Ali Patrick Pahlavi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant iranien
Cet article est une ébauche concernant une personnalité iranienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ali Patrick Pahlavi
علی پاتریک پهلوی
Description de cette image, également commentée ci-après

Le prince Ali Patrick Pahlavi.

Biographie
Dynastie Pahlavi
Nom de naissance Patrick Ali Pahlavi
Naissance (69 ans)
Paris (France)
Père Ali-Reza Pahlavi
Mère Christiane Cholewski
Conjoint Sonja Lauman (divorcés)
Enfants Prince Davoud Pahlavi
Prince Houd Pahlavi
Prince Younes Pahlavi
Résidence Suisse
Description de l'image Imperial Coat of Arms of Iran.svg.

Ali Patrick Pahlavi (en persan : علی پاتریک پهلوی) ou Patrick Ali Pahlavi, né le à Paris, est un prince iranien membre de famille Pahlavi. Depuis le décès brutal de son jeune cousin Ali-Reza Pahlavi en 2011, il se considère[réf. nécessaire] comme l’héritier présomptif de jure du prince Reza Pahlavi, prétendant au trône impérial d’Iran et sans postérité mâle à ce jour. Mais le fait qu'il soit né d'une étrangère l'exclut de la succession.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils du prince Ali-Reza Pahlavi (1922-1954), lui-même fils puîné de Reza, chah d'Iran, et de Christiane Cholewski (de nationalité française) qui se sont mariés à Paris en 1946, à la mairie du 16e arrondissement.

Il est le neveu du dernier chah d’Iran Mohammad Reza Pahlavi et donc le cousin germain de l’actuel chef de la famille impériale d’Iran, le prince Reza Pahlavi.

Il a épousé, en 1972, Sonja Lauman qui se convertit à l'islam. Trois enfants sont nés de cette union aujourd'hui dissoute :

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents se sont rencontrés lors d’une fête à l’ambassade d’Iran de Paris[réf. nécessaire]. Ils se marièrent en dépit de l’opposition du chah[réf. nécessaire].

En 1954, son père meurt dans un accident d’avion.

N’ayant à cette époque qu’une fille[1], issue de son premier mariage, et en raison de la stérilité patente de l’impératrice Soraya, le chah aurait envisagé un temps de désigner le petit Ali Patrick comme son héritier[réf. nécessaire].

Il aurait été de facto, héritier présomptif du trône d’Iran de 1954 à 1960[réf. nécessaire]. en fait le shahs a tenté de le faire, ,mais cela a été totalement impossible, le fait qu il soit né d une étrangere rendait les choses impossibles.

L’intéressé tiendra à le rappeler par la suite  : « À la mort de Soraya en 2001, le magazine Point de Vue faisait un grand article sur les Pahlavi dans lequel non seulement il ne me mentionnait pas, mais en plus soutenait que durant toute la période Soraya, l’Iran avait été sans héritier. Là, je les tenais car ce n’était tout simplement pas possible. La Constitution de l’Iran était clair[e] : le souverain ne pouvait pas régner sans un héritier désigné. J’aurai beau fournir au dit magazine un épais dossier prouvant que ce qu’il disait était faux, la seule réaction que j’obtiendrai sera un minuscule encadré à la dernière page disant : l’entourage de Patrick Ali Pahlavi prétend qu’il a été prince héritier. C’est tout juste s’ils ne me tournaient pas en ridicule, en fait c’est même ce qu’ils faisaient[2]. »

Les naissances de Reza, en 1960, puis celle de son puîné, Ali-Reza, en 1966, enfin la chute de la monarchie en 1979, éloignent a priori définitivement Ali Patrick du trône du Paon.

Lors de la Révolution islamique en 1979, il est considéré par une partie des révolutionnaires comme l’un des leurs, mais il est arrêté en 1982 et il ne doit son salut qu’à l’intervention de Hachemi Rafsandjani.[réf. nécessaire] En fait les intégristes considèrent qu'il est l'un des leurs puisqu'il a été arrêté par le Shah pour avoir soutenu des mouvements liés à l islam radical ; en particulier il était l'ami d'un terroriste qui a été tué alors qu il avait assassiné de braves gens qui refusaient de le suivre dans le djihad contre le shahs. le rôle d Ali avait été trouble puisqu il avait accueilli chez lui ce terroriste et avait participé à sa dernière soirée de preparation avant ses crimes. Ali a été arrêté et il n'a dû son salut qu'au fait d'être le neveu du Shahs. Il a été exilé et a voyagé avec sa famille avec des voitures où étaient inscrits des versets du Coran. Cette histoire lui a donné une popularité et a fait qu'il est resté en Iran au moment de la révolution en croyant y jouer un rôle. Mais une partie des islamistes le regardaient avec une certaine méfiance. En exil à Paris, il a continué à véhiculer un islam radical jusqu'à ce qu'une rencontre sentimentale le fasse changer de fusil d'épaule ; on l'a vu écologiste, défendre l'ancien culte iranien de Zoroastre... En 2011, Ali-Reza Pahlavi, l’unique frère du prétendant Reza Pahlavi, se suicide[3], alors qu'il était demeuré sans alliance et n’avait eu que des filles. Cette situation fait d’Ali Patrick Pahlavi, d'après ses propres prétentions, le nouvel héritier présomptif du « trône du Paon », cinquante ans après l’avoir déjà été (jusqu’au 31 octobre 1960)[réf. nécessaire].

Succession[modifier | modifier le code]

Dans les faits :

  • les frères du chah et leurs descendants sont issus de mariage avec des princesses Kadjar et sont donc exclus de la succession ;
  • le prince Ali Patrick en est exclu puisque sa mère était étrangère[4] ;
  • les filles du prince Reza sont exclues ;

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Sentinelle, essai publié aux éditions Osmondes, mars 2000[5], 50 pages, (ISBN 2-910830-28-4 et 978-2-910830-28-1).
  • Islam contre futur, la guerre est finie si vous le voulez, .
  • La fille d'Imran, .

Ce dernier ouvrage lui vaut un succès d'estime ; une clé pour le rapprochement des croyants.

Ordre de succession au trône d’Iran[réf. nécessaire][modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La princesse Shahnaz Pahlavi (née en 1940).
  2. : « Le faux Patrick Ali Pahlavi » par Patrick Pahlavi : voir dernier paragraphe ; site consulté le 8 janvier 2011
  3. Le Monde daté du jeudi 6 janvier 2011, page 8 : « Suicide aux États-Unis du plus jeune fils du shah [:] Ali Reza Pahlavi, 44 ans, le plus jeune fils du chah d’Iran — renversé par la révolution islamiste — s’est suicidé dans la nuit du lundi 3 janvier au mardi 4 janvier à son domicile de Boston, a indiqué son frère Reza Pahlavi sur son site Internet. La victime « est décédée par un tir d’arme à feu qu’il a apparemment tournée contre lui-même », d’après les premiers éléments de l’enquête. — (AFP.) »
  4. Article 37 de la Loi fondamentale du 7 octobre 1907
  5. « Patrick Pahlavi: Sentinelle », Fnac (consulté le 8 décembre 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]