Barbara Walters

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Walters.
Barbara Walters
Barbara Walters.jpg
Barbara Walters le 8 septembre 2007.
Biographie
Naissance
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoints
Lee Guber (en) (de à )
Merv Adelson (en) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions
Courage in Journalism Award ()
Lucy Award (d) ()
Disney Legend ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Barbara Walters, née le 25 septembre 1929 à Boston (Massachusetts), est une journaliste, animatrice de télévision et productrice.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Son père Lou était le propriétaire de plusieurs clubs dont le Latin Quarter à New York. Barbara Walters fait ses études secondaires à Miami en 1949 et est diplômée en littérature anglaise à l'université Sarah Lawrence dans l'Etat de New York.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Pendant ses études universitaires elle entretien une relation amoureuse avec le futur avocat Roy Cohn, qui devint célèbre pour ses enquêtes anti-communistes[1],[2].

Elle épouse Lee Guber en 1963 mais ils divorcent en 1976. Remariée avec Merv Adelson en 1986, elle divorce une deuxième fois en 1992. Végétarienne, elle est la mère adoptive d'une fille.

De confession juive, elle a tenu des propos anti-catholiques et a été critiquée par Bill Donohue, le directeur de la ligue catholique des droits de l'homme[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Walters commence sa carrière en 1952 avec l'émission Today, qui est devenu The Today Show. Elle passe plusieurs fois sur The Tonight Show avec Johnny Carson. Elle devient une pionnière féminine de la télévision, en étant la première femme à animer une émission de nouvelles avec Harry Reasoner en 1965. À partir de 1976, elle donne The Barbara Walters Special.

Elle est célèbre pour avoir animé plusieurs émissions sur le réseau ABC. Elle a notamment animé 20/20, The View, Larry King Live et les prix Emmy. Ses reportages l'amènent à s'intéresser à l'histoire de Walt Disney, aux progrès de la condition féminine et aux ravages du SIDA. Sa plus grande entrevue était avec Monica Lewinsky après l'affaire Monicagate. Elle a également réalisé l'une des dernières entrevues avec John Wayne en 1979.

Barbara Walters est reconnue comme une grande journaliste aux États-Unis. Elle a interviewé tous les présidents américains depuis Richard Nixon, et elle est parvenue à faire de même avec d’autres dirigeants éminents du monde entier qui ont profondément marqué l’Histoire de la deuxième moitié du XXe siècle. On peut citer le président égyptien Anouar el-Sadate, le Premier ministre israélien Menahem Begin, le Chah d’Iran Mohammad Reza Pahlavi et sa femme l’impératrice Farah Pahlavi, les présidents russes Boris Yeltsine et Vladimir Poutine, le président chinois Jiang Zemin, le Premier ministre britannique Margaret Thatcher, le Premier ministre indien Indira Gandhi, le président tchécoslovaque Václav Havel, le président libyen Mouammar Kadhafi, le roi Hussein de Jordanie, le roi Abdallah d’Arabie saoudite, le président vénézuélien Hugo Chávez, le président syrien Bachar el-Assad ainsi que le président cubain Fidel Castro. Cette dernière entrevue avec Castro est parfois présentée comme « historique » par ses pairs américains car elle a eu lieu le 9 juin 1977 sur ABD-TV, et la journaliste a pu le suivre dans ses activités, à une époque de tension entre les deux pays en dépit de la détente. L’échange a marqué car il a tourné au débat lorsqu’ils ont abordé le sujet de la liberté d’expression. La journaliste lui a reproché le contrôle de l’État qui pèse sur les diffusions d’information, ce à quoi le dirigeant a répondu : « Notre conception de la liberté de la presse n’est pas identique à la vôtre. Demandez-nous si un journal peut paraitre ici alors qu’il critique le socialisme et je vous réponds honnêtement non. Il ne peut paraitre. Le parti ou le gouvernement ne le voudraient pas, ni même le peuple. C’est en ce sens que notre liberté de la presse n’est pas celle que vous connaissez aux États-Unis. Et nous en sommes très satisfaits ».

Elle est co-animatrice et coproductrice de la très célèbre émission The View sur la chaîne américaine ABC. 2009 marque la 13e saison de ce Talk-Show qui comporte 5 femmes de générations et de cultures différentes. Le , elle annonce qu'elle prendra sa retraite en 2014[4],[5]. Elle avait dû être hospitalisée en 2010. L'écrivain Alex Pareene commente son départ pour le site d'information Salon.com en reprochant à la journaliste d'être trop proche du pouvoir (avec des personnalités comme le controversé Henry Kissinger) et de n'avoir aucune éthique journalistique.

En 2014, la star déclenche une polémique en défendant Woody Allen dans l'émission The View après que la fille adoptive de celui-ci ait déclaré qu'il l'avait agresser sexuellement à plusieurs reprises lorsqu'elle était enfant[6],[7].

En 2017, l'affaire Harvey Weinstein met le projecteur sur les agressions sexuelles au sein de l'industrie du cinéma et à pour conséquence de replacer une interview de Barbara Walters avec l'acteur Corey Feldman au cœur des conversations[8],[9]. Dans cet entretien datant de 2013, l'ex enfant star raconte les agressions sexuelles qu'il aurait subit enfant et la réaction de Barbara Walters qui lui reproche de « nuire à une industrie entière » fait rétrospectivement scandale, certains demandant même à la journaliste de s'excuser publiquement[10],[11].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Cheri Oteri et Gilda Radner l'ont imitée sur Saturday Night Live et le chanteur Brad Paisley a composé une chanson sur elle.

Récompenses et Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) Michelle Goldberg, « Opinion | Roy Cohn Is How We Got Trump », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 3 novembre 2019)
  2. (en-US) Adam Rathe, « Why Was Roy Cohn Embraced by New York High Society? », sur Town & Country, (consulté le 3 novembre 2019)
  3. (en-US) Bill, « BARBARA WALTERS: MADAM MEDDLER », sur Catholic League (consulté le 3 novembre 2019)
  4. « USA : Barbara Walters quitte la télévision », Le Figaro, 13 mai 2013.
  5. « Star du petit écran aux États-Unis, Barbara Walters annonce son départ », Le Monde, 14 mai 2013.
  6. (en-US) Noah Rayman, « Barbara Walters Defends Woody Allen », sur Time (consulté le 3 novembre 2019)
  7. (en) « Barbara Walters Defends Woody Allen, Fights With Sherri Shepherd (Video) », sur The Hollywood Reporter (consulté le 3 novembre 2019)
  8. « Flashback Video: Barbara Walters Scolds Corey Feldman For Calling Out Hollywood Pedophilia », sur The Daily Wire (consulté le 3 novembre 2019)
  9. (en-US) Erik Hedegaard et Erik Hedegaard, « Corey Feldman Wants to Expose Hollywood’s Darkest Secrets. Why Isn’t Anybody Listening? », sur Rolling Stone, (consulté le 3 novembre 2019)
  10. (en) Maureen Callahan, « Will people now believe Corey Feldman about Hollywood abusers? », sur New York Post, (consulté le 3 novembre 2019)
  11. (en) Fox News, « Barbara Walters faces backlash after Corey Feldman clip resurfaces », sur Page Six, (consulté le 3 novembre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]