Dynamo Kiev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dynamo Kiev

Logo du Dynamo Kiev
Généralités
Fondation 13 mai 1927
Couleurs Blanc
Stade Dynamo Lobanovski - Stade olympique de Kiev
(16 888 - 70 050 places)
Siège M. Grushevskogo Str. 3
01001 Kyiv
Championnat actuel Championnat d'Ukraine
Président Drapeau : Ukraine Ihor Surkis (en)
Site web fcdynamo.kiev.ua
Palmarès principal
National[1] Championnat d'Ukraine (13)
Coupe d'Ukraine (10)
Supercoupe d'Ukraine (5)
Championnat d'URSS (13)
Coupe d'URSS (9)
Supercoupe d'URSS (3)
International[1] Supercoupe de l'UEFA (1)
Coupe des Coupes (2)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat d'Ukraine de football 2012-2013
0

Le Dynamo Kiev (en ukrainien : Динамо Київ, Dynamo Kyiv) est un club ukrainien de football, basé à Kiev.

Le club est fondé en 1927 sous l'égide de l'organisation sportive soviétique Dynamo (en) (comme de nombreux autres clubs, dont le Dynamo Moscou ou le Dynamo Minsk), créée en 1923 par la police politique soviétique GPU, ancêtre des polices KGB, NKVD et MVD.

Sous l'ère de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), le Dynamo est l'un des rares clubs hors de Moscou à avoir pu rivaliser en championnat (dont il remporte 13 éditions (un record)), ce qui en a fait aux yeux des Ukrainiens une sorte de sélection nationale avant l'effondrement de l'Union soviétique. Le club remporte deux Coupes d'Europe des vainqueurs de coupes en 1975 et 1986 ainsi que la Supercoupe de l'UEFA en 1975, grâce notamment à des joueurs légendaires tels qu'Oleg Blokhine ou Igor Belanov, tous deux vainqueurs du Ballon d'or sous le maillot du Dynamo.

Après l'indépendance du pays et la mise en place d'un championnat national ukrainien, le Dynamo en prend naturellement le fauteuil de leader en remportant onze des quinze premières éditions du championnat. Depuis le milieu des années 2000, il est concurrencé sur la scène nationale par le FC Chakhtior Donetsk, longtemps resté dans l'ombre.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Dynamo Kiev est fondé en novembre 1927 par Sergueï Barminski et Nikolaï Channikov[2]. Le club dispute son premier match le 17 juin 1928 contre une formation d'Odessa qui se termine sur le score de deux buts partout, puis quelques mois plus tard le club encaisse une sévère défaite six buts à deux contre le Dynamo Moscou[2].

Affiche du « match de la mort »

En 1936, le club intègre le championnat d'URSS, nouvellement créé, où pour son premier match il encaisse encore une défaite sévère cinq buts à un contre le Dynamo Moscou[2]. En 1942, l'Ukraine est occupée par les nazis et le championnat soviétique de football interrompu. De nombreux joueurs du Dynamo continuent à pratiquer le football en amateur au sein d'une équipe baptisée « Старт » ((en français : « départ »)), composée de huit licenciés du Dynamo (Nikolaï Troussevitch, Mikhaïl Sviridovski, Nikolaï Korotkikh, Alexeï Klimenko, Fiodor Tioutchev, Mikhaïl Poutistine, Ivan Kouzmenko, Makar Gontcharenko) et trois du Lokomotiv Kiev (Vladimir Balakine, Vassili Soukharev, Mikhaïl Melnik). Invitée à jouer une série de matchs contre des équipes des armées d'occupation à l'été 1942, l'équipe ukrainienne remporte tous les matchs, souvent de manière écrasante, dont une victoire sur Flakelf connue comme « le match de la mort » (russe : Матч смерти). En août, plusieurs joueurs de l'équipe sont arrêtés et torturés par la Gestapo — Korotkikh y laisse la vie — avant d'être envoyés au camp de concentration de Siretz (en). En février 1943, un tiers des prisonniers est fusillé, dont Kouzmenko, Klymenko et Nikolaï Troussevitch, en représailles d'une attaque de la résistance. Cet épisode inspire l'histoire du film À nous la victoire, sorti en 1981.

