Reza Chah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Reza Chah
رضا شاه
Reza Chah Pahlavi dans les années 1930
Reza Chah Pahlavi dans les années 1930
Titre
Chah d'Iran

(15 ans 9 mois et 1 jour)
Couronnement
Premier ministre Mohammad Ali Foroughi Zok al-Molk
Hassan Mostowfi al-Mamalek
Mehdi Gholi Khan Hedayat
Mohammad Ali Foroughi Zok al-Molk
Mahmoud Jam
Ahmad Matin-Daftari
Ali Mansour al-Molk
Mohammad Ali Foroughi Zok al-Molk
Prédécesseur Ahmad Chah
Successeur Mohammad Reza Chah
Premier ministre iranien
Monarque Ahmad Chah
Prédécesseur Mirza Hassan Khan Pirnia
Successeur Mohammad Ali Foroughi Zok al-Molk
Ministre de la Guerre
Monarque Ahmad Chah
Prédécesseur Massoud Keyhân [1]
Successeur Mohammad Nakhitchevan [2]
Généralissisme de l'armée
Monarque Ahmad Chah
Prédécesseur Inconnu
Successeur Inconnu
Commandant de la Brigade cosaque persane
Monarque Ahmad Chah
Prédécesseur Vsevolod Starosselski
Successeur Ghassem Khan Vali
Biographie
Dynastie Pahlavi
Nom de naissance Reza Savad-Koohi
Date de naissance
Lieu de naissance Alasht (Perse)
Date de décès (à 66 ans)
Lieu de décès Johannesburg (Afrique du Sud)
Nature du décès crise cardiaque
Sépulture Mosquée Al-Rifa'i(1944-1950) Mausolée de Reza Chah (1950-1979) Incertain (depuis 1979)
Nationalité iranienne
Père Abbas Ali (1818-1878)
Mère Noush-Afarin (1836-1885)
Conjoint Maryam Khanoum (1895-1903)
Tajmah Khanoum (1903-1904)
Safiah Khanoum (1913-1913)
Nimtaj Khanoum Tadj ol-Molouk (1915-1922)
Tourane Amir Soleymani (1922-1924)
Esmat Dowlatshahi (1923-1944)
Enfants Avec Maryam Khanoum
Princesse Hamdamsaltaneh Pahlavi

Avec Tadj ol-Molouk
Princesse Chams Pahlavi
Mohammad Reza Chah Souverain
Princesse Ashraf Pahlavi
Prince Ali-Reza Pahlavi

Avec Touran Amir Soleymani
Prince Gholam-Reza Pahlavi

Avec Esmat Dowlatshahi
Prince Abdol-Reza Pahlavi
Prince Ahmad Reza Pahlavi
Prince Mahmoud Reza Pahlavi
Princesse Fatimah Pahlavi
Prince Hamid Reza Pahlavi
Héritier Mohammad Reza, prince impérial
Religion islam chiite

Reza Chah
Monarques d'Iran
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne Reza Chah Pahlavi (1878-1944). Pour son fils et son petit-fils, voir Reza Pahlavi.

Reza Chah Pahlavi (en persan رضاشاه پهلوی )[3], aussi écrit Rizā Shāh Pahlevi ou plus rarement Reza Ier, Reza Chah Ier ou Pahlavi Ier, né à Alasht le et mort à Johannesburg le , est le roi de la Perse (Iran) de 1925 à 1941 et le fondateur de la dynastie Pahlavi. À différentes époques, il est également connu sous les noms de Reza Pahlavan, Reza Savad-Koohi, Reza Khan, Reza Khan Mir-Panj, Reza (Khan) Sedar Sepah, Reza (Khan) Pahlavi, ayant d’abord été militaire, chef des armées, ministre de la Guerre puis Premier Ministre avant d'être empereur entre 1894 et 1941.

Officier cosaque issu d’une lignée de militaires[4], il passe son enfance dans une grande pauvreté, natif du village montagneux d’Alasht, dans le Mazandaran. Orphelin de père à huit mois et de mère à sept ans, il est recueilli par un de ses oncles avant d’intégrer la brigade cosaque. Sa grande taille et sa force de caractère lui permettent de grimper les échelons de la hiérarchie militaire. Il mène le coup d’état de 1921 et devient successivement commandant suprême des corps armés et chef du gouvernement de l’Empire perse sous le règne d’Ahmed Chah, dernier souverain Qadjar. La Constituante ayant voté la déchéance du jeune monarque le , le , Reza Khan est aussitôt élu et intronisé par le Parlement (Majles). Proclamé Empereur (Chāhanchāh), il est couronné le . Contrairement aux Qadjar, la nouvelle dynastie n'est pas turcophone mais persanophone, elle a également un caractère non-clanique marqué[5].

Son règne, extrêmement séculier et souverainiste, est marqué par une modernisation à grande échelle dans son pays, qui se trouve alors dans un état de « sous-développement abyssal », selon les mots de l'ambassadeur britannique de l'époque (Percy Cox), avant l'arrivée au pouvoir de Reza Shah. Cependant, c’est un règne à deux aspects : d'un côté il modernise à grand pas la société pour la doter de services modernes, d'infrastructures correctes puis clairement bonnes, de codes de lois et de société inspirés de leur équivalent européens, avec une égalité des sexes, de la recherche d'une promotion de la culture ancienne iranienne ; de l'autre, il impose tout ces changements avec fermeté et parfois force, son attitude notamment vis-à-vis des religieux et des traditions locales lui valant quelques ressentiments dans la population. Il œuvre par exemple pour supprimer le féodalisme et une grande partie du tribalisme iranien, ce qui bouleverse et divise la société et les masses paysannes, et qui a –dit-on- laissé un assez mauvais souvenir chez les iraniens. On lui doit également le changement du nom « Perse » en « Iran » en 1935.

Mais le fait est que, à ce jour, son bilan reste discuté et assez difficile à évaluer de par le fait que contrairement à Mustapha Kemal, son modèle, son successeur a été renversé. Et ce lors d’une révolution qui a abouti à la mise en place d’un régime théocratique en totale contradiction avec les principaux aspects du règne de Reza Chah. Ce qui fait que l’Iran actuel, où l’information est assez contrôlée, ne laisse transparaître de lui qu’une image (extrêmement) négative.

En 1941, l’Iran, suspecté de progermanisme, en pleine Seconde Guerre Mondiale, est envahi par les troupes Alliés, qui l’occupent pendant quatre ans et déposent le vieil empereur. Son fils Mohammad Reza lui succède, tandis qu’il est exilé par les britanniques qui l’envoient à l’île Maurice, puis à Johannesburg, en Afrique du Sud, où il mourra.

Son fils qui lui succède sera renversé par le Révolution Islamique en 1979. Son petit-fils est actuellement un des meneurs de l'opposition à la république Islamique.

Sommaire

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse (1878-1891)[modifier | modifier le code]

Reza voit le jour à Alasht, une petite bourgade des environs de Savad Kouh, dans les hauts du Mazandaran, une province montagneuse du Nord de l'Iran. Il est le fils d'Abbas Ali (1818 — 1878)[6], militaire qui se bat à Herat (aujourd'hui en Afghanistan) en 1857, et de Nouch Afarine, une Géorgienne musulmane dont la famille avait été chassée du Caucase en 1828, après la guerre russo-persane de 1826-1828 [7].

La maison natale de Reza Khan dans les années 1960

Le grand-père de Reza, Morad 'Ali Khan, est un militaire qui sert dans le Septième Régiment de Savad Kouh de l'armée a trois fils, également militaires : Abbas 'Ali Khan, Cheragh 'Ali Khan, et Fazl Allah Khan. Abbas Ali se marie de nombreuses fois, ayant entre cinq et sept femmes, et lui attribue environ 32 enfants. On ignore cependant les relations (si elles ont existé) entre Reza Chah et ses demi frères et sœurs, même après son accession au pouvoir. La dernière femme d'Abbas Ali est Nouche Afarine, qu'il a rencontré lors d'un voyage à Téhéran [7]. Le lieu de naissance de Reza Savad-Koohi ne le destine pas à un grand avenir : Alasht est une ville extrêmement misérable, mais la famille paternelle de Reza est cependant une famille de propriétaires terriens et de militaires. Cependant il existe un fossé très important entre la notoriété à Alasht et celle à Téhéran. Donald Wilber, qui a écrit une biographie de Reza Chah dans les années 1970, décrit la ville ainsi :

« Jusque récemment, Alasht était aussi isolée qu'au siècle précédent. Il n'y avait pas de lignes téléphoniques, pas d'électricité, pas de routes motorisables, bien qu'une étroite route franchissable par voitures soit apparue à quelques kilomètres du village. [...] La lutte pour la vie a toujours été importante à Alasht : des hivers froids et amers aux importantes chutes de neige sont suivis par des été secs, amenant une pénurie en eau pour les hommes comme les animaux et l'irrigation des cultures. L'actuel modèle de vie à la saison froide a été établi il y a longtemps : environ 1/4 de la population reste au village, environ 1/4 descend sur la Mer Caspienne dans l'espoir d'y trouver un emploi saisonnier, et le reste passe la plupart du temps loin du village. Les mariages entre parents proches sont la "règle", et la plupart des habitants n'a jamais voyagé au-delà de la vallée. Lors de la seconde partie du dix-neuvième siècle, le village compte moins de mille habitants. »[7]

Quarante jours après la naissance du futur Reza Chah, chassée par sa belle-famille qui ne voulait pas d'une étrangère, Nouch Afarine quitte Alasht pour Téhéran. En compagnie de son frère Hossein, elle entreprend la traversée du massif de l'Elbourz, afin de rejoindre son époux Abbas Ali, gravement malade, et son frère aîné Hakim Ali.

À ce sujet, une légende naîtra plus tard, sous le règne de la dynastie Pahlavi : alors que Nouche Afarine était avec son enfant traversant les montagnes à grand-peine, ce dernier, nourrisson, serait tombé malade et aurait manqué de mourir (de froid). Sa mère s’arrêta à l’emamzadeh (type de mausolée réservé à un descendant du Prophète) Hachem, où l’enfant aurait été soigné et se serait remis miraculeusement, ce qui aurait été un signe du destin.

Reza n'a que huit mois quand survient la mort de son père, et sept ans lorsque sa mère meurt à son tour. Hakim Ali, son oncle, se charge aussitôt de son éducation et lui assure une vie décente sur le plan matériel, le faisant vivre de façon plus ou moins confortable – selon les critères de la Perse de l'époque.

Carrière militaire (1891-1921)[modifier | modifier le code]

Reza Savad-Koohi Khan, colonel de la Brigade Cosaque Persane en 1917

En 1891, suivant les traces de son père, Reza se lance dans la carrière militaire : Il intègre la Brigade cosaque persane, seule institution étatique jugée efficace et inspirant le respect en 1893-94, à l'âge de 15 ans. Il est ensuite très difficile de savoir, même en fouillant les papiers administratifs ce qu'a fait Reza entre 1894 et 1911. Quelques écrivains indiquent qu'il fut garde devant les ambassades allemande, belge ou néerlandaise, ou devant la demeure du prince Abdol-Hossein Farman-Farma, mais leurs écrits semblent sujets à caution, la plupart ayant été écrits après l'avènement de la République Islamique[8]. « L’armée perse » en général, à cette époque, étant, comme le reste du pays, dans un état de détérioration avancée : les soldats s’équipent eux-même, la corruption règne, on fournit parfois un cheval[9] ; la Brigade cosaque reste le seul corps à peu près bien organisé, et c’est probablement pour cela que Reza choisit de l’intégrer. Chose plus certaine : il est soumis à la discipline de fer, mais se trouve froissé que cette armée, théoriquement iranienne, soit commandée par des russes et que ce soit un corps où l'on s'exprime en russe.

Contrairement à Mustapha Kemal, l'homme qui allait devenir son modèle politique et avec lequel il devait entretenir de bons rapports, Reza est relativement peu instruit. Il ne maîtrise aucune langue véhiculaire et diplomatique (Mustapha Kemal savait parler le français). Contrairement à ce qu'affirme la propagande britannique dans les années 1920, Reza est semi-analphabète et apprit très tard à écrire[10],[11].Reza sait en outre quelques rudiments du langage turc (ce qui lui sera utile en 1934). Mais n'était pas vraiment quelqu'un de cultivé, mais il devait se distinguer autrement : Il était surtout remarquable par son allure, son autorité et ses qualités militaires qui faisaient de lui un exemple de bravoure et de détermination. Ces qualités lui permirent ainsi de grimper rapidement les échelons de l'armée.

C'est le même prince que celui dont il aurait été garde, Farman-Farma, qui, en 1911, le fit combattre dans les soulèvements de la fin de la Révolution Constitutionnelle, dans les tentatives infructueuses de Mohammad Ali Qâdjar de recouvrer son trône. Malgré tout, le prince l'élève au grade de lieutenant en 1911, avant qu'il n'atteigne une équivalence du grade de capitaine en 1912. Il est en outre un homme grand, mesurant environ 1,90 m, une véritable force de la nature, également très impliqué dans la manutention des mitrailleuses, dont il s'occupe en 1915. Lesdites mitrailleuses sont de marque Maxims, et Reza, qui n'a pas de vrai nom ou de patronyme officiel (voir la section Nouveau nom) est surnommé Reza Khan Maxims[réf. nécessaire]. Cette année-là, il aurait été promu Colonel. En 1918, il est Brigadier Général (Sartip), dans une campagne des cosaques contre la bande du bandit Na'eb Hosein dans le Kashan[8].

Selon l'avis du général Ironside, officier britannique chargé par le gouvernement de Téhéran de la réorganisation de la division cosaque de l'armée, il devient ainsi le premier officier persan à commander ce corps armé en remplacement des Russes ; car, en 1920, le précédent commandant, le général Vlessovold Starosselski, a quitté, comme une bonne partie des officiers russes de la Brigade cosaque Persane, la Perse pour aller combattre les Rouges aux côtés des Blancs dans la Guerre Civile Russe (1918-1924). Les anglais, à l'époque à la recherche d'un appui en Perse (voir plus bas), essayent de nommer à la tête vacante de la Brigade un officier anglophile, mais ils y renoncent devant la popularité de Reza et l'hostilité dans la brigade à l'égard de cette décision. Reza Khan devient le Commandant de la Brigade Cosaque Persane.

La marche vers le pouvoir (1921-1925)[modifier | modifier le code]

Profitant d'une situation confuse et complètement désordonnée, il entreprend un coup d'État dans la nuit du 20 au 21 février 1921. Il entre à Téhéran, fort d'environ 2 000 hommes et sans effusion de sang. Il est nommé Sardar Sepah (« chef de l'armée ») par Ahmad Chah. Il devient très rapidement l'homme fort du pays et se consacre à réformer l'armée, l'ordre et la sécurité. Il donne aussi un nouvel élan au nationalisme iranien.

En octobre 1923, Ahmad Chah le nomme Premier ministre avant son départ pour l'Europe pour raisons de santé.

Seyyed Zia'eddin Tabatabaï, vers 1921

Le plan britannique (1917-1921)[modifier | modifier le code]

Les britanniques, depuis le XIXe siècle, avaient maintenu la Perse dans un très mauvais état, avec une certaine aide des russes qui avaient grignoté tout au long du siècle passé des territoires iraniens, dont ceux dans le Caucase d'où sont originaires la famille de la mère de Reza ainsi que celle de sa femme Tadj ol-Molouk. La Perse servait un peu d'état intermédiaire entre les empires des Indes et Russe – sans parler des zones d’influence établies[12], évitant des alliés d'entrer en conflit pour des problèmes frontaliers. Mais la révolution Russe, puis l'incertitude que les Blancs gagnent la guerre civile (qui se terminera finalement en 1924 et sera gagnée par les Rouges) poussent le gouverner de Londres à agir : la Russie bolchevique représente un danger pour le Raj britannique, susceptible d'absorber la frêle Perse et de joindre directement les frontières indiennes, une action qui aurait de très nombreuses conséquences. L'Angleterre tente alors de s'implanter en Perse. Par le traité irano-britannique de 1919, elle souhaite établir une zone-tampon sur les parties de l'empire Perse jointant la Russie, et d'imposer un protectorat de fait aux iraniens, ayant une très grande ingérence officielle dans les affaires internes. Conspué par l'opinion iranien, le traité est signé à contrecœur par Ahmad Chah, mais le Parlement refuse de ratifier la traité.

Devant cet échec, Londres met en place une autre stratégie : imposer à la tête du gouvernement un homme qui leur sera dévoué et qui permettra d'agir indirectement. Le choix se porta sur un ambitieux journaliste, Sayyed Zia el-Din Tabatabaï (aussi transcrit Seyyed Zia’eddin Tabatabai) ; mais il lui manquait un « bras armé ». Les britanniques pensèrent alors à celui qui venait de devenir le chef de la Brigade Cosaque, Reza Khan, premier homme iranien depuis longtemps à réussir à reprendre en main un organisme de son pays, fut-il militaire.

Coup d'état (20-21 février 1921)[modifier | modifier le code]

Ahmad Chah Qâdjar

Reza vu là sa chance : ce rôle dans ce coup d'état ne lui permettait-il pas d'approcher de très près le pouvoir et qui sait, peut-être plus ? Il ne cautionnait cependant pas du tout l'infâme traité de 1919 ni le complot britannique : il a toujours imputé aux anglais (et aux russes, mais dans une moindre mesure) la déchéance de son pays. Il laissait cependant croire à tous, comme les espions britanniques Ardeshir Reporter et (le franc-maçon bahai) Ayn ol-Molk Hoveyda, qui l'avaient découvert[8],[13], et surtout à Tabatabaï qu'il était leur homme. Avec sa brigade, et surtout ceux qui lui sont dévoués (une grande partie de ladite brigade), il prend le contrôle de la capitale dans la nuit du 20 au 21 février 1921. Au lendemain, dans tous les édifices publics de Téhéran, on voit placardé aux murs la proclamation suivante, « connue » sous le nom de « Moi, j’ordonne …» :

Moi, j'ordonne :

Tous les habitants de Téhéran sont tenus de garder le calme et d'obéir aux ordres des militaires. L'état de siège est décrété. passé huit heures du soir, hormis les militaires et les policiers, nul n'est autorisé à sortir de chez soi et à circuler dans les rues [...] La publication de tous les journaux et autres imprimés est suspendue jusqu'à la formation d'un nouveau gouvernement [...] Tout rassemblement dans les maisons et autres lieux est défendu. Dans les rues et lieux publics, tous rassemblement de plus de trois personnes sera dispersé par la force publique [...] Les débits de boissons alcoolisés, les théâtres, les cinémas, les lieux de jeux de hasard, seront fermés jusqu'à nouvel ordre. Toute personne prise en état d'ébriété sera traduite devant la justice militaire. Jusqu'à la formation d'un nouveau gouvernement, les administrations publiques, y compris la poste et le télégraphe, seront fermés. Seule l'administration qui assure la distribution des vivres reste autorisée à fonctionner. Toute personne contrevenant à ces dispositions sera déférée devant les tribunaux militaires et sévèrement punie.

Commandant de la Division cosaque de Sa Majesté et commandant en chef des forces armées,

Reza [9]

Outre le caractère un peu pompeux du texte (les forces armées de Sa Majesté ne sont alors grand-chose alors), on remarque que la volonté de changer les choses, résumée dans le texte, a été exclusivement signée par Reza Khan, comme s’il était le seul homme du coup d'état.

Combat pour le pouvoir avec Tabatabaï (21 février – 25 mai 1921)[modifier | modifier le code]

Reza Khan, chef de la Brigade Cosaque Persane

Sayyed Zia el-Din Tabatabaï devenu Premier Ministre, Reza ne reçoit pas tout de suite la moindre direction, s’attendant à devenir ministre la Guerre. Mais Tabatabaï nomme à la place le colonel Massoud Keyhân. Cependant, Ahmad Chah, le 1er mars 1921, le nomme généralissime (Sedar Sepah), et ce sans l’avis de Sayed Zia. Rapidement, la bataille est engagée entre les deux, ou plutôt les trois hommes : Sayed Zia et Reza Khan, qui ont mis en place le coup d’état ensemble, se disputent la direction des affaires, agissant l’un sans l’autre, mais Sayed Zia ayant largement le dessus, et Ahmad Chah qui essaie d’utiliser le deuxième pour affaiblir le pouvoir du premier. Sayed Zia incommode en effet beaucoup la Cour, gouvernant par décrets-lois sans en référer au Chah et destituant même des personnalités certes de la cour, mais aussi liés à la Couronne Britannique, comme le prince Firouz Mirza Nosrat ol-Dowleh.

Un premier incident se produit : l’ambassadeur du Royaume-Uni se référant à Reza pour obtenir la libération du prince, il est éconduit par le généralissime.

Un deuxième incident survient : Reza ordonne à l’ambassade britannique de cesser ses ingérences foncières dans le quartier où se trouve une résidence d’été qui leur appartient, en prenant les mesures nécessaires.

Londres commence à se dire que ce n’est pas vraiment l’homme qu’il fallait pour la reprise d’une mainmise dans le pays.

Mais Tabatabaï reste une sorte de verrou du pouvoir britannique.

Seulement, Ahmad Chah, qui lui en veut pour le coup d’état de février, ne supporte pas ses manières cavalières, ni sa façon de commander le pays sans référer à rien ni personne, car il a dissout le Parlement, et cherche à se venger. Face à la montée en puissance de Reza, qui sécurise la capitale et les environs (voir plus bas), Sayed Zia pense à –finalement- le nommer ministre de la Guerre, tout en lui retirant son autre poste. Ahmad Chah accepte, et le gouvernement est remanié le . Reza Khan devient ministre de la Guerre, mais reste généralissime; le souverain Qâdjar veut se débarrasser de son Premier Ministre.

Ahmad Chah peut maintenant se débarrasser de Sayed Zia, avec l’appui de Reza. Il se réfère à la Constitution, retournant l’arme de Sayed Zia contre lui : sans Parlement, le gouvernement a les mains libres, mais l’empereur peut changer de Premier Ministre à tout moment – une tactique qu’utilisera Mohammad Reza Chah, le fils de Reza Khan, pour (tenter de) se débarrasser de Mohammad Mossadegh le .

Le 25 mai (ou le 4 juin) 1925, le Premier Ministre se voit notifier sa démission par le roi ; il réagit vivement, et Ahmad Chah appelle en renfort Reza et quelques officiers, qui se trouvaient dans la pièce à côté[9]. Fermement, mais sans violence inutile, Seyyed Zia’eddin Tabatabai est amené aux frontières irakiennes, d’où il partira pour l’Europe puis la Palestine, où il restera jusqu’en 1942, date de son retour en Iran.

Ministre de la Guerre et Commandant de l’armée (25 mai 1921- 28 octobre 1923)[modifier | modifier le code]

Prélude à la modernisation[modifier | modifier le code]
Le cabinet Ghavam en 1921 : au centre, Ahmad Chah et derrière lui, le prince héritier. À leur droite, le Premier Ministre Ghavam os-Saltaneh et enfin, plus grand que tous les autres, derrière, Reza Khan

Après la destitution de Seyyed Zia, Ahmad Chah se méfie de cet ambitieux ministre de l’armée. Plutôt que de lui confier les rênes du gouvernement, il le laisse ministre de la Guerre, mais nomme Premier Ministre un autre homme : Mirza Ahmad Ghavam, dit Ghavam os-Saltaneh (ce qui signifie « la force du pouvoir »). Ghavam et Reza Khan, s’ils se côtoieront longtemps, ne s’apprécieront jamais vraiment voire se détesteront. Ghavam s’était opposé à Tabatabaï, qui l’avait envoyé en prison, où il se trouve quand il devient Premier Ministre. Libéré, il inaugure une phase de grandes avancées pour le pays ; en outre, le Parlement est de nouveau en fonction après des élections, la démocratie parlementaire est rétablie, et plusieurs cabinets se succéderont pendant deux ans.

Ghavam reste premier Ministre jusqu’au , date à laquelle il est remplacé par Hassan Pirnia, mais revient à la tête des affaires du au 14 février 1923, puis devient Premier Ministre Hassan Mostofi, à qui succède de nouveau Hassan Pirnia le .

