Talib Kweli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Talib Kweli
Description de cette image, également commentée ci-après

Talib Kweli en 2012.

Informations générales
Surnom Talib Kweli
Nom de naissance Talib Kweli Greene
Naissance (40 ans)
Brooklyn, New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeur, producteur exécutif, gérant du label Blacksmith Records
Genre musical hip-hop, rap East Coast, hip-hop underground, rap politique, hip-hop alternatif[1]
Instruments Voix
Années actives Depuis 1997
Labels Rawkus Records, Geffen Records, Blacksmith Records/Warner Bros. (2005-2012), Javotti Media/EMI/Capitol (depuis 2012)
Site officiel talibkweli.com

Talib Kweli, de son vrai nom Talib Kweli Greene, né le à Brooklyn, New York, est un rappeur américain originaire de Bedstuy. Il est l'un des rappeurs les plus importants du hip-hop underground, et est fréquemment encensé par la critique et ses pairs bien qu'il ne soit pas un artiste au succès commercial retentissant. Son nom signifie « le chercheur » ou « étudiant de la vérité et du savoir » en arabe[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né à Brooklyn, New York, Kweli a grandi dans un foyer à Park Slope. Sa mère, Brenda Greene, est professeure d'anglais au Medgar Evers College de la City University of New York et son père, directeur de l'Adelphi University. Son petit frère, Jamal Greene, est professeur en droit à la Columbia Law School, diplômé de la Yale Law School. Jeune, il est attiré par des rappeurs comme De La Soul et d'autres membres de la Native Tongues Posse qu'il a rencontré au lycée. Talib Kweli était étudiant à la Cheshire Academy, dans le Connecticut, et ancien étudiant à la Brooklyn Technical High School avant son renvoi. Il étudiera plus tard à la New York University[2].

Débuts (1995–2001)[modifier | modifier le code]

Kweli fait ses débuts dans la scène musicale underground en 1995 sur l'album Doom du groupe Mood (Main Flow, Donte, Jahson), originaire de Cincinnati, dans l'Ohio[3]. À Cincinnati, Kweli fait également la rencontre de DJ Hi-Tek et les deux collaborent sur des albums à succès modéré sous le nom de Reflection Eternal avec des titres comme Fortified Live publié en 1997[4] et B-Boy Document 99/Chaos (publié en 1999, en featuring avec The High and Mighty)[5]. Peu après son retour à New York, il contacte de nouveau Mos Def et forme le groupe Black Star[6]. Kweli produit avec Hi-Tek leur unique album, Mos Def and Talib Kweli are Black Star publié en 1998[7]. L'album, publié pendant la renaissance du hip-hop afro-centré et conscient, est immédiatement acclamé par la presse spécialisée[8]. Après la séparation de Kweli et Mos Def, Kweli et Hi-Tek continuent en tant que Reflection Eternal sur l'album Train of Thought publié en 2000, bien accueilli par la presse, mais vendu modérément[9]. L'album est enregistré aux Electric Lady Studios[9].

Un EP intitulé Hip Hop for Respect est publié le 25 avril 2000 par Mos Def et Talib Kweli pour parler de la brutalité policière, en particulier liée à l'affaire Amadou Diallo[10]. Le 4 février 1999, Amadou Diallo est tué de 41 balles par quatre policiers. L'album regroupe 41 rappeurs pour représenter les 41 balles tirées sur Diallo. Les rappeurs participants incluent Owen Brown, Evil Dee, Kool G. Rap, Rah Digga, Sporty Thievz, Shabaam Sahdeeq, Common, Pharoahe Monch, Posdonus, Donte et Main Flow de Mood, Nine, Tiye Phoenix, Breezly Brewn' des Juggaknots, Punchline, Imani Uzuri, El-P et Mr. Len de Company Flow, Jah-Born de Medina Green, John Forté, Mr. Khaliyl, Fre, J-Live, Rubix, Invincible, Wordsworth, A.L., Kofi Taha, Tame One, Jane Doe, Grafh, Shyheim, Channel Live, Wise Intelligent, Cappadonna, Crunch Lo, Rock, Nonchalant, Ras Kass, Dead Prez and Parrish Smith. Producers included DJ Khalil Mr. Khaliyl, Organized Noize, et 88-Keys[10]. En 2001, Talib Kweli et Mos Def, contribuent à la compilation Red Hot + Indigo de la Red Hot Organization[11]. La compilation est dédiée à Duke Ellington, et sert à récolter des fonds pour la lutte contre le SIDA. Black Star collabore avec John Patton et Ron Carter pour enregistrer Money Jungle. En 2002, Kweli contribue à Red Hot + Riot, une compilation à succès de la Red Hot Organization dédié au nigérien Fela Kuti[12].

