son avion), pour finalement s'installer dans le Stadio Olimpico construit en 1952.

L'AS Rome prend part à son premier championnat de Série A en 1929. Vice-champion en 1931 et en 1936, le club remporte son premier Scudetto en 1942 (il faudra attendre 1983 pour le second et 2001 pour le troisième). Le club est relégué en Série B à l'issue de la saison 1951 mais remonte directement en Série A la saison suivante.

Retour au premier plan[modifier | modifier le code]

L'arrivée de joueurs talentueux coïncide avec le retour au premier plan du club. En effet, Bruno Conti (champion du monde en 1982 avec l'Italie), Agostino Di Bartolomei, Roberto Pruzzo et le brésilien Falcão, permettent au club d'atteindre les meilleurs classements de son histoire. Le club romain est ainsi récompensé par le Scudetto en 1983 (devant la Juventus où évolue alors Michel Platini) et par une finale de Ligue des champions en 1984 (perdue face au Liverpool FC aux tirs au but 2-4). Le club est également vice-champion d'Italie en 1984 et 1986 et troisième en 1988, avant que le grand Milan AC de Marco van Basten et le SSC Naples de Diego Maradona ne prennent les commandes de la Série A. S'ajoutent aussi les victoires en Coupe d'Italie de football en 1980, 1981, 1984 et 1986.

Années 1990 : le calme plat[modifier | modifier le code]

Les années 1990 sont marquées par une absence de placements de relief en série A malgré la présence de joueurs champions du monde comme Rudi Völler, Thomas Hässler, Thomas Berthold, Vincent Candela, Aldair ou Cafú.

L'unique victoire intervient en Coupe d'Italie en 1991 contre la Sampdoria de Gênes plus une finale perdue face au Torino FC en 1993. En 1991 la Roma joue sa troisième finale européenne en Coupe UEFA, un match perdu contre l'Inter Milan 0-2 et 1-0.

Années 2000 : les Romains au sommet[modifier | modifier le code]

Le 17 juin 2001 – Roma-Parma 3–1: Les fans de célébrer le troisième titre

L'année 2001 marque le troisième et pour le moment dernier titre de championnat glané par l'AS Rome, grâce à un cocktail explosif en attaque composé de Gabriel Batistuta, Vincenzo Montella, et Marco Delvecchio avec l'émergence sans doute du meilleur joueur italien des années 2000, Francesco Totti. Cette même année le club remporte sa première Supercoupe d'Italie contre l'AC Fiorentina (3-0).

À partir de ce moment-là, l'AS Rome ne lâche plus les quatre premières places synonymes de Ligue des champions en compagnie de la Juventus, du Milan AC et de l'Inter Milan. La saison 2005-2006 est marquée par l'Affaire des matches truqués du Calcio où la Juve et le Milan AC sont mis en cause ; cela permet à l'AS Rome de retrouver une place de vice-champion et de se projeter « sereinement » sur la saison 2007. Après une belle campagne européenne, la Roma cède douloureusement en quarts de finale contre Manchester United 7-1. En championnat, malgré un parcours de champion, le club termine second, derrière l'Inter, véritable machine à gagner en cette saison 2006-2007. Mais c'est en Coupe d'Italie, après deux échecs successifs contre l'Inter Milan en finale, que la Roma prend sa revanche en triomphant de ces mêmes intéristes grâce à une victoire 6-2 à l'Olimpico. La défaite 2-1 à San Siro ne fera que confirmer l'avantage pris à l'aller. Francesco Totti, véritable symbole du club, soulèvera pour la première fois de sa carrière le trophée le 17 mai 2007.

Totti brandissant la Coppa Italia

Ensuite la Roma s'est aussi imposée en Supercoupe d'Italie (sa deuxième) 1-0 face à ces mêmes intéristes.

La Roma a réussi un bel exploit en éliminant le Real Madrid en Ligue des champions le 5 mars 2008 à Madrid sur le score de 2 à 1 pour le compte du match retour des huitième de finale (2-1 au match aller pour la Roma au stade Olimpico). Malheureusement, au tour suivant, la Roma se fait sortir par la meilleure équipe du moment, le Manchester United (0-2 et 0-1) pour la 2e année consécutive. À deux doigts de remporter le Scudetto 2008 (les Romains seront virtuellement leaders pendant une heure lors de la dernière journée), ceux-ci verront, impuissants car n'ayant pas leur sort entre leurs mains, les intéristes remporter un nouveau scudetto, avant de s'imposer face à ceux-ci au Stadio Olimpico pour le compte de la finale de la Coupe d'Italie, sur le score de 2-1, avec des buts de Philippe Mexès et Simone Perrotta.