Le gouvernement Ghavam, puis ceux de ses successeurs décident de mettre en place cette modernisation dont le pays rêve depuis 1906. En 1921, est créée une faculté d’agronomie, aux enseignants français ; la main d’œuvre enseignante n’étant pas formée, elle est recrutée hors des frontières. Ensuite, le gouvernement créé un Office National de l’enregistrement des transactions immobilières ; c’est la première fois que la mainmise religieuse sur une quelconque institution est remise en cause – ce ne sera pas la dernière. Enfin, Enfin, le gouvernement Pirnia fonde le Lion-et-Soleil-Rouge et l’Institut Pasteur de Téhéran.

Sécurisation de Téhéran[modifier | modifier le code]
Reza Khan, ministre de la Guerre

Reza, homme qui connaît la ville, dès le moment où il devient Sedar Sepah, désire plus que tout sécuriser la capitale (au moins) qui est alors peu sûre : la nuit, des raids de brigands ont lieu, tandis que d’autres bandes font respecter leur loi dans la ville ; les rues ne sont pas éclairées, si ce n’est par des lampes dans les rues autour du palais royal. Devenu généralissime, et même déjà avant, il s’entoure des divisions militaires existantes et de la petite gendarmerie du pays, bref devenant une sorte de généralissime avant l’heure. Après, il peut mettre à exécution son plan : ses lieutenants cosaques et autres disparaissent souvent quelque temps, chargés officieusement de se débarrasser de ces formes de contre-pouvoir aux alentours de la capitale. Si bien qu’en trois mois, la capitale devient plus sûre, même la nuit, et la population le considère comme une véritable figure d’autorité, plus que Sayed Zia, alors Premier Ministre[9].

Reza Khan

Il décide, pour ce fait, car c’est son domaine, de réorganiser l’armée, quitte à emprunter : il contracte un emprunt de cinq millions de dollars avec les États-Unis pour financer ces réorganisations et ce rééquipement[9]

Campagnes contre les rebelles et les indépendantistes[modifier | modifier le code]

Reza reste généralissime et ministre de la Guerre. Il mène plusieurs campagnes réussies contre les chefs rebelles ou indépendantistes du territoire et gagne en autorité et en force[réf. nécessaire]., notamment lors de l’écrasement de le république socialiste du Gilan, finalité du mouvement constitutionnaliste du Gilan : le mouvement (1914-1921), considéré à la base comme une extension de la Révolution Constitutionnaliste de 1906, déboucha sur cette république, créée avec l’aide des bolcheviques. Mais son fondateur, Mirza Kuchak Khan, vit ses relations avec les bolcheviques se détériorer et sa république peu soutenue par la population disparaître. Reza Khan Sedar Sepah dirigea en la fin de l’année 1921 la lutte contre les restes du gouvernent dispersés dans la jungle et en sortit victorieux[14].

Reza s’élabore également à marquer son autorité – officiellement, celle de l’état – dans la région kurde. Car il se voit chargé d’aller remettre d’aplomb l’autorité centrale, dans le même style que ce qui a eu lieu au Gilan. En 1918, Simko Shikak, féodal et surtout meneur et séparatiste kurde, assassine le patriarche Simon XIX Benjamin et prend largement part au génocide assyrien vers la fin de la Première Guerre Mondiale, établissant son autorité sur une partie du territoire mésopotamien, ainsi que persan, adjoint à ses propres terres[15]. Si le gouvernement d’alors avait cherché un accord, celui de Ghavam envoie directement l’armée pour rétablir l’autorité ; et l’armée, c’est Reza. Après une lutte de quelques mois, la révolte de Simko Shikak est écrasée dans la région de Salmas, vers Sari Taj en 1922. Shikak, après avoir tenté vainement un autre soulèvement en 1926 (il sera abandonné par son armée)[15], sera tué en 1930 dans une embuscade, tendue par celui qu’il avait accepté de rencontrer, le général Moghaddam – ce qui, ironiquement, ressemble à la manière dont Shikak avait piégé puis tué Simon XIX Benjamin. Cependant, l’histoire ne s’arrête pas là. Après cet épisode, Reza aurait gardé une méfiance constante voire une aversion pour les kurdes, et les aurait dépossédé de leurs terres, si ce n’est les aurait persécutés jusqu’à son abdication, vingt ans plus tard[16].

Il matte également un soulèvement dans le Baloutchistan Perse, mais aussi dans les régions azerbaïdjanaises et arméniennes.

Premier Ministre (28 octobre 1923 - 1er novembre 1925)[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Découvrez comment la « wikifier ».
Le gouvernement de Reza Khan. Il est à la fois Premier Ministre et Ministre de la Guerre

Le , Reza est appelé aux plus hautes fonctions, en remplacement de Hassan Pirnia, par le Majiles, chambre Basse de la législation parlementaire persane. Le , Ahmad Chah quitte le pays pour aller en France, à Nice, dit-on à cause de soucis de santé[17]. En fait, Reza Khan lui a plutôt forcé la main. Le souverain ne devait jamais revenir dans son pays. Depuis Nice, bien qu’impopulaire , il tente encore d’avoir une influence sur la vie parlementaire, préconisant de se méfier de Reza – bien que le reconduisant plusieurs fois au poste de Premier Ministre[17].

Consolidation des avancées et nouveaux projets[modifier | modifier le code]

La fondation d’un état moderne est en marche. Reza cherche à poursuivre dans la voie de la souveraineté nationale, tout en accélérant le rythme. Peu de temps après sa nomination à la tête du gouvernement, il fait passer une loi sur le sucre et le thé : l’importation est réglementée – l’Iran disposant de ressources en ce qui concerne ces deux denrées, et l’exploitation est très encadrée ; l’État place l’exploitation sous la coupe d’un Institut d’extraction, qui essaie de promouvoir au maximum l’action[18].

De même, Reza va construire une ligne ferroviaire inspirée du Transsibérien, le Transiranien. Depuis le début du siècle, l’empire Russe avait pensé établir une ligne de chemin de fer reliant les frontières russes et indiennes. Mais malgré la création d’un consortium Anglo-Iranien de Chemin de Fer en 1910, le chantier est stoppé pendant la Première Guerre Mondiale ; seulement les tronçons reliant Téhéran à Astara et Téhéran à Enzeli sont construits[19]. Maintenant que les Russes sont partis, la ligne ferroviaire remise à la nation, qui appartient désormais aux Perses, va continuer son chantier, car Reza veut aller plus loin : il négocie avec la compagnie américaine Ulen pour la construction d’une ligne plus étendue, allant de Muhammareh (aujourd’hui Khorramshahr) jusqu’à la Mer Caspienne[20].

Cependant, rien ne sera construit avant qu’il n’accède au trône de Paon.

Réorganisation de l’armée[modifier | modifier le code]

Reza Khan restant ministre de la Guerre et commandant de l’armée, il continue à persévérer dans la voie de la modernisation de l’armée. Ayant les mains encore plus libres qu’avant, il souhaite en faire un véritable moyen de défense contre une possible invasion, et un moyen d’assurer la stabilité du pays. Il confie la réorganisation de l’armée à un prince qâdjar, Amanollah Mirza Djahanbani (en), qui a fait ses études militaires dans les académies militaires de la Russie Impériale. Pour ce qui est de la formation de chefs militaires, ils sont envoyés en France, dans des écoles militaires telles que Saint-Cyr, Saumur, Fontainebleau. Pendant une longue partie de son règne, des officiers continueront d’être formés dans des écoles militaires étrangères ; françaises, puis européennes, mais jamais un seul officier en devenir ne sera envoyé en Angleterre. À cette époque, aussi, une petite aviation se développe en Iran. Lors de l’affaire du cheick Khazal, Reza dispose d’une brigade aérienne de trois aéronefs[9].

En mai 1924 a lieu l’établissement de la conscription, avec service militaire de deux ans obligatoire. Cette réforme vise particulièrement à aplanir les grandes différences sociales qui existent entre la population et, par extension, entre les militaires [21]. C’est un succès, et, dans le même style, une réforme scolaire institue la mise en place de l’uniforme pour les enfants ; elle vise aussi à faire un brassage culturel et sociétal, tout en sollicitant uniquement des entreprises iraniennes pour la confection des uniformes [22].

Nouveau nom[modifier | modifier le code]
Document datant de 1920 établissant l'identité de Reza Khan

Reza instaure aussi l'utilisation obligatoire du nom de famille - une loi du cabinet Pirnia, qui était jusque-là le propre des seules familles aristocratiques. La loi visant à établir un patronyme (nom de famille + prénom) officiel entre en vigueur en 1925. Reza se doit de montrer l’exemple, comme la plupart des politiciens. Mais quel nom officiel choisira-t-il ? Quand il a vu le jour, il a d'abord été nommé Reza Savad-koohi (سوادکوهي) d'après sa région natale de Savad-kooh (en). Plus tard, quand il est devenu officier dans l'armée perse, l'appellation correspondant au grade a été accolée à son nom et il est donc devenu Reza Khan (خان), puis avec sa progression en grade, Reza Khan mirpanj (خان میرپنج). En tant que ministre de la défense, il portait le nom Reza Khan Sardâr Sepâh (سردار سپاه). Alors, lequel adopter ? Khan ? C’était plutôt un surnom, comme Sedar Sepah. Savad-koohi ? Pahlavan ? Il finit par choisir le nom de Pahlavi (پهلوی), porté depuis par ses descendants. Ce patronyme, s’il rappelle le clan de son père – Pahlavan –, est une référence directe à l’identité préislamique de la Perse ; le Pahlavi, ou Pehlevi, étant une langue indo-européenne parlée en Iran entre le IIIe et le Xe siècle[23] et d'autre part, il fait référence à une langue ancienne, le moyen-persan, et d'autre part signifie « héroïque, glorieux, archaïque ». Déjà, la recherche d’une future orientation des affaires lorsqu’il concentrera (encore) plus de pouvoir entre ses mains, un retour aux sources de la grande civilisation persane, sans les apports dus à l’islamisation de la Perse au VIIe siècle. À l’état civil, il gardera toujours ce patronyme, même devenu empereur –il n’y ajoutera que le numérique Chah (شاه) -, qui est encore aujourd’hui celui de ses descendants.

Affaire du cheik Kazhal[modifier | modifier le code]

Le cheikh Kazhal, puissant potentat de la province de Khûzistân, signe aux alentours de 1923 un traité de protectorat de fait avec les britanniques, régnant dans une zone très peu sujette au pouvoir impérial. Ce traité, devant lequel Téhéran est impuissant, lui confère une sorte de pouvoir qui va lui monter à la tête : en 1924 il prend la tête d’une force de 30 000 hommes, avec une puissante cavalerie tribale et quelques pièces d’artillerie, alliés aux tribus bakhtiaries[9], en révolte contre le pouvoir central. Reza, qui pensait en avoir fini avec les séparatistes, prend la tête de l’expédition punitive, secondé par le plus jeune général de l’armée, Fazlollah Zahédi. Les britanniques, qui voyait en le traité de protectorat – pourtant illégal – conclu un moyen de protéger les frontières de l’Irak voisin et de sécuriser leurs territoires pétroliers, protestent, en l’occurrence leur ministre plénipotentiaire en Iran Sir Percy Loraine (en)[24]. Mais Reza Khan Pahlavi et le général Zahédi triomphe des troupes du cheikh le 1er novembre 1924. Le 19 novembre, le potentat envoie une sorte de télégramme d’excuse et voudrait se faire oublier, mais Reza, inflexible, lui ordonne de se rendre à la capitale avant la moindre négociation. Kazhal, prenant peur, s’enfuit par bateau et stationne dans les eaux internationales du Golfe Persique, près des frontières irakiennes et persanes.

Reza, qui ne renonce pas, envoie Zahédi capturer le cheikh, opération commando qui réussi. Si son traité de protectorat est rompu, pour ne pas froisser les britanniques qui apprécient de moins en moins Reza Pahlavi, le cheikh Kazhal est installé dans une confortable maison dans les hauteurs de Téhéran, et ses velléités séparatistes disparaîtront dès qu’il retrouvera sa fortune[9].

Naissance de la dynastie Pahlavi (1925-1926)[modifier | modifier le code]

Les premières armoiries de la dynastie Pahlavi

Reza Chah, impressionné par les réformes modernistes d'Atatürk en Turquie, pense un moment à établir un système présidentiel, une idée mal reçue dans les milieux religieux et traditionnels[réf. nécessaire].

Le , en l'absence d'Ahmad Shah Qajar, et alors que le pays nécessitait la restauration d'une autorité centrale et d'un gouvernement fort, le majles (le parlement persan) approuve à une grande majorité la déchéance de la dynastie Qajar. Le 12 décembre suivant, le Parlement se prononce pour le changement de dynastie. Reza Khan devient empereur de Perse sous le nom de Reza Chah Pahlavi avant d'être couronné le .

L’année 1925 : l’avènement de Reza Pahlavi[modifier | modifier le code]

Depuis l'affaire du cheikh, l'arrivée officielle de Reza au pouvoir, qui a déjà toutes les cartes en main, n'est plus qu'une question de temps. Seul Ghavam, qui aurait pu s'opposer à son ascension, trempe dans une sombre histoire de tentative d'assassinat - « étrangement » au moment opportun et est envoyé en exil, après intervention d'Ahmad Chah qui fait cesser la brimade que le gouvernement Pahlavi inflige à l'ancien Premier Ministre ; Ahmad Chah lui-même, pas plus que le reste de sa famille – le prince héritier Mohammad Hassan Mirza, surtout – ne représente un réel danger pour le pouvoir de Reza Pahlavi. Déjà admiratif de Mustapha Kemal, il pense alors à établir une république ; mais le clergé, peut enclin à cette idée, vient lui proposer de plutôt « prendre la couronne » : une idée qui séduira l'ancien officier cosaque, quand on connaît la suite.

A cette époque, les partisans et détracteurs de Reza s'affrontent dans la rue[9], ses partisans se divisant ensuite entre partisans de la république et ceux de l'avènement d'une nouvelle dynastie. Par une proclamation, le 4 avril 1925, le Premier Ministre leur demande de cesser de se déchirer, expliquant que le développement du pays est ce qui compte.

Mohammad Mossadegh, au début des années 1920

De même, au Parlement, la question, s'il venait à prendre le pouvoir - ce qui est imminent, de la forme du régime fait débat. Cependant, certains s'opposent à une accession pure et simple de Reza Pahlavi à la tête de l'état. Parmi eux, Mohammad Mossadegh, tribun et parlementaire :

« Reza Khan gouverne très bien le pays et il faut donc qu'il continue à le faire. Pour cela, il doit rester Premier Ministre. S'il devient roi, et s'il respecte le principe de monarchie démocratique, constitutionnelle, il ne devra pas gouverner, et cela serait dommage. En revanche, s'il se décide à gouverner en tant que roi, il deviendra par définition du dictateur, et nous ne nous sommes pas battus en faveur de la démocratie pour avoir encore une fois un roi dictateur » [25],[26]

Après l’accession au pouvoir de Reza, Mossadegh resta en fonction au Parlement, menant dans les premières années un groupe d'opposition. Malgré tout, il eut toujours de bonnes relations avec Reza Chah, qui lui proposa même plusieurs fois plusieurs postes[9],[27] ; une idée qu'infirment d'autres sources[28].

Fausse démission des affaires[modifier | modifier le code]

3 jours après sa demande, le , Reza Pahlavi remet à Hassan Pirnia, alors président du Majilis, sa démission. Il se dit fatigué des complots, intrigues et autres jeux mesquins qui grisent la vie politique, et informe les parlementaires et ministres qu'il va effectuer un pèlerinage au mausolée de l'Imam Hussein, à Karbala, haut lieu du chiisme, avant de quitter le pays pour aller s'installer à l'étranger.

Alors que Reza part en Irak, le jour même, de Nice, Ahmad Chah, voyant là l'occasion de se débarrasser de ce « nouveau Tabatabaï », s'empresse de nommer un Premier Ministre – Hassan Mostofi- et un gouvernement. Mais le monarque outrepasse, par deux fois ses droits : il nomme un Premier Ministre alors que le Parlement est en fonction, et sans en référer à personne, et il nomme des ministres sans l'avis même dudit Premier Ministre. Le gouvernement formé – ou plutôt désigné, de même que les parlementaires, s'empressent de se rendre aux frontières irakiennes pour retrouver Reza, qui revient de son pèlerinage à Karbala. Tous lui demandent de former de nouveau le gouvernement. Reza accepte et reste Premier Ministre.

Renversement des Qâdjars et proclamation des Pahlavi[modifier | modifier le code]

Reza Chah Pahlavi, prêtant son serment de fidélité à la Constitution Iranienne, le 12 décembre 1926

L'épisode de la démission de Reza semble être une ruse politique : il savait que beaucoup le jugeraient indispensable. Et cela a aussi décrédibilisé (un peu plus) la dynastie qâdjare – ce qui était peut-être le but : les ordres d'Ahmad Chah n'ont pas été écoutés, à peine rendus publics. De plus c'est un homme loin du pays et de ses réalités qui a parlé, et il adoptera encore une tactique différente, se sachant impuissant : il félicite Reza, s'inquiète de sa santé... Ce dernier, qui sait qu'il a déjà gagné, continue d'adopter une révérence de façade vis-à-vis de celui qui est encore l'empereur – mais plus pour longtemps.

Le 28 octobre 1925, toujours en l'absence d'Ahmad Shah Qajar, le Majilis vote une loi proclamant la déchéance de la dynastie Qadjar, suite à une demande conjointe de nombreux responsables politiques et sociaux au Parlement le 28 octobre. Reza Pahlavi reçoit le titre « d'Altesse Sérénissime », et préside une sorte de gouvernement provisoire. Le 6 décembre, le Majilis étudie une révision constitutionnelle, car, en déposant les Qadjars, il viole les articles 36 et 38 de la Constitution de 1906[29], qui stipulaient que la couronne de Perse ne peut appartenir qu’à Mozaffar el-Din Chah (qui avait ratifié la Constitution) ou ses successeurs, nés de mère persane. Le 12 décembre suivant, il se prononce pour l'avènement d'une nouvelle dynastie : Les Pahlavi remplacent les Qadjar. De toute l'assemblée, malgré une certaine abstention, seules 5 personnes ont voté contre, parmi lesquels Mossadegh, Mohammad Taghi Bahar, Hassan Modarres et Hassan Tagizadeh. La couronne est remise à « Sa Majesté Reza Pahlavi, Chah-in-chah d'Iran ». Les nouveaux articles 36 et 38 indiquent que la monarchie constitutionnelle s’incarne en Reza Pahlavi, ses descendants et héritiers directs et que dans le cas où le monarque ne pourrait plus régner, ce serait son héritier qui le remplacerait. L’héritier doit être son fils biologique, et la mère dudit héritier se doit d’être une persane, et – une nouveauté – non apparentée à l’ancienne dynastie des Qadjar[30],[31].

Après avoir prêté serment à la Constitution, Reza Khan devient empereur de Perse sous le nom de Reza Chah Pahlavi.

« Je prends pour témoin le Dieu Tout-Puissant et Très-Haut, sur la parole glorieuse de Dieu, et par tout ce qui est le plus honoré aux yeux de Dieu, Je jure d'exercer de tout mon pouvoir pour préserver l'indépendance de la Perse, protéger les frontières de mon Royaume et les droits de mon Peuple, observer les Lois fondamentales de la Constitution persane, régner conformément aux lois établies de la Souveraineté ; s'efforcer de promouvoir la doctrine Ja'fari de l'Église des Douze Imams tout en considérant dans mes actes Dieu le plus glorieux comme présent et me regardant. Je demande encore l'aide de Dieu, de qui toute volonté émane, et demande de l'aide des esprits saints des saints de l'Islam pour participer à l’épanouissement de la Perse. »[29]

Abdol-Hossein Teymourtash, ministre de la Cour, présentant la flambante neuve Couronne Pahlavi

Le 16 décembre, des corps des responsables politiques viennent lui prêter allégeance. Le 19 décembre, Reza appelle Mohammad Ali Fouroughi pour former son premier gouvernement en tant qu'empereur. Le , enfin, son fils Mohammad Reza est proclamé « Altesse Impériale, prince héritier du trône de Paon »,

Couronnement[modifier | modifier le code]

Reza Chah le jour de son couronnement, photographié sur le Trône du Paon, portant le Grand Collier de l'Ordre de la Couronne.

Pour l'instauration de cette nouvelle dynastie, de nouveaux symboles sont mis en place. Le ministère de la Cour, dont le maître est depuis peu Abdol-Hossein Teymourtash, passe commande auprès d'un joaillier Haj Seraj ol-Din[32] pour la création d'une nouvelle couronne, pouvant remplacer la couronne Kiani utilisée par les Qadjar.

Le design de la nouvelle couronne, appelée Couronne Pahlavi, s'inspire des reliefs représentant les couronnes sassanides (224 - 651). Elle comporte 3 380 diamants, totalisant 1 144 carats, avec au centre d'une composition en rayons de soleil un diamant taillé en brilliant jaune de 60 carats. Elle pèse 2, 08 kg.

Les nouvelles armoiries sont presque les mêmes que celles de la dynastie qadjare : un lion-et-soleil entouré de chêne et de laurier ; seule la couronne Kiani du dessus est remplacée par la couronne Pahlavi. Seront plus tard créées de nouvelles armoiries impériales, représentant deux lions entourant un soleil où est représenté le mont Damavand, avec en-dessous la devise des Pahlavi « Mara dad farmud va Khod Davar Ast (Il m'a donné le pouvoir de commander, et Il est le seul juge) », le tout étant chapeauté par la couronne Pahlavi[33],[34].

Parade militaire dans Téhéran lors du couronnement de Reza Shah Pahlavi, le 25 avril 1926

Reza Chah est couronné le 25 avril 1926. La cérémonie est assez fastueuse, presque calquée sur celle des Qadjars :

Après une procession urbaine, où Reza est paradé dans un carrosse frappé des nouvelles armoiries Impériales, le cortège arrive au palais du Golestan, ancienne résidence officielle des Qâdjars, surtout utilisée pour les cérémonies. Reza se rend dans les jardins, où il s'assied sur le trône de Marbre, où il est filmé, puis la procession le suis dans la Grande Galerie du Palais, où il s'assoit sur le trône Naderi, créé par Fath Ali Chah. On lui présente plusieurs épées, et il ceint celle de Nader Chah. Puis il revêt un manteau aux broderies évoquant des motifs perses antiques et enfin, ceint la lourde et toute neuve Couronne Pahlavi. À l'occasion, certains médias étrangers désignent le nouvel empereur sous le nom de « Pahavi Ier »[9].

Règne et Modernisation de l'Iran (1925-1941)[modifier | modifier le code]

Sous son règne, la Perse accélère sa modernisation : fondations d'universités, constructions de chemins de fer et industrialisation massive. Il bouleverse l'ordre social établi en accélérant les réformes et en essayant de faire passer la Perse (Iran) au XXe siècle. Il fonde la première université moderne du pays, l'université de Téhéran (1934), instaure l'usage des noms de famille et du livret d'état civil, modernise la justice et l'armée et entreprend un effort considérable pour moderniser le système éducatif. En 1935, il interdit le port du voile pour les femmes et oblige les hommes à se vêtir « à l'occidentale ».

Premières mesures[modifier | modifier le code]

Reza Shah Pahlavi au début de son règne. On peut voir le diamant Daria-e nour sur son képi.

Sitôt monté sur le trône, Reza Khan devenu Reza Chah va s’employer à améliorer le niveau de vie de la population. Et pour ce faire, il faut que les gens vivent, qu’ils soient moins en proie à ce qui les déciment ; en province, notamment, de nombreuses maladies, comme le paludisme, la variole, la tuberculose, le choléra, la dysenterie, le rachitisme, la lèpre, la leishmaniose, la fièvre typhoïde, le trachome, la teigne et d' autres maladies de la peau et des maladies sexuellement transmissibles font des ravages [35]. Depuis 1828, il existe des écoles de médecine, mais leur impact est trop réduit. Dans le but de lutter de façon plus ample contre ces maladies, le , le gouvernement d’Hassan Mostofi, qui a succèdé à Mohammad Ali Fouroughi le , promulgue une loi établissant la création d’un Département national des établissements de santé visant à faciliter l’accès aux soins pour la population. Si l’implantation d’infrastructures médicales (notamment des hôpitaux) s’avère difficile en province, les maladies cesseront de faire d’aussi importants ravages, et le paludisme, le plus répandu, sera complètement éradiqué [36].