Le club remporte son premier titre en 1954, la Coupe d'Union soviétique, en battant respectivement le Spartak Vilnius quatre buts à deux, le Spartak Moscou trois buts à un, le CDKA Moscou trois buts à un après prolongation, le Zénit Leningrad un but à zéro après prolongation puis le Spartak Erevan en finale sur le score de deux buts à un[2].

Au début des années 1960, sous l'impulsion d'une nouvelle génération de jeune joueurs, le club termine second du championnat en 1960 avant d'être le premier club non-moscovite à remporter le championnat soviétique en 1961. L'équipe dirigée par Viatcheslav Solovev ne perd que trois des trente matchs de la saison, grâce notamment à sa ligne d'attaque composée de Oleg Bazilevitch, Viktor Kanevski, Valeri Lobanovski, Viktor Serebryanikov, ou encore à ses milieux de terrains József Szabó, Youri Voïnov et Andreï Biba. La suite est moins flamboyante avec une cinquième puis une septième place au classement[2].

L'arrivée de Viktor Maslov en janvier 1964 va relancer l'équipe, qui remporte pour la première saison une deuxième Coupe d'Union soviétique. Le Dynamo Kiev est alors sélectionné par les autorités pour représenter pour la première fois l'Union soviétique lors d'une compétition européenne de club (à la différence du FC Dinamo Tbilissi, champion d'Union soviétique en titre). Pour se première participation en coupe d'Europe, Kiev écarte facilement Coleraine et Rosenborg avant d'être éliminé en quart de finale de la Coupe des Coupes par les Écossais du Celtic Glasgow.

Le club réalise l'année suivante une des saisons les plus réussies de son histoire. Vainqueur du championnat avec neuf points d'avance sur Rostov, puis de la Coupe d'Union soviétique, le club voit cinq de ses joueurs (Szabó, Serebryanikov, Valeriy Porkujan, Leonid Ostrovski sélectionnés pour la Coupe du monde 1966 avec l'équipe nationale soviétique, qui n'est éliminée qu'en demi-finale. Biba est nommé en fin de saison meilleur joueur soviétique[3]. Dominatrice, l'équipe du Dynamo remporte le championnat les deux saisons suivantes.

En 1971, l'équipe dirigée par Aleksandr Sevidov (en) remporte une nouvelle fois le championnat[2], grâce notamment aux performances de son gardien de but Evgueni Roudakov et de son jeune milieu de terrain Viktor Kolotov, nommés aux deux premiers rangs du classement des meilleurs joueurs soviétiques en fin de saison[3].


En septembre 1973, l'ancien attaquant international du Dynamo Valeri Lobanovski est nommé au poste d'entraîneur. Secondé par son ancien coéquipier Oleg Bazilevitch, Lobanovski met en place une équipe redoutable, qui remporte dès sa première saison complète le doublé coupe-championnat. La saison suivante est celle de la consécration : de nouveau champions d'URSS, les Soviétiques remportent la coupe d'Europe des vainqueurs de coupe, ce qui est une première pour un club d'URSS, puis la supercoupe de l'UEFA 1975 face au Bayern Munich. L'attaquant du Dynamo Oleg Blokhine remporte le ballon d'or en fin de saison.

Parallèlement, Lobanovski est nommé sélectionneur de l'équipe d'Union soviétique. Début 1976, le Dynamo est éliminé par l'AS Saint-Étienne en quart de finale de la coupe des clubs champions européens. L'année suivante, le Dynamo y élimine le Bayern Munich, triple tenant du titre, en quart de finale, avant d'être battu en demi-finale par les Allemands du Borussia Mönchengladbach. Sur la scène nationale, les Kiéviens remportent trois nouveaux titres et deux nouvelles coupes nationales de 1977 à 1982, mettant à mal la domination russe sur la compétition, mais ne connaissent plus autant de réussite dans les compétitions européennes.