À l'inter-saison, Matteo Ferrari quitte le club car il arrive en fin de contrat pour rejoindre le Genoa CFC, de même pour le Français Ludovic Giuly qui quitte le club pour rejoindre le Paris Saint-Germain ainsi que Mauro Esposito qui est prêté au Chievo Verone. La Roma compte comme première acquisition le Norvégien John Arne Riise (ex-joueur de Liverpool FC) et comme second le Brésilien Julio Baptista en provenance du Real Madrid. Président de la Roma depuis 1993, Franco Sensi décède le 17 août 2008 à la suite de complications d'une crise pulmonaire. À la fin du mois d’août 2008, après avoir perdu la supercoupe d’Italie contre l’Inter Milan à San Siro (2-2, puis 8-7 aux tirs au but), les Romains obtiennent le jeune attaquant français Jérémy Ménez en provenance de l’AS Monaco (contrat de 4 ans). Le 29 août 2008, la fille de Franco Sensi, Rosella Sensi devient la nouvelle présidente de l'AS Roma et succède ainsi à son père décédé quelques jours plus tôt.

De Rossi joueur emblématique du club.

Le déclin[modifier | modifier le code]

La saison 2008-2009 sera bien décevante pour les Giallorossi. Le début de saison est catastrophique, marqué par une série de défaites et notamment à domicile 0-4 face à l'Inter de Milan, une 17e place en championnat (record absolu depuis plus d'une cinquantaine d'années), et par une défaite à domicile 1-2 face à l'équipe roumaine du CFR Cluj en Ligue des champions. Au fil du temps, l'AS Roma retrouve de meilleurs résultats, notamment après sa victoire face à la SS Lazio lors du derby (1-0), et réalise une belle série de victoire en Série A, ce qui lui permet d'espérer encore à une 4e place, place qualificative pour la Ligue des champions. Dans cette compétition, les Romains se réveillent et terminent à la première place de leur groupe devant Chelsea, et les Girondins de Bordeaux, que les Romains condamnent à la 3e place au Stadio Olimpico lors de la dernière journée (2-0). Les Romains entament l'année 2009 par de bons résultats en championnat, qui les replacent directement dans la course à la 4e place, en signant notamment une belle victoire à domicile face à Genoa (3-0). Les Romains se retrouvent désormais en concurrence avec l'AC Fiorentina et Genoa. En Ligue des champions, les Romains héritent du club anglais d'Arsenal en 8e de finale. Malheureusement, les Romains se font éliminer au match retour, qu'ils remportent 1-0 accédant ainsi à la prolongation et aux tirs aux buts, mais qu'ils perdent la tête haute (6-7). Cette défaite abaisse considérablement le moral de l'équipe, qui traversera un deuxième passage à vide, et qui condamnera le club à une 6e place, quand même européenne.

On peut expliquer également les résultats de cette saison par un nombre importants de blessés qu'a dut subir le club tout au long de la saison. Lors du mois de mars, le trois-quart de l'effectif était inapte à se présenter aux différents matchs du club romain.

Rosella Sensi, présidente du club de 2008 à 2011.

Cette non-qualification en Ligue des champions aura également un impact financier sur l'AS Roma. Au cours de l'été, un groupe d'hommes d'affaires menés par Vinicio Fioranelli tentera de racheter le club à Rosella Sensi, mais en vain.

Retour aux sommets[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2009-2010, à la suite de victoires sur des scores fleuves en qualifications en Ligue Europa contre des équipes modestes et après deux journées de championnat, la Roma se retrouve seule sur la dernière marche du classement de Serie A. Luciano Spalletti prend alors la décision de démissionner de son poste d'entraîneur et est remplacé par Claudio Ranieri. L'espoir italien, Alberto Aquilani est vendu au Liverpool FC lors du mercato estival provoquant quelques déceptions chez les supporters. Après une victoire arrachée sur la pelouse de l'AC Sienne (1-2), Francesco Totti et ses coéquipiers chutent (2-0) lors de la première journée du groupe E de la Ligue Europa face au FC Bâle.

Le capitaine de la Roma
Francesco Totti

Le club de la louve finit l'année 2009 sur une série de dix matchs sans défaites toutes compétitions confondues (avec une victoire contre la SS Lazio), en accrochant la quatrième place face à Parme Football Club, ainsi qu'une qualification en seizième de finale de la Ligue Europa 2009-2010 contre le Panathinaïkos. Le 2 janvier 2010, Luca Toni signe à la Roma pour un prêt de six mois, avec option d'achat.

La deuxième partie de saison de la Roma s'avèrera être un véritable coup de tonnerre dans la hiérarchie de la Série A. Malgré une élimination en Ligue Europa contre le club grec de Panathinaïkos, Roma mènera en championnat une incroyable série de 24 résultats consécutifs sans concéder une défaite. Cette série est marquée par une victoire à l'extérieur contre la Juventus (1-2), arrachée par John Arne Riise dans les dernières minutes, et une victoire à domicile contre le leader, l'Inter Milan (2-1), grâce notamment à un but de Luca Toni. Quelques jours plus tard, à l'occasion d'une nouvelle victoire contre l'Atalanta (2-1), les hommes de Claudio Ranieri s'emparent de la tête de la Série A, s'ensuit un derby remporté contre la SS Lazio (2-1). Hélas, deux défaites, en championnat à domicile contre la Sampdoria (1-2) à trois journées de la fin de la saison et contre l'Inter Milan en finale de la Coupe d'Italie (0-1), les privent de titre. En championnat, le club termine une nouvelle fois dauphin de l'Inter Milan, un classement cependant inespéré lors du début de saison.

