Fink (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fink.
image illustrant un groupe de musique
Cet article est une ébauche concernant un groupe de musique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Fink
Description de cette image, également commentée ci-après

Fink en concert en juillet 2014

Informations générales
Pays d'origine Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Genre musical Folk, dub, blues
Années actives Depuis 2001
Labels Ninja Tune
Site officiel http://www.finkworld.co.uk/fink/

Fink, de son vrai nom Fin Greenall, est un chanteur, compositeur, guitariste et producteur anglais originaire de Cornouailles en Angleterre. Entre 1997 et 2003, il enregistre de la musique électronique et se produit en tant que DJ dans le monde entier avec son album "Fresh Produce".[1]

Depuis la sortie de l'album "Biscuits for Breakfast" en 2006, le nom Fink fait référence au trio formé par Fin Greenall, Tim Thornton et Guy Whittaker. Connu notamment pour la chanson "This is the Thing"[2] sortie en 2007 ainsi que l'album "Perfect Darkness" paru en 2001[3], les talents de Greenall en tant qu'écrivain sont réputés.

Récemment, il a notamment écrit pour John Legend[4], Banks, Wimena Sarinana ainsi que Professor Green. Avec Amy Winehouse, il co-écrit la chanson "Half Time", qui apparait sur l'album posthume de la chanteuse intitulé "Lioness: Hidden Trasures[5]. Fink est signé dans son propre label intitulé R'COUP'D Records, une filiale de Ninja Tune[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Fin Greenall est né en 1972 à Cornwall mais passe son enfance à Bristol en Angleterre[7]. Dans une interview, l'artiste raconte : "La seule chose qui appartenait à son père et que l'on n'avait pas le droit de toucher était sa guitare. Dans la maison, tout appartenait à tout le monde, sauf sa Martin."[8] Durant son adolescence, il accumule des gouts musicaux éclectiques, vacillant entre The Cure, The Smiths, The Orb, de la musique africaine et de la musique japonaise hardcore, avant de découvrir l'EDM à l'Université de Leeds[9].

Il obtient son diplôme en Histoire et Anglais à l'Université de Leeds et forme avec ses camarades le groupe EVA, qui signe un contrat avec une Kicking' Records en 1993[10].

Carrière[modifier | modifier le code]

La carrière de Fink débute réellement lorsque Fin Greenall signe avec le label Ninja Tune et sort son premier single "Fink Funk" en 1997, suivi de l'album "Fresh Produce" en 2000. Dans les années qui suivent, il continue à produire des artistes tels que Martin Taylor[11], Michael Pitt[12] ou encore Robert Belfour.

En 2014, il s'exprime sur son travail en collaboration avec Amy Winehouse : "les chansons étaient là, sa voix était là, et elle était une artiste même du haut de ses 17 ans. C'était une artiste à l'état brut, sans compromis. C'était juste extraordinaire de travailler avec elle."[13]

Au milieu des années 2000, Fin Greenall se désintéresse petit à petit de sa carrière de DJ et se tourne vers un style de musique plus traditionnel. C'est suite à ce changement de direction, que l'album "Biscuit for Breakfast" voit le jour en 2006. Il s'agit du premier travail en collaboration avec Guy Whittaker et Tim Thornton, des amis de longue date.

Cet opus marque un changement important dans la carrière de l'artiste et fait de lui le premier chanteur/compositeur du label Ninja Tune[14]. L'album, ainsi que le single "Pretty Little Thing", aide à définir le style de l'artiste et le propulse devant un public totalement différent. Cela permet notamment à Fink de faire la première partie de Zero 7 durant leur tournée en Angleterre[15].

"Distance and Time" & "Sort of Revolution" (2007-2009)[modifier | modifier le code]

Durant leur tournée en Europe et aux États-Unis pour la promotion de l'album "Biscuits for Breakfast", Fin Greenall commence la redaction de chansons pour son prochain album. Pour cela, il collabore avec les membres de son groupe ainsi que d'autres artistes tels que Blair MacKichan ou encore le producteur Andy Barlow.

L'album "Distance and Time" sort en octobre 2007 sous le label Ninja Tune. MusicOMH écrit : "Les confessions discrètes de leur premier album sont plus accomplies. Ils ont affronté le chaos de la ville et en sont revenus blessés, mais verbalement plus sages que leurs petits frères."[16]. La tournée qui suit cet album emmène le groupe vers de nouveaux horizons tels que l'Allemagne, l'Afrique du Sud ou encore le Canada. Ils se produisent également aux côtés du group de rock italien Negramaro au Stade San Siro à Milan.

Le titre "If Only" présent sur "Distance and Time" attire l'attention de John Legend, avec qui l'artiste collabore sur l'album "Evolver"[17]. Avec la chanson "Green Light" enregistrée avec André 3000, Fin Greenall remporte un BMI Award en 2010[18]. John Legend apparait ensuite sur l'album de Fink "Sort of Revolution".

En 2009, Fin Greenall produit entièrement "Sort of Revolution", engendrant une approche plus expérimentale, décrite par Kaira Burgess de la BBC comme "une sublime étude de l'art de se faire plaisir sans plonger dans l'indulgence"[19].

C'est à la sortie de "Sort of Revolution" que le groupe Radiohead découvre Fink et s'intéresse de plus près à leur travail. Ils incluent la chanson "Q&A" dans la playlist présente sur leur site Internet[20].

