Tony Allen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tony Allen
Description de cette image, également commentée ci-après
Tony Allen à l'Oslo Jazzfestival 2015.
Informations générales
Nom de naissance Anthony Oladipo Allen
Naissance
Lagos (Nigeria)
Décès (à 79 ans)
Paris 15e (France)
Activité principale Batteur, auteur-compositeur
Genre musical Afrobeat
Instruments Batterie
Années actives depuis les années 1960

Tony Oladipo Allen, né le à Lagos (Nigeria) et mort le à Paris (France), est un batteur, auteur-compositeur nigérian.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tony Allen a été l'un des pionniers de l'afrobeat avec son maître et ami Fela Anikulapo-Kuti, dont il était le batteur et directeur artistique de 1968 à 1979. Fela a déclaré que « sans Tony Allen, il n'y aurait pas d'afrobeat »[1]. Il est aussi décrit par Brian Eno comme « peut-être le plus grand batteur qui ait jamais vécu »[2].

Vers le milieu des années 1960, les deux compères effectuent une tournée aux États-Unis. Le pays est bouleversé par le mouvement de revendications des Afro-américains. Martin Luther King, Malcolm X, le Black Panther Party… Les jeunes musiciens nigérians y font leur apprentissage politique, en grande partie grâce à leurs « sœurs ». De cette prise de conscience naîtra un des courants fondamentaux de la musique africaine du XXe siècle : l'afrobeat. Un groove et des textes engagés, un mélange entre rythmes traditionnels et puissance électrique, une recette infaillible dont le creuset est le Nigeria.

Mais très vite des dissensions apparaissent entre Tony et Fela, qui se radicalise politiquement et devient le champion du panafricanisme, le pourfendeur de la corruption et de l'exploitation du continent noir par les multinationales. Tony Allen préfère partir vers des champs musicaux plus expérimentaux. C'est ainsi qu'il se retrouve sur le label Comet Record, fondé par deux jeunes Français proches de l'electro, et qu'on verra à ses côtés des musiciens tels que Doctor L[3], les frères Stéphane et Lionel Belmondo ou Ali Boulo Santo.

En 2004, il enregistre la batterie sur la plupart des titres de l'album Politics de Sébastien Tellier. Titre phare de l'album, La Ritournelle remporte un franc succès et apporte à Sébastien une relative notoriété.

En 2005, il revient aux sources avec un album très roots Lagos No Shaking (Lagos ne tremble pas), enregistré sur place au Nigeria sur le label Honest John Records. Cette maison de disques vient d'être créée par un amateur de musique africaine, par ailleurs célèbre musicien pop anglais : Damon Albarn, leader de Blur et de Gorillaz.

En 2006, Damon Albarn forme un supergroupe, The Good, the Bad and the Queen, qui comprend Damon Albarn, Tony Allen, Simon Tong ainsi que Paul Simonon, ancien bassiste de The Clash.

En 2008, Allen enregistre sa version de la chanson Where the Streets Have No Name du groupe rock U2 disponible sur l'album In the Name of Love : Africa Celebrates U2, sorti en 2008.

En 2009, Tony Allen enregistre avec Jimi Tenor l'album Inspiration Information, vol. 4[4],[5].

En 2010, Tony Allen participe au titre They Don't Know sur l'album Confessions d'un enfant du siècle, vol 3 de Rockin' Squat.

En 2012, Tony Allen sort avec Damon Albarn et Flea sous le nom du supergroupe Rocket Juice and The Moon un album du même nom aux sonorités funk et afrobeat. Le projet est annoncé dès 2008, mais chacun des membres est occupé sur d'autres projets. Damon Albarn annonce officiellement le projet le . Le groupe joue pour la première fois sur scène le au Cork Jazz Festival à Cork en Irlande.

Vivant en France à Courbevoie, il meurt le , à 79 ans, dans un hôpital parisien[6].