Après un début de saison catastrophique (deux défaite et deux nuls face à des équipes jouant le maintien), la Roma se reprend lors de la cinquième journée en battant à l'Olimpico l'Inter. L'AS Roma remonte alors petit à petit la pente, en championnat comme en Ligue des champions, pour arriver juste après la trêve à la troisième marche du podium, et se qualifiant en 1/8e de finale de Ligue des champions face au Shakhtar Donetsk. Les giallorossi se retrouvent même en course dans toutes les compétitions puisque c'est la Juventus qui en a fait les frais en 1/4 de finale de Coupe d'Italie. La partie retour de la série A est ponctuée de hauts et de bas. Si l'attaque romaine se montre parfois prolifique, la défense est trop fragile; aussi la Roma, après avoir mené au score de deux voire trois buts, est elle souvent rejointe, ou dépassée, comme face au Genoa. Ces défauts apparaissent notamment en Ligue des champions, où l'AS Rome est battue au Stadio Olimpico 2 buts à 3 par le Shakhtar Donetsk, puis balayée 3-0 au match retour. Claudio Ranieri démissionne de son poste d'entraineur, et est remplacé par Vincenzo Montella, ancien joueur chéri par le public romain. Si le succès semble revenir, la relation entre l'ancien joueur et certains nouveaux giallorossi est complexe, tumultueuse, comme avec le français Jérémy Menez. Néanmoins, l'AS Rome se retrouve à la lutte avec l'Udinese, la Juventus, Palerme et son rival de la Lazio dans la course pour l'Europe. Au final, l'AS Rome, avec 63 points, termine la saison 2010-2011 à la 6e place, 3 points derrière la Lazio, et se qualifie pour les barrages de la Ligue Europa.

Une nouvelle ère[modifier | modifier le code]

Au cours de l'été, le club de la Louve connait de profonds changements. La famille Sensi cède le contrôle du club à un groupe d'investisseurs américains, menés par Thomas DiBenedetto. Ce groupe achète 60 % des parts du club, pour environ 100 millions de dollars, faisant de l'AS Rome le premier club de série A majoritairement détenu par des étrangers. La famille Sensi, elle, conserve 40 % de l'AS Rome.

Les nouveaux propriétaires investissent rapidement dans le club. L'entraineur de la réserve du FC Barcelone, Luis Enrique, est embauché en remplacement de Vincenzo Montella. L'arrivée de l'espagnol développe une nouvelle politique de recrutement visant à miser sur des jeunes joueurs talenteux. L'argent récupéré par la vente de Jérémy Ménez au PSG, 8 millions d'euros, et de Mirko Vučinić, cédé 15 millions à la Juventus, aident certes, mais ne font pas tout, et il faut voir une réelle bonne volonté de la part des nouveaux dirigeants. Trois autres joueurs quittent l'effectif giallorosso, et non des moindres : Riise (Fulham) et le gardien de buts Doni (Liverpool), titulaire dans les années où la Roma se battait pour le titre face à l'Inter. Néanmoins, le club est actif sur le marché des achats :Le jeune talent Erik Lamela (River Plate), est recruté pour 12 millions d'euros. Gabriel Heinze, en fin de contrat, et Loïc Nego, jeune du FC Nantes, rejoignent la Roma. Avec Luis Enrique arrive aussi Bojan, acheté au FC Barcelone pour 12 millions d'euros. Pour garder les cages de la Louve, c'est Maarten Stekelenburg, ancien gardien de l'Ajax Amsterdam, qui est choisi. Enfin, pour remplacer Philippe Mexès, Luis Enrique se tourne vers Simon Kjær, international danois.

Le recrutement se poursuit après la déception en Europa League (élimination au premier tour contre le Slovan Bratislava). Miralem Pjanić arrive au club depuis l'Olympique lyonnais pour 11 millions d'euros. Deux prêts marquants sont conclus le dernier jour du mercato : Fabio Borini, prêté avec option d'achat pour 1.5 millions d'euros par Parme, et Fernando Gago qui est prêté par le Real Madrid.

Malgré ce recrutement et un projet de jeu ambitieux, la Roma de Luis Enrique connait une saison décevante. Elle est éliminée dès son entrée en Europa League et termine le championnat à une 7e place qui la prive de coupe d'Europe pour la première fois depuis la saison 1996-97. En plus de ce bilan elle perd les deux derbys romains après avoir été victorieux des 5 précédents. Luis Enrique décide donc de quitter le club, le 11 mai 2012, à l'issue de la saison en accord avec ses dirigeants.

Le retour raté de Zdeněk Zeman[modifier | modifier le code]

Michael Bradley face en Henry en match amical

Dès lors les premières rumeurs de succession pleuvent, André Villas-Boas, Didier Deschamps, Luciano Spalletti et un retour de Vincenzo Montella sont évoqués. Mais c'est finalement Zdeněk Zeman, qui, tout juste auréolé du titre de champion de série B avec Pescara fait son retour dans la capitale italienne 13 ans après l'avoir quittée.

