Château de l'Herm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de l'Herm
Image illustrative de l’article Château de l'Herm
Le château de l'Herm.
Début construction XVIe siècle
Fin construction XVIe siècle
Propriétaire actuel Personne privée
Protection  Inscrit MH (1927)
Site web http://www.chateaudelherm.com
Coordonnées 45° 04′ 41″ nord, 0° 57′ 35″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Commune Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de l'Herm

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

(Voir situation sur carte : Dordogne)
Château de l'Herm

Le château de l'Herm se situe sur la commune de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac, dans le département de la Dordogne.

Bâti au XVIe siècle, le château de l'Herm fait l'objet d'une inscription au titre des Monuments historiques depuis le 10 août 1927[1].


Présentation[modifier | modifier le code]

Construit entre 1500 et 1520 au cœur de la forêt Barade, par Jean de Calvimont, conseiller au parlement de Bordeaux et son fils Jean de Calvimont président au même parlement et ambassadeur de François Ier en Espagne, le château de l'Herm est abandonné à la suite de plusieurs assassinats. Il est la propriété de la famille de Calvimont entre 1500 et 1605[2].

Anne de la Douze a été mariée en premières noces, en 1582, avec Jean IV de Calvimont, seigneur de l'Herm, de Tursac, de Saint-Paul et de La Double, dont elle a eu Marguerite de Calvimont. Elle s'est remariée en 1588 avec Foucaud d'Aubusson, seigneur de Beauregard, mort en 1600[3]. Ce dernier avait eu de son premier mariage avec Françoise de Pompadour, en 1561, François II d'Aubusson. Anne de la Douze oblige sa fille, Marguerite de Calvimont, dame de l'Herm, à épouser François II d'Aubusson, sieur de Beauregard. Mais ce dernier s'éprend de Marie de Hautefort et a le projet de se débarrasser de sa femme et d'accaparer son héritage. Après avoir renvoyé tous les serviteurs du château, il fait signer à Marguerite de Calvimont un document pour la dépouiller de ses biens et la fait étrangler en février 1605. Sa belle-mère, Anne de la Douze, dame de Beauregard l'accuse de ce meurtre. François d'Aubusson se remarie ensuite avec Marie de Hautefort, le 28 septembre 1606, dont il a eu deux enfants, Charles et Françoise. En 1608, Anne de la Douze retire sa plainte contre une partie de l'héritage de sa fille mais les Calvimont de Saint-Martial crient au scandale et l'oblige à revenir contre son gendre. François d'Aubusson se livre alors à la justice, il est incarcéré et meurt en 1618. Marie de Hautefort fait assassiner les deux frères de Calvimont de Saint-Martial et obtient la propriété du château. Son fils Charles est assassiné en 1636. Pour se protéger, Marie de Hautefort se remarie avec Henri Bertrand Raphaël de Beaudet, seigneur du Peuch, dont c'est le troisième mariage, un complice, et promet sa fille au fils de celui-ci, Louis de Beaudet. Mais cette dernière a déjà été promise à Godefroy de La Roche-Aymon. Françoise d'Aubusson se marie avec Godefroy de La Roche-Aymon dont elle a une fille, Jeanne-Armande de La Roche Aymon, et meurt en 1641. Godefroy de La Roche-Aymon se remarie en 1642 avec Henriette-Madeleine des Grillets de Brissac, veuve de Jean de Rilhac[4]. Jeanne-Armande de la Roche-Aymon est mariée en 1660 avec François de Reilhac, comte de Boussac, fils d'Henriette-Madeleine des Grillets. Godefroy de La Roche-Aymon a tué en duel, en 1637, Jean VI de Calvimont de Saint-Martial. Henri-Bertrand de Beaudet, accompagné par son fils Louis, est tué dans le bois du Bastit le 19 novembre 1644 dans un traquenard monté par le demi-frère illégitime de sa femme, Charles de Hautefort, et Godefroy de la Roche-Aymon. Ce dernier est aussi tué. Louis de Beaudet est tué le 1er août 1649 par Pierre Babut, premier consul de La Linde. Marie de Hautefort meurt au château de l'Herm en 1652 en laissant tous ses biens à sa petite-fille, Jeanne-Armande de la Roche-Aymon. Cet héritage a amené de nombreux procès[5],[6],[7].

Le château est racheté en 1682 par Marie de Hautefort (1616-1691), fille de Charles, marquis de Hautefort, surnommée « l'Aurore » par Louis XIII. Le domaine est alors loué à un fermier.

Le château est abandonné en 1862.

Plus tard, Eugène Le Roy y placera le décor de son roman Jacquou le Croquant, adapté à la télévision en 1969 et au cinéma (film sorti le 17 janvier 2007, produit et réalisé par Laurent Boutonnat).

Aujourd’hui, ce site est ouvert à la visite. Il revit grâce à des travaux de protection, des recherches historiques, des pièces de théâtre et des concerts estivaux. Les fouilles archéologiques de ces dernières années ont révélé l'enceinte circulaire de bâtiments plus anciens, dont les actuels fossés en eau sont un vestige.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Classement du château de l'Herm », notice no PA00082786, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 23 août 2009
  2. Site du château de l'Herm
  3. Généalogie de la Maison d'Aubusson, 1832, p. 13-14 (lire en ligne)
  4. France Archives : Papiers d' Henriette-Madeleine des Grillets de Brissac , de son second époux, Godefroy de la Roche-Aymon et de Françoise d'Aubusson, sa première épouse
  5. Jean Maubourguet, « L'assassinat de Marguerite de Calvimont dame de Lerm (1605) », dans Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1940, tome 67, p. 339-346 (lire en ligne)
  6. France Archives : François II d'Aubusson de Beauregard et Marie de Hautefort....
  7. Aymard de Saint-Saud, Recherches sur le Périgord et ses familles', III, Généalogies périgourdines : famille de La Croix, de Beaudet, de Malleret, de Barraud, de Marsoulier, de Coustin de Bourzolles, d'Arlot, d'Aurout, de Brons, de Fayolles de Puyredon, de Thomasson, Imprimerie générale du Sud-ouest, Bergerac, 1898, p. 59-60 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Secret, Le château de Lerm, p. 90-96, dans Congrès archéologique de France. 137e session. Périgord Noir. 1979, Société Française d'Archéologie, Paris, 1982

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]