Quality et The Beautiful Struggle (2001–2006)[modifier | modifier le code]

En 2002, Talib publie son premier album solo[1], Quality, le 19 novembre 2002[13], qui est un pas vers un son plus grand public. La production est effectuée notamment par DJ Quik et Kanye West[14]. L'album est bien accueilli et l'artiste se popularise grâce au single Get By qui atteint la 77e place du Billboard Hot 100[15].

En février 2004, Kweli participe à la chanson Get ‘Em High de l'album The College Dropout de Kanye West. Kweli joue ensuite au Chappelle’s Show. En été 2004, Talib Kweli soutient les Beastie Boys à leur tournée Challah At Your Boy World Tour. En été 2004, Kweli joue aussi au Dave Chappelle's Block Party. En octobre 2004, Kweli participer avec Common et Questlove à la composition de la chanson Yelling Away[16]. En novembre 2004, Kweli publie son deuxième alcum solo, et son dernier au label Rawkus, The Beautiful Struggle, qui débtue 14e du Billboard Hot 100[15]. Kweli répond à la diss song de Jay-Z, Moment of Clarity[17] avec sa chanson Ghetto Show. L'album fait participer The Neptunes, Kanye West et Just Blaze[18].

BlackSmith Records, Liberation et Eardrum (2005–2009)[modifier | modifier le code]

En 2005, Kweli publie une mixtape publiée par son nouveau label Blacksmith Records. Elle s'intitule Right About Now: The Official Sucka Free Mix CD, un titre qui répond aux critiques faites à son album The Beautiful Struggle[19]. L'album compte 16 000 exemplaires vendus aux États-Unis la première semaine, et débute à la 113e place du Billboard 200[20]. Avec Right About Now, Kweli crée la polémique en samplant le titre In Other Words de Ben Kweller pour sa chanson Ms. Hill. D'une manière similaire, Kweli réagit sur Twitter scandaliser d'entendre qu'un verset de son titre Fly Away ait été repris par la chanson homonyme de Peter Andre. Kweli explique : « Je protège mes chansons comme un grizzly protège ses petits. Honte à tout ceux qui font ça[21]. »

Talib Kweli jouant à Brooklyn en 2008.

En 2006, Kweli signe un contrat de distribution avec Warner Bros. Records pour Blacksmith Records[22]. Warner Brothers lance une communauté en ligne Second Life pour Kweli[23]. En janvier 2006, Kweli participe à une publicité pour la Big Ten Conference de la NCAA[24]. En février 2006, Kweli prête sa voix au protagoniste du jeu vidéo Marc Eckō's Getting Up: Contents Under Pressure[25]. En octobre 2006, Kweli joue au Wild 'N Out sur MTV, présenté par Nick Cannon[26]. Le 31 décembre 2006, Kweli publie neuf chansons qu'il a enregistré avec Madlib en téléchargement libre sur le site web de Stones Throw Records, label auquel il annonce sa signature[27],[28]. L'album s'intitule Liberation, dans lequel Talib explique au magazine XXL s'être libéré ; « L'idée de concevoir un album comme ça : l'enregistrer à la maison, le donner gratuitement, et être bien reçu pour ça[29]. » En 2007, l'album est mis en vente[30]. La même année, Kweli signe le rappeur Jean Grae[31],[32] et le groupe Strong Arm Steady chez Blacksmith Records[33]. Toujours en 2007, Kweli publie son troisième album solo, Eardrum, le 21 août. Il débute deuxième du Billboard 200. Le premier single s'intitule Listen!!![29]. Kweli participe ensuite à une tournée australienne en octobre 2007. Eardrum, produit par Kanye West, Just Blaze, will.i.am, Nick Speed et Pete Rock[34], est généralement bien accueilli par la presse spécialisée[35] et compte 129 000 exemplaires vendus en quelques semaines[36]. Encore en 2007, Kweli publie une mixtape qui contient des chansons inédites et collaboratives, intitulée Focus[37]. Talib Kweli joue, en octobre, en Chine au Yue Festival, organisé par Split Works, aux côtés de Faithless et Ozomatli[38].

En mars 2008, Kweli joue dans l'émission MADE dans le rôle du coach de Colin Colt, un jeune homme qui tente de devenir rappeur[39]. Toujours en mars, Kweli publie la vidéo de sa chanson Hostile Gospel qui est joiuée au 106 and Park sur la chaîne américaine BET[40]. Kweli participe à l'album The Formula de 9th Wonder et Buckshot publié le 29 avril 2008 (Hold It Down)[41]. Le label de Kweli, Blacksmith Records rompt son contrat avec Warner Bros. Records en décembre 2008. Kweli confirmant à AllHipHop.com que Warner Bros. continuera à distribuer ses projets et ceux de Reflection Eternal uniquement[22],[42],[43]. Kweli participe à l'émission Noisemakers with Peter Rosenberg le 21 octobre 2009[44]. Kweli enregistre un nouvel album intitulé Party Robot avec la chanteuse Res et le rappauer canadien Graph Nobel sous le nom de groupe Idle Warship[45],[46]. L'album est publié en téléchargement libre sur le site web du label Blacksmith avec deux différentes couvertures en fin 2009[47]. Deux vidéos sont publiées pour les chansons Bedroom Lights et Black Snake Moan[48],[49].