Grand révélateur de jeunes talents, l'entraineur tchèque profite du mercato d'été pour rajeunir l'effectif romain en faisant signer pas moins de 7 joueurs de moins de 24ans: Dodô, Panagiotis Tachtsidis, Michael Bradley, Jonatan Lucca, Ivan Piris, Marquinhos et Mattia Destro. Federico Balzaretti vient également renforcer la défense romaine qui manquait d'un arrière gauche de haut niveau depuis le départ de John Arne Riise. En plus de ces nouvelles recrues, il intègre progressivement à l'équipe première les jeunes très prometteur de la Primavera Giallorossa que sont Alessandro Florenzi élu meilleur jeune de Serie B, Nico Lopez, Alessio Romagnoli. Il procède également à un allègement de l'effectif en laissant partir plusieurs joueurs qui n'entrent plus dans les plans romains (dont certains depuis des années) : Cicinho, Fabio Simplicio, Juan, Fabio Borini, Antunes, Stefano Okaka Chuka, Aleandro Rosi, Gianluca Curci, Matteo Brighi, Leandro Greco, David Pizarro, Marco Borriello, Jose Angel. Fernando Gago et Simon Kjær qui étaient prêté la saison précédente ne sont eux pas conservés au contraire du brésilien Marquinho. Lors du début de saison, James Pallotta succède à DiBenedetto en tant que président du club. Pallotta nommera Italo Zanzi comme son délégué en Italie. Malgré quelques rares performances de haut niveau face au Milan, l'Inter ou encore la Fiorentina le jeu de Zeman ne prend pas. La Roma affiche l'une des pires défenses du championnat et il se fait limoger début 2013 après une série de 5 matchs sans victoire en Serie A.

En remplaçant du "Boemo" c'est un homme de l'ombre qui est choisi, en effet Aurelio Andreazzoli, Adjoint notamment de Luciano Spalletti, de Vincenzo Montella (lorsque celui-ci était intérimaire) mais aussi des deux derniers entraîneurs, est choisi pour au moins assurer une fin de saison correcte. Son premier match se soldera par un échec Face à la Sampdoria mais il enchaînera ensuite un parcours plus que correcte, en effet on arrive a 8 victoires, 3 matchs nuls et 3 défaites. Il Manquera son seul rendez vous d l'année, à savoir la Finale de la Coppa Italia, mais face à la Lazio, club rival de toujours. Cette défaite poussera les supporters, humilié, à remettre les dirigeants en cause.

Rudi Garcia ou l'homme providentiel[modifier | modifier le code]

Maicon sous le maillot romain

Le mercredi 12 juin 2013, le club officialise l'arrivée de Rudi Garcia, en provenance du LOSC, au poste d'entraîneur pour une durée de 2 ans. Le français récupère une équipe meurtrit par l'humiliation subit en finale de la Coppa Italia. Le recrutement est axé sur des hommes d'expérience au tempérament de leader (De Sanctis, Benatia, Maicon, Strootman) et sur des joueurs en quête de revanche (Maicon, Gervinho, Ljajic).

Rudi Garcia parvient à ressusciter le groupe romain à tel point qu'ils réalisent un début de saison historique en enchainant 10 victoires consécutives lors des 10 premières journées de championnat (record de la Serie A battu). Réalisant au passage plusieurs performances qui marquent les esprits, 2-0 face à Naples et un cinglant 3-0 sur le terrain de l'Inter.

Ils perdent la tête du championnat suite à une fin d'année compliquée, ponctuée par les blessures de Totti, Balzaretti et Gervinho. Ils parviennent tout de même à tenir le rythme infernal imprimé par la Juventus Turin jusqu'en toute fin de saison. Nombreux sont les connaisseurs de Serie A a réalisé que la Roma aurait été championne avec un tel total de points final si la Juventus n'avait pas réalisé sa saison record. À noter également qu'ils échouent au porte de la finale de la Coupe d'Italie en étant éliminé par Naples en demi-finale (victoire 3-2 à Rome, défaite 3-0 à Naples) et perdant Strootman sur blessure jusqu'en fin de saison au passage (brillamentt suppléer par l'arrivée de Radja Nainggolan).

Au final Rudi Garcia, en tant que première entraineur français à travailler en Serie A, réalise une saison record pour le club. En effet, lui et ses troupes battent de nombreux records du club. Record de victoires (26), record de points (85 pts, record absolu de l’histoire du club et second meilleur total d’un 2ème de Serie A, depuis le retour à 20 clubs), record de buts encaissés (25).

Concernant les performances individuelles, Totti et Gervinho terminent co-meilleurs passeurs du championnat (10 passes décisives chacun) et Mattia Destro malgré le fait qu'il ait joué l'équivalent d'une moitié de saison termine avec 13 buts inscrits en 18 matchs joués.

Après les belles promesses entrevues au terme de cette saison, la Roma est déterminé à redémarrer la Saison 2014-2015 avec l'ambition de remporter le Scudetto. Les romains ne tardent pas à joindre l'acte aux paroles en menant un mercato tambour battant.