Ensuite, Reza Chah abolit les capitulations. Le gouvernement Mostofi abolit ces dispositions dues au traité de Turkmanchaï (1828), qui avait été signé après la défaite de la Perse à la guerre russo-persane de 1828. Elles impliquaient que les russes présents sur le territoire persan avait une immunité sociale, judiciaire et surtout économique. Ces derniers en effet s’occupaient alors de l’économie persane, et c’était toujours le cas (malgré la disparition de l’empire russe) en , quand Reza devint empereur. Elles sont officiellement abolies en 1927 [37] car Reza Chah entrevoit de nouveaux projets pour l’économie nationale.

Le nouveau régime se veut affilié à son héritage ancien et glorieux : la Perse antique de Cyrus, Darius, Xerxès... Le premier lien avec l’héritage millénaire de la Perse avec celle de Reza Chah a lieu en 1925 : la mise en place du calendrier Zoroastrien préislamique, ou plutôt sa restauration ; le calendrier a vu ses noms être oubliés et changés par des mots turcs et arabes ; l’appellation originale revient. Le principe utilisé est cependant celui défini par le poète, mathématicien et philosophe Omar Khayyam au XIe siècle : en mesurant l’année, il en avait déduit qu’elle "mesurait" exactement 365,24219858156 jours, ce qui rend le calendrier très précis et confirme avant l’heure la future réforme grégorienne (à l'époque d'Omar Khayyam, en 1094). Il a été parfois avancé que cette réforme, pourtant imposée par décret, aurait été inspirée par Arbab Keikhosrow Shahrokh (en), député au parlement et chef de la communauté zoroastrienne iranienne.

Le Trans-Iranien[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chemin de fer transiranien.
Le Trans-Iranien est inauguré en 1938, après 12 ans de travaux

Les travaux, concernant le Trans-Iranien continuent. Le pays peut désormais voir grand, et surtout pendant les années 1930, alors que l'émergence d'un marché économique, une augmentation drastique des industries modernes, une augmentation des exportations et une augmentation de la production agricole transforment la société et surtout son économie. Le , le Majles vote majoritairement positivement l’extension du circuit. Certains s’y opposent, notamment Mossadegh, parlant de "trahison envers la patrie" : il pense que les Britanniques auront ainsi plus accès aux ressources du pays pour le piller en utilisant le réseau ferroviaire ; il n’est d’ailleurs pas le seul [9]. Des ingénieurs européens sont demandés pour imaginer et réaliser le projet. Reza y tient particulièrement et le projet, finalisé, sera sa fierté, voire « l'œuvre de sa vie »[38] : il dure longtemps, plus de douze ans.

Douze ans pendant lesquels les critiques apparaissent : on a peur que le projet coûte au final trop cher et soit abandonné, parmi les ingénieurs, il y a des Américains, dont certains pensent que d'autres moyens de transport seront préférables et moins coûteux, comme le Service de transport automobile de l'Armée Américaine (U.S. Army’s Motor Transport Service)... les Britanniques aussi trouvent beaucoup à redire : au début du projet, le question est vite tranchée par l'empereur de savoir si le Trans-Iranien sera du nord au sud ou d'est en ouest. On retient du nord au sud, ce qui est moins coûteux. Les Britanniques auraient préféré l'autre option : un Trans-Iranien d'est en ouest, dont la planification apparaîtra puis la construction sera finalement démarrée en 1938, aurait permis aux Britanniques de relier les colonies du Raj britannique au protectorat de Mésopotamie (plus tard le royaume d'Irak), une liaison qui a fait défaut aux Anglais pendant la Première Guerre mondiale.

Des incidents auraient pu faire tourner le projet court : Reza Chah visite plusieurs fois le chantier, et parcourt les lignes posées depuis sa voiture-wagon spéciale, une première fois en 1929. Le 10 janvier 1930, il visite un nouveau tronçon de la section nord, mais son train déraille à cause des trop importantes précipitations. Il prend un autre wagon qui, presque arrivé à destination, déraille également pour les mêmes raisons. Si le roi s'en sort indemne, le mauvais temps perdure et les routes sont impraticables : il reste bloqué à Ahwaz, où il se trouve, jusqu'au 25 janvier.

Reza Chah et le prince héritier Mohammad Reza à bord du Trans-Iranien, à la fin des années 1930

Le 26 août 1938, 1 394 kilomètres de voie ferrée sont inaugurés, et relient la mer Caspienne et le golfe Persique. Le réseau possède 90 gares, celle de Téhéran étant construite par des Allemands, qui ont à l’époque un important partenariat avec l’Allemagne [38]. Plus de 251 ponts (dont le plus emblématique est le pont de Veresk (en) ), 245 tunnels, 4000 ponts plus petits ont été construits. Plus de 55 000 ouvriers ont été embauchés sur le chantier du chemin de fer Trans-iranien. Plus de 20 millions de mètres cubes de terre et 4 000 kilos de dynamite furent utilisés, plus de 2 000 000 mètres cubes de pierres naturelles et des pierres de construction et plus de 500 tonnes de ciment ont été utilisés. Le chemin comporte en outre 46 grandes gares, avec salon des passagers, des ateliers de réparation des locomotives et des wagons, des locomotives et des réservoirs d'eau ainsi que des générateurs d'électricité qui ont été construits [35].

Grande fierté (et nouveauté), le chantier a coûté 17, 5 millions de livres sterling, une somme colossale, mais sans recours au moindre crédit étranger ; il y a cependant eu une hausse des taxes sur le sucre et le café [38]. Le chantier a employé beaucoup d'hommes, la plupart Iraniens, mais les ingénieurs et les têtes pensantes du projet sont quasiment tous étrangers. Le projet a été supervisé par un consortium, d'abord germano-américain, puis un autre, dano-suédois.

Le , le nouveau Trans-Iranien est commencé ; il doit traverser le pays d'ouest en est, reliant Tabriz à Mashad. Les travaux avancent mais ils seront interrompus par la Seconde Guerre mondiale et la déposition de Reza Chah. Il seront achevés sous Mohammad Reza Chah [38].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni et l'URSS envahirent l'Iran et, après avoir neutralisé Reza Chah, utilisèrent le chemin de fer Trans-Iranien pour former le "Corridor perse", lequel sera utilisé pour acheminer du pétrole et diverses fournitures aux troupes britanniques et soviétiques [39].

Réformes approfondies et nouveautés[modifier | modifier le code]

La Banque Nationale d'Iran (1927)
Nouveau système monétaire[modifier | modifier le code]

En 1925, Reza Chah fait créer la Banque Sepah, qui permet de gérer les fonds de pension des militaires – Reza n’a pas oublié ceux dont il a été le condisciple –. Mais ce n’est pas vraiment suffisant, les britanniques ayant encore accès aux des domaines économiques, de même que les russes avant l’abolition des capitulations. Il faut donc prendre d’autres mesures.

Reza cherche à créer une nouvelle banque : pour cela, il envoie Abdol-Hosein Teymourtash en Allemagne, avec pour mission de s’inspirer des banques allemandes et de leur système de fonctionnement pour créer une banque nationale. La Banque Nationale d’Iran naît en 1927.

La Banque Impériale de Perse, gérée par des anglais et symbole de leur ingérence dans les affaires iraniennes [22],[40] est remplacée par la Banque Nationale (en) (Bank Meili Iran), au personnel exclusivement iranien[41]. L'objectif principal de la banque était de faciliter les transactions financières du gouvernement et d'imprimer et de distribuer la monnaie iranienne (rial et toman). Pendant plus de 33 ans, la Banque Melli Iran agissait en tant que banque centrale de l'Iran avec la responsabilité de maintenir la valeur du rial iranien. En 1928, l’émission des billets de banque est nationalisée, après indemnisation des anglais, et son impression est confiée à la Banque Nationale. Puis en 1928 est créée la Banque Rahni, inspirée du Crédit Foncier Français, permettant le financement des logements.

L'imposant bâtiment de la Banque impériale de Perse à Téhéran présente les caractéristiques de l'architecture Pahlavi : une façade avec un ayvān central avec ses côtés et spandrels couverts de décoration de faïence. Un certain nombre de succursales du Bānk-e Mellī avaient des surfaces de parois entières gainées de faïence en mosaïque d'une qualité égale à celle des points culminants de l'architecture islamique en Iran.

Le 1er mars 1932, l’Hôtel des Monnaies (Zarrabkaneh) est créé, et permet au pays de désormais frapper sa propre monnaie métallique[38].

Nouvelle structure de l’État[modifier | modifier le code]
Le Premier Ministre Fouroughi, au centre, et Ali Akbar Davar, au premier plan
Ali Akbar Davar, ministre de la Justice

Reza, rapidement, de par ses réformes et son œuvre en général, incommode le clergé. Le clergé, comme dans certaines sociétés comme l’Ancien Régime français, a un rôle sociétal important : il éduque, la plupart du temps par le biais d’écoles de théologie, il perçoit l’impôt pour le reverser à l’état, encadre toutes les manifestations politiques, s’occupe d’associations caritatives, des orphelinats, et aussi a un important rôle dans le respect de la loi, dominé selon la Constitution de 1906 par la charia. Reza Chah estime que tout cela doit être réformé ; pour cela, il va s’entourer d’un juriste, Ali Akbar Davar, formé en Suisse, qui sera ministre de la justice pendant une dizaine d’années.

D'autres à subir ces innovations sont les chefs de tribus et des minorités : Reza Chah souhaite un état centralisé, ce qui est incompatible avec une dilution d'autorité envers les tribus. Leurs droits seront abolis par le nouvel état central, et Reza enverra l'armée quand on entendra protester. Cependant, plutôt paranoïaque, Reza Chah pensera souvent que tous complotent pour affaiblir ce qu'il bâti, ce qui n'est pas totalement faux, et fera souvent arrêter des chefs de tribus, notamment les Kachkaïs et les Bakhtiaris[9].

En 1925, Dāvar est devenu ministre du commerce dans le Cabinet Foroughi, et un an plus tard a été nommé ministre des affaires judiciaires dans le Cabinet de Mostowfi ol-Mamalek. En mars 1926, avec l'approbation du Parlement, il dissout l'ensemble de la magistrature iranienne, initiant une vague de restructurations fondamentales et de réformes de réforme avec l'aide d'experts judiciaires français, ainsi qu’une vive réaction cléricale qui se voit ainsi dépossédé de tout. Dakvar essaiera de les ménager (voir plus bas).

Le système judiciaire moderne de l'Iran -encore à l'époque la Perse- est né en avec 600 juges nouvellement nommés à Téhéran. Dāvar a par la suite tenté d'étendre le nouveau système dans d'autres villes de l'Iran à travers un programme comprenant la formation de 250 juges par grande ville.

Parmi les nombreuses réalisations de Dāvar figure la création du «Bureau des affaires sociales» de l'Iran (Edareh-ye Sabt-e Ahval), qui introduit «La loi de l'enregistrement de la documentation» (Qanun-e Sabt-e Asnad) -e Sabt-e Amlak), et "La loi du mariage et du divorce" (Qanun-e Ezdevag va Talāq) ; 120 projets de loi distincts ont été ratifiés par le comité judiciaire du Majles. Le plus important était le Code Civil et, en outre, il y avait la loi fondamentale, le Code Pénal, le Code de Commerce et le Code des tribunaux religieux [42]. Le , le nouveau système juridique a été inauguré en présence de Reza Chah, qui a en même temps aboli officiellement les capitulations [43]. Ali Akbar Davar a aussi supervisé les préparatifs pour construire le chemin de fer persan.

Reza Chah à la fin des années 1920. Photo d'Antoin Sevruguin.

Au cours des sept années où il a servi comme ministre de la justice, Dāvar a fondé de nouvelles cours dans toute la Perse et choisi des juges appropriés, tant parmi ceux qui servaient déjà que parmi des juristes religieux qualifiés (mojtaheds) et des employés du gouvernement. C'est lui aussi qui a organisé l'enregistrement des documents et des propriétés dans les registres appropriés. Parmi les autres réalisations figurent la combinaison des écoles ministérielles de droit et de science politique dans l'École Supérieure de Droit et de Sciences Politiques (Madrasa-ye'ālī-e ḥōqūq wa'olūm-e sīāsī) sous la supervision du Ministère de l'éducation, en 1927, et l'organisation de cours de jurisprudence au sein du Ministère de la justice. Dāvar a également formulé des règles et des règlements pour le bureau de l'avocat de la défense [44].

La mort de Dakvar, le , attristera profondément Reza Chah, qui dira à ses successeurs à la Justice « Ce n’est pas parce que vous êtes assis dans le siège de Dakvar que vous pouvez être aussi bien que lui » [45].

Nouvelle armée[modifier | modifier le code]
Emblème des Forces Impériales d'Infanterie Persanes

Reza créé également la première marine de guerre du pays. Si Amir Kabir, sous le règne de Nader Shah, avait tenté de la créer, son assassinat précipité avait tué le projet dans l’œuf. Là, le soutien étranger est nécessaire : l’Italie fasciste est discrètement approchée pour savoir si un partenariat pourrait être signé, et que des ingénieurs iraniens pourraient être envoyés en Italie pour se faire former. Mussolini, peut-être enthousiasmé par l’idée de contrer l’Angleterre, ainsi menacée sur les mers, qui est son domaine, dans la région, accepte le projet. Des ingénieurs sont envoyés en Italie, et dix navires de guerre, avec deux croiseurs sont commandés au royaume d’Italie [38].

Ensuite, l’aviation elle aussi se doit d’être modernisée ; des usines de fabrication d’armes légères et d’avions de chasse sont créées près de Téhéran ; la plupart portent l’emblème Shahbaz « Aigle », et très vite l’aviation s’agrandit encore plus vite : L'armée de l'air persane impériale (IPAF) était une branche des forces armées persanes impériales et a été établie par Reza Shah, alors Sedar Sepah, en 1921. Elle est devenue opérationnelle avec ses premiers pilotes complètement entraînés le . La première tentative d'Iran pour obtenir des avions des États-Unis dans les années 1920 a échoué en raison du refus de Washington de fournir du matériel en raison d'un traité de la Première Guerre mondiale. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, l'inventaire des aéronefs de l'IPAF était entièrement composé d'avions européens, principalement britanniques et allemands [46].

Enfin, l’infanterie est aussi modernisée : à la fin des années 1920, les jeunes officiers envoyés en Europe au début de la décennie sont de retour au pays, et susceptibles de servir la nouvelle Armée de terre Impériale Perse. Alors que du matériel continue d’être acheté à l’Europe entière [47], l’Académie militaire créée quelques années plus tôt a fini de former les nouveaux militaires de cette armée. Pour faire désormais la formation des officiers, Reza Chah fait appel à l’armée française : trente officiers sont sollicités pour former des officiers – un grade dans l’armée leur sera accordé, pour services rendus [38].

L’éducation du prince héritier puis son envoi en Europe[modifier | modifier le code]

Le jeune Mohammad Reza, prince héritier

L’un des principaux soucis de Reza est aussi d’éduquer son successeur. Son fils aîné, Mohammad Reza, a 6 ans quand il est proclamé prince héritier le . Le nouvel empereur espère une éducation parfaite pour son fils, qu’il possède de solides bases éducatives, qu’il soit au courant de tous les tournants du protocole, tout en étant – marque paternelle voire cognatique – « militaire de profession ». Le jeune prince se voit enseigner le persan, apprentissage poussé de l’écriture [48], histoire, géographie, instruction civique, et le français… langue étrangère à l’époque mais aussi langue de cour[9].

En 1931, à 11-12 ans, le prince a fini ses études primaires. Désormais, son père désire l’envoyer en Occident pour que son éducation secondaire soit certainement poussée. La cour pense à Eton, collège très réputé mais qui a le défaut d’être… en Angleterre. Or Reza déteste toujours les anglais et, même si les relations à l’époque sont plutôt calmes, il se méfie toujours du gouvernement de Londres. Ou alors un collège français catholique près de Toulouse, en France, mais Reza, comme son fils, est non seulement musulman chiite, mais en plus non-pratiquant, et préférerait quelque chose de laïc. La Cour – probablement Teymourtash – trouve la solution : un collège suisse, Le Rosey, près de Lausanne et de Genève, en Suisse. Fondé par le belge Paul Carnal en 1880, fréquenté par les enfants de la cour, il est réputé pour être ouvert et accueillant, dans un pays neutre et qui ne comporte – et n’a jamais comporté – de contentieux avec la Perse. Le choix est donc arrêté : le prince ira étudier au Rosey ; pour lui éviter de trop tristes déchirures, il ne partira pas seul : son frère cadet Ali-Reza, son ami Hossein Fardoust, et le fils du ministre de la cour Teymourtash, Mehrpour [9],[49].

En septembre 1931, le petit groupe, assisté de deux précepteurs, deux remarquables hommes de lettres, embarque au port Pahlavi d’Anzali, pour se rendre à Bakou, en URSS. La reine Tadj ol-Molouk, ses filles – et sœurs du prince héritier – Ashraf et Chams sont venues leur dire au revoir. Le cortège est escorté par le ministre de la Cour, père de Mehrpour, Abdol-Hossein, pendant tout le trajet : arrivés à Bakou, ville natale de Tadj ol-Molouk, ils traversent en wagon spécial [50] l’URSS, puis la Pologne et l’Allemagne, avant d’arriver en Suisse, et à Genève[9].

Industrialisation du pays[modifier | modifier le code]

La construction de toutes les infrastructures du pays est déjà à elle seule une vraie entreprise. Mais l’industrialisation du pays sous Reza Chah a sa propre histoire. Les efforts d'industrialisation des années 1920 et 1930 se concentrent surtout sur l'établissement d'usines de biens de consommation tels que les allumettes, le verre, les textiles et le sucre. Il y a un marché de masse pour ceux-ci en Iran ; Et, étant donné leur importance dans les importations de l'Iran, ces matières sont aussi un choix naturel pour la promotion dans le cadre d'une politique de substitution aux importations. En outre, ces mêmes industries avaient fait l'objet de tentatives plus ou moins abortives de diversification économique au cours des dernières années du XIXe siècle [51].

Un usine de ciment en 1933

Comme pour la politique économique de l'État, le développement industriel a évolué sur deux phases apparemment différentes. Dans la première phase, qui s'étendait sur la seconde moitié des années 1920, les progrès ont été continus mais lents, tandis que l'État s'est appuyé sur la promotion du secteur privé. Dans la seconde, surtout pendant la période 1934-38, la croissance industrielle s'est accélérée sensiblement sous la direction active de l'État. On estime que, en 1931, seulement 230 grandes et petites usines industrielles modernes existaient, dont 34 étaient des usines d'égrenage de coton. À cette époque, seule une poignée de villes iraniennes avaient de l'électricité (Téhéran, Bushehr, Tabriz, Anzali et Rašt [52]). Le développement industriel était encore plus limité, jugé par le nombre de grands établissements (employant dix travailleurs ou plus).

La situation a changé dans les années 1930, surtout après 1934, ce qui a amené certains observateurs à qualifier cette période de «grand bond en avant» [52],[53].

Au début des années 1930, le rôle de l'État dans la relance ou l'initiation de projets industriels était bien établi. Par exemple, en 1931, la fabrique de sucre de Kahrizak a été reconstruite avec 60 pour cent de ses coûts de reconstruction et de capital financés par l'État. Au début de 1932, la filature Šāhi a été ouverte avec deux cinquièmes de son capital de 120 000 $ fourni par Reza Shah et deux autres cinquièmes de la Banque nationale [54]

À la fin des années 1930, l'industrie était le deuxième bénéficiaire de l'investissement public. En revanche, l'investissement privé dans l'industrie a été lent au départ et ne s'est amorcé que dans la seconde moitié des années 1930. En 1941, l'investissement industriel avait atteint une valeur d'environ 58 millions de livres sterling, dont 28 millions étaient fournis par le gouvernement [55]. Le taux relativement élevé d'accumulation de capital au cours des années 1930 a été financé par des ressources intérieures, la contribution étrangère se limitant uniquement à l'assistance technique. L'augmentation des dépenses administratives et des investissements de l'État au cours de cette période a été financée principalement par des impôts indirects tels que les droits de douane et les taxes sur les routes, les bénéfices des sociétés monopolistiques et le financement par déficit.

Les années 30, la tentation autocratique du pouvoir impérial[modifier | modifier le code]

Reza Chah dans les années 1930
Autoritarisme et " règne arbitraire "[modifier | modifier le code]

Cependant, au tournant des années 1930, après 5 ans de règne (9 de facto), les historiens s’accordent généralement pour parler d’un virage autoritaire du règne de Reza Chah ; les réformes continuent voire s’accélèrent, et ce alors que la population commence à être dépassée par les événements. Les gens comprennent qu’il n’y a pas moyen de revenir en arrière, qui ‘il faut prendre le train de la modernisation (forcée) en marche. La population se scinde alors en deux parties : une partie se cabre sur ses positions, tandis que l’autre suit le mouvement, enthousiasmé ou n’ayant pas le choix. S’il est généralement admis que les réfractaires étaient les masses populaires de la population [56],[57], cela mérite d’être vérifié, dans la mesure où peu d’études sont menées, même en Iran, et celles qui le sont peuvent être sujettes à caution [58].

Du reste, on constate aussi l’apparition d’un véritable culte de la personnalité, immanquable dans les écoles, appuyé par la militarisation du régime, étouffant le peu de manœuvre politique existante. Également, on constate la fermeture de journaux indépendants et d’un étroit contrôle de partis politiques, la plupart se dévouant à la cause impériale [59]. Des statues de et des rues Reza Chah fleurissent un peu partout dans les villes, en même temps que se développe une véritable iconographie impériale.

En mai 1929, une grève éclate à Abadan, centre névralgique des raffineries pétrolières de tous types et du pays. D’abord de faible ampleur, elle devient très importante ; les autorités locales et nationales interviennent : La grève se termine « rapidement », mais semble-t-il, le Parti communiste, qui n’est pas encore le Tudeh, a mené la manifestation. À la suite de cela, Reza Chah étant persuadé d’un complot communiste [60], les partis d’obédience communiste furent interdits. Les dirigeants (mais pas les adeptes) desdits partis furent poursuivis et emprisonnés, sans être éliminés physiquement pour autant [9], et ce, malgré les bonnes relations entre le régime et l’URSS. En effet, s’il le respecte, l’empereur perse déteste toute ingérence de son puissant voisin, considérant le moindre mouvement communiste comme inféodé à l’Union Soviétique. Il est vrai que le parti communiste pré-Tudeh a été fondé en 1920 par les chefs constitutionnalistes de la république de Gilan.

Selon certains historiens [61], Reza Shah, qui eut à sortir son pays du chaos où il se trouvait avant 1921, réussit remarquablement vite à faire passer le pays du chaos à la soumission, mais cela surtout en s’appuyant sur l’armée, qu’il contrôla également en un temps record ; et devenu le maître d’un pays soumis, il y régna en maître absolu, en dictateur, supprimant toute forme de contestation jugée dangereuse ou même ceux qui auraient pu lui faire de l’ombre, lesdits historiens utilisant le terme de « règne arbitraire (arbitrary rule) », une sorte d’autocratie absolue qui émane entièrement d’un seul, assimilable au pouvoir despotique des Qâdjârs avant la Révolution Constitutionnaliste (1906) [61]. Sous Reza Chah, le règne arbitraire commence véritablement à partir de 1931 [61].

Autoritarisme parlementaire et personnalisé[modifier | modifier le code]
Hassan Modarres

Sous Reza Chah, officiellement, le système parlementaire a toujours été respecté. Le Parlement se résume alors au Majles, le Sénat, prévu par la Constitution de 1906, n’étant entré en fonction qu’à partir de 1949. Le Majlis propose, discute, vote et amende les lois. Cependant, rapidement, les personnes élues ne peuvent entrer en fonction qu’après consentement du pouvoir – c’est-à-dire de Reza. Ce qui restreint sérieusement la variété de parole des personnes présentes au Parlement. Jusqu’en 1928, cependant, une opposition à Reza Chah, qui n’est pas forcément systématique, se tient au Majlis, menée par Mohammad Mossadegh et Hassan Modarres, qui avaient voté contre l’accession au pouvoir de Reza (Hassan Taghizadeh, lui aussi opposant initial, deviendra cependant ministre des Finances). Si dans les premières années, c’était surtout des projets de développement qui étaient votés, une opposition n’avait pas tellement lieu d’être, des décision plus politiques (réformes vestimentaires, affaires étrangères…) arrivent dans les années 1930, et là, le Parlement n’a plus de rôle, celui qu’il aurait aimé avoir.