Après quelques années moins réussies, Lobanovski renouvelle l'équipe, qui remporte en 1985 un nouveau doublé coupe-championnat et compte alors de nombreux internationaux soviétiques. L'année suivante, le Dynamo remporte de nouveau le championnat et surtout remporte une deuxième coupe d'Europe des vainqueurs de coupe, à l'issue d'une démonstration en finale face à l'Atlético de Madrid[4]. Les Soviétiques étouffent physiquement les Espagnols et marquent par trois fois sur contre-attaque (3-0)[5]. Malgré l'élimination précoce de l'Union soviétique en huitième de finale de la coupe du monde face à la Belgique (3-4 a.p.), l'attaquant du Dynamo Igor Belanov remporte le ballon d'or à la fin de la saison.

Avec la perestroïka, de nombreux joueurs du Dynamo quittent le club pour l'Europe de l'Ouest[6]. À son tour, Lobanovski quitte l'union soviétique pour signer un contrat plus lucratif avec les Émirats arabes unis. Aux commandes du Dynamo pendant seize ans, il aura remporté quinze titres : trois titres européens, sept titres de champion d'URSS et cinq coupes d'URSS[2].

Après l'éclatement de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), le club devient naturellement l'un des membres fondateurs du championnat d'Ukraine qu'il domine facilement avec neuf titres de champion de suite de 1993 à 2001, et cinq Coupes d'Ukraine[2].

Le club réalise en parallèle de bonnes performances en Ligue des champions : en 1998, il atteint les quarts de finale avant de tomber face à la Juventus, puis la saison suivante il est éliminé de justesse en demi-finale par le Bayern Munich. Valeri Lobanovski, une nouvelle fois entraîneur du club de 1997 à 2002, ainsi que Andriy Chevtchenko et Sergueï Rebrov, respectivement meilleurs buteurs de la Ligue des Champions en 1999 et 2000, sont les grands artisans de ces bonnes performances en Coupe d'Europe[2].

Depuis la création des compétitions ukrainiennes, le club n'a terminé qu'une seule saison sans titre, lors de l'année 2008. En 2009, le club atteint les demi-finales de la Coupe de l'UEFA mais s'y incline face à l'autre club ukrainien du Chakhtar Donetsk[2].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Ère soviétique Ère ukrainienne

Identité[modifier | modifier le code]

Les couleurs traditionnelles du Dynamo Kiev sont le blanc, prédominant, et le bleu marine. Le maillot, initialement blanc à short et bas bleus, a connu un certain nombre de variations : il est rouge pendant la Seconde Guerre mondiale et est souvent bleu foncé au cours des années 1960. Lors du premier titre de 1961, le maillot est blanc barré d'une diagonale bleue. Lors de ses triomphes européens de 1975 et 1986, le maillot de l'équipe est totalement blanc, avec des cols et épaules bleus. Enfin, au moment de la chute de l'Union soviétique, les dirigeants optent le temps de la saison 1990-1991 pour un nouveau maillot aux couleurs de la future Ukraine : jaune et bleu.

Premier logo du Dynamo Kiev
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Maillot original
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1961
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Années 1970-1980
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
1990-1991

L'écusson initial du Dynamo sur le maillot, reste essentiellement inchangé jusqu'en 1972, est composé de la lettre « Д » (D), encadrée dans un losange bleu, référence à la société sportive soviétique Dynamo. Par la suite le logo va subir un certain nombre d'évolutions, mais conservera toujours la lettre « Д » en son centre.

En 2003, après la conquête du dixième titre de champion d'Ukraine, une étoile dorée est ajoutée au-dessus du logo. Une deuxième l'y accompagne depuis 2007 au motif qu'elle prend en compte les titres de champion d'Union soviétique (à l'instar du FK Spartak Moscou).

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Stades[modifier | modifier le code]

Stade Dynamo Lobanovski.
Article détaillé : Stade Dynamo Lobanovski.

Le club est le résident et propriétaire du stade Dynamo Lobanovski (anciennement stade Dynamo), situé dans un parc du centre de Kiev à proximité du Dniepr, depuis 1934.

