Électorat de Trèves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Archevêché de Trèves)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trèves.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Diocèse de Trèves.

Électorat de Trèves
Kurfürstentum Trier (de)

8981801

Blason
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

L'électorat de Trèves en 1648

Informations générales
Statut État du Saint-Empire
Capitale Trèves
Langue français, latin, luxembourgeois, francique mosellan
Religion catholicisme
Histoire et événements
772 Autonomie par Charlemagne
898 Statut de Reichsfreiheit
902 Confirmation
9 février 1801 Traité de Lunéville
9 juin 1815 Retour à l'Allemagne en tant que Grand-Duché du Bas-Rhin

Entités précédentes :

  • Comté palatin du Rhin

Entités suivantes :

La principauté archiépiscopale de Trèves, qui devint plus tard l’électorat de Trèves (en allemand Erzstift und Kurfürstentum Trier), était une principauté ecclésiastique du Saint-Empire romain germanique et l'un des trois électorats ecclésiastiques. Il appartenait au Cercle électoral du Rhin et se composait des biens séculiers des archevêques de Trèves.

Au XVIIe siècle, l'archevêque-électeur fixa sa résidence à Coblence.

Le dernier prince-électeur fut Clément Wenceslas de Saxe, fils du roi Auguste III de Pologne et oncle maternel des rois Louis XVI de France et Charles IV d'Espagne. Un de ses filleuls fut Clément Wenceslas de Metternich.

Ses liens familiaux avec la Maison royale de France, la proximité géographique de ses états (limitrophes de la France) amenèrent le comte d'Artois à se réfugier près de son oncle. Il fut bientôt suivi par un grand nombre de Français contre-révolutionnaires.

L'électorat fut envahi puis annexé par la France en 1795 (traité de Lunéville), puis devint une possession prussienne au congrès de Vienne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]