Grâce au travail exemplaire de son directeur sportif Walter Sabatini, ils parviennent à renforcer leur banc en prévision des nombreux matchs à venir avec comme ligne directrice de faire un mix entre expérience et jeunes talents. Dans cette optique ils parviennent à signer Seydou Keita, Ashley Cole et Urby Emanuelson qui étaient libre de tout contrat. À cela viennent s'ajouter de jeunes talents parmi les plus prometteurs, Salih Uçan, Leandro Paredes et Juan Manuel Iturbe pour lequel la magica casse sa tirelire (22M€) rejoignent la ville éternelle.

Mais le principal coup de maitre de Sabatini est réalisé lorsqu'il parvient à chiper le défenseur international italien Davide Astori à l'ennemi de toujours la Lazio qui négociait pourtant pour sa venue depuis plusieurs semaines avec Cagliari.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule les performances de l'Associazione sportiva Roma dans les diverses compétitions italiennes et européennes. Les Romains n'ont pas souvent brillé en Coupe d'Europe si ce n'est deux finales de Ligue des champions et Coupe UEFA.

Côté italien, si la Juventus reste le club le plus souvent couronné avec vingt-sept titres de champion d'Italie professionnel, l'AS Roma occupe avec trois titres la huitième place devant la SS Lazio, l'AC Fiorentina et le SSC Naples, qui ont remporté deux titres.

La Coupe d'Italie est une compétition qu'affectionne le club romain puisque qu'avec la Juventus, l'Associazione sportiva Roma détient le record de victoires finales avec 9 titres.

Palmarès de l'AS Roma
Compétitions internationales Compétitions nationales
Compétitions nationales et régionales disparues Compétitions de jeunes
  • Championnat d'Italie Centro-Sud (3)
  • Championnat et Coupes interégionales (4)
  • Championnat et coupes laziales (10)
  • Championnat et coupes romaines (30)
  • FIFA Youth Cup - Championnat du monde Juniors (1)
  • Supercoupe d'Italie Primavera (1)
  • Coupe Lazio Allievi (2)
  • Coupe Lazio Giovanissimi (2)
Tournois saisonniers
  • Coupe Ottorino Barassi (1)
  • World Series of Football (1)

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule les différents présidents de l'AS Roma depuis sa création en 1927.

Présidents de l'AS Roma
Rang Nom Période
1 Drapeau : Italie Italo Foschi 1927-1928
2 Drapeau : Italie Renato Sacerdoti 1928-1935
3 Drapeau : Italie Vittorio Scialoja 1935-1936
4 Drapeau : Italie Igino Betti 1936-1941
5 Drapeau : Italie Edgardo Bazzini 1941-1944
6 Drapeau : Italie Pietro Baldassarre 1944-1949
7 Drapeau : Italie Pier Carlo Restagno 1949-1952
8 Drapeau : Italie Romolo Vaselli 1952
9 Drapeau : Italie Renato Sacerdoti 1952-1958
10 Drapeau : Italie Anacleto Gianni 1958-1962
11 Drapeau : Italie Francesco Marini-Dettina 1962-1965
12 Drapeau : Italie Franco Evangelisti 1965-1968
Rang Nom Période
13 Drapeau : Italie Francesco Ranucci 1968-1969
14 Drapeau : Italie Alvaro Marchini 1969-1971
15 Drapeau : Italie Gaetano Anzalone 1971-1979
16 Drapeau : Italie Dino Viola 1979-1991
17 Drapeau : Italie Flora Viola 1991
18 Drapeau : Italie Giuseppe Ciarrapico 1991-1993
19 Drapeau : Italie Ciro Di Martino 1993
20 Drapeau : Italie Franco Sensi 1993-2008
21 Drapeau : Italie Rosella Sensi 2008-2011
22 Drapeau : États-Unis Thomas R. Di Benedetto 2011-2012
23 Drapeau : États-Unis James Pallotta 2012-

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Les tableaux suivants récapitulent les différents entraîneurs de l'AS Roma depuis sa création en 1927.

