Reza Pahlavi (1960)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Reza Pahlavi
رضا پهلوی
Description de cette image, également commentée ci-après
Reza Pahlavi en octobre 2015.

Titres

Prétendant au trône d'Iran

Depuis le
(40 ans, 8 mois et 26 jours)

Nom revendiqué « Reza II »
Prédécesseur Mohammad Reza
(empereur d'Iran)

Prince héritier d'Iran
(de jure)


(1 an, 5 mois et 16 jours)

Prédécesseur Lui-même
Successeur Ali Reza (1980-2011)

Prince héritier d'Iran


(18 ans, 3 mois et 11 jours)

Prédécesseur Mohammad Reza
Successeur Lui-même
Biographie
Titulature Prince impérial d'Iran
« Shahinshah et Aryamehr »
Dynastie Pahlavi
Nom de naissance Reza Kourosh Pahlavi
Naissance (60 ans)
Téhéran (Iran)
Père Mohammad Reza Shah
Mère Farah Diba
Conjoint Yasmine Etemad Amini
Enfants Princesse Nour Pahlavi
Princesse Iman Pahlavi
Princesse Farah Pahlavi
Religion Islam chiite duodécimain[1]

Signature

Signature de Reza Pahlavi رضا پهلوی

Description de cette image, également commentée ci-après
Étendard personnel du prince impérial

Reza Pahlavi (en persan : رضا پهلوی) est né le à Téhéran. Fils aîné du dernier chah d'Iran, Mohammad Reza Pahlavi et de Farah Diba, il est, selon la Constitution iranienne de 1906, l'héritier du trône perse, dit « Trône du paon », et, pour ses partisans, empereur de jure « Reza II ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Reza Pahlavi naît à Téhéran en tant que fils légitime aîné de Mohammad Reza Pahlavi, chah d'Iran, et de Farah Pahlavi, chahbanou d'Iran. Il est le frère de la princesse Farahnaz Pahlavi (née le ), du prince Ali-Reza Pahlavi ( - ) et de la princesse Leila Pahlavi ( - ), ainsi que le demi-frère de la princesse Shahnaz Pahlavi (née le ).

Études[modifier | modifier le code]

Pahlavi étudie à l'école Reza Pahlavi, un établissement privé situé dans le palais royal et réservé à la famille impériale et aux enfants des membres de la cour[2].

Il reçoit une formation de pilote, effectue son premier vol en solo à l'âge de 11 ans et obtient sa licence un an plus tard. En tant que cadet de l'Armée de l'air iranienne impériale, il est envoyé aux États-Unis en pour poursuivre sa formation de pilote et obtenir un diplôme à l'Air Force Academy. Il est l'un des 43 pilotes cadets dans le programme d'un an de formation à l'ancienne base de la Reese Air Force, ce qui exige la capacité de pilotage d'un Cessna T-37 Tweet et d'un Northrop T-38 Talon. À la suite de la révolution iranienne, il quitte la base en , environ quatre mois plus tôt que prévu.

La même année, il rejoint ses parents en exil au Maroc avant de partir avec eux pour les Bahamas et le Mexique.

Reza Pahlavi commence ses études au Williams College en [3], mais abandonne en 1980[4]. Il s'inscrit ensuite à l'université américaine du Caire en tant qu'étudiant en sciences politiques, mais sa présence est irrégulière[5]. Il obtient finalement un BSc par correspondance de l'université de Californie du Sud en 1985, dans la même matière[3].

Le prince Reza avec ses parents, lors de leur couronnement en 1967.

Revendications du trône[modifier | modifier le code]

Après la mort de son père, Mohammad Reza Pahlavi en 1980, il se proclame officiellement chah d'Iran. Le jeune prince prête serment le au jour de son 20e anniversaire, conformément à la Constitution de 1906[6]. Il reste cependant prince héritier selon l'ancienne Constitution, car il devrait d'abord prêter serment devant le Parlement iranien[7].

