Housse de Racket

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Racket (homonymie).
Housse de Racket
Description de cette image, également commentée ci-après
Pierre Leroux, lors d'un concert de Housse de Racket à Grenoble en juillet 2012.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France Paris, France
Genre musical Pop, house, French touch, musique électronique, rock indépendant
Années actives 2005 - présent
Labels Kitsuné
Cooperative Music
!K7 Records
Site officiel www.houssederacket.com
Composition du groupe
Membres Victor le Masne
Pierre Leroux
Victor le Masne, lors d'un concert de Housse de Racket à Grenoble en juillet 2012.

Housse de Racket est un groupe de musique français, originaire de Chaville (Hauts-de-Seine, Île-de-France), fondé en 2005 par Victor le Masne et Pierre Leroux, deux anciens musiciens occasionnels des groupes de rock français Air et Phoenix.

Historique[modifier | modifier le code]

Le nom du groupe est le résultat d'un jeu de mots entre l'accessoire de tennis (la « housse de raquette ») et le fait que le groupe « rackette » ses inspirations dans la musique house (« racketter la house »)[1].

Housse de Racket s'est fait connaître grâce à une tournée internationale en première partie de Phoenix dont ils étaient auparavant de simples musiciens occasionnels, puis grâce à leur premier E.P. éponyme Housse de Racket. Il sortit uniquement en maxi[2], et était tout de même disponible en téléchargement gratuit sur le site du groupe[3],[4],[5].

En , sort leur premier album, Forty Love, mixé par Renaud Letang, avec la participation de Chilly Gonzales.

L'album contient leur morceau probablement le plus connu Oh Yeah!, popularisé notamment par plusieurs campagnes publicitaires. En effet, il fut utilisé dans plusieurs publicités, notamment pour Lacoste en 2008. Oh Yeah! apparaîtra également dans le jeu vidéo Guitar Hero ou encore au générique du Grand Journal sur Canal+.

Il s'agit une chanson pop-funk, par laquelle le duo rend hommage à ses héros R&B (parmi lesquels : Stevie Wonder, Zapp & Roger, Earth, Wind and Fire, The Isley Brothers, Sly Stone, Marvin Gaye, Michael Jackson, Prince, George Clinton et Chic)[5],[6].

Après Oh Yeah!, deux autres singles seront tirés de l'album : 1234 et Synthétiseur. Le clip de ce dernier sera même d'ailleurs promu par Kanye West sur son blog.

La tournée Forty Love les fera jouer partout, de Tokyo à Londres en passant par Shanghai, Berlin, Hong-Kong ou Paris.

Le , le groupe annonce sa signature sur les labels Kitsuné et Cooperative Music.

Un nouvel album, intitulé Alesia, sort le 22 août 2011[7].

Le disque est élaboré avec Philippe Zdar, producteur des Beastie Boys, Phoenix (groupe), ou encore Cat Power. Il est également membre de Cassius (groupe). On les retrouve d'ailleurs sur le dernier projet de Cassius, Rawkers E.P pour le label Ed Banger Records[8] ou encore sur le disque In The Grace Of Your Love de The Rapture.

Housse de Racket part alors en tournée, pendant deux ans, en Asie, en Australie, en Amérique de Sud, en Europe et aux États-Unis, interprétant les morceaux d'Alesia dans plus d'une cinquantaine de villes, ainsi qu'au Coachella Festival, en Californie.

Trois singles seront tirés d'Alesia : Roman, Château et Aquarium.

Roman a notamment été utilisé pour la série Girls (série télévisée) produite par Judd Apatow ainsi que pour diverses publicités: Peugeot, Uncharted 3 : L'Illusion de Drake etc.

Le , lors d'une interview pour le magazine L'Officiel, le groupe classe Kate Bush, Eagles, Kraftwerk, Arthur Rubinstein, Syreeta Wright, Orchestral Manoeuvres in the Dark, Roxy Music, Frank Ocean et The Rolling Stones dans leur playlist idéale[9].

Le 30 octobre 2015, sortie de leur troisième album, The Tourist.

Critique[modifier | modifier le code]

D'après Paul Lester, il s'agit du meilleur groupe français dont il ait parlé dans sa rubrique quotidienne « New Band of the Day » qui a déjà présenté plus de 1000 artistes depuis 2001 dans le journal londonien The Guardian. Du choix des paroles (pour Oh Yeah, par exemple) jusqu'à la « puissance des arrangements chatoyants à couper le souffle », tout a séduit Lester. Cette impression fut d'ailleurs également partagée par un chroniqueur de Libération qui dit à propos du premier album Forty Love : « C’est malin, bien foutu, kitsch et moderne, inspiré et inégal, comme un premier album »[5],[6].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Année Album
2008 Forty Love
2011 Alesia
2015 The Tourist

Singles[modifier | modifier le code]

Année Titre Album
2008 Oh Yeah! Forty Love
2008 1234 Forty Love
2009 Synthétiseur Forty Love
2011 Roman Alesia
2012 Château Alesia
2012 Aquarium Alesia
2015 L'Incendie L'Incendie
2015 Turquoise The Tourist
2015 The Tourist The Tourist
2015 Encore The Tourist

Maxis[modifier | modifier le code]

Année Titre
2007 Housse de Racket

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. article sur Fluctuat, consulté le 28 novembre 2011.
  2. C'est-à-dire qu'il ne fut pas commercialisé, mais envoyé exclusivement aux professionnels du milieu (presse, radios, etc.).
  3. Voir l'article sur Krinein : magazine critique
  4. Interview de Housse de Racket sur Flacommunation.com, consulté le 25 août 2011.
  5. a b et c Housse de Racket, plus légers que l'air, d'après Paul Lester dans The Guardian, Courrier international, no1086, p. 46, du 25 au 31 août 2011.
  6. a et b Housse de Racket prend du service, sur Libération-Next par Ludovic Perrin, consulté le 25 août 2011.
  7. House de racket, la pop bodybuildée, Les Inrockuptibles
  8. Interview de Housse de Racket, par Martine Benoît pour Glamour, consulté le 25 août 2011.
  9. (en) « lofficielmode.com - La playlist de Housse de Racket »

Liens externes[modifier | modifier le code]