Entraîneurs de l'AS Roma
Rang Nom Période
1 Drapeau : Angleterre William Garbutt 1927-1929
2 Drapeau : Italie Guido Baccani 1929-1930
3 Drapeau : Angleterre Herbert Burgess 1930–1932
4 Drapeau : Hongrie Lászlo Barr 1932–1933
5 Drapeau : Hongrie Lajos Kovács 1933–1934
6 Drapeau : Italie Luigi Barbesino 1934–1938
7 Drapeau : Italie Guido Ara 1938–1939
8 Drapeau : Hongrie Alfréd Schaffer 1939–1942
9 Drapeau : Hongrie Géza Kertész 1942-1943
10 Drapeau : Italie Guido Masetti 1943-1945
11 Drapeau : Italie Giovanni Degni 1945-1947
12 Drapeau : Hongrie Imre Senkey 1947–1948
13 Drapeau : Italie Luigi Brunella 1948–1949
14 Drapeau : Italie Fulvio Bernardini 1949–1950
15 Drapeau : Italie Adolfo Baloncieri 1950
16 Drapeau : Italie Pietro Serantoni 1950
17 Drapeau : Italie Guido Masetti 1950–1951
18 Drapeau : Italie Giuseppe Viani 1951-1953
19 Drapeau : Italie Mario Varglien 1953-1954
20 Drapeau : Angleterre Jesse Carver 1954-1956
21 Drapeau : Hongrie György Sarosi 1956
22 Drapeau : Italie Guido Masetti 1956–1957
Rang Nom Période
23 Drapeau : Angleterre Alec Stock 1957–1958
24 Drapeau : Suède Gunnar Nordahl 1958–1959
25 Drapeau : Hongrie György Sarosi 1959-1960
26 Drapeau : Italie Alfredo Foni 1960–1961
27 Drapeau : Argentine Luis Carniglia 1961-1963
28 Drapeau : Albanie Naim Krieziu 1963
29 Drapeau : Italie Alfredo Foni 1963-1964
30 Drapeau : Espagne Luis Miró 1964–1965
31 Drapeau : Argentine Juan Carlos Lorenzo 1965–1966
32 Drapeau : Italie Oronzo Pugliese 1966–1968
33 Drapeau : Argentine Helenio Herrera 1968–1970
34 Drapeau : Italie Luciano Tessari 1970
35 Drapeau : Argentine Helenio Herrera 1971–1972
36 Drapeau : Italie Tonino Trebiciani 1972-1973
37 Drapeau : Suède Nils Liedholm 1974-1977
38 Drapeau : Italie Gustavo Giagnoni 1978-1979
39 Drapeau : Italie Ferruccio Valcareggi 1979–1980
40 Drapeau : Suède Nils Liedholm 1980-1984
41 Drapeau : Suède Sven-Göran Eriksson 1984-1986
42 Drapeau : Italie Angelo Sormani 1986-1988
43 Drapeau : Suède Nils Liedholm 1988
44 Drapeau : Italie Luciano Spinosi 1988–1989
Rang Nom Période
45 Drapeau : Italie Luigi Radice 1989-1990
46 Drapeau : Italie Ottavio Bianchi 1990-1992
47 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Vujadin Boškov 1992-1993
48 Drapeau : Italie Carlo Mazzone 1993-1996
49 Drapeau : Argentine Carlos Bianchi 1996
50 Drapeau : Suède Nils Liedholm 1996
51 Drapeau : Italie Ezio Sella 1996
52 Drapeau : République tchèque Zdeněk Zeman 1997-1999
53 Drapeau : Italie Fabio Capello 1999-2004
54 Drapeau : Italie Cesare Prandelli 2004
55 Drapeau : Allemagne Rudi Völler 2004
56 Drapeau : Italie Luigi Delneri 2004-2005
57 Drapeau : Italie Bruno Conti 2005
58 Drapeau : Italie Luciano Spalletti 2005-2009
59 Drapeau : Italie Claudio Ranieri 2009-fév. 2011
60 Drapeau : Italie Vincenzo Montella fév. 2011-2011
61 Drapeau : Espagne Luis Enrique 2011-2012
62 Drapeau : République tchèque Zdeněk Zeman 2012-fév. 2013
63 Drapeau : Italie Aurelio Andreazzoli fév. 2013-2013
64 Drapeau : France Rudi Garcia 2013-

Joueurs[modifier | modifier le code]

Effectif actuel (2014-2015)[modifier | modifier le code]