Les années 1930 coïncident aussi avec le début d’une suppression politique, et parfois physique, des opposants, le plus célèbre exemple étant Hassan Modarres : aux septièmes Élections parlementaires (depuis 1906) [62] en août 1928, ni Mossadegh ni Modarres ne sont réélus – ou autorisés à entrer en fonction. Si Mossadegh se retire de la vie politique dès 1929, Modarres continue de s’opposer à Reza Chah. Au début des années 1930, il est interdit de séjour à Téhéran et expulsé vers Khaf puis Khashmar, puis tué – semble-t-il – en prison (aucune source le concernant ne dit ni quand, ni pour quel motif officiel il a été envoyé en prison) le 1er décembre 1937, probablement à l’instigation de l’empereur.

Aussi, erreur plus regrettable pour lui, certains de collaborateurs de Reza Chah disparaissent, liant ou non Reza à leur fin : le premier va être Abdol-Hossein Teymourtash. Homme de confiance de Reza Chah, son plus proche conseiller voire son éminence grise, il est brutalement destitué du ministère de la Cour et jeté en prison en 1932, à la suite d’une implication obscure dans le litige de l’empire avec la concession d’Arcy, où il mourra en 1933 dans des circonstances toutes aussi troubles et variées selon les sources. D’autres désagréments politiques surviennent : la mort d’Ali Akbar Davar, le , est due à plusieurs choses : crise cardiaque selon le régime, overdose d’opium selon les autres [63], ou tout simplement assassinat politique selon d’autres, Davar étant l’ami de Teymourtash et ayant vu ses relations avec Reza Chah se dégrader récemment [63]. Une mort mal élucidée où Reza aurait aussi, peut-être, trempé [63]. De même, la mort de Keikhosrow Shahrokh, en 1939 – crise cardiaque selon la presse –, lui est parfois imputée ; ainsi que la mort du ministre de la Guerre Sardar Asad (à ne pas confondre avec son père) , emprisonné et mort en prison en 1933 selon de rares sources [64], et parfois même, il est question d’Hassan Mostofi, (aussi) mort d’une crise cardiaque, en 1932 . À en croire ces mêmes sources, tous les politiciens qui avaient eu le mauvais goût de mourir entre 1925 et 1941 avaient été supprimés sur ordre de Reza Chah [64], bien qu'il soit suspect qu'ils aient tous eu des crises cardiaques.

En 1935, Reza Chah se fâche avec son ancien et alors actuel Premier Ministre, Mohammad Ali Foroughi, dont le fils aurait manifesté contre le régime lors du soulèvement de Goharshad (en), et le prince Amanollah Mirza Djahanbahni (en), celui-là même qui avait été chargé de la réorganisation de l’armée, est emprisonnée en 1938 [65] – bien qu’il soit revenu en grâce par la suite et ministre de l’Intérieur iranien en 1941 [66]. Reza Chah est aussi accusé par ses détracteurs d’avoir emprisonné et fait tuer des hommes de lettres qui lui étaient opposés, comme Farrokhi Yazdi, ou Mirzadeh Eshghi (pourtant d’autre sources indiquent qu’Eshghi serait mort en 1924 après une agression le soir par des inconnus [67], et ce serait aller un peu vite en besogne que de dire q’ils étaient des agents de Reza Chah, alors seulement Premier Ministre) [68],[69].

Relations étrangères[modifier | modifier le code]

Photographie dédicacée d'Adolf Hitler dans le bureau de Reza Shah, souhaitant à l'empereur ses meilleurs vœux pour Nowrouz 1315 (1936).

Depuis que Reza est devenu l’homme fort du pays, le premier traité conclu avec un pays étranger par la Perse est un traité commercial avec la RSFS de Russie (l’URSS n’existant pas à l’époque) en 1921 ; sous son règne, un traité est signé le 28 mars 1928 avec l’Afghanistan tous deux des traités d’amitié [70]. Le 6 janvier 1929, le Majilis vote positivement dans le sens d’un traité d’extradition des criminels afghans se trouvant sur le territoire persan, et le même jour, un traité de passage libre sur le territoire soviétique des perses [70]. Le 16 avril 1929, la Perse adhère au pacte Briand-Kellogg, ou pacte de Paris [71]. Le 26 mai 1929, puis le 5 et le 24 juin 1932 et le 3 janvier 1933, une série de traités sont conclus avec la Turquie voisine visant à développer les échanges commerciaux, la reconnaissance des frontières communes – celles de la Turquie ayant dû se clarifier après les reconquêtes d’Atatürk –, ainsi que l’extradition de poursuivis judiciaires communs et la signature d’un traité d’amitié [70]. Le 14 février 1938, un traité de reconnaissance de frontière est signé entre l’Afghanistan et l’Iran, ainsi qu’un traité réglant un différend de frontière entre les deux pays et un traité d’amitié entre les deux pays, pour signifier que l’incident est clos [70]. Le 30 avril et le 9 mai 1939, trois nouveaux traités sont signés entre l’Iran et l’Afghanistan, régissant le libre-échange du courrier, la continuité du système de télégraphe et le partage de la rivière Helmand [70].

Reza Shah et Mustapha Kemal Atatürk, lors de la visite du Shah en Turquie, en 1934. On aperçoit distinctement sur cette photo la cicatrice de Reza Chah sur le nez

La Turquie a cependant toujours été la favorite des relations internationales persanes puis iraniennes. Reza Chah n’a jamais caché sa grande admiration pour la Turquie kémaliste et la grande modernisation, qui s’y était orchestrée. Cela se voit car le seul voyage effectué à l’étranger par Reza Chah, qui n’a jamais quitté son pays – en-dehors de quelques pèlerinages à Karbala, en Irak- fut en Turquie, du 2 juin au [72]. Reza Chah est accueilli avec faste par son idole, qui se fait également une joie de recevoir dans son pays un aussi grand émulateur de son œuvre ; pour l’empereur d’Iran, c’est une véritable consécration. Cependant Reza Chah, alors que le voyage officiel se passe dans les meilleures conditions qui soient, perçoit le fossé existant toujours entre les deux pays, se disant peut-être qu’il ne va pas assez loin [73],[38]. Cela renforcera son autoritarisme, déjà prononcé depuis quelques années, mais surtout de moderniser coûte que coûte. Le kashf-e hijab, inspirée des réformes vestimentaires d’Atatürk, sera la première mesure qu’il soumettra au Parlement à son retour.

La mort de Mustafa Kemal, le , sera décrété jour de deuil national en Iran.

Tout en se débarrassant de l'influence britannique, Reza Shah cherche à créer de nouveaux liens avec les pays occidentaux. Si les États-Unis sont peu sollicités, si ce n'est pour la construction du Trans-Iranien, la France et l’Italie sont sollicités, surtout dans les domaines scientifiques et culturels, pour la formation de personnel compétent et diplômé. La Suisse, également, après l’envoi du prince héritier au Rosey, fait partie des nouveaux partenaires commerciaux de la Perse.

Le bazar de la Banque Meili

En Perse, puis en Iran, les partenariats commerciaux avec l’Europe concernent surtout la France, puis l’Italie et l’Allemagne, dont la dimension anti-britannique séduit Reza Chah. Méprisant Mussolini, Reza Chah a beaucoup d’admiration pour Hitler : prenant une nation ruinée et en proie à de nombreux problèmes, il en fait un pays stable économiquement, développé et ordonné, des idées qui séduisent Reza Chah, militaire avant tout, et ignorant des crimes du régime nazi, comme tout le monde à l'époque. De nombreux accords seront passés : des industriels et des professeurs viennent d’Allemagne enseigner en Iran en 1936. À la veille de la Seconde Guerre Mondiale, l’Allemagne équipe l’armée, possède un contrat d’exclusivité concernant les exportations qui ne trouvent pas preneur en Occident, s’est occupé de la main d’œuvre et de l’ingénierie des constructions ferroviaires et de celle des routes [7]. Le changement du nom de Perse en Iran dans les chancelleries étrangères en 1935 est d’ailleurs lié en partie au partenariat avec l’Allemagne, les deux pays misant sur les racines aryennes de leur pays [74].

Architecture Rezashahi ou Pahlavi et urbanisme[modifier | modifier le code]

Peu de temps après la mise en place du système parlementaire en Iran, un désir fort de préserver et de restaurer les monuments historiques a été exposé par des Iraniens instruits et par certains journaux influents (par exemple Kāva, édité par Taghizadeh à Berlin). Partageant cet enthousiasme, Reza Khan a encouragé la fondation du Conseil des Monuments Nationaux (Anjoman-e Āṯār-e Mellī). Le conseil, qui a reçu le soutien et l'aide académique de chercheurs tels que Ernst Herzfeld, s'est efforcé d'atteindre ces objectifs. Le style caractéristique du règne de Reza Chah, appelé style rezashahi à l'époque, se développa - malgré le manque de culture du souverain. Même après la révolution, la plupart de ces bâtiments ont été classés au patrimoine national iranien [38].

La façade du musée National d'Iran

Quand Reza Shah a parlé du glorieux passé de son pays, il faisait allusion aux dirigeants et aux héros de l'Iran préislamique. Dans les années 1930, des caractéristiques rappelant les monuments anciens ont été remis au goût du jour sur un certain nombre de nouveaux bâtiments gouvernementaux. Le siège de la police à Téhéran possèdait une longue façade bordée de copies des colonnes de l'Apadāna à Persépolis et aussi à Téhéran la façade du Bānk-e Mellī, dessinée par l'architecte allemand Hubert Heinrich [75]. Le portique avec des colonnes engagées rappelait l'un des palais de Persépolis. Une école de filles présentait un portique semblable, qui était couronné par le symbole ailé d'Ahura Mazda. Le Musée national d'Iran s'est inspiré d'une période ultérieure; Sa façade était une version de la façade principale du palais sassanide à Ctésiphon.

Les principaux monuments historiques, longtemps non gardés, ont été reconstruits et restaurés aux ordres directs de Reza Shah. Isfahan a été le lieu principalement concerné de cette préoccupation, avec des monuments tels que la mosquée du Chah et la mosquée du cheikh Loftallah. Un travail minutieux, consistant à remplacer de vastes zones de faïence en mosaïque disparues a pris des années, et dans le processus, de nouveaux carrelages et coupe-carreaux ont été créés. La fabrication et l'utilisation des carreaux de faïence se répandit dans d'autres endroits, et des constructions neuves furent fabriquées et revêtues de structures telles que les banques déjà mentionnées [76].

Reza Shah a entreprises de grandes destructions et constructions dans les villes afin de les rendre architecturalement modernes. Les murs de la vieille ville ont été abattus à Ispahan et ailleurs; Les portes carrelées de la période Qajar ont été détruites à Téhéran, et de larges avenues ont été tracées dans les grandes villes en remplacement de ruelles boueuses : Téhéran s'est vue dotée un réseau rectiligne de larges avenues, toutes étant pavées de blocs de pierre. Des villes comme Hamadan, Kermanshah et Ahvaz étaient pourvues d'avenues qui rayonnaient d'une place centrale. Au cercle se dressait une statue de Reza Chah, habituellement en marbre, mais parfois en plâtre peint - lequel se détériorait vite.

Le palais Vert, au complexe de Sa'adabad, construit sous Reza Chah et qui fut une de ses résidences

L'ouverture des nouvelles zones urbaines s'est faite rapidement et facilement. Le cours d'une nouvelle avenue était marqué par une ligne de hauts poteaux avec des drapeaux rouges attachés à leurs sommets. Les équipes de démolition se déplaçaient de poteau en poteau, nivelant tout, à l'exception d'une mosquée ou d'un sanctuaire se trouvant sur le chemin et de l'avenue courbée autour d'elle. De nouveaux bâtiments furent rapidement érigés des deux côtés des avenues. La plupart n'avaient rien à voir entre eux : des murs en briques pleines, des ouvertures carrées de fenêtres, et des toits de tôle assez inclinés. Téhéran devait être plus élégant que les villes de province, et Reza Chah a ordonné que tous les bâtiments aient au moins deux étages. À Mashad, une très large avenue circulaire enfermait le mausolée de l'Imam Reza. Les valeurs foncières avaient beaucoup augmenté à Téhéran; Et la maison traditionnelle, orientée sud et avec une cour ouverte et piscine, a cédé la place à des immeubles d'appartements. Les premiers gratte-ciels de six étages ou plus furent construits à Téhéran en 1941.

Des structures pour loger une dizaine de ministères ont été construites à Téhéran. La plupart d'entre eux étaient d'un style néo-classique, des adaptations de l'architecture européenne contemporaine avec des colonnes sans bases ou chapiteaux. Le ministère des Affaires étrangères, dont le bâtiment fut terminé en 1939, était d'une simplicité massive digne d'un autre bâtiment populaire. Dans les quartiers calmes de Téhéran, le souverain a érigé plusieurs palais. En plus des palais privés pour les membres de sa famille, le Palais de marbre a été construit pour les réceptions et les utilités officielles. Cette dernière structure était d'un «style palais»: des détails de marbre blanc à l'extérieur et des tissus riches et des tapis d'une valeur inestimable à l'intérieur. En construisant ce complexe de palais, Reza Shah cesa d'utiliser le Palais du Golestān des Qajars et chercha à mettre en valeur la dynastie Pahlavi. Dans la région de Šemrān au nord de Téhéran et aux pieds des montagnes, la région de palais de Sa'dābād fut développée. Parmi ces belles structures, fut construit un palais privé plutôt petit pour le dirigeant (le Palais Vert), décoré avec le fleuron de l'œuvre d'incrustation (ḵāṭem) de Shiraz [76].

La question pétrolière[modifier | modifier le code]

Reza Chah
Article principal : Industrie pétrolière en Iran.

Les tensions entre Londres et Reza Chah vont se raviver autour de l’exploitation pétrolière : en 1901, un accord signé avec un certain William Knox D’Arcy établit 480 000 km2 de terrain iranien prospectables pour la concession pétrolière du britannique D’Arcy. En compensation, le souverain, alors Mozaffaredin Shah, reçoit chaque année des royalties de 100 000 dollars, et la couronne perçoit 16 % des bénéfices de ce que perçoit D’Arcy en vendant le pétrole iranien [77]. L’entreprise n’est pas très fructueuse, et D’Arcy vend la plupart de se droits à la compagnie Burmah Oil Company, basée à Glasgow. En 1908, presque par hasard, de gigantesques gisements de pétrole sont découverts. Tout s’accélère alors : en 1909 est fondée l’Anglo-Persian Oil Company, présidée par D’Arcy, et l’exploitation massive commence à partir de 1913, à Abadan, où est bâtie la plus grande raffinerie du monde, et pendant la Première Guerre Mondiale, le Royaume-Uni, qui cherche des ressources en hydrocarbures, injecte de nombreux capitaux et devient la principal actionnaire de l’Anglo-Persian Oil [7]. De ce fait, l’impression est nette que le pétrole du territoire iranien appartient au Royaume-Uni. En 1920, un nouveau contrat, le contrat Armitage-Smith, est signé, mais il est toujours en défaveur des perses. Reza Chah, que l’idée d’une vente des ressources nationales à un véritable ennemi (pour lui, l’Angleterre) dérange, et qui cherche à restaurer son image dans le secteur pétrolier après l’écrasement de la grève de 1929 à Abadan, va tenter de renégocier les termes du contrat pétrolier.

Reza Chah visitant la raffinerie d'Abadan en 1931

Les négociations sont ouvertes en 1928 entre John Cadman, président de l’APOC, et Abdolhossein Teymourtash. Alors qu’elles durent depuis 4 ans, en 1932, Teymourtash rejette tout ce qui avait été fait en amont à cause d’une chute des bénéfices encaissés par l’état de 36%, ce qu’il interprète comme une fuite en avant de l’APOC. Toutes les négociations étant nulles, personne ne sort gagnant [78]. Le , lors d’une séance du conseil des Ministres, Reza Chah, hors de lui qu’aucun compromis n’ai été trouvé, réprimande sévèrement Teymourtash, dont la chute est proche. Le lendemain, Hassan Taghizadeh, ministre des finances, vient notifier aux représentants de l’APOC que le contrat régissant l’exploitation d’Arcy est annulé par le gouvernement iranien. Les britanniques s’en offusquent et désirent porter l’affaire devant la Cour pénale Internationale de la Haye ; mais le gouvernement iranien réplique que la cour n’est pas compétente pour les affaires internes. L’affaire est portée devant la Société des Nations (SDN) le , mais la tension monte et une guerre se fait craindre : depuis l’Irak, où les britanniques se retirent lentement[79], des manœuvres militaires ont lieu près des frontières. L’Iran fait de même, et décréte l’état d’alerte maximum dans le Khouzistan le 2 février 1933 et dans le Baloutchistan le 12 février 1933. La SDN, et son représentant Edvard Benes, ordonne que des négociations se tiennent dans les 4 mois suivants. Du côte iranien, Reza Chah les fait conduire par Mohammad Ali Foroughi, Hassan Taghizadeh et Ali Akbar Davar.

Le , un nouvel accord voit le jour, approuvé par le Parlement le 28 mai 1933 et recevant la sanction royale le 29 mai 1933. En vertu des dispositions du nouveau contrat de concession, les termes suivants [80] ont été convenus :

La Perse ne perçoit plus 16%, mais 20% des bénéfices générés par l’APOC, avec un seuil de 750 000 livres/an. Le contrôle national sur les affaires et la gérance de la compagnie augmentent, tandis que si les britanniques gardent le choix des lieux à prospecter ; la zone concernée est cependant réduite de 480 000 km2 à 260 000 km2, et les britanniques perdent le pouvoir de transporter et distribuer le pétrole à l’intérieur du pays. Mais le contrat suscite de nombreuses déceptions, dues au fait qu’après l’attitude intransigeante de Reza Shah, la faible augmentation du pourcentage de bénéfices (4%) est une déception. Autre chose : le contrat de 1901, prévu pour 60 ans, aurait dû prendre fin en 1961, alors que celui de 1933, également prévu pour 60 ans, repousse cette date d’expiration à 1993. Cela sera souvent reproché à Reza Chah comme à son ministre Taghizadeh, meneur en chef du projet. La production pétrolière en Iran s’en voit cependant boostée et permettra d’augmenter les revenus du pays[81],[82].

Ci ce contrat a des résultats faibles pour les espoirs qu’il a suscités, il est le premier à remettre en question l’hégémonie britannique sur le pétrole iranien, et est le début d’une histoire qui débouchera sur la nationalisation sans conditions de la révolution de 1979 en passant par la nationalisation de 1951 et la signature d’un consortium en 1954[83].

Une victime collatérale de cette crise est le puissant Abdol-Hossein Teymourtash, ministre de la Cour. D’abord assigné à résidence, puis envoyé à la prison de Qasr le 20 février 1933, Teymourtash se défend de ces accusations :

" Selon les informations que j'ai reçues, aux yeux de Sa Majesté mon erreur semble avoir été de défendre la Compagnie (APOC) et les Anglais (quelle ironie - c'est l'intrigue de l'Angleterre pour faire croire à Sa Majesté que je l’ai trahi et ce sont eux qui m’ont fait tomber ! ). J'ai réfuté cette concoction qui a été servie par la presse anglaise, j'ai déjà écrit à Sardar As'ad lui disant que je n'ai jamais signé quelque chose avec la compagnie […] " [84]

Emprisonné dans de mauvaises conditions, il meurt le de maladie(s). Les circonstances de sa mort sont mal éclaircies, les détracteurs de Reza affirmant que ce dernier avait ordonné son exécution via le docteur Ahmadi, personnage également mystérieux. D’autres avancent que Reza Chah cherchait plutôt à mettre à l’écart Teymourtash, qu’il estimait être devenu trop puissant [85].

Fondation de l’université de Téhéran[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Université de Téhéran.
Reza Shah inaugurant la Faculté de Médecine de l'université de Téhéran

Les premiers embryons d’une université sont créés quand Réza Chah s’intéresse au dossier, au début des années 1930 : quelques écoles supérieures, de petites écoles de quartier pour les plus jeunes… mais l’université, créée sous Nasseredin Chah, sous l'impulsion d'Amir Kabir, si elle existe toujours, est en ruine. Reza Chah se sert alors des formations universitaires existantes pour les assembler, et les compléter de par la création d’autres écoles supérieures. L’impulsion de l’état ajoutera aux déjà existantes École supérieure des sciences politiques et École supérieure de droit des écoles pour la formation des maîtres, une université technique, une École supérieure de commerce, une École normale supérieure… [86]

Teymourtash est le premier à évoquer, de façon plus ou moins officieuse, l'importance de la création d'une université, puis Ali Asghar Hekmat, le ministre de l'Education, en 1934, lors d'un discours officiel.

Avec ces écoles qui sortent de terre, le terrain réservé à l’université chétive est agrandi : l’état acquiert un terrain de 300 000 m2 destiné à recevoir un campus. Si le Majlis est en partie scandalisé de cet achat onéreux, Reza Chah ironise sur le fait que « bientôt, vous serez à l’étroit », ce qui se révélera vrai, le terrain utilisé pour l’université sera de nombreuses fois agrandi, sous Reza Chah, comme sous Mohammad Reza Chah [86]. Les bâtiments sont designés par le français André Godard, qui s’est déjà chargé d’une partie de l’urbanisme du nouveau Téhéran, et se hargera plus tard de la reconstruction du mausolée d’Hafez à Chiraz. Ali Asghar Hekmat, en collaboration et en concertation avec André Godard, qui était alors également au service du ministère de l'Éducation en tant qu'ingénieur, a rapidement cherché un emplacement approprié pour les terrains de l'Université. Sur les ordres de Reza Shah, le jardin de Jalaliyeh a été sélectionné. Le jardin de Jalaliyeh était situé dans le nord de l'alors Téhéran entre le village d'Amirabad et la section nord de Téhéran. Ce beau jardin, plein de vergers a été fondé au début des années 1900 pendant les dernières années de Nasir ad-Din Shah, par ordre du prince Jalal ad-dawlah.

L'université admet les filles parmi ses étudiantes à partir de 1937 [87].

Culture iranienne sous Reza Chah[modifier | modifier le code]

De la Perse à l’Iran[modifier | modifier le code]

En 1935, le gouvernement notifie aux pays étrangers de ne plus utiliser le nom « Perse », mais celui d’« Iran » pour désigner le pays autrefois connu comme la Perse. Pour les iraniens, cela ne change pas grand-chose, ces derniers utilisant le nom « Iran » pour désigner leur propre pays depuis l’époque sassanide.

Le drapeau national de 1933 à 1964

En outre, « Iran » signifie en langue persane " pays des aryens ".

Cette action, peut-être inspirée par l’ambassadeur iranien en Allemagne, Abdol Ghassem Nadjm, vise à mettre en évidence les racines aryennes communes de l’Iran et de l’Allemagne afin de s’en rapprocher encore un peu plus et d’en tirer « tous les bénéfices économiques et politiques dans le contexte de [l’] affrontement avec l’Angleterre » [22]. L’ambassadeur Nadjm s’était d’ailleurs chargé de la promotion de la culture et de l’histoire iranienne auprès des allemands [22].

En Occident, la notification ne passe pas très bien et mettra des années avant d'entrer dans les mentalités : en 1951, soit 15 ans après le changement international du nom du pays, le reportage télévisuels du British Pathé, à l'occasion du mariage de Mohammad Reza Pahlavi et de Soraya Esfandiari Bakhtiari, commence son reportage par cette phrase d'ouverture « La Perse : un pays romantique de conte de fées venus à la vie, lors du mariage de son roi. »[88]

Millénaire de Ferdowsi[modifier | modifier le code]

Un autre important aspect du règne de Reza Shah est la promotion de la culture millénaire iranienne, et surtout, de la culture pré-islamique. Cette culture mise en valeur est profondément affiliée, de son propre aveu, au règne de Reza Shah. Une célébration marquera cependant les esprits, tant elle se veut l’étendard de cette restauration d’une identité nationale historique et antique : le millénaire de Ferdowsi.

