Rock (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rock (homonymie), The Rock et Le Rocher.

Rock

alt=Description de l'image Alcatraz aerial.jpg.
Titre québécois Le Rocher
Titre original The Rock
Réalisation Michael Bay
Scénario Histoire & scénario :
David Weisberg
Douglas S. Cook
Scénario :
Mark Rosner
Non crédité :
Quentin Tarantino
Acteurs principaux
Pays d’origine États-Unis
Sortie 1996
Durée 136 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Rock, ou Le Rocher au Québec (The Rock en version originale), est un film américain réalisé par Michael Bay et sorti en 1996.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le général Hummel est un héros militaire américain, couvert de médailles et aux états de service exemplaires. Mais selon lui, les soldats tombés au combat lors de missions classées secrètes ne reçoivent pas les honneurs qu'ils méritent et leurs familles les pensions qui leur sont dues.

Pour faire entendre sa position, il essaye d'abord de convaincre une commission des forces armées (composée de membres du Parlement) de réparer ses erreurs en indemnisant les familles des militaires et en leur disant la vérité. Au début du film, alors qu'il se rend sur la tombe de sa femme, il apprend que cette commission est restée sourde à ses protestations. Il décide alors d'employer la manière forte : avec l'aide de marines mercenaires, il prend en otage les touristes qui visitent l'île d'Alcatraz, les enferme dans l'ancienne prison désaffectée et installe des batteries lance-missiles chargées d'un gaz neurotoxique mortel qu'il pointe sur la baie de San Francisco. Hummel a laissé 36 heures au gouvernement pour payer la rançon de 100 millions de dollars (83 millions pour les familles des 83 héros non-indemnisées ; et 17 millions pour lui et ses mercenaires), sans quoi il lancera ses missiles sur San Francisco.

Pour éviter le pire, le FBI doit faire appel à un ancien espion du MI6 britannique, ancien détenu de la prison d'Alcatraz, le capitaine John Patrick Mason, seul homme à avoir pu s'échapper de la forteresse. Il devra faire équipe avec l'agent spécial du FBI Stanley Goodspeed, expert en armes chimiques mais qui n'est jamais allé sur le terrain, afin d'éviter des milliers de victimes innocentes.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu un important succès commercial, rapportant environ 335 062 000 $ au box-office mondial, dont 134 069 000 $ en Amérique du Nord, pour un budget de 75 000 000 $[2]. En France, il a réalisé 1 894 549 entrées[3].

Il a reçu un accueil critique plutôt favorable, recueillant 67 % de critiques positives, avec une note moyenne de 6,5/10 et sur la base de 49 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[4]. Sur Metacritic, il obtient un score de 59/100 sur la base de 18 critiques collectées[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le film n'a remporté aucune récompense majeure mais a été nommé pour l'Oscar du meilleur mixage de son, ainsi que pour le Saturn Award du meilleur film d'action, d'aventures ou thriller et celui de la meilleure musique[6].

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Quentin Tarantino a participé à l'écriture du scénario (bien qu'il ne soit pas crédité dans le générique).[réf. souhaitée]
  • Le tournage du film a eu lieu dans la prison d'Alcatraz, l'équipe du film partait le matin et revenait le soir. L'acteur Sean Connery décida de rester à Alcatraz le temps du tournage en s'installant dans une caravane.
  • Le scénario ressemble à celui du film L'Ultimatum des trois mercenaires ("Twilight's last gleaming", 1976), dans lequel Burt Lancaster campe un ancien général qui s'empare avec son commando d'un silo de missiles nucléaires et fait chanter le gouvernement américain avec des exigences similaires : de l'argent et que le gouvernement dise la vérité publiquement sur des opérations militaires passées.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Sean Connery, qui interprète John Patrick Mason, a aussi joué le rôle de James Bond, le fameux espion anglais. Dans le film, il est dit que Mason est un ancien espion, capturé par les Américains dans les années 1960, à l'époque où Sean Connery interprétait James Bond. Sean Connery répond à Stanley Goodspeed, qui lui demande où il a appris tout ça : « J'ai reçu la meilleure formation qui soit, au service secret de sa majesté », ce qui est une référence évidente à James Bond, information qu'il y a toutefois lieu de nuancer puisqu'au cours d'une entrevue, Mason signale au général Hummel qu'il a été membre, avec le grade capitaine, des services spéciaux de l'armée de l'Air britannique, faisant référence au SAS (Special Air Service). De plus, Au service secret de sa majesté (1969) est le seul film de la période Connery où c'est George Lazenby qui interprète 007.

Le bureau de Stanley Goodspeed est notamment décoré par une reproduction des singes de la sagesse, symbole assez contradictoire avec son attitude puisqu'à cet instant, on le voit jouer avec un fusil en plastique.

Lorsqu'il signe le contrat qui fera de lui un homme libre, Mason dit : « Timeo Danaos et dona ferentes » (« Je redoute les Grecs même lorsqu'ils apportent des cadeaux »). Il s'agit d'un extrait de l'Énéide de Virgile et cette citation fait bien entendu référence au cheval de Troie.

Un bref texte, apparaissant avant le début du générique final, indique que le film est dédié à Don Simpson, associé du producteur du film Jerry Bruckheimer et décédé la même année.

Dans le film, le gaz VX est vert irradiant alors qu'en réalité c'est un gaz incolore.

Dans le film, en cas de contact avec le gaz VX, les personnages doivent s'injecter une dose d'atropine dans le cœur à l'aide d'une seringue ayant une aiguille assez impressionnante. Or, dans la réalité, il n'est pas nécessaire de se l'injecter dans le cœur ; bien souvent, les militaires apprennent à s'injecter la dose dans la cuisse. Par ailleurs, la seringue utilisée et distribuée aux soldats n'a, en réalité, pas d'aiguille apparente. Il s'agit d'une seringue d'injection automatique dont l'aiguille sort à l'aide d'un ressort lorsque la seringue est appuyée sur la cuisse. Le produit s'injecte alors dans le corps grâce à un mécanisme de décharge.

À San Francisco, la rue où se trouve l'hôtel Fairmont est la rue Mason.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rock sur The Numbers.
  2. Rock sur Box Office Mojo.
  3. Rock sur JP‘s Box-Office.
  4. Rock sur Rotten Tomatoes.
  5. Rock sur Metacritic.
  6. Awards for Rock sur IMDb.