Abdelilah ben Ali el-Hachemi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant irakien
Cet article est une ébauche concernant un homme politique irakien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Abdelilah ben Ali el-Hachemi
Prince Abdul Ilah of Iraq at Mount Vernon.jpg

Le Prince Abdelilah d'Irak à Mount Vernon.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 44 ans)
BagdadVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
Famille
Père
Fratrie
Aliya bint Ali (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religions
Arme
Distinctions

Abdelilah ben Ali el-Hachemi (1913 à Taïf - 14 juillet 1958 à Bagdad) était un homme politique irakien. Oncle du jeune roi Fayçal II d'Irak, il fut régent du Royaume d'Irak durant la minorité du souverain (1939-1953).

Biographie[modifier | modifier le code]

Tout dévoué aux intérêts du Royaume-Uni, il se heurta à l’opposition du Premier ministre nationaliste Rachid Ali al Gaylani, qui le chassa du pouvoir par son coup d’État du 3 avril 1941. Rétabli par les Britanniques le 30 mai suivant, il confia le gouvernement à Nouri Saïd. Toujours aux prises avec l’opposition des partis démocratiques et nationalistes, il supprima la liberté de la presse, intervint dans les élections de février 1947 et traqua les communistes et les opposants réputés tels.

Après 1953, il conserva une grande influence sur Fayçal II et resta l’inspirateur d’une politique de plus en plus impopulaire, qui aboutit au coup d’État du général Abdul Qasim : il périt assassiné avec le roi et le premier ministre Nouri Saïd.

Corps mutilé du Régent le 14 juillet 1958