Le tombeau de Ferdowsi à Tus

En effet, en 1934, la Perse célèbre le millénaire de la naissance du poète Ferdowsi. Ce dernier est profondément encensé par le pouvoir, notamment par Reza Chah, qui s’est déjà fait le défenseur et le promoteur du nationalisme et, par extension, de l’identité iranienne.

Cette « identité iranienne » n’étant pas réellement définie avant lui, il la lie surtout à la Perse préislamique. Ferdowsi a pourtant vécu au Xe siècle, mais il est très mis en avant. Il est surtout connu pour sa vie : il écrivit le Livre des Rois (Shāhnāmeh), pour le roi de Perse d’alors, Mahmoud de Ghazni, qui lui promit un fabuleux trésor en récompense, lequel n’arriva jamais. Des années plus tard, le roi paya enfin le poète, mais il était trop tard : quand la légation arriva à la maison de Ferdowsi à Tous, le poète venait de mourir dans la misère en sa ville natale. Une histoire romantique qui a toujours marqué Reza Chah dès son plus jeune âge [7]. En octobre 1934, quelques 45 orientalistes de 18 pays viennent en Iran, invités par la Société de Protection du Patrimoine Iranien. Le congrès du Millénaire de Ferdowsi se tient du 2 au 6 octobre 1934 et réunit les iranologues de tous pays qui promeuvent la culture iranienne via le poète, auteur de la célèbre épopée Shahnameh.

Reza Chah lors de l'inauguration du mausolée de Ferdowsi, en octobre 1934

Le millénaire se clôt le 28 octobre 1934, quand Reza Chah inaugure le mausolée de Ferdowsi à Tus, un bâtiment monumental qui remplace la petite stèle qui s'y trouvait auparavant [89]. Il prononce un discours élogieux sur Ferdowsi, parsemés du passage du Shahnameh [90]. La même année, le gouvernement finance un film sur la vie de Ferdowsi.

Mausolée de Hafez[modifier | modifier le code]

Également, Reza Chah s’intéresse à l’érection d’un autre mausolée, en 1935 : le mausolée d’Hafez, qui se voit reconstruit en 1935 ; ce n'est pas la première fois que ça arrive, diverses structures s'étant succédé depuis la première, en 1773 [91]. Le mausolée construit en 1935 est l'actuel. Le nouveau mausolée est conçu par l'architecte et archéologue français André Godard, à l'emplacement des anciennes structures. La tombe, ses jardins, et les mémoriaux environnants dédiés à d'autres grandes personnalités sont depuis des attractions majeures du tourisme à Chiraz [92].

Reza Chah et le prince héritier visitant Persépolis, vers 1939
Persépolis[modifier | modifier le code]

Reza Chah effectue de nombreuses visites en province, et en 1939, profitant du flambant neuf chemin de fer Trans-iranien, il en effectue une, très médiatisée, à Persépolis [93], ancienne capitale du royaume achéménide.

Persépolis, l'ancienne capitale de Cyrus, le Grand Roi de la Perse (et devant l'histoire, le premier) par excellence, est l'une des grandes locations de l'empire privilégiées par les Pahlavi : en 1931, le site, qui se trouvait dans un certain état de détérioration, a été rénové : sans toucher aux ruines, l'Institut Oriental de Chicago, mandaté par Reza Chah, procède a des travaux, notamment des excavations, pour dégager des parties ensevelies de la cité. Les fouilles et les observations de l'OCI (IOC) ont duré tout au long de la décennie et ont révélé de magnifiques escaliers extrêmement bien conservés et le dénommé Harem de Xerxès, dont les emblématiques portes de pierre, qui ont pu être en partie reconstruites. L'institut a engagé des gens locaux pour faire les fouilles, et cet effort a été bien reçu. Bien que certains Iraniens aient objecté que des archéologues prenant des artefacts pour les emmener avec eux à l'étranger, de nombreux intellectuels iraniens ont accueilli la redécouverte des anciens rois persans [94].

Réformes vestimentaires : abolition du fez et du voile[modifier | modifier le code]

Cérémonie pour fêter le Dévoilement, au palais de Sa'dabad, en 1936
Article détaillé : Kashf-e hijab.

Une réforme connue, et critiquée, probablement inspirée des lois vestimentaires d’Ataturk, et très courageuse de la part de Reza Chah qui savait qu’il allait s’attirer les foudres de beaucoup de monde [7] : l’interdiction du port de voiles pour les femmes. Depuis l’époque Qâdjar, plusieurs signes avaient laissé entendre que le « Dévoilement » (kashf-e hijab) aurait lieu, et plus encore depuis l’avènement de Reza Chah. Vers 1935, la première loi vestimentaire concerne les hommes : ils sont invités à abandonner des vêtements jugés passéistes, et troquer le fez, traditionnel, contre un chapeau occidental, bientôt appelé par la population « chapeau Pahlavi ». L’idée d’une réforme vestimentaire s’appliquant aux femmes voit le jour et est conduite par Mohammad Ali Foroughi : mais si celle des hommes ne semble pas trop « poser de problèmes », celle concernant les femmes déclenche de vives protestations, la plus célèbre ayant lieu à la mosquée de Goharshad ; toutes sont réprimées par l’armée. De nombreuses associations féministes considèrent le voile comme un outil de soumission et de ségrégation, et luttent pour son interdiction, dans la visée d’une égalisation des sexes. Ce qui s’imbrique avec l’aspect occidentaliste, et par extension, modernisateur, que Reza Shah souhaite donner à son règne.

Reza Chah inspectant l'application du kashf-e hijab en province

Fin 1935, la réforme de la « Libération des femmes iraniennes » voit le jour. Le , lors d’une célébration dans la Faculté Préliminaire (collège), la reine Tadj ol-Molouk et ses filles apparaissent en costume occidental, sans voile. Reza Shah se rend également à la cérémonie, proclamant l’entrée en vigueur de la loi. Le voile est désormais prohibé dans les lieux publics, sauf les monuments religieux.

Probablement la plus contestée des réformes de Reza Chah, elle est violemment appliquée, alors que certains historiens [59] considèrent qu’une application en douceur l’aurait fait plus accepter par la population. De nombreuses femmes se terrent chez elles, fuyant la loi. Le trafic urbain des femmes en Iran était cependant plutôt réduit, comme l’affirmera Esmat ol-Molouk [95], que ce soit avant ou après la promulgation de la loi. Certaines sources de moyenne qualité [96] affirment qu’à la chute de Reza Chah, de nombreuses femmes manifestèrent leur joie en sortant voilées dans la rue [97]. Mais si effectivement la loi ne fut plus réellement appliquée pendant tout le règne de Mohammad Reza Chah, les femmes ressortirent probablement voilées peu à peu, ne pouvant pas deviner que le nouveau shah n’appliquerait pas à la lettre une loi de son père ; l’Iran étant alors en pleine occupation étrangère et l’avenir du pays en pleine incertitude depuis l’abdication de Reza Chah, il est probable que ce genre d’évènement n’ai jamais eu lieu.

Spoliation foncière de la fin du règne[modifier | modifier le code]

Portrait en pied de Reza Chah, à la fin des années 1930

Une des plus importantes critiques vis-à-vis de Reza Chah fut l’acquisition de très (trop) grands domaines fonciers dans la province du Mazandaran. Si cela est avéré, l’empereur en fit sa propriété personnelle, ce qui fit perdre une bonne partie de leur pouvoir aux précédents propriétaires, généralement de grands propriétaires fonciers. Selon les sources, la quantité des territoires varie d’une partie du Mazandaran à la totalité des terres limitrophes de la Mer Caspienne. Un peu pour compenser les critiques qui ne se firent pas attendre, Reza Chah fit bénéficier ces territoires d’attentions particulières : les innovations qui se répandaient dans le pays y furent particulièrement imposées, ce qui scinda la population entre paysans voyant leur niveau de vie s’améliorer et féodaux (ou ex-féodaux) mécontents de se voir dépossédés de leurs terres. Reza Chah les fit bénéficier « de nouveaux équipements, d’assainissements des terres, de constructions d’écoles et de dispensaires, d’une alphabétisation renforcée » [98].

A la chute de Reza Shah toujours, tous les muselés du règne se déchaînèrent : la presse prétendit que Reza Shah avait emporté avec lui les Joyaux de la Couronne, propriété inaliénable de l’Etat, justement depuis Reza Chah [99],[100], et le Parlement vota une loi visant à dédommager les grands propriétaires terriens et tous ceux qui avaient souffert de cette expropriation, qu’ils soient indemniser du moins, ou alors qu’ils puissent récupérer leurs terres, ce qui arriva pour la plupart [101]. Aucune source cependant ne mentionne quelconque inventaire ou liste de dédommagés permettant de connaître la taille et la quantité de ces terrains. Massoud Behnoud parle d’environ 1,5 millions d’hectares de terres [102].

Traité de Sa'dabad (1937)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Traité de Sa'dabad.

Le , un traité de non-agression multilatéral est signé entre l’Iran et ses principaux voisins : La Turquie de Mustafa Kemal Atatürk, l’Irak de Ghazi Ier et l’Afghanistan de Mohammad Zaher Chah. Il promet assistance mutuelle des pays les uns aux autres s’ils sont menacés, de ne pas indisposer la politique desdits pays en ne supportant pas et même en pourchassant les opposants externes des autres pays. Le traité, surtout initié par l’Irak et la Turquie, vise à lutter contre les mouvements séparatistes kurdes, respectivement dans le nord et l’est du pays. L’Iran de Reza Shah, s’il n’a pas envie de revoir apparaître des tensions sécessionnistes (ce qui n’arrivera pas après l’accession du pouvoir de Reza Shah), surtout chez les kurdes, voit surtout là le moyen de se rapprocher – encore un peu plus – de la Turquie kémaliste et également de s’implanter un peu mieux dans la région en ayant de relations élaborées avec ses voisins. Il réaffirme en outre son intention et son désir de centraliser l'état en ôtant aux tribus et au minorités leurs pouvoirs.

Si c’est un pan des relations étrangères du pays avec ses voisins, le traité de Sa’dabad constitue une fierté de plus pour l’Iran ; si elle ne sort pas excessivement gagnante du traité, c’est l’Iran qui accueille les négociateurs de tous ses voisins et le traité est signé dans le sein même de la capitale, dans le complexe palacial de Sa’adabad, où la famille Pahlavi vit alors. De plus, tous les pays concernés sont limitrophes de l’Iran, et on peut ainsi remarquer que tout est alors articulé autour de l’Iran, l’Afghanistan et la Turquie n’étant sinon pas reliés.

Joyaux de la Couronne[modifier | modifier le code]

La couronne Pahlavi, utilisée pour le couronnement de Reza Chah puis pour celui de son fils

Au début des années 1930, Reza ordonne aussi la mise en place d’une sorte de caution d’économie iranienne : les Joyaux de la Couronne, collection qu’il a lui-même un peu agrandie pour son couronnement – et qui sera encore plus grandie sous le règne de son fils. Ils sont offerts à la Banque Nationale d’Iran comme devise ; la propriété du trésor impérial a été transférée à l'état par une loi parlementaire le . Les bijoux ont été placés dans les coffres de la Banque Nationale d'Iran, où ils ont été utilisés comme garantie pour renforcer le pouvoir financier de l'institution et pour soutenir le système monétaire national [103]. Seul le procureur général du pays aura le droit de demander leur utilisation, et seulement provisoirement [38].

Après l'abdication de Reza Chah, une rumeur se répandit via la presse : on prétendit que Reza Shah avait emporté avec lui les Joyaux de la Couronne en quittant l'Iran, lui qui en avait justement fait la propriété inaliénable de l’Etat [104], ce qui fut démenti quand Foroughi, Premier ministre, nomma une commission de parlementaires et de juges pour que ces derniers aillent constater dans la Banque Nationale que rien n’avait disparu. Ce qui fut le cas.

En 1960, sous le règne de Mohammad Reza Chah, les joyaux seront transférés à une nouvelle section de la Banque Centrale : le Trésor de la Banque Centrale, où ils seront exposés à la vue du public [103].

Même après la révolution Islamique, les joyaux continueront d’être exposés, car ils servent, encore aujourd’hui, à soutenir le cours de la devise iranienne. Le Trésor de la Banque Central a été depuis renommé le Trésor National des Joyaux Iraniens [103].

Retour du prince héritier[modifier | modifier le code]

Le prince héritier Mohammad Reza, de retour au pays, avec sa sœur jumelle Ashraf

En 1937, le prince héritier, Mohammad Reza, revient en Iran après 4 ans d’études en Suisse. Il s’est fait des amis, là-bas, notamment Hossein Fardoust, et Ernest Perron, deux personnages qui deviendront ses proches quand lui deviendra roi. Alors qu’il était encore étudiant, lui et ses condisciples étaient revenus en Iran pour les vacances et avaient été subjugués par le nouveau visage du pays. Réza Chah l’avait amené devant le cabinet, le conseil d'administration de l'Assemblée nationale, les députés de l' Assemblée nationale et des officiers de haut rang. Il avait eu cette formule : « J’ai rendu d’éminents services à mon pays, mais le plus grand, c’est le prince héritier que je lui donne : Vous ne pouvez pas le savoir maintenant, mais vous constaterez ses capacités lorsqu’il assumera ses fonctions. Vous ne pouvez pas encore savoir. » [105]

Mohammad Reza effectue ensuite son service militaire en Iran, suivant de nombreux rituels épuisants et même dangereux, digne de commandos [105]. En juin 1938, il obtient son brevet de sous-lieutenant et est le major de sa promotion ; ses études militaires terminées aussi, il est associé de près au rôle de monarque que son père remplit. Il l’accompagne partout, assiste à toutes les représentations, la plupart des visites et les audiences. Certains dossiers, comme l’Education et la Culture, sont directement gérés par le prince héritier[105].

Le mariage du prince héritier : enracinement de la dynastie Pahlavi[modifier | modifier le code]

Reza chah cherche ensuite à marier son fils : l’idée principale est de conclure un arrangement dynastique qui permette l’enracinement de la dynastie. Cette solution semble s’imposer à cause de l’amendement constitutionnel de 1925 qui interdit aux futur souverain iranien d’avoir une mère Qâdjare : ce qui explique pourquoi tous les fils de Reza Chah, sauf Ali Reza et Mohammad Reza, ne sont pas accessibles au trône [106] ; cette mesure de précaution votée par Reza Khan, qui avait cherché à prendre une précaution sans en mesurer les conséquences, force le prince héritier à se marier avec une étrangère. Si possible, une membre d’une dynastie ancienne et affirmée : une jeune dynastie comme celle des Pahlavi a besoin de cousiner avec les autres monarchies des pays voisins et arabes, très nombreuses à cette époque, pour gagner en légitimité. Plusieurs solutions sont envisagées : en Afghanistan, en Irak, en Tunisie… et même en Turquie, où la famille ottomane reste prestigieuse. Reza Chah et Mahmoud Jam ont peur d’indisposer la Turquie laïque qui a mis fin à l’empire Ottoman, laquelle indique cependant une autre solution, arabe et africaine.

Le mariage de Mohammad Reza d'Iran et de Fawzia d'Égypte, au palais d'Abedin, en présence de Farouk Ier, 16 mars 1939.

L’Égypte royale, le , marie son souverain, Farouk Ier, à la belle Safinaz Zulfikar, dite Farida, véritable événement de l’année du gotha mondial. Un mariage resplendissant, qui fait suite à l’accession au pouvoir de Farouk Ier à la mort de son père Fouad Ier, le . La cour d’Égypte possède un faste d’Orient inégalé qui fascine et merveille, avant de susciter plus tard des critiques [107]. C’est un allié idéal et il se trouve que Farouk a de nombreuses sœurs, dont l’aînée, Fawzia, a à peu près l’âge du prince héritier. Le Caire est discrètement consulté, mais l’affaire s’ébruite alors que Reza Chah avait ordonné la plus grande discrétion. La délégation est rappelée par le vieux monarque furieux qui attend que les bruits se tassent pour reprendre les négociations.

Le 26 mai 1938, le palais impérial annonce qu'une délégation conduite par le Premier ministre Mahmoud Djam va se rendre au Caire pour convenir du mariage entre le prince héritier et Fawzia d’Égypte, fille du roi Fouad Ier et sœur du jeune Farouk Ier, intronisé deux ans auparavant. Les fiancés ne se sont jamais vus et ne parlent pas la même langue, communicant en français. Moins d'un an plus tard, en mars 1939, Mohammad Reza Pahlavi se rend en Égypte avec une suite; il est accueilli au palais Koubbeh par le roi Farouk et des membres de la famille royale égyptienne, et fait connaissance avec sa future épouse, la princesse Fawzia. Le 16 mars 1939, Mohammad Reza épouse Fawzia au palais d'Abedin, au Caire, selon le rite sunnite. Une seconde cérémonie, de rite chiite, se déroule à Téhéran, au Palais impérial du Golestan, le 25 avril 1939. Car les deux époux sont de confessions différentes : islam sunnite pour Fawzia et islam chiite pour Mohammad Reza. Mais également, en Iran, la nationalité de la future reine se pose : quand deviendra-t-elle iranienne, et quel sera la nationalité de son éventuel fils ?

Fin novembre 1938, Mahmoud Djam tient sa solution : le Parlement, par mesure d’exception, la nationalité iranienne est accordée à Fawzia, alors que cette dernière n’a pas encore mis le pied en Iran.

Fawzia d'Égypte, Reza Chah, Nazli Sabri et Mohammad Reza à l'ambassade d'Égypte à Téhéran, avril-mai 1939

Le mariage à Téhéran est dérangé par la reine mère Nazli, mère de Farouk et de Fawzia, venue à Téhéran pour le mariage de sa fille, qui ressent durement la différence entre la cour versaillaise d’Égypte et celle de Téhéran, plus modeste, et où l’étiquette est plus approximative. Au Caire, cette opulence avait presque humilié le prince héritier et sa suite, qui le consignera dans ses mémoires [108]. Pourtant, pour recevoir la famille de sa belle-fille, Reza Chah a mis les petits plats dans les grands et valorisé la transformation de la ville depuis une quinzaine d’années (même si la ville reste encore bien en-dessous d’Alexandrie ou du Caire), pavoisant les cortèges de chars et de décorations semblables à celles qui avaient accueilli Mohammad Reza en Égypte. Mais Nazli n’a de cesse de rabaisser tout le monde et lorsque les célébrations sont finies et qu’elle part en France, toute la cour souffle.

Reza Chah et la reine Nazli Sabri, lors du mariage du prince héritier Mohammad Reza, le 25 avril 1939

Les deux époux semblent bien s’entendre et s’aimer, faisant la couverture des journaux et focalisant l’attention de la cour. La naissance d’une fille, Chahnaz, le 27 octobre 1940, le lendemain des 21 ans de son père, consolide leur union. Cette dernière est gâtée par son grand-père qui l’adore, et lui offre même un palais dans le parc de Sa'ad-Abad, où Chahnaz vivra après son mariage avec Ardéshir Zahédi en 1957.

L’abdication de Reza Chah et son exil déclenche cependant une vague de revanches de la Cour envers Fawzia. La désormais reine-mère Tadj ol-Molouk et ses partisans ne pardonnant pas à Fawzia les vexations subies par Nazli en 1939, alors que Reza Chah, qui appréciait beaucoup sa belle-fille, avait contenus leurs velléités. En 1945, partie en Égypte fleurir la tombe de Reza Chah et rendre visite à son frère, Fawzia, dont les relations avec son mari s’étaient beaucoup dégradées et ne supportant plus le climat courtisan, ne reviendra jamais en Iran. Malgré d’interminables négociations, elle refusera de revenir et le divorce d’avec Mohammad Reza Chah sera prononcé en 1948.

Fin de règne[modifier | modifier le code]

Le prince héritier Mohammd Reza, et son père, Reza Chah

En 1939, après le mariage du prince héritier Mohammad Reza et de Fawzia Fouad, et alors que ces deux derniers sont en train de finir leur voyage de noces sur les bords de la mer Caspienne, Reza Chah rappelle à la capitale le prince héritier, qu’il souhaite dès a présent associer aux affaires de l’état. A partir du retour du prince héritier, vers juin 1939, ce dernier assiste aux séances du conseil des ministres, où il donne son avis, à des séances du Parlement, inaugure quelques bâtiments en province, et inspecte à de nombreuses reprises les avancées du Trans-Iranien, le tout généralement accompagné de son épouse ; en outre, les problèmes qui se passent en Europe et qui déboucheront sur le Seconde Guerre Mondiale sont mal connus en Iran, et Reza Chah souhaite avoir à ses côtés un regard neuf, ainsi que son fils qui est polyglotte, contrairement à Reza Chah, qui ne connaît aucune langue européenne.

Dans le pays, la situation est calme : l’opposition des religieux, exacerbés depuis l’interdiction du voile, s’est tassée ; les femmes sortent elles-mêmes de chez elles, vêtues de vêtements européens, mais de vêtements européens à col hauts, de jupes longues, et de chapeaux larges et enveloppants [109]. Les gens ont appris à vivre avec Reza Chah, qui règne depuis environ 15 ans, même si son autoritarisme muselle encore d’importants pans de la société, notamment la presse. La radio n'a pas encore fait son apparition en Iran, ce qui ne tarde, car Radio-Téhéran est créée à la fin du règne de l'empereur :

Dernière des innovations du règne de Reza Chah : la radio. Radio-Téhéran est mise en service le , et l’un des premiers à s’exprimer sur les ondes est le prince héritier, envoyé par son père. La population découvre la voix de Mohammad Reza, futur roi, et se demande si Reza Chah ne préparerait pas sa succession [110].

Il est vrai que le prince héritier a achevé sa formation de futur roi, et que Reza Chah l’a beaucoup associé au pouvoir, récemment. De plus, Reza Chah, le 15 mars 1940, entre dans sa soixante-troisième année : âge peu canonique, même pour l’époque, mais plutôt avancé de par les conditions de vie qui furent celles de Reza Chah dans les quarante premières années de sa vie, alors qu’il était un obscur cosaque du nom de Reza Khan.

Seconde Guerre Mondiale et déposition (1939-1941)[modifier | modifier le code]

Les rapprochements de Reza Chah avec l'Allemagne nazie qui était le premier partenaire commercial de l'Iran en 1939 inquiètent les Britanniques. Quand la guerre éclate, les Britanniques demandent à Reza Chah d'expulser les citoyens allemands du pays, ce qu'il refuse.

Reza Chah, ayant déclaré la neutralité de l'Iran, refuse à nouveau une demande des Alliés de se servir du pays pour faire passer des munitions, ce qui pousse la Grande-Bretagne et l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) à monter l'opération « Countenance » qui se traduit par une Invasion anglo-soviétique de l'Iran le .

Reza Chah est forcé d'abdiquer en faveur de son fils Mohammad Reza Pahlavi et il est envoyé en exil par les Britanniques, d'abord à l'île Maurice puis à Johannesburg, où il meurt en 1944.

Son fils, Mohammad Reza Pahlavi, lui succède jusqu'à la Révolution islamique de 1979.

Début de la Seconde Guerre Mondiale (1939-août 1941)[modifier | modifier le code]

Reza Chah inaugurant le nouveau Parlement, 1940

Alors que le prince héritier a été rappelé en été 1939 des rivages de la Mer Caspienne où il passait son voyage de noces, la situation internationale se crispe beaucoup en Europe : depuis l’Anschluss, où l’Allemagne a annexé l’Autriche, puis la création du pacte anti-komintern, et enfin les crises en Tchécoslovaquie et en Pologne, le monde commence à se diviser en camps. Officiellement, l’Iran est détaché de tous ces conflits, malgré les nombreux contrats économiques qui le lient au Troisième Reich. Cependant la fraternité affichée de Reza Chah avec les allemands ainsi que d’anciens contentieux irritent fortement les anglais. Le 1er septembre 1939, l’invasion de la Pologne par les allemands déclenche ce qui sera la Seconde Guerre Mondiale. Immédiatement, le chah affirme la neutralité de son pays. Il craint les représailles : il martèle la position neutre de son pays dans le conflit à plusieurs reprises, notamment lors de l’ouverture de la nouvelle législature du Majlis. Pourtant, il effectue des actions contradictoires qui ne rassurent pas le camp anti-allemand : le 26 octobre 1940, le Premier Ministre, Mahmoud Jam, démissionne pour occuper le poste de ministre de la Cour, vacant depuis l’évincement de Teymourtash sept ans plus tôt[7]. Il est remplacé par le docteur Ahmad Matin-Daftari, qui a une réputation de germanophile. Dans son cabinet, on trouve également de nombreuses personnalités pro-allemands ou antibritanniques. De son côté, Berlin, qui reçoit une dépêche spéciale de Téhéran dit respecter le choix des iraniens : Londres voit là une connivence à peine voilée.

