Lavoine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes portant ce patronyme, voir Lavoine (homonymie).
Lavoine
Le rocher Saint-Vincent.
Le rocher Saint-Vincent.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Canton Lapalisse[1]
Intercommunalité Vichy Communauté
Maire
Mandat
Jean-Dominique Barraud
2014-2020
Code postal 03250
Code commune 03141
Démographie
Population
municipale
161 hab. (2014)
Densité 9,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 58′ 43″ nord, 3° 41′ 51″ est
Altitude Min. 636 m
Max. 1 287 m
Superficie 17,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Lavoine

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Lavoine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lavoine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lavoine

Lavoine est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Lavoine est la commune la plus méridionale du département de l'Allier, mais c'est également celle où se situe le point culminant : le puy de Montoncel.

Lavoine est arrosée par le Sichon, qui prend sa source sur les pentes du puy de Montoncel.

Le nord de la commune, avec le rocher Saint-Vincent (925 m), est couvert par les Bois Bizin.

Ses communes limitrophes sont[2] :

Communes limitrophes de Lavoine
Ferrières-sur-Sichon Laprugne
La Guillermie Lavoine
Saint-Victor-Montvianeix,
Palladuc
(Puy-de-Dôme)
Celles-sur-Durolle, Arconsat
(Puy-de-Dôme)
Saint-Priest-la-Prugne
(Loire)

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la D 995, ancienne RN 495, déclassée, qui relie Cusset à Saint-Just-en-Chevalet ; cette route ne traverse pas le bourg. Une RD 422 dessert le bourg[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, Lavoine appartenait à la commune de Ferrières-sur-Sichon. En 1837, les habitants du hameau de Lavoine et des villages voisins (Pion, Le Puy…) entreprennent la construction d'une église car, en hiver, ils ne pouvaient pas accomplir leurs devoirs religieux. Pour cela, de nombreux habitants se réunissent autour de Me Carlier, notaire à Laprugne, où ils établissent l'acte de fondation de cette église, le 24 décembre 1837, dans lequel on rencontre les dons des futurs paroissiens de Lavoine, formant ainsi un total de 1548 francs. En 1851 est finalement créée la paroisse Saint-Vincent de Lavoine.

La commune de Lavoine est créée en 1881 par un décret de Jules Grévy. Son territoire rassemble les hameaux des sections Pion et Montoncel de la commune de Ferrières.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1881   Antoine Mondière SE agriculteur
    Blettery SE agriculteur
    Gilbert Vallas SE agriculteur
  1944 Claude Vallas SE agriculteur
  1947 Maurice Barraud SE agriculteur
1947 1989 Fernand Goutille SE agriculteur
1989 en cours
(au 8 avril 2014)
Jean-Dominique Barraud[3]  ? puis UDI exploitant forestier

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1881. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 161 habitants, en augmentation de 7,33 % par rapport à 2009 (Allier : 0 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
718 734 703 695 634 609 629 556 553
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
475 455 410 348 362 333 299 265 218
1999 2007 2012 2014 - - - - -
173 152 157 161 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lavoine dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Il n'existe aucune école.

Hors dérogations à la carte scolaire, les collégiens se rendent au Mayet-de-Montagne[8] et les lycéens à Cusset, au lycée de Presles[9] (renommé lycée Albert-Londres).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Horloge à billes de Lavoine
  • Rocher Saint-Vincent : site inscrit, culminant à 925 mètres d'altitude et offrant une vue imprenable sur la région vichyssoise, la chaîne des Puys, mais aussi par période de beau temps jusqu'à Bourges.
  • Puy de Montoncel : point culminant du département de l'Allier, point de rencontre des départements du Puy-de-Dôme, de l'Allier et de la Loire.
  • L'église de Lavoine, est une des rares églises de France appartenant à ses habitants, depuis sa construction financée intégralement par les futurs paroissiens de la paroisse Saint Vincent Ferrier de Lavoine, en 1837. Cette situation exceptionnelle bien que difficile au moment de la construction lui permet désormais, à la différence de nombreux édifices religieux, de ne pas être oubliée des habitants. Son intérieur fut intégralement restauré en 1999, redonnant ainsi à l'édifice une seconde jeunesse!
  • Maison du Bois et de la Forêt : musée présentant la vie de la commune à travers l'activité forestière, dominante sur cette commune, mais aussi à travers un village particulier : Pion, dont les révoltes et les pendaisons ont alimenté de nombreuses légendes.
  • Scierie communautaire à eau : reproduction d'une ancienne scierie qui fonctionnait grâce à la force de l'eau.
  • Horloge à billes : une horloge conçue à l'école du bois d'Épinal, fonctionnant grâce à une roue à aube et dont l'heure est indiquée par des billes en bois. Il en existe seulement 3 au monde : à Munich, San Francisco et Lavoine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Saint Vincent Ferrier, missionnaire dominicain espagnol ayant prêché au Rocher qui porte aujourd'hui le nom de Rocher Saint-Vincent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2014-265 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Allier.
  2. a et b Carte de Lavoine sur Géoportail.
  3. Liste des maires de l'Allier sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 5 juin 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le 28 mai 2016).
  9. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de l'Allier, (consulté le 28 mai 2016).