Discographie[modifier | modifier le code]

Avec Fela Kuti & Africa 70[modifier | modifier le code]

Comme leader[modifier | modifier le code]

  • 1975 : Jealousy (Strut)
  • 1977 : Progress (Strut)
  • 1979 : No Accommodation For Lagos (Strut)
  • 1980 : No Discrimination (Strut)
  • 1988 : NEPA (Never Expect Power Always) (Moving Target)
  • 1999 : Black Voices (Comet)
  • 2002 : Homecooking (Comet)
  • 2004 : Tony Allen Live (Comet)
  • 2006 : Lagos No Shaking (Honest Jon's Records)
  • 2009 : Secret Agent (World Circuit Records)
  • 2014 : Film Of Life (Jazz Village)
  • 2017 : A tribute to Art Blakey and the Jazz Messengers
  • 2017 : The Source (blue note)

Collaborations diverses[modifier | modifier le code]

  • 1994 : Wakafrika de Manu Dibango (FNAC music)
  • 1997 : Abandonne-toi, de Jean-Louis Aubert (Virgin)
  • 1999 : Racubah! - A Collection of Modern Afro Rhythms (Comet)
  • 2001: Psyco On Da bus Feat Tony Allen, Doctor L ( Comet)
  • 2000 : Mountains Will Never Surrender, de Doctor L (Jive)
  • 2000 : The Allenko Brotherhood Ensemble Part 1 (Comet)
  • 2000 : The Allenko Brotherhood Ensemble Part 2 (Comet)
  • 2000 : The Allenko Brotherhood Ensemble Part 3 (Comet)
  • 2000 : Modern Answers To Old Problems, d'Ernest Ranglin (Telarc)
  • 2000 : Afrobeat… No Go Die! (Shanachie)
  • 2001 : The Allenko Brotherhood Ensemble Part 4 (Comet)
  • 2001 : The Allenko Brotherhood Ensemble Part 5 (Comet)
  • 2001 : The Allenko Brotherhood Ensemble Part 6 (Comet)
  • 2003 : Love Trap, de Susheela Raman (Narada)
  • 2004 : Sebastien Tellier - Politics (Record Makers)
  • 2004 : Awa Band, de Bababatteur (Ekosound)
  • 2007 : The Good, the Bad and the Queen, de The Good, The Bad & The Queen (EMI)
  • 2007 : 5:55, de Charlotte Gainsbourg (Because/Vice)
  • 2007 : Pocket Symphony de Air (Virgin)
  • 2009 : Inspiration Information, vol. 4, avec Jimi Tenor (Strut)
  • 2011 : Afro, de ©© les frères Smith, Contraband Mlentality (Comet)
  • 2012 : The Great Depression, de Doctor L (Dizzyness Music)
  • 2012 : Sebastien Tellier - Confessions (Record Makers)
  • 2012 : Rocket, Juice and the Moon (Honest Jon's)
  • 2013 : Day Like This / Feel Loved, Theo Parrish / Tony Allen
  • 2014 : Meta Meta (Mais Um Discos)
  • 2018 : Merrie Land, de The Good, The Bad & The Queen (Studio 13)
  • 2020 : Rejoice, de Tony Allen & Hugh Masekela
  • 2020 : How Far? de Gorillaz[7] (avec Tony Allen et Skepta)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Traduction de « without Tony Allen, there would be no Afrobeat », citation d'un article de The Independent en ligne sur www.independent.co.uk
  2. Traduction de « perhaps the greatest drummer who has ever lived », citation d'un article de All About Jazz en ligne sur www.allaboutjazz.com
  3. Tony Allen : le batteur de légende se met à table, Télérama.
  4. (en) Jon Lusk, «  Jimi Tenor/Tony Allen Inspiration Information Volume 4 Review », BBC, 2009.
  5. (en) Lee Arizuno, « Jimi Tenor & Tony Allen », The Quietus, 11 novembre 2009.
  6. « Tony Allen, batteur et pionnier de l’afrobeat, est mort », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. https://www.fip.fr/groove/hip-hop/how-far-l-hommage-tenebreux-de-gorillaz-tony-allen-17978

Publication[modifier | modifier le code]

  • Tony Allen : An Autobiography of the Master Drummer of Afrobeat, avec Michael E. Veal, Duke University Press, 2013 (ISBN 978-0822355915)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]