Abyss (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abyss.

Abyss

Titre québécois L'Abysse
Titre original The Abyss
Réalisation James Cameron
Scénario James Cameron
Acteurs principaux
Sociétés de production 20th Century Fox
Lightstorm Entertainment
Pacific Western
Steve Johnson's XFX Inc. (effets spéciaux)
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Science-fiction
Sortie 1989
Durée 171 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Abyss (The Abyss) est un film de science-fiction américain écrit et réalisé par James Cameron, sorti sur les écrans en 1989.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'USS Montana, un sous-marin nucléaire américain, fait naufrage par 274 mètres de fond au bord de la fosse des Caïmans, de près de 7 686 mètres de profondeur. Les circonstances du naufrage sont inconnues, la possibilité d'une attaque russe est évoquée. Afin de porter secours aux éventuels survivants, la marine réquisitionne le Deepcore, une plateforme sous-marine de forage pétrolier dirigé par Bud Brigman.

Quatre membres du SEAL y sont envoyés, accompagnés par Lindsey Brigman, l'ingénieure en chef qui a conçu la plateforme. Un syndrome nerveux des hautes pressions (SNHP) touche le lieutenant Hiram Coffey, le militaire de plus haut grade dans la plateforme. Il ne révèle pas son état aux autres.

Une équipe est envoyée dans le sous-marin à partir de la plateforme. Ils ne trouvent aucun sous-marinier vivant. Les militaires récupèrent les codes d'activation des missiles nucléaires. Un membre civil fait face à un phénomène lumineux. Il panique, dérèglant son mélange d'oxygène, et tombe dans le coma. Lindsey, qui a accompagné l'équipe et qui est restée hors du sous-marin, assiste aussi au phénomène, qui reste quelques secondes près d'elle puis qui s'éloigne rapidement. L'équipe revient dans la plateforme.

Lyndsey fait part de ce qu'elle a vu, les militaires évoquent la possibilité d'un engin appartenant aux Russes. Ils décident alors de retourner au sous-marin pour en ramener une ogive nucléaire, puis l'arment.

Un cyclone s'abat sur la zone et provoque la chute d'une grue d'un bateau, qui en coulant endommage la plateforme. L'étanchéité de certaines parties est rompue, ce qui provoque la mort de plusieurs personnes. Les communications sont coupées entre la plateforme et la surface, l'équipe de forage se retrouve isolée du reste du monde. Le lieutenant Coffey devient donc le responsable de l'équipe de militaires, son SNHP s'aggrave.

Le renouvellement d'oxygène est rompu. Lyndsey va récupérer des citernes de réserve à l'extérieur de la plateforme et croise à nouveau un phénomène lumineux, machine ou créature. Lorsqu'elle fait part de cette rencontre, les autres membres de l'équipage sont sceptiques. Pour récupérer des preuves, elle programme le trajet d'un robot sous-marin muni d'une caméra dans l'espoir de filmer le phénomène, mais elle ne l'envoie pas immédiatement.

Sous l'influence de son SNHP, maintenant trop voyant pour que les autres l'ignorent, Coffey devient paranoïaque, et met les civils aux arrêts. Son idée est d'attacher l'ogive nucléaire au robot, et d'envoyer le robot. L'ogive est munie d'un détonateur avec un compte à rebours.

Les civils arrivent à s'échapper, et tentent de retenir le robot. Un combat s'engage entre eux et Coffey. Le militaire est tué, mais le robot file vers les abysses avec son ogive. Bud y descend alors pour désamorcer la bombe. Il réussit, mais la quantité d'oxygène qu'il lui reste n'est pas suffisante pour remonter. Une créature lumineuse — dont la bioluminescence rappelle celle des béroés — vient jusqu'à lui, et l'emmène dans un vaisseau. Pendant ce temps, d'énormes vagues menaçantes se forment près des côtes continentales, mais elles disparaissent sans faire de dégâts. Ces vagues sont formées par les créatures, pour prévenir une nouvelle guerre mondiale prête à éclater.

Le vaisseau des créatures remonte à la surface, ramenant la plateforme au passage, et sauvant Bud.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : version française (VF) sur Voxofilm[2]

Box-office[modifier | modifier le code]

  • Box-office États-Unis : 54 461 047 $ (toutes exploitations)[3]
  • Box-office France : 1 990 271 entrées[4]
  • Box-office mondial : 90 000 098 $[3]

Dès sa sortie, Abyss a rencontré un échec commercial avec seulement 54 222 310 $ de recettes engrangées sur le territoire américain lors de sa sortie initiale en août 1989[3]. Lors de sa ressortie en février 1993 dans la version Special Edition, il engrange 238 737 $ supplémentaires, portant le total de toutes exploitations à 54 461 047 $[3].

Les recettes internationales atteignent les 35 000 000 $, permettant de totaliser 90 000 098 $ de recettes mondiales [3].

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film est un huis clos assez oppressant dû à l'isolement physique de l'équipage (ils sont à plusieurs centaines de mètres de fond), à l'impossibilité pour quiconque de s'échapper (sans possibilité de remonter car il faut trois semaines de décompression et qu'il y a une tempête à la surface), à la présence des militaires à bord dont un est atteint de folie, et à l'apparition de phénomènes inexplicables et inquiétants au fond de l'eau.
  • Les effets visuels, innovants à l'époque, présentent pour une des premières fois des effets spéciaux sur des liquides.
  • La version diffusée en salle a été accompagnée d'une version longue en DVD qui allonge essentiellement la fin, ce qui permet de comprendre exactement les phénomènes externes et renseigne un peu plus sur qui les provoque avec (un autre DVD) des bonus d'une durée d'environ une heure.
  • Orson Scott Card, auteur de science-fiction, a écrit une novellisation du film. Le roman, également appelé Abyss, raconte les événements du film tout en extrapolant sur le passé et les pensées des personnages humains, et sur les intentions des créatures abyssales, ici décrites comme des extraterrestres.
  • Pour le tournage du film, James Cameron a rempli une cuve d'une centrale nucléaire en construction de milliers de litres d'eau chlorée, ce qui occasionna bien des désagréments aux acteurs (Ed Harris dut porter des lentilles durant toutes les parties du film se déroulant dans l'eau).
  • Deux des trois modules de sous-marin de poche existent et sont fonctionnels.
  • Le fluide respiratoire employé dans le film pour plonger en grande profondeur existe réellement. De plus, la scène où un rat est emprisonné dans une cage et respire du liquide n'est pas truquée. Cela a attiré les foudres des associations de protection d'animaux ; cette scène a même été supprimée de la version sortie au Royaume-Uni [réf. souhaitée].

Nominations et récompenses[modifier | modifier le code]

Lors de la 62e cérémonie des Oscars en 1989 :

Bande originale[modifier | modifier le code]

The Abyss:
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale par Alan Silvestri
Sortie 1989
Durée 47:07
Genre Classique
Producteur Alan Silvestri
Label Varèse Sarabande

The Abyss - Original Motion Soundtrack, composé par Alan Silvestri, est la bande originale du film américain de science-fiction réalisé par James Cameron, The Abyss, sorti en 1989.

Liste des pistes
No Titre Durée
1. Main Title 1:30
2. Search the Montana 1:56
3. The Crane 2:01
4. The Manta Ship 6:23
5. The Pseudopod 5:37
6. The Fight 1:47
7. Sub Battle 3:19
8. Lindsey Drowns 4:45
9. Resurrection 1:58
10. Bud's Big 6:10
11. Bud on the Ledge 3:14
12. Back on the Air 1:41
13. Finale 6:46
47:07

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

(en) Abyss sur l’Internet Movie Database