Le stade est détruit en 1941 lors de la Seconde Guerre mondiale puis est reconstruit en 1954. Initialement fixée à 23 000 spectateurs, sa capacité a été réduite à 16 873 places assises à la fin du XXe siècle. Rebaptisé en 2002 « stade Dynamo Lobanovski » en hommage à l’ancien entraîneur du Dynamo, l'enceinte doit être rénovée pour atteindre une capacité de 30 000 places[2].

Article détaillé : Stade olympique de Kiev.

Pour répondre à la forte demande populaire, le Dynamo Kiev dispute ses matchs prestigieux -notamment en Coupe d'Europe- au stade olympique de Kiev, la plus grande enceinte du pays avec plus de 70 000 places. Le stade est en rénovation en vue de l'organisation de l'Euro 2012.

Centre d'entraînement[modifier | modifier le code]

Le club dispose par ailleurs d'un centre d'entraînement situé à Koncha-Zaspa (en) dans la banlieue de Kiev[7]. Inauguré en 1961, le centre a été largement rénové en 1998 pour environ 20 millions de dollars, de sorte que ses installations sont aujourd'hui considérées comme ce qui se fait de mieux en Europe[7].

Les bâtiments accueillent également le centre de formation du Dynamo, ainsi que ses équipes réserves les Dynamo-2 Kiev (en) et Dynamo-3 Kiev (en), qui évoluent respectivement en deuxième et troisième divisions ukrainiennes.

Direction et aspects financiers[modifier | modifier le code]

Le club appartient aux frères Ihor Surkis (en) et Hryhoriy Surkis (en), ce dernier étant également le président de la Fédération d'Ukraine de football. Ces hommes d'affaires rachètent en 1993 le club, alors proche de la faillite, et investissent 400 millions de francs pour en rembourser la dette[7],[8]. Leur fortune commune, bâtie dans les secteurs de l'énergie et de la finance, est estimée par le magazine Focus à environ 915 millions de dollars en 2007[9].

Le budget du club est estimé en 2007 à environ 40 ou 50 millions de dollars[9].

Personnel du club[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Entraîneurs du Dynamo Kiev[10]
Rang Nom Période
1 Drapeau : URSS Mikhaïl Tovaroski 1936-1937
2 Drapeau : URSS Vladimir Fomine 1938
3 Drapeau : URSS Mikhaïl Petcheny 1939-1940
4 Drapeau : URSS Mikhaïl Boutoussov 1940-1941
5 Drapeau : URSS Nikolaï Makhinia 1944-1945
6 Drapeau : URSS Lev Kortchebokov 1945-1946
7 Drapeau : URSS Boris Apoukhtine 1946
8 Drapeau : URSS Konstantin Chtchegodski 1947
9 Drapeau : URSS Mikhaïl Souchkov 1948
Rang Nom Période
10 Drapeau : URSS Mikhaïl Okoun 1949
11 Drapeau : URSS Evgueni Fomine 1950
12 Drapeau : URSS Oleg Ochenkov 1951-1956, 1959
13 Drapeau : URSS Viktor Chilovski 1957-1958
14 Drapeau : URSS Viatcheslav Solovev 1959-1962
15 Drapeau : URSS Viktor Terentev 1963
16 Drapeau : URSS Viktor Maslov 1964-1970
17 Drapeau : URSS Aleksandr Sevidov 1971-1973
18 Drapeau : URSS Valeri Lobanovski 1973-1982
Rang Nom Période
19 Drapeau : URSS Iouri Morozov 1983-1984
20 Drapeau : URSS Valeri Lobanovski 1984-1990
20 Drapeau : URSS Anatoli Puzach 1990-1993
21 Drapeau : Ukraine Mikhail Fomenko 1993-1994
22 Drapeau : Ukraine József Szabó 1994-1996
23 Drapeau : Ukraine Valeri Lobanovski 1997-2002
24 Drapeau : Ukraine Alexeï Mikhaïlitchenko 2002-2004
25 Drapeau : Ukraine József Szabó 2004-2005
26 Drapeau : Ukraine Leonid Buryak 2005
Rang Nom Période
27 Drapeau : Ukraine Anatoli Demyanenko 2005-2007
28 Drapeau : Ukraine József Szabó 2007
29 Drapeau : Ukraine Oleg Loujniy 2007
30 Drapeau : Russie Iouri Siomine 2007-2009
31 Drapeau : Russie Valeri Gazzaev 2009-2010
32 Drapeau : Ukraine Oleg Loujniy 2010
33 Drapeau : Russie Iouri Siomine 2010-2012
34 Drapeau : Ukraine Oleg Blokhine 2012-2014