Effectif de la saison 2014-2015 au 16 juillet 2014
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[2] Nom Date de naissance Sélection[3] Club précédent
1 G Drapeau : Roumanie Lobonţ, BogdanBogdan Lobonţ 18/1/1978 (36 ans) Roumanie Dinamo Bucarest
26 G Drapeau de l'Italie De Sanctis, MorganMorgan De Sanctis 26/3/1977 (37 ans) Italie SSC Naples
28 G Drapeau de la Pologne Skorupski, ŁukaszŁukasz Skorupski 5/5/1991 (23 ans) Pologne Górnik Zabrze
- G Drapeau de l'Italie Curci, GianlucaGianluca Curci 12/7/1985 (29 ans) Italie espoirs Bologne FC
2 D Drapeau de la France flèche vers la droite Yanga-Mbiwa, MapouMapou Yanga-Mbiwa 15/5/1989 (25 ans) France Newcastle UFC
3 D Drapeau de l'Angleterre Cole, AshleyAshley Cole 20/12/1980 (33 ans) Angleterre Chelsea FC
5 D Drapeau du Brésil Castán, LeandroLeandro Castán 5/11/1986 (27 ans) Brésil SC Corinthians
13 D Drapeau du Brésil Maicon, Maicon 26/7/1981 (33 ans) Brésil Manchester City
23 D Drapeau de l'Italie Astori, DavideDavide Astori 7/1/1987 (27 ans) Italie Cagliari
25 D Drapeau de la Grèce Holebas, JoséJosé Holebas 27/6/1984 (30 ans) Grèce Olympiacos
35 D Drapeau de la Grèce Torosídis, VasílisVasílis Torosídis 10/6/1985 (29 ans) Grèce Olympiacos
42 D Drapeau de l'Italie Balzaretti, FedericoFederico Balzaretti 6/12/1981 (32 ans) Italie US Palerme
44 D Drapeau de la Grèce Manolas, KostasKostas Manolas 14/6/1991 (23 ans) Grèce Olympiacos
82 D Drapeau des Pays-Bas Emanuelson, UrbyUrby Emanuelson 16/6/1986 (28 ans) Pays-Bas Milan AC
4 M Drapeau de la Belgique Nainggolan, RadjaRadja Nainggolan 4/5/1988 (26 ans) Belgique Cagliari
6 M Drapeau des Pays-Bas Strootman, KevinKevin Strootman 13/2/1990 (24 ans) Pays-Bas PSV Eindhoven
15 M Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Pjanić, MiralemMiralem Pjanić 2/4/1990 (24 ans) Bosnie-Herzégovine Olympique Lyonnais
16 M Drapeau de l'Italie De Rossi, DanieleDaniele De Rossi 24/7/1983 (31 ans) Italie Formé au club
20 M Drapeau du Mali Keita, SeydouSeydou Keita 16/1/1980 (34 ans) Mali FC Valence
24 M Drapeau de l'Italie Florenzi, AlessandroAlessandro Florenzi 11/3/1991 (23 ans) Italie Formé au club
32 M Drapeau de l’Argentine flèche vers la droite Paredes, LeandroLeandro Paredes 29/6/1994 (20 ans) Argentine -17 ans Boca Juniors
48 M Drapeau de la Turquie flèche vers la droite Uçan, SalihSalih Uçan 6/1/1994 (20 ans) Turquie Fenerbahçe SK
7 A Drapeau de l’Argentine Iturbe, Juan ManuelJuan Manuel Iturbe 4/6/1993 (21 ans) Argentine -20 ans Hellas Vérone
8 A Drapeau : Serbie Ljajić, AdemAdem Ljajić 29/9/1991 (22 ans) Serbie AC Fiorentina
9 A Drapeau de l'Italie Borriello, MarcoMarco Borriello 18/6/1982 (32 ans) Italie Milan AC
10 A Drapeau de l'Italie Totti, FrancescoFrancesco Totti Capitaine 27/9/1976 (37 ans) Italie Formé au club
22 A Drapeau de l'Italie Destro, MattiaMattia Destro 20/3/1991 (23 ans) Italie AC Sienne
27 A Drapeau : Côte d'Ivoire Gervinho, Gervinho 27/5/1986 (28 ans) Côte d'Ivoire Arsenal FC
96 A Drapeau du Paraguay Sanabria, AntonioAntonio Sanabria 4/3/1996 (18 ans) Paraguay FC Barcelone
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : Italie Roberto Ferola
  • Drapeau : Italie Massimo Neri
  • Drapeau : Italie Vito Scala
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : Italie Guido Nanni



Légende

Consultez la documentation du modèle

Prêts et copropriétés[modifier | modifier le code]

Joueurs en prêts et copropriétés
P. Nat. Nom Date de naissance Type Club
D Drapeau : Italie Luca Antei 19 avril 1992 (22 ans) Copropriété Drapeau : Italie US Sassuolo
D Drapeau : Italie Federico Barba 1er septembre 1993 (21 ans) Copropriété Drapeau : Italie Empoli FC
D Drapeau : Italie Alessio Romagnoli 12 janvier 1995 (19 ans) Prêt Drapeau : Italie UC Sampdoria
D Drapeau : Croatie Tin Jedvaj 28 novembre 1995 (18 ans) Prêt Drapeau : AllemagneBayer Leverkusen
D Drapeau : Italie Simone Sini 9 avril 1992 (22 ans) Prêt Drapeau : Italie AC Pise
D Drapeau : Italie Alessandro Crescenzi 25 septembre 1991 (22 ans) Prêt Drapeau : Italie AC Pérouse
D Drapeau : Italie Paolo Frascatore 4 janvier 1992 (22 ans) Prêt Drapeau : Italie US Pistoiese
D Drapeau : Serbie Petar Golubovic 13 juillet 1994 (20 ans) Prêt Drapeau : Italie US Pistoiese
D Drapeau : Roumanie Deian Boldor 3 février 1995 (19 ans) Prêt Drapeau : Italie Delfino Pescara
D Drapeau : Roumanie Mihai Balasa 14 janvier 1995 (19 ans) Prêt Drapeau : Italie FC Crotone
M Drapeau : Italie Andrea Bertolacci 11 janvier 1991 (23 ans) Copropriété Drapeau : Italie Genoa CFC
M Drapeau : Roumanie Adrian Stoian 11 février 1991 (23 ans) Copropriété Drapeau : Italie Chievo Verone
M Drapeau : Brésil Marquinho 3 juillet 1986 (28 ans) Prêt Drapeau de l'Arabie saoudite Al Ittihad
M Drapeau : Colombie Carlos Carbonero 25 juillet 1990 (24 ans) Prêt Drapeau : Italie AC Cesena
M Drapeau : Italie Federico Viviani 24 mars 1992 (22 ans) Prêt Drapeau : Italie Latina
M Drapeau : Italie Luca Mazzitelli 15 novembre 1995 (18 ans) Prêt Drapeau : Italie FC Südtirol
M Drapeau : Italie Amato Ciciretti 31 décembre 1993 (20 ans) Prêt Drapeau : Italie US Pistoiese
A Drapeau : Italie Gianluca Caprari 30 juillet 1993 (21 ans) Copropriété Drapeau : Italie Delfino Pescara
A Drapeau : Italie Matteo Politano 3 août 1993 (21 ans) Copropriété Drapeau : Italie Delfino Pescara
A Drapeau : Côte d'Ivoire Junior Tallo 21 décembre 1992 (21 ans) Prêt Drapeau : France SC Bastia
A Drapeau : Cameroun Cedric Njiki Tchoutou 15 mai 1995 (19 ans) Prêt Drapeau : France Nîmes
A Drapeau : Italie Federico Ricci 27 mai 1994 (20 ans) Prêt Drapeau : Italie FC Crotone
A Drapeau : Italie Stefano Pettinari 27 janvier 1992 (22 ans) Prêt Drapeau : Italie Latina
A Drapeau : Suède Valmir Berisha 6 juin 1996 (18 ans) Prêt Drapeau : Grèce Panathinaïkos
A Drapeau : Italie Giammario Piscitella 24 mars 1993 (21 ans) Prêt Drapeau : Italie US Pistoiese
A Drapeau : Italie Marco Frediani 13 mars 1994 (20 ans) Prêt Drapeau : Italie AC Pise


Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]
Hall of Fame[modifier | modifier le code]

Depuis 2012, l'AS Roma, via son site internet, a créé un Hall of Fame où les tifosi peuvent voter pour les joueurs qu'ils jugent apte de l'intégrer. Voici le résultat obtenu (entre parenthèse leur année d'ajout):

Gardiens

Défenseurs

Milieux

Attaquants

Structures du club[modifier | modifier le code]

Stades[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Stadio Nazionale del P.N.F. et Stadio olimpico.

Le club joue de 1927 à 1929 au Motovelodromo Appio, de 1929 à 1940 au Campo Testaccio et de 1940 à 1953 au Stadio Nazionale del P.N.F., créé en 1911 et pouvant accueillir jusqu'à 50 000 spectateurs.

Le Stadio olimpico est depuis 1953 le stade où évolue l'Associazione sportiva Roma. Le match d'inauguration est joué le 17 mai 1953 opposant l'Italie et la Hongrie. Le Stadio Olimpico est la propriété du comité national olympique italien. Le stade connaît plusieurs liftings, en 1953 notamment et à l'occasion de la Coupe du monde 1990. Le Stadio olimpico devient ainsi le premier stade d'Italie en termes de places disponibles, devant le Stadio Giuseppe Meazza, avec une capacité de 82 656 spectateurs. En plus de cela, il fait également partie des deux stades italiens évalués par l'UEFA au rang de stades « cinq étoiles » (classement remplacé en 2006 par la « catégorie 4 UEFA »). En raison de la finale de la Ligue des champions 2009, le stade se voit réduire sa capacité de 9 758 places pour assurer une meilleure sécurité.

Le 29 septembre 2009, Rosella Sensi, en présence du maire de Rome, Gianni Alemanno, a présenté le projet du futur stade Franco Sensi de l'AS Roma, à une capacité portée à 55 000 places[4]. Projet qui sera abandonné suite au changement de présidence du club.

Le club de la SS Lazio, jouant en Championnat d'Italie de football comme l'AS Roma, évolue également au Stadio olimpico. En décembre 2012, le président du club James Pallotta annonce la construction d'un nouveau stade à Tor di Valle d'une capacité de 55 000 places dont l’inauguration est prévue pour 2016.

Centre d'entraînement Fulvio-Bernardini[modifier | modifier le code]

Le centre d'entraînement de Trigoria est inauguré en 23 juillet 1978, après avoir été acquis par Gaetano Anzalone, alors président de l'AS Roma.

Ce centre est situé au sud-est de Rome, à Trigoria. Le 13 janvier 1984, le centre est renommé « Centre d'entraînement Fulvio-Bernardini », en l'hommage à l'ancien entraîneur et joueur du club.

Identité du club[modifier | modifier le code]

Le logo de l'AS Roma se base sur la naissance de Rome et l'allaitement de Romulus et Rémus. Le logo a été revu lors de l'année 1998, avant d'être modifié en 2013.

Avant l'apparition de ce logo, l'AS Roma évoluait avec un autre logo qui apparaissait être un loup, surnommé "Il Lupetto"

Le 22 mai 2013 est sorti un nouveau logo, plus une retouche qu'une modification. La forme du blason n'est pas modifiée, seule la louve est "modernisée" et le sigle historique "ASR" remplacé par "ROMA" ainsi que la date de fondation du club 1927. Celui-ci est hué par une partie des tifosi ce qui oblige les dirigeants, à annoncé une révision de ce dernier, en engageant Piero Gratton, qui avait créé le logo de 1978.[réf. nécessaire] Néanmoins quelques mois après ce changement même si la contestation est toujours présente chez de nombreux tifosi, l'absence de nouvelle de la direction à ce sujet semble indiquer que le "nouveau logo" va bel et bien rester sous sa forme actuelle, les associations de supporters ne réussissant pas à se faire entendre ou plutôt n'étant pas été écoutées par la nouvelle direction.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  3. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  4. « Le projet du Stade Franco Sensi présenté aujourd'hui », sur www.coupfranc.fr (consulté le 15 janvier 2011)