Ahmad Matin-Daftari

En juin 1940, après la capitulation française, et alors que Matin-Daftari avait pour rôle de négocier une fin de partenariat rapide avec l’économie berlinoise[111], l’attitude de Reza Chah change : il craint clairement des représailles du camp britannique, bien qu’à l’époque les allemands aient plutôt le vent en poupe : Matin-Daftari est remercié, de même que tous les germanophiles et antibritanniques de son cabinet ; il est remplacé par Ali Mansour, qui a une réputation de pro-britannique, et qui nomme dans son cabinet des anti-allemands. En outre, Matin-Daftari est arrêté et emprisonné sans trop de raisons que sa réputation d’anti-britannique ; de même, des officiers de l’armée aux même vélléités, comme le général Zahedi, sont priés de rester discrets, et enfin, Mohammad Mossadegh, retiré de la vie politique depuis de nombreuses années sur ses domaines et qui n’avait rien demandé à personne, est arrêté et exilé. Pour lui aussi, c’est la réputation qui a fait que. Reza Chah change de tactique, tandis la BBC, où l’on entend beaucoup Ann Lambton, commence à attaquer férocement à grands coups de propagande le chah [112].

L’extension du conflit à l’URSS le 22 juin 1941 et la rupture du pacte germano-soviétique met l’Iran dans une position délicate : elle se retrouve encerclée par des pays anti-allemands, avec l’URSS au nord, l’Empire des Indes britanniques à l’est, et l’Irak, où les britanniques sont encore très présents malgré la théorique indépendance du pays (de par la politique anglophile du régent Abdullah) ; seul l’Afghanistan ne représente pas une menace théorique. De plus, les pays en question ont une attitude de plus en plus agressive : en juillet 1941, les Alliés demandent, puis exigent le départ du pays de toutes les personnalités liées de près ou de loin aux puissances de l’Axe : Reza Chah assure que les allemands s’en iront, mais refuse de les chasser, reportant leur départ sine die. Son attitude vis-à-vis de cet ultimatum de facto fait décider l’exécution de l’invasion.

Invasion de l'Iran (août-septembre 1941)[modifier | modifier le code]

Artillerie soviétique défilant dans Tabriz, 17 septembre 1941

Le 25 août 1941, à 5h du matin, l’armée britannique envahit l’Iran au sud et au sud-ouest ; l’armée soviétique également, par le nord. Une heure plus tard, Reader Bullard et Andrej Smirnov, ministres plénipotentiaires du Royaume-Uni et de l’URSS se rendent chez Ali Mansour, premier Ministre, pour lui notifier cette invasion, décidée de par l’intransigeance du chah. Ce dernier les reçoit ensuite à Saad’abad, où il reste ferme face à eux, à leur instar. Le Conseil des ministres est réuni : on fait état des premières pertes, puis il est décidé que les Etats-Unis, neutres dans le conflit (à l’époque), seront appelés pour trouver une solution.

Reza Chah et son état-major au début de la Seconde Guerre Mondiale

Les Iraniens disposent alors de 200 000 soldats, soit 9 divisions d'infanterie appuyées par une soixantaine de chars légers et moyens d'origine tchèque ainsi que d'une petite force aérienne de 80 avions. L’armée iranienne est plus conçue pour le maintien de l’ordre interne et pour régler quelques incidents de frontières, mais elle ne peut pas grand-chose contre l’armée soviétique, et surtout, la plus puissante armée du monde, celle de l’Angleterre[113]. A Khorramchahr, c’est un vrai carnage, et la quasi-totalité de la marine est détruite ; miraculeusement, la progression britannique est stoppée à Kermânchâh à l’ouest, et à Ahwaz dans le sud. Mais pas pour longtemps, et Téhéran en profite pour demander la paix, tandis que les expulsions des ressortissants italiens, allemands et roumains [38] continuent. Reza Chah ne se fait guère d’illusion quant à l’arrangement de la situation, et Ali Mansour est prié de remettre sa démission, pour le moment où un successeur, capable d’affronter la crise grave, sera trouvé.

Reza Chah consulte beaucoup de monde ; il prend aussi sur lui, et pense même à rappeler Ghavam os-Saltaneh, l’homme qu’il avait fait tomber en 1925 pour accéder au pouvoir. Mais ce dernier se trouve dans le nord du pays et ne peut pas rejoindre la capitale. Alors Reza Chah consulte un compagnon de route avec le quel il s’était fâché : Mohammad Ali Fouroughi. Appelé à la capitale, après s’être fait attendre, il est reçu par le chah. Ils oublient leurs vieilles rancœurs et Foroughi est nommé Premier Ministre le 29 août. Il cherche à garantir l’indépendance et l’intégrité du pays en limitant les hostilités, et tous les moyens sont bons, y compris sacrifier Reza Chah pour le remplacer par son fils, constamment avec son père et le Premier Ministre.

Le 29 août, alors que la veille, les britanniques ont franchi Khorramchahr et Ahwaz, le ministère de la Guerre, de façon incompréhensible, ordonne la dissolution de l’armée de terre et le renvoi des troupes chez elles, peut-être pour éviter les sacrifices vains. Reza Chah, qui en plus apprend la nouvelle par radio, explose lors d’une réunion des officiers et veut abattre le général Ahmad Nakhadjavan, ministre de la guerre, et un officier accusé de connivence. Le chah calmé par l’assistance, Nakhadjavan est destitué et remplacé par Mohammad Nakhadjavan, formé en Russie impériale. La situation ne s’arrange pas pour autant : les soldats et les conscrits déambulent, sans ordres et sans armes, dans la capitale en pleine confusion et en proie à la peur. La capitale est sécurisée par le général Ahmad Amir-Ahmadi, et la gendarmerie, dirigée par le général Zahedi, en substitution à l’armée. Foroughi fait cependant parvenir aux envahisseurs les clauses d’une paix, et l’armistice est signée le 30 août. Le 8 septembre un accord est signé entre l'Iran et les Alliés qui entérine la création de deux zones d'occupation. Au nord-ouest la zone de Tabriz et les rives de la Caspienne sont occupées par l'armée rouge tandis que les Britanniques occupent les champs pétroliers d'Abadan et de Kermanshah. Téhéran accepte également de faciliter le transit des cargaisons militaires britanniques vers l'URSS pour le front de l’Est. Les concessions pétrolières à l'Anglo-Persian Oil Company sont renouvelées à des conditions plus avantageuses pour cette dernière pour la durée de l’occupation[113].

Abdication et départ en exil (1941)[modifier | modifier le code]

Il est aussi prévu que les troupes alliées pénètrent dans la capitale ; Reza Chah voit là la manifestation que son heure a sonnée. Explicitement, le 15 septembre, les ministres plénipotentiaires reviennent, exigeant l’abdication de Reza Chah et son départ de la capitale avant le surlendemain ; les alliés régleront eux-mêmes la question sinon. La décision de la déposer a été semble-t-il, prise en haut lieu le 12 septembre par Stafford Cripps et Staline [113]. Les radios de Londres, New Dehli et Moscou, captées à Téhéran, ne cessent d’attaquer le chah, et l’URSS exige la proclamation d'une république, plus maléable, tandis que Londres, à qui cette idée ne déplaît pas, préfèrerait rétablir les Qâdjârs. Le neveu d’Ahmad Chah, mort en 1931, Soltan Hamid Mirza, fils de Mohammad Hassan Mirza, est approché : cultivé, raffiné et anglophile, il est parfait, mais a quitté la terre persane à l’âge de quatre ans, et ne parle pas le persan. L’idée est abandonnée.

Reza Chah et le prince héritier, peu avant l'abdication

L’« option Pahlavi », qui consiste à faire abdiquer Reza Chah pour proclamer son fils Chāhinchāh, n’est pas vraiment envisagée par les alliés. Foroughi, lui, a pragmatiquement envisagée cette option, de même que Reza Chah. Le prince héritier, lui, est plus sceptique : il a peur d’un coup de force anglo-soviétique. Le 16 septembre au matin, Foroughi et Reza Chah se retrouvent une dernière fois au palais de Marbre. L’abdication est rédigée par le Premier Ministre. Puis le chah sort du palais, où il tient avec le prince héritier ce dialogue :

« Et si les Russes entrent dans la capitale, ce sera la révolution ? Ce à quoi son père lui répond, sarcastique :

- Il ne se passera rien, ils veulent seulement ma peau. Et ils l’ont eu. »[9]

Le chah désormais déchu rejoint ensuite le jardin du palais, où il monte dans une voiture, prenant le chemin d’un exil dont il ne reviendra pas. Ses enfants, sauf Mohammad Reza, partent avec lui. Puis, en fin de matinée, Foroughi se rend au palais du Majlis, dont le périmètre a été sécurisé et dont les députés ont été réunis, et leur donne la lecture de l’abdication de Reza Chah :

« Pahlavi, Chah d’Iran

Mohammad Reza Pahlavi devient Shāhinshāh le 16 septembre 1941, à 16h30 : la relève est assurée

Considérant le fait, que j’ai dépensé toute mon énergie dans les affaires du pays durant toutes ces années et m’y suis affaibli, je sens que maintenant le temps est venu pour une jeune personne énergique et habile de prendre en charge les affaires du pays, qui nécessitent de constantes attentions, et de s’en donner les moyens, pour la prospérité et le bien-être de la nation. Ainsi, j’ai confié la charge monarchique au Prince Héritier, mon successeur, et me suis résigné. A partir de ce jour, le 25 Shahrivar 1320 (16 septembre 1941), la nation entière, à la fois les civils et les militaires, doivent reconnaître en la monarchie mon Prince Héritier et successeur légal, et faire pour lui tout ce qu’ils ont fait pour moi, protégeant les intérêts du pays.

Palais de Marbre, Téhéran, 25 Shahrivar 1320 (16 septembre 1941),Reza Chah Pahlavi » [114],[97]

L’après-midi, Foroughi revient au Palais de Marbre, et trouve un Prince Héritier hésitant. Il le pousse à aller prêter serment : c’est l’action essentielle pour devenir roi selon la Constitution de 1906, car depuis que l’abdication de Reza Chah a été lue, l’Iran n’a plus de roi et est dirigée par le Premier Ministre. Ils se rendent au siège du Majlis, au Baharestan, quartier ultra-sécurisé par les soins du général Amir-Ahmadi, et, alors que les soviétiques et les britanniques sont à quelques heures de la capitale à laquelle ils se rendent, le prince héritier devient Mohammad Reza Chah, shāhanshāh d’Iran, en prêtant serment sur le Constitution de 1925 à 15h10. A 16h, à peine Foroughi et Mohammad Reza Chah ont quitté le Parlement que les troupes alliés investissent Téhéran ; sauf qu’elles ne prendront pas le risque de déposer le nouveau chah, au risque de s'aliéner la population[9].

Exil et mort (1941-1944)[modifier | modifier le code]

Reza Shah en Afrique du Sud

Reza Chah est retiré à Ispahan [115], où sa fille Ashraf consigne que son apparence s’est soudainement vieillie ; elle se demande même s’il n’aurait pas fait une petite attaque gardée secrète après son abdication. Du reste, il reste un danger pour les alliés, qui le forcent à quitter le pays. Au moment où il quitte pour la dernière fois la terre persane, qu’il ne sait qu’il ne foulera plus, il ramasse une poignée de terre iranienne, qu’il conservera jusqu’à la fin de ses jours [115],[22]. Il doit se rendre en Argentine, où les britanniques on consenti à le laisser aller, mais alors qu’il est en pleine mer, il apprend que la destination a changé : il est envoyé à l’île Maurice. Bien qu’il proteste, il y va quand même. S’il y est bien, entouré de sa famille, à la fin de l’année 1942, les britanniques le transfèrent en Afrique du Sud. Arrivé à Johannesburg, il y restera, toujours entouré de sa famille, notamment sa fille Shams.

Reza Chah Pahlavi en exil, vers 1943

Si toute sa famille a l’air de bien vivre, ce n’est pas le cas de l’ex-empereur. Sur les photographies, il ne sourit jamais, semble abattu et maigrit à vue d’œil. Sa fille Ashraf vient lui rendre visite en hiver 1942-1943. Mais le chah s’enferme dans la maison, ne goûtant à aucune distraction, pestant contre ses ennemis, surtout les anglais. Son état cardiaque commence à se détériorer mais il est enchanté de recevoir un cadeau de sa petite-fille Shahnaz[7]. Quelques rares autres évènements égaient son ennuyeux quotidien : le 25 juillet 1944, il reçoit un disque en provenance de Téhéran, sur lequel il peut entendre la voix de son fils, Mohammad Reza Chah. Il sort de chez lui, se rend à un studio d’enregistrement, où il enregistre lui-même un disque : « Ne crains rien et va de l’avant ! J’ai posé de solides fondations pour un Iran nouveau. Poursuis mon œuvre. Et n’accorde jamais ta confiance aux anglais »[22].

Le lendemain, 26 juillet 1944, il est découvert par son majordome Izadi qui venait le réveiller. Un médecin est appelé, qui ne peut que faire le constat suivant : l’ancien empereur, Reza Chah Pahlavi, est mort d’un arrêt cardiaque pendant son sommeil [22].

Postérité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mausolée de Reza Chah.
Fawzia et Ashraf à l'aéroport du Caire en 1945

Après sa mort à Johannesburg, son corps est finalement ramené vers l'Orient : provisoirement, il est enterré à la mosquée Al-Rifaï du Caire en 1945, lors de funérailles auxquelles assistent ses fils Gholam Reza et Ali Reza. Sa tombe est notamment fleurie peu après par sa fille Ashraf et sa belle-fille Fawzia.

En 1948, le Majlis lui acorde à titre posthume le titre de « Le Grand » comme surnom de règne, et il est ensuite appelé Reza Shah Pahlavi Kabir (Reza Chah Pahlavi le Grand)[116].

Funérailles de Reza Chah en Iran, 8 mai 1951

En juin 1950, peu après un renforcement de ses pouvoirs, le Shah organise à son père des funérailles nationales, et son corps est rapatrié d'Egypte – avec qui les relations sont alors assez dégradées- pour être placé dans un grand mausolée, au sud de Téhéran dans le quartier de Rey. Construit par un fils de l’ancien Premier Ministre Foroughi, ce grand édifice est alors un lieu de pèlerinage pour ses partisans de tous bords, et c'est une bien curieuse image de voir des femmes voilées se déchausser pour entrer dans la dernière demeure de Reza Shah le laïc. Il accueille également quelques autres personnalités : Ali-Reza Pahlavi, mort en 1954, Haj Ali Razmara, assassiné en 1951, Soleiman Behboudi, majordome et ami de Reza Chah, le général Fazlollah Zahédi, mort en 1963, et Hassan Ali Mansour, assassiné en 1965.

Le Mausolée est aussi le théâtre d'une célébration en juin 1976 organisée pour célébrer les 50 ans du couronnement de Reza Chah, et de l'avènement de la dynastie Pahlavi.

Une autre célébration a lieu, alors que les troubles qui déboucheront sur la Révolution Iranienne ont déjà largement commencé, le 15 mars 1978, pour le centenaire de Reza Chah, au même Mausolée.

Ultime revanche de Reza Chah sur les religieux : après le triomphe de la Révolution, Khomeyni envoya une équipe récupérer le corps de l'empereur déchu. Mais, surprise, à l'ouverture du tombeau, les nouvelles autorités découvrirent que le cercueil du monarque avait disparu. Mohammad Reza Chah avait, peu avant son départ du pays, fait déplacer la dépouille de son père dans un autre lieu. Cependant, malgré de vives protestations, notamment de la part de Sadegh Gotzadeh, qui voulait en faire un musée, le mausolée est entièrement rasé, une destruction supervisée par l'ayatollah Kalkhani. Kalkhani accusa le pseudo-athéisme de Reza Shah, et il fut même question de construire des toilettes publiques à l'emplacement du tombeau de l'empereur [117].

Il est plus difficile de savoir où se trouve aujourd'hui le cadavre de Reza Shah : il est communément admis qu’il fut remis dans son caveau égyptien, où il était avant 1950 [118], et où son fils l'a rejoint en 1980. Pourtant, dans le documentaire « De Téhéran au Caire », l'impératrice Farah affirme que Reza Chah est toujours enterré à Rey, peut-être dans le mausolée voisin au sien (Shah-Abdol-Azim) [119]. D'autres parlent d'un autre emplacement inconnu -sauf pour une poignée de fidèles proches du Shah, dont sa femme et son fils-, caché quelque part en Iran, probablement le même que celui que Mohammad Reza Chah désigna pour être enterré avec des officiers suppliciés par la révolution, si ses restes revenaient un jour dans son pays natal [9].

Héritage[modifier | modifier le code]

Son fils qui lui succède sera renversé par le Révolution Islamique en 1979. La dynastie qu'il a fondé a cependant survécu, et, malgré la mort de son fils, dernier chah régnant, en Égypte en 1980, la dynastie Pahlavi est toujours représentée en la personne du petit-fils de Reza Chah, Reza Pahlavi, ancien prince héritier et appelé par ses partisans Reza Chah II. Il est en effet le meneur d'une partie de l'opposition iranienne à la république Islamique d'Iran.

Historiographie[modifier | modifier le code]

Statue de Reza Chah sur la place Toopkhaneh

Après sa déposition, sous le règne de son fils, et ensuite de façon moins officielle, l'époque de Reza Shah, et plus particulièrement après sa mort, s'est vue transformée en véritable légende, voire mythe. Son admiration pour l'Occident, son souci du progrès, de se débarrasser de l'influence des grandes puissances, de moderniser à grands pas la société, d'en faire une nation puissante, et comme preuve de réussite le fossé qu'il existait entre l'Iran de 1921 et celui de 1941 ont fait de Reza Shah « le Grand », personnage au souci grandiose de progrès, qui sut faire un grand retour sur les racines historiques de son pays, tout en sachant aller de l'avant, développer toute forme d'infrastructure, de sécurité sociale, de police, de travail, d'industrie.

Ses grandes réussites furent aussi la recherche de réduire considérablement le pouvoir religieux, très important à l'époque des Qâdjars et, selon ses partisans, par extension, des britanniques, les deux ayant eut des liens très flous avant et pendant le règne de Reza Shah. La suppression de la féodalisation des territoires, sous l'influence de grandes tribus, et de nombreux mollahs, souleva quelques critiques du côté religieux que Reza Chah fit taire avec plus ou moins de fermeté. De plus, ses seules avancées ne se limitèrent pas à son règne, mais devinrent ensuite les bases des progrès accomplis sous le règne suivant, celui de Mohammad Reza Shah, lui aussi impliqué dans la mise en place de nouvelles infrastructures et de lois et usages plus inspirés de l'Occident que des coutumes et traditions iraniennes.

Toutes les lois entreprises sous son règne notamment en faveur de l'égalisation des sexes eurent de bonnes retombées, et amplifiées et continuées sous le règne de son fils, qui dura cependant plus longtemps – le double – et eut ainsi plus le temps de faire d'autres réformes. Lesquelles n'auraient pas peu être possibles sans le règne précédent. Une grande partie de la diaspora iranienne actuelle considère Reza Chah comme le fondateur d'un Iran moderne, sans forcément cautionner le régime de son successeur, qui déchire nettement plus les passions. Le contraire (plus rare) arrive aussi. Ses partisans voient ainsi en lui la renaissance d'un Iran fantastique, le fondateur d'une dynastie « Néo-Antique », dans une certaine mesure en lien avec le règne de Mohammad Reza Shah, comme le millénaire de Ferdowsi en 1934 fut lié aux 2500 ans de monarchie perse célébré en 1971, tous deux ayant vocation de rappeler aux iraniens leurs racines antiques et glorieuses, tout en se voulant démonstratifs.

La Culture iranienne, et surtout la Culture iranienne préislamique, reste également la grande privilégiée du règne de Reza Chah Kabir : de très nombreux poètes, écrivains, historiens, traducteurs et philosophes font leur retour sur la scène iranienne, de même qu'ils "envahissent" les manuels scolaires et suscitent l'intérêt : la population redécouvre ainsi Ali Dashti, Omar Khayyam, Sadegh Hedayat, Saïd Nafissi, Bahar[9], tout en découvrant des émules comme Nima Yushij.

Quelque part aussi, Reza Chah alla plus loin que son modèle, Atatürk : Mustafa Kemal partait de quelque chose, des ruines de l'empire Ottoman, tandis que Reza Chah partait de presque rien : il construisit à lui tout seul, et en un temps record (environ 15 ans) un état moderne et nettement différent de ce qu'il était avant lui. Une transformation probablement exécutée à la force du poing.

Critiques[modifier | modifier le code]

Statue de Reza Chah de la place Toopkhaneh, renversée à la Révolution Islamique

A l'inverse, on trouve de violentes critiques envers l'autoritarisme du pénultième empereur d'Iran. Après la Révolution Iranienne, son image fut sérieusement mise à mal par le nouveau régime. Ce qui eu un impact durable : ainsi, la série « le Mystère du Shah », où Reza Shah apparaît au début, met l'accent sur l'aspect physique parfois -mais rarement- violent du personnage, aux manières de soudard, ainsi que l'autoritarisme de son régime – surtout envers l'opposition cléricale, quitte à en faire une brute épaisse opiomane, sous influence de divers lobbys, dont le « lobby bah'ai », conspué par les religieux qui considèrent le bahaïsme comme une secte. Son admiration pour Atatürk peut aussi être critiquée, car Atatürk bâtit son état moderne sur les débris de l'empire Ottoman, état quand même autrement mieux organisé que la Perse des Qâdjars, complètement misérable. Pareillement, ses réformes n'auraient atteint que la superficie des masses, ce qui est difficile à évaluer actuellement [57]. Sa proximité avec l'Allemagne nazie est également pointée du doigt. L'amalgame fut même tenté par certains de ses détracteurs comme une façon de dire que plus que partenaire commercial et économique de l'Allemagne de l'époque, il fut lui-même un véritable nazi [120]. Ce qui est faux quand on sait que 1200 juifs d'Europe ont quitté leur pays pour s'implanter en Iran, fuyant les persécutions pendant la Seconde Guerre Mondiale [121].

Du reste, il est vrai que quelques aspects de son règne ont de quoi déconcerter : la mort « mystérieuse » en prison d'hommes de lettres comme Farrokhi Yazdi ou de politiciens qui furent ses alliés voire amis comme le ministre de la Cour Abdol-Hossein Teymourtash, longtemps l'âme damnée de Reza Shah avant d'être brutalement destitué en 1932, à la suite d'une sombre implication dans le camp adverse (les britanniques) lors du litige de la concession pétrolière d'Arcy. Ces morts étranges sont presque toutes liées à un infâme personnage, le docteur Ahmadi, un criminel qui, supposé s'occuper des malades en prison, les assassinait (de son propre chef ?) [84]. Les détracteurs de Reza Shah n'hésitent pas à dire que l'empereur a directement ordonné leur assassinat, via Ahmadi.

On l'accuse aussi d'avoir maltraité certaines tribus ou minorités, à cause de sa politique antiféodale et anti-tribale, comme les Qashqai (ayant commandité l’assassinat de Solatodole Qashqai, chef Qashqai) et les Bakhtiaris, ou encore les kurdes et les arméniens. Et bien sûr, l’ultime reproche de son opposition « laïque » , est d’avoir, à force de modernisation exigée et de bouleversements sociétaux, planté indirectement les germes de la Révolution Islamique qui plongera le pays dans des temps sombres[39]. Tout cela, associé à l'image caricaturale prêtée par le régime iranien actuel donne à Reza Chah une véritable légende noire, où il est assez difficile de démêler le faux du vrai, de même que de faire la lumière sur certaines questions.