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Les joueurs les plus capés en championnat
  1. Drapeau de l'URSS Oleg Blokhine : 432 matchs (1969-1987)
  2. Drapeau de l'URSS Anatoli Demyanenko : 333 (1979-1990)
  3. Drapeau de l'URSS Volodymyr Veremeyev (en) : 310 (1968-1982)
  4. Drapeau de l'URSS Vasily Turyanchik : 308 (1959-1969)
  5. Drapeau de l'URSS Leonid Buryak : 304 (1973-1984)
  6. Drapeau de l'URSS Vladimir Muntian : 302 (1965-1977)
  7. Drapeau de l'URSS Viktor Serebryanikov : 299 (1959-1971)
  8. Drapeau de l'URSS Vadim Sosnihin : 291 (1962-1973)
  9. Drapeau de l'URSS Vladimir Bessonov : 277 (1976-1990)
  10. Drapeau de l'URSS Evgueni Roudakov : 259 (1964-1977)
Les meilleurs buteurs
  1. Drapeau de l'URSS Oleg Blokhine : 266 buts
  2. Drapeau de l'Ukraine Sergueï Rebrov : 163 buts
  3. Drapeau de l'Ouzbékistan Maksim Shatskikh : 142 buts
  4. Drapeau de l'Ukraine Andriy Chevtchenko : 124 buts
  5. Drapeau de l'URSS Viktor Kanevskyi (en) : 85 buts
  6. Drapeau de l'URSS Leonid Buryak : 83 buts
  7. Drapeau de l'URSS Viktor Kolotov : 81 buts
  8. Drapeau de l'URSS Viktor Serebryanikov : 79 buts
  9. Drapeau de l'Ukraine Viktor Leonenko (en) : 79 buts
  10. Drapeau de l'URSS Andriy Biba (en) : 77 buts
  11. Drapeau de l'URSS Vadym Yevtushenko (en) : 75 buts
  12. Drapeau de l'URSS Mykhaylo Koman (en) : 71 buts
  13. Drapeau de l'URSS Pavel Vinykovatov : 70 buts
  14. Drapeau de l'URSS Vladimir Muntian : 70 buts
  15. Drapeau du Brésil Diogo Rincón (en) : 70 buts
Autres joueurs emblématiques[réf. nécessaire]
Voir aussi Catégorie:Joueur du Dynamo Kiev

Effectif actuel 2014-2015[modifier | modifier le code]