En , il lance un appel au Conseil de sécurité des Nations unies pour qu'il défère Ali Khamenei, guide suprême de la République islamique, devant la justice internationale, afin d'être jugé pour crimes contre l'humanité[8],[9].

Famille[modifier | modifier le code]

Le prince Reza est marié depuis 1986 à Yasmine Etemad Amini (née en 1968), une ancienne avocate iranienne exilée en Californie avec sa famille pendant la révolution. De leur union sont nées trois filles (altesses impériales) :

  1. la princesse Noor Pahlavi ()
  2. la princesse Iman Pahlavi ()
  3. la princesse Farah Pahlavi ().

Les femmes n’étant pas successibles au trône d’Iran, le frère du prince Reza Pahlavi, le prince Ali-Reza, était l’héritier présomptif jusqu’à son décès, le aux États-Unis. Le nouvel héritier présomptif pourrait être le cousin du prince Reza, le prince Patrick Ali (né en 1947), fils du prince Ali-Reza (1922-1954) et neveu du dernier chah, mais il existe une controverse au sujet de la succession.

La famille vit aujourd'hui en exil, et elle est actuellement installée dans le Maryland aux États-Unis. Proche des milieux néoconservateurs américains, Reza Pahlavi propose l'alternative d'une monarchie constitutionnelle au gouvernement de la république islamique d'Iran et tente régulièrement de rassembler les Iraniens en exil autour d'un projet de séparation de la religion et de l'État et de tenue d'élections libres. Il appelle régulièrement, par l'intermédiaire des médias et des réseaux sociaux, à des actes non violents de désobéissance civile, notamment au lendemain de la réélection de Mahmoud Ahmadinejad à la présidence de la République le .

Distinctions et décorations[modifier | modifier le code]

Décorations iraniennes[modifier | modifier le code]

  • Order of Pahlavi (Iran).gif Grand collier de l'Ordre des Pahlavis ().
  • Mohammad Reza Pahlavi Investiture Medal 1967.gif Médaille du Couronnement de Mohammad Reza Shah Pahlavi ().
  • Medal of the 25th Century of the Monarchy.gif Médaille du 2500e anniversaire de la fondation de l'empire perse ().
  • The Silver Jubilee Decoration 1971.gif Médaille commémorative des fêtes de Persépolis ().

Décorations étrangères[modifier | modifier le code]

Titulature[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Deborah Solomon, « The Exile », sur NYTimes.com, (consulté le 25 novembre 2019)
  2. (en) Pete Axthelm et Victoria Brynner, « The Man Who Would Be Shah », sur PEOPLE.com, People, (consulté le 22 janvier 2020)
  3. a et b (en) Carla Hall, « The shah without a country », sur https://www.washingtonpost.com/, The Washington Post, (consulté le 22 janvier 2020)
  4. (en) « Empress Farah Dibah Pahlavi, widow of the deposed shah... », sur https://www.upi.com/, UPI, (consulté le 22 janvier 2020)
  5. (en) Maurice Guindi, « Fulfilling his father's deathbed wish, Crown Prince Reza will... », sur https://www.upi.com/, UPI, (consulté le 22 janvier 2020)
  6. (en) « Reza Pahlavi - 'It is my duty' », sur Rezapahlavi.org, (consulté le 22 janvier 2020)
  7. (fa) « قانون اساسی ایران ۱۳۲۴ », sur fis-iran.org,‎ (consulté le 22 janvier 2020)
  8. Reza Pahlavi : « Il faut juger les crimes du régime iranien », Le Figaro, 14 décembre 2011.
  9. Interview de Reza Pahlavi, BFM TV, 17 décembre 2011.
  10. Michel Wattel et Béatrice Wattel (préf. André Damien), Les Grand’Croix de la Légion d’honneur : De 1805 à nos jours, titulaires français et étrangers, Paris, Archives et Culture, , 701 p. (ISBN 978-2-35077-135-9), p. 473.
  11. Guidance for Honours in the De Jure Kingdom of Rwanda

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Ordre de succession au trône d’Iran[modifier | modifier le code]