Parade militaire à l'occasion du couronnement de Reza Chah, le 25 avril 1926

Réalisations[modifier | modifier le code]

Que ce soit à l'époque où il fut ministre, commandant de l'armée, ou empereur, on doit à Reza Chah une assez importante liste de réalisations qui émanent plus ou moins directement de sa personne, qu'il porta en tout cas :

Reza Chah inaugurant le Majlis
Reza Shah et Mustafa Kemal Atatürk en 1934
Construction de chemins de fer en Iran
Construction de routes nationales, en 1926

Ici, la liste non exhaustive de ces accomplissements [122]:

  • Réformes vestimentaires pour les femmes, qui doivent ne pas dissimuler leurs visages, c’est-à-dire ne surtout plus utiliser de voiles intégraux, obligatoirement se dévoiler, et utiliser des vêtements occidentaux [127]
  • Création de l’Office National de l’enregistrement des transactions immobilières [129]
  • Institutions des patronymes, créations de l’état-civil et de l’Institution Notariale [130],[131]
  • Abrogations des capitulations étrangères [132]
  • Nationalisation des forêts et des pâturages de l’Iran [133]
  • Suppression de la féodalité et des titres de noblesse [134]
  • Création de plusieurs ministères, dont la Poste, la Culture et la Justice [134]
  • Première centrale électrique du pays [134]
  • Constructions de routes nationales
  • Construction de la plus grande raffinerie du monde (Abadan)
  • Création de la police iranienne
  • Union de toutes les formes armées (dont la brigade cosaque et les armées privées) pour créer une armée unie et nationale, et mise à niveau de tous dans l’armée via la conscription [135]
  • Fondation des Assurances Iran
  • Ouverture d’industries, construction de machines destinées à y être utilisées
  • Fondation de la Radio nationale
  • Fondation de l’Agence d’information Pars [139] (actuelle IRNA)
  • Fondation de l’Académie de l’Iran [140]
  • Changement du nom à l’international du pays, qui passe de Perse à Iran en 1935 (ce qui ne change pas grand-chose pour la population iranienne, qui appelle son pays Iran depuis les sassanides)[141].
  • Restauration de monuments antiques du pays [142]
  • Autorisation d’une délégation dirigée par Sir Ashtian à se rendre en Iran et y explorer les monuments anciens des villes [145].
  • Reconstruction de nombreux sites historiques en Iran, comme le mausolée de Ferdowsi et le mausolée d’Omar Khayyam
  • Création de Radio–Iran
  • Création du premier grand aéroport d’Iran (Mehrabad)

Personnalité[modifier | modifier le code]

Timbre des années 1970 représentant Reza Shah

Reza Chah avait un côté physique prononcé ; ses détracteurs affirmaient qu'il était très violent à tout bout de champ. Il est vrai qu'il ne fut pas rare qu'il fasse usage de ses mains quand il était contrarié : au début de son règne, un homme, pourtant un admirateur, vint lui exprimer à quel point il l'admirait, mais parla de façon très crue des Qadjars. Reza prit très mal la façon dont il parlait de ses prédécesseurs - qu'il avait pourtant renversé, et gifla son admirateur qui fut chassé. Les spectateurs, médusé par ceux qu'ils venaient de voir, après avoir demandé une explication à l'empereur, qui leur répondit qu'il trouvait cette "lèse-majesté" impardonnable, lui ordonnèrent d'abandonner ces manières de soudard - pour les plus courageux [9]. Reza Chah répondit qu'il y veillerait.

Il tint presque parole, mis à part quelquefois : en 1928, Tadj ol-Molouk, partie prier au tombeau de Fatimah à Qôm pour Norouz (21 mars), eut la mauvaise idée de changer de tchador (un noir remplacé par un blanc) à l'intérieur du tombeau : de ce fait, elle resta quelques secondes tête nue dans une mosquée, ce qui pourrait choquer les ultra-rigoristes, et qui arriva : un clerc l'aperçue, l’agressa et la fit sortir du tombeau en lui hurlant dessus [7]. Le lendemain, le roi, ulcéré par l'humiliation dont avait été victime son épouse, très croyante, arriva furieux au mausolée de Fatimah pour trouver le clerc. Entré rapidement, il oublia d'enlever ses bottes, alors qu'il faut toujours se déchausser pour rentrer dans une mosquée. Le même clerc lui cria dessus également, mais il ne put le chasser : Reza Shah, ivre de colère, réagit en rouant l’ecclésiastique de coups de cravache. L'incident fut vite étouffé, et la presse n'en pipa mot [7].

D'autres événements plus réduits arrivèrent : un jour il défenestra un ministre qui tentait de se justifier [146] et après que le général Nakhadjavan, en 1941, ait donné un ordre erroné qui paralysa l'armée, il ordonna qu'on aille lui chercher une arme pour l'abattre, avec un autre officier mêlé à l'histoire [38]. Les ministres parvinrent non sans mal à le calmer.

A noter également que Reza Chah avait sur le nez une discrète mais profonde cicatrice, due à un coup de sabre qu'il avait reçu lors d'une bagarre alors qu'il était cosaque. Ce même coup de sabre lui avait réduit la visibilité de l’œil gauche[7].

Du reste, Reza Chah avait une façon théâtralisée de faire les choses pour marquer les esprits dans un objectif généralement politique, lors de la crise pétrolière de 1932-1933 par exemple : Le 28 octobre 1932, lors d’une visite à Abadan, le shah sait qu’une bonne partie de la zone, gérée par des contremaîtres britanniques ou indiens, est interdite aux perses ; l’occasion de faire parler se présente : Reza Chah fait ouvrir un robinet d’oléoduc destiné à alimenter les pétroliers, provoquant une énorme marée noire dans le fleuve Chatt el-arab. Alors que toute l’assistance est stupéfaite, l’empereur reste impassible, puis tourne les talons en disant « Puisqu’on nous le vole, autant qu’il soit perdu pour tous ! » C’est le début d’une crise, mais la presse, pour ne pas vexer plus d’anglais que ceux présents qui ont assisté à la scène, transforme le « Puisqu’on nous le vole… » en « Puisqu’il ne nous rapporte rien… »[38]

Reza Chah, bien que devenu empereur d'un " pays émergent " ne changea pas son style de vie, qui resta simple, voire ascétique : il mangea toujours simplement, n'eut aucune aventure extra-conjugale, ne participa à aucune fête si on met de côté les célébrations, et dormait dans ses palais à même le sol, sur une sorte de couche qui n'était pas grand-chose de plus qu'un matelas [147].

Complotisme[modifier | modifier le code]

Médailles commémorative de 1971, on y voit Reza Chah, et derrière lui, Tadj ol-Molouk

Reza Chah a toujours été persuadé qu'il existait un grand complot orchestré par les britanniques visant à la détrôner ; laquelle aboutit, en septembre 1941. C'est pourquoi aucun étudiant boursier ne fut envoyé en Angleterre sous Reza Chah[22]. La moindre grève syndicalisée était aussi forcément liée au parti communiste, et donc à l'Union Soviétique, pour celui qui, jeune, avait anéanti la république du Gilan. Ce qui explique l'interdiction du parti communiste.

La méfiance exacerbée vis-à-vis de l'Angleterre continua sous le règne de Mohammad Reza Chah, qui se senti lui-même victime d'un complot américain. Ce complotisme a trouvé de nombreux relais après la révolution, dans la république islamique négationniste qui accusa les Pahlavi d'être eux-mêmes membres d'un complot occidental visant à anéantir le chiisme ou l'islam, et les agents de l'Angleterre, justement. Khomeini, pour sa part, jugea que les Pahlavi s'étaient maintenu au pouvoir en prenant part à un complot judéo-maçonnique et bahai.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Reza Shah se marie quatre fois et aura eut sept garçons et quatre filles.

En 1894, Reza Shah épouse Maryam « Khanum Savad-Koohi» ; de leur union naquit une fille :

  • Fatemeh ou Fatimah Ashraf ( - 1978 [148] ou 1992 selon certaines sources [9]). Plus connue sous le nom d’Hamdam-ol-Saltaneh, elle épousa Hadi Atabay vers 1923, qui aurait été le fils du second mari de sa grand-mère Nouche Afarine, mère de Reza Chah [149].

Maryam était, selon certaine sources, la cousine de Reza[149]. Peu après la naissance de leur fille, en 1904, Maryam meurt et Reza doit s'occuper seul de leur fille. Selon d'autres sources, ils ont simplement divorcé et Fatemeh resta avec son père [7].

Reza Khan, en 1923, avec dans ses bras, son fils Mohammad Reza et sa fille Chams, tandis que sa fille Ashraf est à côté

Entre 1903 et 1915, on lui prête cependant d'autres épouses, mais mis à part leurs noms et leurs dates de mariage, (une certaine Tajmah Khanum en 1903-1904 et une certaine Safia Khanum, en 1913-1913) on ne connaît absolument rien sur elles. La république Islamique, peut-être pour salir la réputation de Reza Shah, l'a accusé d'avoir abandonné une ou plusieurs familles, tant il est difficile de se renseigner sur elles. Dans cette optique, à la Révolution Islamique, une femme de Hamadan, qui se faisait appeler Sadigeh Shah (fa), écrivit à l’ayatollah Khomeiny pour être reconnue comme étant la fille de Reza Chah. Elle serait née en 1917, d’une certaine Zara, laquelle aurait eu une aventure avec Reza Khan, apparemment en poste à Hamadan entre 1912 et 1915. Née après le départ de son père et elevée comme une tuberculeuse puis comme un garçon, le tout secrètement, elle se fit reconnaître comme un membre abandonné de l’ancienne famille impériale par l’ayatollah. À sa mort, en 1989, elle fut enterrée comme « Sadigeh Shah Pahlavi, 1296-1368 [150]». Bien que les mémoires du général Fardoust accréditent cette thèse [151], il est peu probable, au vu de sa date de naissance, de celle du mariage de Reza et de Nimtaj, et de la naissance de Chams, qu’elle est réellement été la fille du futur empereur[152].

De gauche à droite : Gholam Reza, Mohammad Reza, Ashraf, Reza Khan, Chams et Ali Reza

Sa deuxième (ou quatrième) épouse est Nimtaj Khanum Ayromlou, fille du général Teymour Khan Ayromlou. Le mariage avec cette dernière permet à Reza de s’élever socialement, en 1915. Dans les années 1920, Nimtaj reçoit le « titre » de Tadj ol-Molouk, ce qui signifie « couronne des rois » ; on l’appellera désormais ainsi. Reza et elle auront quatre enfants :

Reza Chah et la pluaprt de ses enfants pendant son exil à Johannesburg. On reconnaït Hamid Reza, Mahmoud Reza, Chams, Gholam Reza, Ahmad Reza, Abdol Reza et Fatimah

Sans divorcer, il se sépare de Tadj ol-Molouk vers 1922.

En 1923, il épouse Malak Touran Khanum Amir Soleimani os-Saltaneh, dite Qamar ol-Molk, fille de Issa Mohammad Khan dit Majd ol-Saltaneh, fils du général-major Haji Mehdi Quli Khan-e Qajar Quyunlu dit Majd ol-Dowleh, oncle maternel de Nasseredin Shah Qajar. Ils ont un fils :

  • Gholam Reza (né le ), fut marié de 1947 à 1956 à Homa Alam, remarié depuis 1962 à Shahzadi Manijeh Khanum.

Mais en 1923, Qamar ol-Molouk essaya de vendre un collier, que son époux, alors généralissime, lui avait offert peu auparavant. Vexé, leurs relations se détériorèrent vite, et ils divorcèrent. Avant la fin de l’année, il se remaria, son influence croissant toujours, avec Esmat (ou Ismate) ol-Molouk Dowlatshahi, fille de Gholam ‘Ali Mirza Dowlatshahi, prince qadjar. Ils eurent cinq enfants[154] :

  • Mahmoud Reza ( - ), marié de 1954 à 1957 à Mehri Azam Zangeneh, puis époux de 1964 à 1965 de Maryam François Eghbal, fille de l’ex-Premier Ministre Manoutcher Eghbal
  • Fatimah Khanum (), qui fut mariée de 1950 à 1959 à un américain, Vincent Lee Millyer, puis de 1959 à 1975 à Mohammad Amir Khatam, jusqu’à la mort de ce dernier, dans un accident d’avion.
  • Hamid Reza ( - ), marié à Shazadi Minou Khanum (1951-1954), puis à Leland Rosenberg (divorcée en 1956), puis à Hourie Khamenei en 1968, et à Doris Thomas en 1974. Déchu de son statut princier à la suite d’une de ses nombreuses frasques en 1962, il se fit appeler Hamid Islami. À la Révolution Islamique, il fut le seul fraternel du chah à rester en Iran, et fut emprisonné en 1983, à la prison d‘Evin où il mourut en 1992.

Lorsque Reza Khan devint Reza Chah, seule Tadj ol-Molouk accéda au titre de « Reine consort ». Cependant, son autre épouse, Esmat Dowlatshahi, ne recevant pas de titre officiel, fut parfois désignée comme reine consort de Perse, ce qu’affirment certaines sources, où elle aurait eu un statut équivalent à celui de Tadj ol-Molouk [155]. Reza Chah vécut cependant avec elle pendant vingt ans, lui étant très attaché ; elle le suivit dans son exil, jusqu’à sa mort en 1944. Esmat ol-Molouk fut l’une des rares personnalités de la famille impériale à rester en Iran malgré la révolution ; contrairement à son fils Hamid Reza, elle ne fut pas inquiétée[156] et resta en Iran jusqu’à sa mort, le 24 juillet 1995.

Religion[modifier | modifier le code]

Contrairement à ce qui fut si souvent prétendu, notamment par la République Islamique, Reza Chah n’était pas athée. Profondément croyant et religieux, il n’était cependant pas pratiquant. Cependant, ces mauvaises relations avec le clergé ont largement influencé l’impression qu’il laissa aux religieux, que l’histoire officielle iranienne depuis 1979 a franchement noircie [157].

Pourtant, les relations étaient bien parties ; le clergé, à l’époque où Reza Khan comptait proclamer la république, s’était mobilisé pour le faire changer d’avis et lui proposer de fonder une nouvelle dynastie, comme cela avait souvent été le cas dans l’histoire perse. Reza Khan devenu roi, ils pensèrent avoir réussi à éviter un perte de pouvoir certaine par le biais d’une sécularisation de la société, qui s’annonçait avec la création d’une république trop calquée sur celle d’Atatürk, pour qui Reza ne cachait déjà pas son admiration. Pourtant, la suite des événements prouva qu’il n’avait pas changé de perspective pour l’utilisation de son pouvoir. Mais la dégradation de leurs relations alla crescendo :

Reza Shah, en inspection en province, avec le prince héritier, après la kashf-e hijab.

Le premier incident a lieu lors de la visite d’état du roi d’Afghanisthan, Amanullah Khan, en Perse, début 1929 [158]. La reine Soraya Tarzi (en) , qui n’est pas habituée à se voiler, déambule dans Téhéran tête nue en pleine visite officielle. Les ecclésiastiques, parmi les officiels, sont choqués de ces pratiques, et surtout de la non-réaction de l’empereur. Les nombreux signes avant-coureurs du kashf-e Hijab apparaissant, comme les revendications d’organisation féministes et leur réception par la princesse Chams [158],[159], faisant beaucoup douter les religieux de leur attache auprès de Reza Chah.

Ensuite, la réforme des institutions judiciaires, sociétales et étatiques avec le ministère Davar enlève aux religieux un pouvoir très important. Non qu’ils aient forcément corrompu un système dont ils se voyaient délesté, mais cette perte de pouvoir les fruste et probablement, leur fait peur ; jusqu’où cela ira-t-il ? Certains religieux étant également d’importants propriétaires terriens, ils sont également ennuyés par la politique anti-tribale et anti-féodale de Reza Chah [7].

Si les lois sur les codes vestimentaires masculins les importent peu, l’annonce de l’abolition du voile pour toutes les femmes en public déclenche de nombreuses réactions, la plus connue étant le soulèvement de Goharshad. Après la Cérémonie d’obtention de Diplôme des écoles préliminaires le , la rupture est officielle avec le clergé. Si le libre arbitre concernant le voile aurait été toléré par les religieux, l’interdiction pure et simple en fait de vrais ennemis du pouvoir. Mais rétrospectivement, tous les modérés religieux acceptant ces changements ont été systématiquement dénigrés par la République Islamique, de même que tous le religieux ne s’opposant pas aux Pahlavis, comme l’ayatollah Shariat-Madiari, qui dialogua avec le pouvoir pendant la révolution Islamique.

Après la chute de Reza Chah, que ce soit avant ou après celle de son fils, les religieux s’abritent généralement derrière la critique de son autoritarisme pour en fait critiquer sa politique religieuse [160].

Néanmoins, il n’y a pas eu un éternel affrontement entre Reza Chah et le clergé : Reza, qui donna des noms islamiques chiites à ses enfants, eut des partisans parmi le clergé, comme le grand ayatollah Abdul Karim Haeri Yazdi (en), apolitique qui eut pourtant parmi ses élèves Rouhollah Khomeyni. Il y eut d’autres religieux, aussi, comme l’ayatollah Mohammad Sanglaj Shariati (fa). Ce dernier parlait en effet d’une « incompatibilité de l’Islam (actuel) avec la modernité » et ses thèses religieuses ont une vision très « progressiste ». De même, au Parlement, si on compte peu de membres du clergé, il y en a ; des religieux désirant travailler dans la fonction publique doivent cependant s’habiller « à l’occidentale », étant alors des citoyens comme les autres. L’éducation étaient très liée à la religion, même si tous les aspects religieux enseignés dans les écoles restaient soigneusement encadrés par le gouvernement, pour qu’il n’entrent pas en conflit avec la politique impériale [161].

Le gouvernement impérial finance également les écoles religieuses, et l’entretiens de tous les lieux liés au culte, comme les Hosseiniyeh. Les « soutiens » de Reza Chah à Nadjaf, haut lieu du chiisme, sont aussi un appui important : bien sûr, Abdol Karim Haeri Yazdi, dont la figure est très respectée, mais qui s’occupait beaucoup du côté institutionnel de l’Islam, mais aussi, encore plus respecté, le cheikh Mohammad Hassan Naini (en), personnage qui est un des théoriciens du rôle du clergé dans la Révolution Constitutionnelle, est qui est un grand support de Reza Chah. On trouve également des religieux de moindre importance, des soufis, et quelques poètes. Mais malgré les grandes figures, le nombre de religieux pro-gouvernementaux reste très restreint à l’époque de Reza Chah, le clergé ne le soutenant pas sur l’ensemble des réformes, désignées après 1979 comme « hérétiques », citées ci-dessus [162].

Fortune[modifier | modifier le code]

Billet de 500 rials à l'effigie de Reza Shah

Point généralement évoqué par ses détracteurs : Reza Shah aurait accumulé pendant tout son règne une colossale fortune : environ 15 millions de dollars en 1941 [163], due à d’importantes spoliations de propriétés, environ 1,5 millions d’hectares de terres [164], dans les territoires autour de la Mer Caspienne. Reza Chah serait alors devenu l’homme le plus riche du pays, voire même le plus riche du Moyen-Orient [164]. Selon les sources, la quantité des territoires varie d’une partie du Mazandaran à la totalité des terres limitrophes de la Mer Caspienne. Massoud Behnoud chiffre la totalité de ces biens à une hauteur de 200 millions de dollars, terres comprises [102]. Il ne faut pas oublier qu’à côté des revenus fonciers du Mazandaran, Reza percevait les revenus de la Couronne, c’est-à-dire son salaire de chef d’état ainsi qu’une liste civile.

En fait, tout le retentissement lié à ces allégations a sa propre histoire : ces rumeurs circulaient du temps de Reza Chah, alors que la presse et la plupart des organismes étaient étroitement contrôlés. Récupérés par la BBC à l’époque de l’opération Countenance, ils avaient largement été amplifiés par la propagande anti-Reza Shah de la BBC [165]. Fournissant de très nombreux détails, la population iranienne, qui suivait la BBC pour connaître l’avancée des troupes britanniques et soviétiques, crut que pour posséder tant de détails sur l’opulence de Reza Shah, le gouvernement britannique était forcément au courant de quelque chose [165]. Naquit aussi la rumeur qu’il possédait de nombreux comptes à l’étranger, entre 18 et 12 millions de dollars dans des banques suisses ou américaines [163]. Mais rien n'a jamais été prouvé.

A la chute de Reza Shah, le gouvernement Foroughi engageant le régime dans une phase de libéralisation ; la presse libérée repris la rumeur, devenue vérité d’évangile [165], attaquant le nouveau pouvoir, représenté par Mohammad Reza Shah, mais l’opacité de la situation perdura, que ce soit concernant l’origine ou le montant de ladite fortune [165]. Pire, le fait qu’on ignore ce que deviennent ces millions contribua à alimenter les rumeurs les plus folles à propos de cette fortune, et, par extension, à propos de celles de tous les Pahlavis. Cela, avec le temps, ajouté à l’affairisme d’une bonne partie de la famille royale rendit vérité admise l’idée d’une gigantesque corruption dont les plus grands profiteurs auraient été le Shah et sa famille [165]. Lors d’un interview avec Barbara Walters, le Chah, alors déchu dit qu’il « n’était pas pauvre, mais probablement pas plus riche que certains américains »[166].

Si le Parlement dédommagea les victimes de ces « extorsions », personne n’a trouvé nulle part le montant des indemnisations, séparément ou toutes ensembles.

Galerie[modifier | modifier le code]

Titulature[modifier | modifier le code]

Titres et honneurs
Reza Chah Pahlavi d'Iran
Description de l'image Imperial Arms of the Crown Prince of Iran.svg.
Prédicat Sa Majesté Impériale le Chahanchah
Style oral Sa Majesté impériale Reza Chah
Style alternatif Sire

Au cours de sa vie, Reza Chah a porté de nombreux titres/patronymes. En effet, avant 1923, peu de personnes en Iran possédaient un nom et un prénom. On appelait généralement les gens en allusion à leur milieu natal : c'est la raison pour laquelle Reza fut d'abord appelé "Reza Savad-Kouhi". Devenu militaire et s'occupant de l'entretien de mitrailleuses Maxim, il est appelé "Reza Maxim", puis reçoit la gratification turcophone "Khan", et devenu militaire gradé il est connu comme "Reza Mir-Panj". Après son accession au postes de commandant de l'armée puis de ministre de la Guerre, il reçoit le titre de Sadar Sepah : "Reza Khan Sadar Sepah". Avec la loi de 1923, il opte pour le patronyme "Pahlavi", qui rappelle le clan de son père, les Pahlavan, et la langue Pehlevi.

Devenu empereur, il ajoute le titre chah à son prénom ; si la forme officielle de son patronyme est Reza Chah Pahlavi, il est généralement abrégé en Reza Chah [167].

En 1948, le Parlement lui décerna le titre de " Le Grand " ; il est ainsi officiellement appelé, et jusqu'à la Révolution, puis par certains membres de la diaspora, "Reza Chah (Pahlavi) le Grand" [168],[169].

