Funiculaire du Havre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Havre
Funiculaire de la Côte
Ligne de rue Gustave Flaubert à rue Félix Faure
image illustrative de l’article Funiculaire du Havre
Cabine funiculaire
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Le Havre
Historique
Mise en service 1890 – 1946 - 1972
Électrification 1911
Fermeture 1944 – 1969
Caractéristiques techniques
Longueur 0,343 km
Trafic
Propriétaire CODAH
Exploitant(s) CTPO
Trafic 1 315 voyageurs par jour (2006)
Plan du parcours du funiculaire

Le funiculaire du Havre, couramment surnommé le « funi » par les habitants ou la « ficelle » par les anciens, est un système de transport en commun avec des cabines tractées qui relie la ville haute à la ville basse du Havre (Seine-Maritime). Ce funiculaire est géré par la Compagnie des transports de la porte océane (CTPO), la société qui gère les transports de la Communauté de l'agglomération havraise (CODAH). Créé en 1890, il a transporté en 2016 500 000 passagers.

Historique[1][modifier | modifier le code]

Début 1890, le projet de liaison entre la place Thiers et l'église de Sanvic, avec une station intermédiaire (qui est aujourd'hui la Station Haute) est lancé. En juillet les travaux de construction du réseau de funiculaire sur rail sont achevé et le funiculaire s'arrête finalement au niveau de la rue Félix-Faure. Il est mis en service le 18 août. Les cabines en bois fonctionnent par deux moteurs à vapeur alimentés au charbon et circulent sur rail. Les stations sont construites en brique.

En 1911, à l'occasion du changement des moteurs à vapeur, il est décidé de les remplacer par des moteurs électriques. En 1928, parallèlement au funiculaire, l'un des plus grands escaliers mécaniques d'Europe pour l'époque est construit, long de 153 mètres sur un dénivelé de 50 mètres et 338 marches. Il relie également la ville basse du Havre à ses quartiers hauts avec un temps 4 minutes 15 ou 5 minutes 45. Il fonctionnera jusqu'en 1984.

En 1944, le funiculaire est très endommagé et rendu inutilisable après plusieurs séries de bombardements alliés sur la ville. Il est réparé et remis en service en 1950.

Le 6 mai 1969, il est fermé pour des problèmes de normes sur décision de la Commission de sécurité, de nouveaux modes de transport en commun sont à l'étude. Mais un nouveau funiculaire est installé, construit par Neyrpic avec des cabines sur pneus, plus silencieuses et confortables. Il est inauguré le 30 octobre 1972.

Le 21 juillet 2008, le funiculaire est fermé pour son entretien annuel et rouvert un mois plus tard, le 25 août. Entretemps, des navettes par bus sont mises en service.

Suite à la découverte de points de rouille sur une partie de la structure lors du contrôle décennal, le funiculaire est mis à l'arrêt le 22 août 2016 pour plusieurs mois le temps de réaliser les travaux[2] pour conforter la voute qui le soutient. Il est remis en service le 12 décembre 2016[3]. Des travaux prévus initialement pour 2017 et 2018 ont également été réalisé pendant cet arrêt, le funiculaire n'aura donc pas de fermeture annuelle à l'été 2017 pour maintenance[3].

Tracé[modifier | modifier le code]

La ligne du funiculaire a une longueur de 343 m et un dénivelé de 77 m. Le trajet dure environ 3 minutes entre la station haute (rue Félix-Faure) et station basse (Rue Gustave Flaubert), séparées par un tunnel.

La ligne ne comporte qu'une voie qui se divise en deux en cours de parcours afin de permettre le croisement des cabines. La première partie de la montée est de pente modérée (environ 20°), puis s'accentue en haut du parcours (environ 30°).

La vitesse linéaire est d'environ 2 m/s, soit 7 km/h.

Les deux stations sont placées en correspondance avec les lignes de bus régulières :

  • Station Haute : lignes 5, 6, 7 et 10
  • Station Basse : lignes 2, 5 et 6

Cabines[modifier | modifier le code]

Cabine du funiculaire

Les deux cabines appartenant au parc de la CTPO ont été construites par le carrossier Carde et circulent sur pneus pour améliorer le confort et minimiser la nuisance sonore qui posait de nombreux problèmes à l'ère de l'ancien funiculaire.

Les cabines possèdent toutes deux emplacements pour poussettes et vélos (dans la limite de 6) et sont équipées de portes automatiques à air comprimé[4] .

La conduite n'est pas automatique, un conducteur assure le bon déroulement du parcours dans les deux sens de circulation.

Stations[modifier | modifier le code]

Le funiculaire dessert deux stations : la station basse et la station haute. Celle-ci est pourvue d'un quai rehaussé et d'une rampe d'accès afin de faciliter l'accès aux personnes à mobilité réduite, poussettes, et vélos. L'accès aux cabines se fait par un portillon d'accès.

Exploitation et trafic[modifier | modifier le code]

Le funiculaire à la station basse.

Trafic[modifier | modifier le code]

Le funiculaire havrais transporte en moyenne 500 000 passagers par an (chiffre de 2016[2]).

Fréquences[modifier | modifier le code]

Depuis le 2 septembre 2013, le funiculaire circule de 7h30 à 21h en semaine, soit 13h30 heures par jour, ainsi que le dimanche et les jours fériés (sauf le 1er mai) de 7h30 à 19h30. Auparavant, il circulait de 7h30 à 19h30 en semaine et ne circulait pas le dimanche et les jours fériés.

Tarifs[modifier | modifier le code]

La montée et la descente sont au même prix depuis le 1er avril 2010. Au 1er avril 2015, ils sont de :

  • 0,50€ pour une montée ou une descente
  • 4,00€ pour 10 voyages en montée ou en descente (sur support rechargeable)

Le funiculaire est accessible gratuitement aux abonnés aux services de la CTPO ou sur présentation d'un titre de transport oblitéré il y a moins d'une heure.

Les titres de transport sont en vente aux guichets dans les deux stations du funiculaire ainsi qu'aux agences commerciales CTPO situées à l'Hôtel de Ville et à la gare du Havre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Historique provenant des journaux Le Havre Presse et de Le Havre libre du 24 juillet 2008
  2. a et b Le funiculaire du Havre à l'arrêt pour plusieurs mois sur France 3 Haute-Normandie
  3. a et b "Le funiculaire au Havre rouvre lundi après cinq mois de travaux", actu.fr
  4. billy69150, « [Le Havre] Funiculaire de la Côte (embarqué) », sur youtube.com, (consulté le 15 juillet 2015) ; vidéo visible en HD.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Louis Lebrun et Dominique Delahaye Le Havre en noir aux quatre saisons
  • Foris, « Chemin de fer funiculaire de la côte du Havre », La Science illustrée, no 207,‎
  • « Le Havre - Le nouveau funiculaire de la Côte », Transports Urbains, no 23,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]