Soul Makossa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Soul Makossa

Single par Manu Dibango
extrait de l'album Soul Makossa
Sortie 1972
Durée 4:30
Genre Jazz-funk, Proto-disco, Afrofunk, Afrobeat
Format 45 tours, Maxi 45 tours
Auteur-compositeur Manu Dibango
Label Drapeau : France Fiesta Records
Drapeau : États-Unis Atlantic Records

Singles par Manu Dibango

Soul Makossa est une chanson du saxophoniste et compositeur camerounais Manu Dibango, sortie en single en 1972.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1972, Manu Dibango, artiste reconnu dans son pays natal, sollicite le Ministre des Sports du Cameroun afin d'enregistrer un hymne pour soutenir l'équipe nationale lors de la 8e édition de la Coupe d'Afrique des Nations de football, qui a lieu en début d'année au Cameroun. Dibango se voit accorder la somme un million de francs FCA par ce dernier[1], afin d'enregistrer l'hymne, qui paraît en 45 tours[2]. Toutefois, il manque un titre pour la face B du 45 tours, et Dibango enregistre un morceau s'inspirant d'un rythme du mouvement makossa en lui donnant un arrangement soul[1], ce qui devient Soul Makossa[1].

Le single est distribué gratuitement aux supporteurs mais après la défaite du Cameroun lors du match contre le Congo, ils cassent le vinyle en guise de protestation. Malgré cette déconvenue, Dibango s'enferme dans les Studios Decca à Paris pour enregistrer un album, sur lequel se trouve Soul Makossa. Des afro-américains en France rapportent ce disque aux États-Unis[1].

En 1972, David Mancuso a trouvé une copie de l'enregistrement de Soul Makossa dans un magasin West Indian Records, situé à Brooklyn et l'a souvent passé à ses fêtes dans sa discothèque, The Loft. La réponse a été si positive que les quelques exemplaires de Soul Makossa à New York ont été rapidement achetés. La chanson a ensuite été amplement diffusée par Frankie Crocker, disc jockey sur WBLS qui était à ce moment-là station de radio noire new-yorkaise la plus populaire[3].

Ahmet Ertegün, fondateur de la compagnie phonographique américaine Atlantic Records, signe Manu Dibango dont le titre atteint en 1973 la 35e place au Billboard Hot 100 et l'invite à faire une tournée aux États-Unis[4].

Le titre est notamment samplé sur Wanna Be Starting Something de Michael Jackson et Don't Stop the Music de Rihanna. Dans les années 1980, Manu Dibango a trouvé un accord financier avec Michael Jackson pour l'utilisation de sa chanson dans l'album Thriller, mais ce dernier a, par la suite, autorisé Rihanna à utiliser la musique de Dibango pour le titre Don't Stop the Music. Le 3 février 2009, Manu Dibango décide d'attaquer les maisons de disques de Michael Jackson et de Rihanna (Sony BMG, Warner et EMI) pour avoir utilisé sans autorisation le thème de Soul Makossa. Finalement la procédure se solde par un arrangement financier à l'amiable[5].

En 2011, une deuxième version de la chanson intitulée Soul Makossa 2.0 est enregistré en France par Manu Dibango et Wayne Beckford. Elle est le premier single de l'album de Dibango, Past Present Future.

Titres du single[modifier | modifier le code]

  1. Soul Makossa (4 min 30 s)
  2. Lily (3 min 2 s)

Classements[modifier | modifier le code]

Classement meilleure place
France Singles Chart (SNEP) (1973)[6] no 17
US Billboard Hot 100 (1973)[7] no 35
US Billboard Hot Soul Singles (1973)[7] no 21

Crédits[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Soul Makossa, la face B devenue tube », sur Seb the Player,‎ 2009 (consulté le 31 mars 2013).
  2. « (en) Manu Dibango – Hymne De La 8e Coupe D'Afrique Des Nations / Soul Makossa » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Discogs. Consulté le 31 mars 2013.
  3. (en) Peter Shapiro, Turn the Beat Around : the Secret History of Disco, New York, Faber and Faber, nc.,‎ 2005, p. 35
  4. (en) Will Hermes, Love Goes to Buildings on Fire: Five Years in New York That Changed Music Forever, Macmillan,‎ 2011, p. 32-33
  5. AfricaPresse.com.
  6. « Les classements des titres par artistes (lettre "D") », sur InfoDisc (consulté le 31 mars 2013).
  7. a et b (en) « Awards > Billboard Singles », Allmusic