Gare de Serquigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Serquigny
Image illustrative de l'article Gare de Serquigny
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Serquigny
Adresse Rue de la Gare
27470 Serquigny
Coordonnées géographiques 49° 06′ 28″ nord, 0° 43′ 09″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Service TER Normandie
Caractéristiques
Ligne(s) Mantes-la-Jolie à Cherbourg
Serquigny à Oissel
Voies 4 + voies de service
Quais 4
Transit annuel 32 270 voyageurs (2015)
Altitude 81 m
Historique
Mise en service 1er juillet 1855

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Serquigny

Géolocalisation sur la carte : Haute-Normandie

(Voir situation sur carte : Haute-Normandie)
Serquigny

Géolocalisation sur la carte : Eure

(Voir situation sur carte : Eure)
Serquigny

La gare de Serquigny est une gare ferroviaire française des lignes de Mantes-la-Jolie à Cherbourg et de Serquigny à Oissel, située sur le territoire de la commune de Serquigny dans le département de l'Eure en région Normandie.

Elle est mise en service en 1855 par la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest et devient une gare de bifurcation en 1865. Les installations ayant été détruites à la fin de la Seconde Guerre mondiale, un nouveau bâtiment voyageurs est construit en 1957.

C'est une gare voyageurs de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) du réseau TER Normandie, desservie par des trains régionaux.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 81 mètres d'altitude, la gare de bifurcation de Serquigny est située au point kilométrique (PK) 148,890 de la ligne de Mantes-la-Jolie à Cherbourg, entre les gares de Beaumont-le-Roger et de Bernay[1].

Elle est également située au PK 0,415 de la ligne de Serquigny à Oissel, avant la gare fermée de La Rivière-Thibouville, qui s'intercale avant la gare ouverte de Brionne[2].

Le bâtiment voyageurs est situé entre les deux branches du Y de la bifurcation.

Histoire[modifier | modifier le code]

La station de Serquigny est mise en service le 1er juillet 1855 par la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest, lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la section de Mantes à Lisieux de la ligne de Paris à Cherbourg[3].

La gare vers 1900.

Elle devient une gare de bifurcation le 24 juillet 1865, lorsque la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest, ouvre à l'exploitation l'embranchement de Serquigny à Rouen[4].

En 1892, le logement du chef de gare est restauré et les signaux et enclenchements de la gare sont remaniés[5].

En 1899, le chemin d'accès est empierré, les voies du dépôt sont modifiées et un nouveau réservoir est construit ainsi qu'une annexe aménagée en dortoir pour les mécaniciens ; en outre, un pont tournant de 14 mètres est installé[6].

En 1914, les installations de la gare et du dépôt sont électrifiées, l'ancien pont tournant du dépôt est remplacé par un plus grand, de 17 mètres, venant de Folligny, les fosses à piquer sont reconstruites et un passage sous les voies est établi[7].

Au milieu des années 1930, du fait de sa situation ferroviaire la gare de Serquigny est équipée d'un dépôt, pour le remisage et l'entretien de locomotives, et d'une gare de triage, pour la gestion des wagons de marchandises. Près de 200 cheminots travaillent sur la commune[8].

Pendant la Seconde Guerre mondiale la gare est un point stratégique pour les Allemands, qui organisent une surveillance de nuit des installations ferroviaires, mais aussi pour la Résistance et pour les Alliés qui vont la bombarder à plusieurs reprises. Lors de la libération du village par l'armée canadienne, les installations ferroviaires sont en partie détruites comme l'ensemble du village. Les travaux pour la remise en état débutent dès le 3 septembre 1944. Le nouveau bâtiment voyageurs de la gare est reconstruit en 1957[8].

En 2015, SNCF estime la fréquentation annuelle à 32 270 voyageurs[9].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Desserte par un TER.

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichets, ouvert tous les jours[10].

Un souterrain et un passage planchéié permettent la traversée des voies et l'accès aux quais[10].

Desserte[modifier | modifier le code]

Serquigny est une gare SNCF du réseau TER Haute-Normandie desservie par des trains régionaux vers les gares de Paris-Saint-Lazare, d'Évreux-Normandie, de Rouen-Rive-Droite, ou de Caen[10].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parking pour les véhicules y est aménagé[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français : (366/2) Evreux - Caen, vol. 1 - lignes 001 à 600, Paris, La Vie du Raill, , 238 p. (ISBN 978-2-918758-34-1), p. 138
  2. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français : (372) Serquigny - Oissel, vol. 1 - lignes 001 à 600, Paris, La Vie du Raill, , 238 p. (ISBN 978-2-918758-34-1), p. 140
  3. François Palau et Maguy Palau, Le Rail en France - Le Second Empire : 1.33 Mantes-Lisieux : 1er juillet 1865, t. 1 : 1852 - 1857, Paris, Palau, , 215 p. (ISBN 2-950-94211-3), p. 109-110
  4. François Palau et Maguy Palau, Le Rail en France - Le Second Empire : 8.6 Serquigny-Rouen : 24 juillet 1865, t. 3 : 1864 - 1870, Paris, Palau, , 239 p. (ISBN 2-950-9421-3-X), p. 51
  5. Conseil général de l'Eure, « Rapports et délibérations - Eure, Conseil général », sur gallica.bnf.fr, BNF, (consulté le 25 mai 2014), p. 39-40
  6. Conseil général de l'Eure, « Rapports et délibérations - Eure, Conseil général », sur gallica.bnf.fr, BNF, (consulté le 25 mai 2014), p. 30
  7. Conseil général de l'Eure, « Rapports et délibérations - Eure, Conseil général », sur gallica.bnf.fr, BNF, (consulté le 25 mai 2014), p. 33
  8. a et b Serquigny, « L'histoire de Serquigny », sur serquigny.fr (consulté le 25 mai 2014)
  9. SNCF Open Data, estimation de la fréquentation des gares en 2015.
  10. a, b, c et d SNCF, TER Haute Normandie, « Gare de Serquigny », sur ter-sncf.com (consulté le 24 mai 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Terminus Terminus Intercités Beaumont-le-Roger Paris-Saint-Lazare
Caen
ou Terminus
Bernay
ou Terminus
TER Normandie Beaumont-le-Roger Paris-Saint-Lazare
ou Évreux-Normandie
Caen Bernay TER Normandie Brionne
ou Elbeuf-Saint-Aubin
ou Terminus
Rouen-Rive-Droite
ou Terminus