Effectif du Dynamo Kiev
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[11] Nom Date de naissance Sélection[12] Club précédent
1 G Drapeau de l'Ukraine Shovkovskiy, OleksandrOleksandr Shovkovskiy Capitaine 2/10/1975 (38 ans) Ukraine Formé au club
23 G Drapeau de l'Ukraine Rybka, OleksandrOleksandr Rybka 10/4/1987 (27 ans) Ukraine Shakhtar Donetsk
35 G Drapeau de l'Ukraine Koval, MaksymMaksym Koval 9/12/1992 (21 ans) Ukraine Metalurg Zaporijjye
2 D Drapeau du Brésil Silva, DaniloDanilo Silva 24/11/1986 (27 ans)
SC International
3 D Drapeau de l'Ukraine Selin, YevhenYevhen Selin 9/5/1988 (26 ans) Ukraine Vorskla Poltava
6 D Drapeau de l'Autriche Dragović, AleksandarAleksandar Dragović 6/3/1991 (23 ans) Autriche FC Bâle
24 D Drapeau de la Croatie Vida, DomagojDomagoj Vida 29/4/1989 (25 ans) Croatie Dinamo Zagreb
27 D Drapeau de l'Ukraine Makarenko, YevhenYevhen Makarenko 21/5/1991 (23 ans) Ukraine Formé au club
34 D Drapeau de l'Ukraine Khacheridi, YevhenYevhen Khacheridi 28/7/1987 (27 ans) Ukraine SC Olkom Melitopol
4 M Drapeau du Portugal Veloso, MiguelMiguel Veloso 11/5/1986 (28 ans) Portugal Genoa CFC
5 M Drapeau de la Croatie Vukojević, OgnjenOgnjen Vukojević 20/12/1983 (30 ans) Croatie Dinamo Zagreb
16 M Drapeau de l'Ukraine Sydorchuk, SerhiySerhiy Sydorchuk 2/5/1991 (23 ans)
Metalurg Zaporijia
17 M Drapeau de l'Ukraine Rybalka, SerhiySerhiy Rybalka 1/4/1990 (24 ans)
Arsenal Kharkiv
18 M Drapeau de l’Argentine Bertoglio, FacundoFacundo Bertoglio 30/6/1990 (24 ans) Argentine CA Colón
19 M Drapeau de l'Ukraine Garmash, DenysDenys Garmash 19/4/1990 (24 ans) Ukraine Formé au club
20 M Drapeau de l'Ukraine Goussev, OlegOleg Goussev 25/4/1983 (31 ans) Ukraine Arsenal Kiev
25 M Drapeau du Nigeria Haruna, LukmanLukman Haruna 4/12/1990 (23 ans) Nigeria AS Monaco
29 M Drapeau de l'Ukraine Buyalskyi, VitaliyVitaliy Buyalskyi 6/1/1993 (21 ans)
Formé au club
45 M Drapeau de l'Ukraine Kalytvyntsev, VladyslavVladyslav Kalytvyntsev 4/1/1993 (21 ans)
Formé au club
77 M Drapeau de l'Ukraine Tsurikov, AndriyAndriy Tsurikov 5/10/1992 (21 ans)
Metalurg Zaporijia
90 M Drapeau du Maroc Belhanda, YounèsYounès Belhanda 25/2/1990 (24 ans) Maroc Montpellier HSC
7 A Drapeau des Pays-Bas Lens, JeremainJeremain Lens 24/11/1987 (26 ans) Pays-Bas PSV Eindhoven
9 A Drapeau de l'Ukraine Bezus, RomanRoman Bezus 26/9/1990 (24 ans) Ukraine Vorskla Poltava
10 A Drapeau de l'Ukraine Yarmolenko, AndriyAndriy Yarmolenko 23/10/1989 (24 ans) Ukraine FC Desna Chernihiv
22 A Drapeau de l'Ukraine Kravets, ArtemArtem Kravets 3/6/1989 (25 ans) Ukraine Formé au club
85 A Drapeau de la République démocratique du Congo Mbokani, DieumerciDieumerci Mbokani 22/11/1985 (28 ans) RD Congo RSC Anderlecht
Entraîneur(s)



Légende

Consultez la documentation du modèle

Joueurs en prêt

No. Nat. Position Nom du joueur
Drapeau de la Macédoine D Goran Popov
Drapeau du Nigeria M Frank Temile
Drapeau de la Suisse A Admir Mehmedi
Drapeau du Brésil M Dudu

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Historique des écussons sur un tifo des supporters.

Selon une étude publiée par Sport+Markt en 2010, le Dynamo Kiev est soutenu par 5,3 millions de personnes[13], ce qui en fait le 20e club le plus soutenu d'Europe, et 47 % de la population du pays[13].

Les supporters du Dynamo font volontiers référence au prince Sviatoslav Ier de Kiev, vivant au Xe siècle, dont le nom a inspiré le magazine des supporters « Святослав ». Traditionnellement attachés à l'indépendance du pays, les supporters sont proches de ceux du FC Dnipro Dnipropetrovsk, et plutôt rivaux de ceux du FC Chakhtar Donetsk ou du Tchernomorets Odessa. De l'époque soviétique, une certaine rivalité perdure avec les clubs moscovites, et notamment avec le FK Spartak Moscou.