En février 2009, Talib annonce sa participation à la série d'animation Blokhedz sur Missiong.com, doublant la voix d'un presonnage appelé Blak[50],[51].

Gutter Rainbows et Prisoner of Conscious (depuis 2010)[modifier | modifier le code]

Kweli avec Mos Def du groupe Black Star.

En 2010, Kweli publie avec son compère Hi-Tek, le second album de leur duo Reflection Eternal, Revolutions Per Minute, dix ans après Train of Thought et donne un concert à Marseille au festival Marsatac. Son cinquième album solo, Gutter Rainbows, est sorti en janvier 2011[52]. Son groupe Idle Warship sort l'album Habits of the Heart en novembre 2011. Le groupe n'est maintenant composé que de Kweli et Res. Fin 2012, son label Blacksmith Records ferme ses portes. Il sort son sixième album studio en solo, Prisoner of Conscious, en mai 2013. En mai 2013, il sort un nouvel album solo intitulé Prisoner of Conscious. Il en sort un autre quelques mois plus tard, Gravitas, en décembre - uniquement en téléchargement sur son site officiel #KweliClub[53]. Gravitas sortira ensuite en CD en février 2014.

En août 2015, il propose gratuitement son Fuck the Money sur son site Internet[54].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums collaboratifs[modifier | modifier le code]

Mixtapes[modifier | modifier le code]

  • 2004 : The Beautiful Mix CD
  • 2005 : The Beautiful Mixtape Vol. 2: The Struggle Continues
  • 2005 : Right About Now: The Official Sucka Free Mix CD
  • 2006 : Brooklyn, Tennessee
  • 2006 : Kweli: Confidential
  • 2006 : Blacksmith: The Movement
  • 2007 : Clinton Sparks & Talib Kweli: Get Familiar
  • 2007 : Focus
  • 2008 : The MCEO Mixtape
  • 2009 : Party Robot (avec son groupe Idle Warship (Talib Kweli, Res & Graph Nobel)
  • 2009 : The Re:Union (mixé par Statik Selektah) (avec Reflection Eternal)
  • 2010 : Early Mourning Signs

Compilation[modifier | modifier le code]