Distinctions et décorations[modifier | modifier le code]

Distinctions et décorations nationales[modifier | modifier le code]

Distinctions et décorations étrangères[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. مسعود کیهان
  2. محمد نخجوان
  3. Se prononce [reˈzɑː ˈʃɑːhe pæhlæˈviː];
  4. Reza Chah Pahlavi
  5. (en) « State, Legitimacy, and Charisma in Modern Iran », par Jamsheed Faroughi, 27 janvier 2007
  6. Reza Chah, iranchamber.com
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (en) Donald N.Wilber, Riza Shah Pahlavi : the Resurrection and the Reconstruction of Iran (1878-1944), 1975 (nouvelle édition 2016)
  8. a, b et c (en) Cyrus Ghani, Iran and the rise of Reza Shah : From Qajar Collapse to Pahlavi Power, I.B. Tauris, , 434 p. (lire en ligne)
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v et w Yves Bomati ; Houchang Nahavandi, Mohammad Réza Pahlavi, le dernier shah / 1919-1980, Perrin, (lire en ligne)
  10. University Press of Florida: Great Britain and Reza Shah
  11. http://www.iranologie.com/history/history15.html
  12. « Le Proche-Orient en 1914 », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  13. Cette affirmation est cependant sujette à caution : dans le livre Iran and the rise of Reza Shah : from Qadjar collapse to Pahlavi power, l'auteur Cyrus Ghani fait remarquer que cette « vérité » est affirmée dans The Contemporary History of Iran, vol.3, livre publié par une agence iranienne étroitement liée à la République Islamique, que l'on peut suspecter de vouloir ternir les origines de Reza Chah. Il est en outre affirmé dans ce même livre que Reza Chah n'est pas considéré comme un bon musulman, ce qui devrait l'empêcher d'accéder au pouvoir selon la Constitution de l'époque, datant de 1906.
  14. (en) Cottam, Nationalism in Iran
  15. a et b (en) « Simko Shikak revolt (1918–22) », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  16. (en) W.G. Elphinston, "The Kurdish Question". Journal of International Affairs. Royal Institute of International Affairs. (lire en ligne), p. 97
  17. a et b (en) « AHMAD SHAH QADJAR », sur Encyclopaedia Iranica, (consulté le 28 juillet 2011)
  18. « قانون اجازه انحصار دولتی قند و چای و اخذ دو قران از هر من قند و مواد قندی و شش قران از هر من چای به عنوان حقوق انحصاری - مشروطه », sur mashruteh.org (consulté le 9 décembre 2016)
  19. Spring, p. 81
  20. (en) John A. DeNovo, American Interests and policies in the Middle East, Université de Minnesota, , p. 297
  21. « Site officiel de son Altesse Impériale Prince Gholam-Reza Pahlavi. », sur www.gholamrezapahlavi.org (consulté le 7 janvier 2017)
  22. a, b, c, d, e, f, g et h Amir Aslan Afshar ; Ali Mirfatrous, Mémoires d'Iran : complots et trahisons, Mareuil Editions, (ISBN 9782372540186)
  23. Almaany Team, « Meaning of pahlavi in French english dictionary - Signification de pahlavi en dictionnaire anglais français 1 », sur www.almaany.com (consulté le 9 décembre 2016)
  24. Catherine Lagrand, Jacques Legrand, Chroniques de l’histoire : Le chah d’Iran,
  25. (en) Homayoun Katouzian, Musadiq' memoirs : The End of the British Empire in Iran, Londres,
  26. Mossadegh aurait peut-être dit ça plus tard, vers la fin de l'année, quand la prise de pouvoir de Reza était imminente, en octobre ou décembre.
  27. Yves Bomati et Houchang Nahavandi citent "la présidence de la Cour Suprême, divers ministères et même le poste de chef de gouvernement, toutes fonctions qu'il refusera".
  28. « Rencontre avec Nader Vahabi : L'Iran de Mossadegh », sur Les Cahiers de l'Islam, (consulté le 15 décembre 2016)
  29. a et b (en) « Constitution and its supplement », sur Foundation for Iranian Studies
  30. Cela constitue une nouveauté dans la mesure où, à chaque fois qu'il y avait eu changement de dynastie dans l'histoire perse, le nouvel empereur avait généralement fait d'une parente du souverain déchu la mère de son héritier. Ensuite, cela posera des problèmes de succession sous le règne de Mohammad Reza Pahlavi.
  31. (en) « CONSTITUTIONAL REVOLUTION III. The Constitution », sur Encyclopedia Iranica,
  32. Il travaillait pour l'émir de Bokhara sous l'empire Russe, et qui émigra en Iran après la création de l'Union Soviétique
  33. Encore plus tard, surtout sous le règne de Mohammad Reza Pahlavi, il y aura encore une autre version, représentant tous les personnages relatifs à la Perse antique, comme le Lion et le Soleil (Shir-e-Korshid), ou Ahura Mâzda, signes d'une certaine filiation avec la Perse antique de la dynastie Pahlavi.
  34. (en) « Joyaux de la Couronne Iranienne »
  35. a et b « رضا شاه پهلوی - مشروطه », sur mashruteh.org (consulté le 18 décembre 2016)
  36. « Avènement de Réza Shâh Pahlévi | Terre d'Iran », sur terrediran.com (consulté le 18 décembre 2016)
  37. « مرکز اسناد انقلاب اسلامی - Capitulation in Iran », sur www.irdc.ir (consulté le 18 décembre 2016)
  38. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Houchang Nahavandi ; Yves Bomati, Le grandes figures de l'Iran, Perrin, , 407 p. (ISBN 9782262064884)
  39. a et b Ervand Abrahaminan, A history of modern Iran, since 1940, Cambridge University Press, (ISBN 0521821398, OCLC 171111098, lire en ligne)
  40. « Reza Shah - QUESTIONS D'ORIENT - QUESTIONS D'OCCIDENT », sur sites.google.com (consulté le 18 décembre 2016)
  41. (en) Patrick Clawson, coécrit avec Michael Rubin, Eternal Iran, Palgrave, (ISBN 1-4039-6276-6), p. 55
  42. (fa) ʿĪ. Ṣṟadīq, “ʿAlī-Akbar Dāvar,” in ʿĪ. Ṣadīq, Čehel goftār, Tehran,, Téhéran, , p. 126
  43. (fa) B. ʿĀqelī, Dāvar wa ʿadlīya, Téhéran,
  44. (fa) Āqelī, Bāqer ʿĀqelī, p. 188-189
  45. (en) « Ali-Akbar Davar », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  46. (en) « History of the Iranian Air Force », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  47. Forces armées iraniennes
  48. supervisé par Mirza Abdolazim Gharib, qui a également appris à écrire à l’empereur, alors semi-analphabète
  49. On ignore cependant ce qu'est devenu Mehrpour après la brutale destitution de son père et son emprisonnement, l'année suivante.
  50. Prêté par l’Union Soviétique
  51. (en) Julian Bharier, Economic Development in Iran—1900-1970, Londres et New York, , p. 171-172
  52. a et b Willem Floor, « Industrialization in Iran: 1900-1941, », University of Durham, Centre for Middle Eastern and Islamic Studies Occasional Paper n°23,‎ , p. 19-20
  53. (en) Manučehr Āgāh, Some Aspects of Economic Development of Modern Iran, Oxford University, , p. 209
  54. (en) Donald N. Wilber, Riza Shah Pahlavi: The Resurrection and Reconstruction of Iran, 1878-1944, New York, , p. 145
  55. (en) Massoud Karshenas, Oil, State and Industrialization in Iran, Cambridge, , p. 75
  56. (en) « Kashf-e hijab », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  57. a et b Geneviève Gobillot, Les chiites, Brepols, , p. 40
  58. Il faudrait pour cela avoir accès aux archives, ce qui n’est pas évident – ou alors l’impartialité n’étant pas garantie – dans une dictature, et puis même, il aura pour cela que des recensements et des sondages d’opinion aient été réalisés à l’époque, ce qui est peu probable
  59. a et b (en) Ervand Abrahamian, Iran Between Two Revolutions, Princeton studies on the Near East, Université de Princeton, Princeton University Press, , 561 p. (ISBN 9780691101347)
  60. Probablement pensant aux tentatives sécessionnistes de la République de Gilan
  61. a, b et c (en) Homa Katouzian, Touraj Atabaki,Erik J. Zurcher, Men of Order: Authoritarian Modernization Under Atatürk and Reza Shah, Armenian Research Center collection Library of Modern Middle East Studies, I.B. Tauris, , 286 p. (ISBN 9781860644269), p. 18
  62. « The Iranian History Article :Majlis Sixth Term Begins », sur www.fouman.com (consulté le 7 janvier 2017)
  63. a, b et c electricpulp.com, « DĀVAR, ʿALĪ-AKBAR – Encyclopaedia Iranica », sur www.iranicaonline.org (consulté le 7 janvier 2017)
  64. a et b (fa) « رضاشاه », ویکی‌پدیا، دانشنامهٔ آزاد,‎ (lire en ligne)
  65. (en) Ervand Abrahamian, Tortured Confessions: Prisons and Public Recantations in Modern Iran, University of California Press, (ISBN 978-0-520-92290-7), p. 46
  66. (en) Mohammad Gholi Majd, August 1941: The Anglo-Russian Occupation of Iran and Change of Shahs, University Press of America, (ISBN 978-0-7618-5940-6), p. 360
  67. (en) « Mirzadeh Eshghi », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  68. (fa) « محمد فرخی یزدی », ویکی‌پدیا، دانشنامهٔ آزاد,‎ (lire en ligne)
  69. (fa) « میرزاده عشقی », ویکی‌پدیا، دانشنامهٔ آزاد,‎ (lire en ligne)
  70. a, b, c, d et e « پیمان سعدآباد - مشروطه », sur mashruteh.org (consulté le 8 janvier 2017)
  71. « قانون اجازه مشارکت دولت ایران در عهدنامه تحریم جنگ - مشروطه », sur mashruteh.org (consulté le 8 janvier 2017)
  72. « The Iranian History Article :Reza Shah Visits Turkey », sur www.fouman.com (consulté le 8 janvier 2017)
  73. cependant il est injuste de comparer ce dont ils sont partis chacun : l’empire Ottoman, bien que sur le déclin, n’a rien à voir avec la Perse misérable des Qâdjârs
  74. Amir Aslan Afshar, Mémoires d'Iran, Mareuil Editions, , p. 31-32
  75. (fa) P. Rajabī, Meʿmārī-e Īrān dar ʿaṣr-e Pahlavī, Téhéran, , p. 40
  76. a et b electricpulp.com, « ARCHITECTURE vii. Pahlavi, before World War II – Encyclopaedia Iranica », sur www.iranicaonline.org (consulté le 8 janvier 2017)
  77. Cleveland, William L., A history of the modern Middle East, Westview Press, (ISBN 0813340489, OCLC 54096810, lire en ligne)
  78. (en) John H. Bamberg, The History of the British Petroleum Company, vol II, The Anglo-Iranian Years, 1928-1954, Cambridge, , p. 32-33
  79. Cette même année, et quelques mois avant l'incident, le royaume d'Irak devient pleinement indépendant et le mandat britannique de Mésopotamie prend fin
  80. (en) J. C. Hurewitz, The Middle East and North Africa in World Politics: A Documentary Record, vol. II, Londres, 2nde. ed., New Haven, 1975-1979, 434-441 p.
  81. Bamberg, p. 53
  82. (en) Mohammad Yeganeh, Farokh Najmabadi et Parviz Mina,, The Development of The Iranian Oil Industry, Proceedings of the Conference held at the School of Oriental Studies London, Université de Londres, Society for Contemporary Iranian Studies, Middle East Center, 1991, publié en mars 1990, p. 52-53
  83. (en) electricpulp.com, « OIL AGREEMENTS IN IRAN – Encyclopaedia Iranica », sur www.iranicaonline.org (consulté le 18 janvier 2017)
  84. a et b (en) « Abdolhossein Teymourtash », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  85. (en) Donald Wilber, Riza Shah Pahlavi, p. 148
  86. a et b « دانشگاه تهران - مشروطه », sur mashruteh.org (consulté le 13 janvier 2017)
  87. Lorentz, John H. (John Henry), 1940-, Historical dictionary of Iran, Scarecrow Press, (ISBN 0810829940, OCLC 44958732, lire en ligne)
  88. British Pathé, « Special - Teheran - The Shah's Wedding (1951) », (consulté le 18 janvier 2017)
  89. « Iranian Historical Photographs Gallery:Toos in Khorasan province of Iran. The Ferdowsi Mausoleum in Qajar era. Ferdowsi gave the final and enduring form to the Persian national epic, the Shahnameh (completed с 1010; "Book of Kings"), a poem based mainly on an earlier prose history. », sur fouman.com (consulté le 13 janvier 2017)
  90. (en) Donald N.Wilber, Riza Shah Pahlavi, p. 161
  91. electricpulp.com, « HAFEZ’S TOMB (ḤĀFEẒIYA) – Encyclopaedia Iranica », sur www.iranicaonline.org (consulté le 13 janvier 2017)
  92. « Hafiz Tomb in Shiraz , [Iran Tourism & Touring Organization] », sur www.itto.org (consulté le 13 janvier 2017)
  93. « بازدیدهای داخلی رضا شاه پهلوی - مشروطه », sur mashruteh.org (consulté le 13 janvier 2017)
  94. « Persepolis: An Iranian Stage », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  95. « مؤسسه مطالعات تاريخ معاصر ايران IICHS », sur iichs.org (consulté le 14 janvier 2017)
  96. Il s'agit d'une série iranienne, Moamaye Shah, centrée sur la période 1939-1980 de l'histoire iranienne. Elle a des aspects de production de propagande, cela accrédité par le manque de liberté des médias iraniens. Elle cumule, dans ce même épisode, une grosse erreur historique : les troupes alliées investissent Téhéran avant que Mohammad Reza Chah n'effectue sa prestation de serment au Parlement, ce qui n'arrive que un peu après. En réalité, la course s'engage avec la chute de Reza Chah : il abdique le 16 septembre, et le 17, le prince héritier, pressé par Foroughi, effectue son serment. Quelques heures seulement après, les troupes alliées entrent dans la capitale
  97. a et b Jame Jam TV Network شبکه جهانی جام جم, « قسمت5؛ سریال « معمای شاه » با زیرنویس انگلیسی وکیفیت720p، شبکه جهانی جام جم »,‎ (consulté le 14 janvier 2017)
  98. Yves Bomati ; Houchnag Nahavandi, Mohammad Réza Pahlavi, le dernier shah/1919-1980, p. 59
  99. Yves Bomati ; Houchang Nahavandi, Mohammad Réza Pahlavi , le dernier shah/1919-1980, p. 108
  100. Ce qui fut démenti quand Fouroughi nomma une commission de parlementaires et de juges pour constater que rien n’avait disparu
  101. Houchang Nahavandi ; Yves Bomati, Mohammad Réza Pahlavi, le dernier shah/1919-1980, p. 107-108
  102. a et b Massoud Behnoud, کشته شدگان بر سر قدرت، ص
  103. a, b et c « Iran Chamber Society: Iranian National -Royal- Jewels », sur www.iranchamber.com (consulté le 11 janvier 2017)
  104. Yves Bomati ; Houchang Nahavandi, Mohammad Reza Pahlavi, le dernier shah/1919-1980, p. 108
  105. a, b et c Yves Bomati ; Houchang Nahavandi, Mohammad Reza Pahlavi, le dernier shah/1919-1980, p. 67-69
  106. même si Gholam Reza déclara pour sa part, en 2004, que sa mère n'était qu'apparentée par alliance aux qadjars, qu'elle ne l'était pas en lignée cognatique.
  107. « Les fastes d'antan de la Cour royale égyptienne - Noblesse & Royautés », Noblesse & Royautés,‎ (lire en ligne)
  108. Mohammad Reza Pahavi, Réponse à l'histoire, Albin Michel, , 294 p.
  109. (en) electricpulp.com, « CLOTHING xi. Pahlavi and post-Pahlavi periods – Encyclopaedia Iranica », sur www.iranicaonline.org (consulté le 18 janvier 2017)
  110. (fa) Ahmad Motamédi, Mémoires, Los Angeles, Kolbe Ketab,
  111. « احمد متین دفتری », Aftabir.com, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  112. Abbas Milani, The Shah, p.84
  113. a, b et c « La guerre contre l'Iran, août 1941 », sur lautrecotedelacolline.blogspot.fr (consulté le 23 janvier 2017)
  114. Donald Wilber, Riza Shah Pahlavi, p.268
  115. a et b princesse Ashraf Pahlavi, Visages dans un miroir : mémoires d'exil, Prentice-Hall, , 238 p.
  116. (en) « Reza Shah », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  117. (en) « Reza Shah's mausoleum », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  118. « 20th Century Cairo », sur www.laits.utexas.edu (consulté le 23 janvier 2017)
  119. manototv, « Tehran to Cairo - English Subtitled », (consulté le 23 janvier 2017)
  120. Stanford Iranian Studies Program, « Hjalmar Schacht, Reza Shah and the Nazi New Order in Iran, 1933-1941 », (consulté le 23 janvier 2017)
  121. Histoire des Juifs en Iran
  122. (fa) Stephanie Cronin ; Saqib Murtaza, Reza Shah et la formation de l'Iran moderne, Téhéran, Jami Publishing, (ISBN 964-7468-50-4)
  123. electricpulp.com, « GERMANY i. German-Persian diplomatic relation – Encyclopaedia Iranica », sur www.iranicaonline.org (consulté le 11 janvier 2017)
  124. « تاریخ ایرانی - ۱۳۱۳: سال تاسیس دانشگاه تهران », sur tarikhirani.ir (consulté le 11 janvier 2017)
  125. « انتقال چنارهای غول‌آسا به خیابان ولیعصر », sur fararu.com (consulté le 11 janvier 2017)
  126. « تاریخچه لباس ملی در ایران », sur www.beytoote.com (consulté le 11 janvier 2017)
  127. http://www.ir-psri.com/Show.php?Page=ViewArticle&ArticleID=309
  128. (fa) پایگاه خبری تحلیلی انتخاب | Entekhab.ir, « تاریخچه قانون اساسی در ایران و جهان », sur پایگاه خبری تحلیلی انتخاب | Entekhab.ir (consulté le 11 janvier 2017)
  129. http://nlai.ir/tabid/2598/mid/5853/ctl/asnad/Default.aspx?Subjectmid=5850&SubjectID=12072
  130. « ایرانیان از كی و چگونه دارای نام خانوادگی شدند؟ », sur www.asriran.com (consulté le 11 janvier 2017)
  131. « داستان تاسیس اداره ثبت احوال و اولین سرشماری در ایران », sur www.khabaronline.ir (consulté le 11 janvier 2017)
  132. « تاریخ ایرانی », sur www.tarikhirani.ir (consulté le 11 janvier 2017)
  133. http://nlai.ir/tabid/2598/mid/5853/ctl/asnad/Default.aspx?Subjectmid=5850&SubjectID=4770
  134. a, b et c « Site officiel de son Altesse Impériale Prince Gholam-Reza Pahlavi. », sur www.gholamrezapahlavi.org (consulté le 11 janvier 2017)
  135. « آشنایی با تاریخچه خدمت وظیفه عمومی », sur hamshahrionline.ir (consulté le 11 janvier 2017)
  136. http://www.nlai.ir/tabid/2598/mid/5853/ctl/asnad/Default.aspx?Subjectmid=5850&SubjectID=4898
  137. « تاريخچه تأسيس بانك ملي ايران », sur www.bmi.ir (consulté le 11 janvier 2017)
  138. « تاریخچه », sur www.bki.ir (consulté le 11 janvier 2017)
  139. http://www.ensani.ir/storage/Files/20121209092817-9325-578.pdf
  140. « فرهنگستان زبان و ادب فارسی », sur www.persianacademy.ir (consulté le 11 janvier 2017)
  141. (en) Bamberg ; RW Ferrier, History of British Petroleum Company, Cambridge University Press, (ISBN 9-780-521-259-507)
  142. « آمریکایی‌هایی که ایران را دوست داشتند », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  143. Modèle {{Lien web}} : paramètre « url » manquant. (fa) « ‭BBC ‮فارسی‬ - ‮ايران‬ - ‮کسروی: ملی‌گرای وحدت‌انگار url=http://www.bbc.com/persian/iran/2012/03/120316_l44_kasravi_nationalist_abrahamian » (consulté le 11 janvier 2017)
  144. (fa) Ahmad Kasravi, Histoire constitutionnelle de l'Iran, , 833 p.
  145. Tohid Niknami (+98) 9125061396 www.niknami.ir, « موسسه مطالعات و پژوهش هاي سياسي », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  146. « Le Shah d'Iran... Une erreur de diagnostic médical », sur www.histoire-en-questions.fr (consulté le 10 janvier 2017)
  147. « Iran Politics Club: Reza Shah The Great, The Real Story - Ahreeman X », sur iranpoliticsclub.net (consulté le 18 janvier 2017)
  148. (en) « Hamdamsaltaneh Pahlavi », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  149. a et b « IICHS - Institute for Iranian Contemporary Historical Studies », sur iichs.org (consulté le 8 janvier 2017)
  150. Utilisation ici du calendrier persan ; il est écrit, en calendrier grégorien, 1917-1989
  151. Cependant écrites après la révolution par un ancien proche du shah qui l’avait trahi et cherchait probablement avant tout à sauver sa peau
  152. (fa) « صدیقه پهلوی », ویکی‌پدیا، دانشنامهٔ آزاد,‎ (lire en ligne)
  153. a et b ce surnom sera rapidement utilisé
  154. Dont aucun n'est accessible au trône au regard de la Constitution amendée de 1925, ce qui posera quelques problèmes d’intérêts de succession sous Mohammad Reza Shah.
  155. « pahlavi3 », sur www.royalark.net (consulté le 8 janvier 2017)
  156. bien qu’elle ait été dépossédée de tous ses biens et logée dans un très modeste appartement où elle finît sa vie
  157. Jame Jam TV Network شبکه جهانی جام جم, « قسمت2؛ سریال « معمای شاه » با زیرنویس انگلیسی وکیفیت720p، شبکه جهانی جام جم »,‎ (consulté le 10 janvier 2017)
  158. a et b « The Removing of Hijab in Iran », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  159. Fille préférée de l’empereur selon sa sœur, la princesse Ashraf
  160. Manuchehr lenziran, « Clergyman beaten by Reza Shah Pahlavi in footage of Fajr festival Film », (consulté le 10 janvier 2017)
  161. (en) Ervand Ebrahamian, A History of Modern Iran, Université de Cambridge, Cambridge University Press, , p. 159-160
  162. (en) Ervand Ebrahamian, A History of Modern Iran, Université de Cambridge, Cambridge University Press, , p. 160-161
  163. a et b (en) Mohammad Gholi Majd, Great Britain and Reza Shah, University Press of Florida, , 429 p. (ISBN 9780813021119)
  164. a et b (en) Ervand Abrahamian, Iran Between Two Revolutions, Princeton University Press, , 561 p. (ISBN 9780691101347)
  165. a, b, c, d et e (en) Abbas Milani, The Shah, Macmillian, , 496 p. (ISBN 9780230115620), p. 84
  166. manototv, « Tehran to Cairo - English Subtitled », (consulté le 10 janvier 2017)
  167. (en) Albrecht Schnabel ; Amin Saikal, Democratization in the Middle East, United Nations University Press, , 224 p. (ISBN 9789280810851), p.91
  168. (fa) N. Pesyani et Khosro Motazed, از سوادکوه تا ژوهانسبورگ: زندگی رضاشاه پهلوی
  169. (fa) Hussein Makki, تاریخ بیست ساله ایران, Téhéran, 1984
  170. Le 3 Esfand correspond au 22 février, date de la prise de Téhéran par les troupes cosaques dirigées par Reza Khan Mir-Panj
  171. a et b Date de la création de l'ordre par Ahmad Chah, alors à Nice ; Reza Khan Pahlavi, Premier Ministre, en est décoré. Moins d'un an plus tard, quand il devient empereur, il en devient le Grand-Maître
  172. En fait l'Ordre d'Aftab renommé
  173. En réalité, l'Ordre du Tadj et l'Ordre de la Couronne sont un seul et même ordre, même si leur ruban changea quand il fut renommé, en 1939
  174. L'Ordre du Homayoun est créé en 1939, mais il s'appelait auparavant l'Ordre du Lion et du Soleil. Abondamment distribué sous les Qadjars, Reza Chah décida de le renommer pour lui rendre une certaine importance. Avant son accession au trône, il n'en avait pas été décoré
  175. (da) Jørgen Pedersen, Riddere af Elefantordenen (1559–2009), Syddansk Universitetsforlag, Odense, (ISBN 87-7674-434-5)
  176. Michel et Béatrice Wattel (préf. André Damien), Les Grand’Croix de la Légion d’honneur : De 1805 à nos jours, titulaires français et étrangers, Archives et Culture, , 701 p. (ISBN 9782350771359), p. 472.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Bomati, Houchang Nahavandi, Les grandes figures de l'Iran, Perrin, Paris, 2015, un chapitre est consacré à Reza Shah (ISBN 978-2-262-04732-0)
  • Iman Ansari, Patrick Germain. Mon père, mon frère, les Shahs d’Iran. Entretiens avec le prince Gholam-Reza Pahlavi. Éditions Normant, 2004, 336 pages, (ISBN 2-915685-06-1)
  • Yves Bomati et Houchang Nahavandi : Mohammad Réza Pahlavi, le dernier shah - 1919-1980 . éditions Perrin, 2013. (ISBN 2262035873)
  • Donald N. Wilber, Riza Shah Pahlavi, the Resurrection and the Reconstruction of Iran 1878-1944 (en), Mazda Publishers, 1975 (Edition 2016)