Rivalité[modifier | modifier le code]

Une rivalité existe entre le Chakhtar Donetsk et le Dynamo Kiev. L'opposition est régie par une rivalité sportive entre les deux clubs et apparaît au début des années 2000.

Période soviètique[modifier | modifier le code]

Sous l'ère soviètique, le Dynamo Kiev est l'un des grands clubs d'URSS essentiellement en concurrence avec les deux clubs moscovites du FC Dynamo Moscou et du FK Spartak Moscou. Le Chakhtar Donetsk est considéré comme une équipe redoutable en coupe nationale mais incapable d'avoir des performances régulières sur un championnat entier.

Période ukrainienne[modifier | modifier le code]

Frictions entre joueurs des deux camps (2009).

À la suite de l'indépendance de l'Ukraine en 1991, le championnat d'Ukraine voit le jour lors de la saison 1992. Les concurrents moscovites se retrouvant en Russie, le Dynamo Kiev ne dispose plus de véritable rivaux et remporte neuf titres consécutifs de champion entre 1993 et 2001. Sur cette période, Kiev reste la place forte du football ukrainien qui bénéficie de ses infrastructures de grand club et du soutien économique d'une capitale tandis que Donetsk a le rôle du club provincial en devenir. Le Dynamo Kiev dispose aussi d'une génération dorée à la tête de laquelle sont présents Andriy Chevtchenko ou Sergueï Rebrov et elle atteint notamment les demi-finales de Ligue des champions de l'UEFA 1998-1999.

Dinamo-Chakthar, le 1er mai 2011.

L'année 1996 voit l'arrivée de l'oligarque Rinat Akhmetov à la tête du Chakhtar et signe un tournant dans l'histoire du club. Le nouveau président dote Donetsk d'infrastructures sportives rivalisant avec Kiev et il applique une politique de recrutement capable d'attirer de bons joueurs de l'étranger. Sur les neuf titres du Dynamo, le Chakhtar termine une fois vice-champion entre 1993 et 1996 contre cinq fois consécutivement de 1997 à 2001.

Intensification de la rivalité[modifier | modifier le code]

La rivalité sportive connait ses prémices lors de la saison 2002 où l'entraineur italien du Chakhtar, Nevio Scala, amène ses hommes au doublé Coupe-Championnat et rompt la domination du Dynamo Kiev. En 2004, le roumain Mircea Lucescu arrive sur le banc du Chakhtar et glane sur la période 2004-2011 plus de trophée que le Dynamo ainsi que des meilleures performances au niveau européen. Cette saison marque l'intensification sportive de la rivalité et dès lors, le club de Donetsk s'inscrit comme un concurrent récurrent et solide au Dynamo et le football ukrainien découvre avec joie une course annuelle au titre en duo qui remplace la course en solitaire de dix ans du Dynamo Kiev.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Dynamo Kiev, le géant de l'Est », FIFA.com
  3. a et b (en) Soviet Union - Player of the Year Awards, RSSSF
  4. « Quand le dynamo kiffe », So Foot, n°57, août 2008.
  5. (en) « Valeriy Lobanovskyy », site officiel du club.
  6. « À la mode de Kiev », L'Humanité, 8 juin 1990.
  7. a, b et c A Koncha-Zaspa, les joueurs du Dynamo ne manquent de rien, Le Parisien, 16 avril 2009
  8. Clémentine Blondet, « Clubs de foot : prix du succès », Regards sur l’est, dossier « L'Est court toujours », 1er janvier 2002.
  9. a et b (ru) « Сколько тратят футбольные хозяева Украины и России » (ua-football.com)
  10. (uk) « Тренери “Динамо” », site du Dynamo Kiev.
  11. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  12. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  13. a et b [PDF] (en) SPORT+MARKT Football Top 20 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]