  • 2015 : Train of Thought: Lost Lyrics, Rare Releases + Beautiful B-Sides, Volume One[55]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Jason Birchmeier, « Talib Kweli », sur AllMusic (consulté le 14 novembre 2015).
  2. (en) « Talib Kweli Biography », musicianguide.com Musician Biographies (consulté le 5 février 2011).
  3. (en) « Mood - Doom », Discogs (consulté le 5 février 2011).
  4. (en) « Fortified Live - Reflection Eternal », Discogs (consulté le 5 février 2011).
  5. (en) « B Boy Document », Discogs (consulté le 5 février 2011).
  6. (en) « Black Star Discography », Discogs (consulté le 5 février 2011).
  7. (en) Joshua Westlund, « Black Star: Black Star », City Pages,‎ (consulté le 5 février 2011).
  8. Allison Stewart, « You might not know Talib Kweli, but you should », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne).
  9. a et b (en) « Talib Kweli - Train of Thought », Discogs (consulté le 5 février 2011).
  10. a et b (en) Luke Forrest, « Various Artists - Hip Hop for Respect », sur AllMusic (consulté le 14 novembre 2015).
  11. (en) « About «  Red Hot » (consulté le 9 mars 2015).
  12. (en) « Red Hot + Riot [2002] «  Red Hot » (consulté le 9 mars 2015).
  13. (en) Steve Huey, « Talib Kweli - Quality Overview », sur AllMusic (consulté le 14 novembre 2015).
  14. Discogs
  15. a et b (en) Jason Birchmeier, « Talib Kweli - Awards - AllMusic », AllMusic (consulté le 9 mars 2015).
  16. Discogs
  17. (en) « Talib Kweli, Selling Himself Short » (consulté le 9 mars 2015).
  18. (en) « The Beautiful Striuggle », sur Discogs (consulté le 14 janvier 2015).
  19. Britt Robson, « Talib Kweli, Selling Himself Short », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  20. Chris Harris, « System Of A Down Make It A Double With Chart-Topping Hypnotize », MTV,‎ (consulté le 5 février 2011).
  21. « Talib Kweli gets riled up about stolen verse, forgets that time he stole a verse », TheMusicNetwork,‎ (consulté le 16 octobre 2012).
  22. a et b (en) « Talib Kweli's Blacksmith Music Splits With Warner Bros », Okayplayer,‎ (consulté le 6 février 2011).
  23. (en) « Warner Bros. Records/Blacksmith Launches Virtual Community for Talib Kweli », DjBooth.net,‎ (consulté le 6 février 2011).
  24. (en) « Power Rankings: Michigan St. Spartans (11-2) », Sports Illustrated,‎ (consulté le 11 juin 2012).
  25. Marc Saltzman, « Review:Graffiti game fresh and fun », CNN,‎ (consulté le 11 juin 2012).
  26. (en) « Nick Cannon Presents: Wild 'N Out After Shows », MTV,‎ (consulté le 5 février 2011).
  27. (en) « Stones Throw 10 Year Anniversary Tour », SF Station,‎ (consulté le 5 février 2011).
  28. (en) « Madlib at Stones Throw », Stones Throw Records (consulté le 5 février 2011).
  29. a et b (en) Big Dog Status, de Thomas Golianopoulos. XXL Magazine. Janvier 2008, page 82.
  30. (en) « Liberation - Talib Kweli and Madlib at Discogs », Discogs (consulté le 5 février 2011).
  31. (en) Nate Chinen, « A Hip-Hop Classicist Defies Her Meager Turnout », New York Times,‎ (consulté le 11 juin 2012).
  32. (en) Kevin Clark, « Jean Grae: The Jeanius », HipHopDX,‎ (consulté le 5 février 2011).
  33. (en) « Artists », Year of the Blacksmith (TalibKweli.com) (consulté le 5 février 2011).
  34. (en) « Eardrum », Discogs (consulté le 5 février 2011).
  35. (en) « Eardrum », Metacritic (consulté le 5 février 2011).
  36. (en) Aliya Ewing, « Hip Hop Album Sales: Week Ending 9/23/07 », HipHopDX,‎ (consulté le 4 février 2011).
  37. (en) « Talib Kweli – Focus », Discogs.
  38. (en) « Yue Festival 2007 », sur Spli-t.com,‎ (consulté le 8 juillet 2012).
  39. (en) « MADE (Season 8) | Ep. 13 Rapper: Colin », MTV,‎ (consulté le 5 février 2011).
  40. (en) « BET's 106 & Park Countdown », sur Countdown (consulté le 22 mars 2015).
  41. (en) « 9th Wonder & Buckshot - The Formula - Discogs », Discogs (consulté le 5 février 2011).
  42. (en) Tai Saint Louis, « Talib Kweli's Blacksmith Music Splits With Warner Bros. », AllHipHop,‎ (consulté en =6 février 2011).
  43. (en) Edwin Ortiz, « Talib Kweli's Blacksmith Label Splits with Warner Brothers Records », HipHopDX,‎ (consulté le 6 février 2011).
  44. « Talib Kweli Reflects on Career at Noisemakers Event (With Exclusive Video) », XXL Magazine,‎ .
  45. (en) Cyrus Langhorne, « Talib Kweli gives Reflection Eternal II UPDATE », Souls of Hip-Hop,‎ (consulté le 4 février 2011).
  46. (en) « Idle Warship takes over our souls », sur Entertainment Weekly,‎ (consulté le 9 juillet 2015).
  47. (en) Edwin Ortiz, « DX News Bits: Eternia, Idle Warship », HipHopDX,‎ (consulté le 5 février 2011).
  48. (en) « Talib Kweli's Idle Warship – Bedroom lights », Rothstein,‎ (consulté le 5 février 2011).
  49. (en) « Idle Warship (Talib Kweli + Res) », HipHopDX,‎ (consulté le 5 février 2011).
  50. (en) « We're on a Mission, G. », Blokhedz.TV,‎ (consulté le 5 février 2011).
  51. (en) « DJ Khalil + Talib Kweli working on Blokhedz ACT II », Vimeo,‎ (consulté le 5 février 2011).
  52. « Talib Kweli : Gutter Rainbows, l'album le 25 janvier », 2KMusic (consulté le 9 juillet 2015)
  53. (en) « Talib Kweli Gravitas Digital », #KweliClub (consulté le 9 juillet 2015)
  54. Talib Kweli offre son nouvel album ‘Fuck The Money’ - Mowno.com
  55. (en) « Talib Kweli Releases Surprise B-Sides Album ft. Kanye, Common & More », DJBooth,‎ (consulté le 9 juillet 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]