La tournée qui accompagne la sortie du troisième album studio du groupe anglais emmène les artistes dans de nouvelles destinations telles que la Chine et l'Australie où ils se produisent pour la première fois. Ils sont présents, entre autres, au festival de Sydney pour trois nuits consécutives en 2010[21]. C'est durant ce voyage que Fin Greenall rencontre Professor Green avec qui il collabore pour la sortie du premier album du rappeur intitulé "Alive Till I'm Dead". La chanson "Closing The Door" est composée d'un rap de Professor Green, de la voix de Greenall ainsi que des instruments joués par Thornton et Whittaker. L'experience est plus que satisfaisante pour les artistes puisqu'ils collaborent une seconde fois pour le deuxième album studio du rappeur intitulé "At Your Inconvenience".

Lors de leur tournée promotionnel pour l'album "Sort of Revolution", le groupe se produit au Carnegie Hall à New York pour un concert en hommage au groupe R.E.M.

"Perfect Darkness" (2011-2012)[modifier | modifier le code]

L'écriture du cinquième album de Fink intitulé "Perfect Darkness" commence en 2010. Pour cet album, Fin Greenall et son groupe utilise une approche très différente. Dans une interview, il raconte que "après tous les concerts et les bons moments partagés sur scène, nous avons commencé à improviser des morceaux en backstage. Uniquement de la musique, sans voix. Nous en avions une trentaine en stock et puis quelques semaines plus tard, nous avons réécouté nos créations et sélectionné les meilleures."[22] Le groupe se rend ensuite à Los Angeles pour enregistrer son cinquième album avec le producteur Billy Bush, ayant déjà travaillé avec Beck et Garbage[23].

Le 27 mars 2011, la chanson "Perfect Darkness" est disponible en téléchargement gratuit sur le site internet de Fink et précède la sortie de l'album éponyme le 13 juin[24].

Suite à la sortie de l'album, les critiques sont favorables. Caroline Sullivan, journaliste au Guardian, décrit l'opus comme "Un régal. C'est d'une telle beauté que l'on aimerait que cela ne s'arrête jamais"[25]. Ian Wade de la BBC est tout aussi enthousiaste : "l'album est d'une très grande qualité, remplis de chansons qui vous creuse la tête avec intensité"[26].

Pour promouvoir l'album, le groupe prend la décision de retravailler considérablement sa prestance sur scène. Pour ce faire, ils font appel à 59 Productions qui réalise la scénographie de la tournée. "Ils font partie de l'écriture de l'album depuis le début car on savait qu'ils allaient prendre part à la mise en scène de la tournée. Ils ont fait en sorte que l'audio et le visuel s'assemblent parfaitement pour que le résultat soit optimal." explique Fin Greenall[27]. Pour la tournée, 48 lampes Anglepoise sont utilisés ainsi que 8 écrans de gaze visuels[28]. Ils se produisent dans 14 pays et effectuent 49 concerts à l'automne 2011. Leur performance à l'Union Chapel à Londres est comparée à "une parfaite décharge d'émotion" par la journaliste du Times David Sinclair[29].

En 2012, Fink figure sur "Read All About It Pt. II" de Professor Green aux côtés d'Emeli Sandé. Au mois de novembre de la même année, Fink se produit au Shepherd's Bush Empire à Londres, leur plus gros concert à date.

Concert au Royal Concertgebouw Orchestra (2012)[modifier | modifier le code]

En octobre 2011, Fink est approché par l'Orchestre royal du Concertgebouw des Pays-Bas pour se produire l'année suivante à la traditionnelle soirée en honneur de la Reine. Le concert se déroule le 29 avril 2012 à Amsterdam et contient des morceaux classiques choisis par le groupe ainsi que des titres de Fink sélectionnés par Jules Buckley de l'Heritage Orchestra[30].

Claudia Cuypers, journaliste pour le magazine OOR, retient que "l'orchestre donne aux chansons du groupe Fink un nouveau souffle ainsi qu'une surprenante légèreté. Dans cette environnement, les chansons sont completes, même si l'ont pensait qu'elles l'étaient déjà auparavant"[31].

En octobre 2013, un album live du concert est publié par Ninja Tune et s'intitule "Fink Meets The Royal Concertgebouw Orchestra".

"Hard Believer" (2014)[modifier | modifier le code]

Le 19 mars 2014, Fink sort le premier single issu de l'album "Hard Believer". La chanson est disponible gratuitement sur le site internet du groupe ainsi que sur Soundcloud.

"Hard Believer" sort le 14 juillet 2014 et est une fois de plus produit par Billy Bush[32].

Collaborations[modifier | modifier le code]

En 2015, Fin Greenall chante la chanson "Dead Man" sur l'album "Philtre" de Nitin Sawhney[33].

Fink apparait sur l'album "Days to Come" de Bonobo pour la chanson "If You Stayed Over"[34], ainsi que sur l'album "Evolver" de John Legend[35].

Malgré le succès de Fink, Fin Greenall continue sa carrière de DJ sous le pseudonyme Sideshow sur le label Simple Records fondé par Will Saul.

En 2013, Fink collabore une fois de plus avec John Legend pour la bande originale du film "Twelve Years a Slave". Ensemble, ils écrivent et enregistrent la chanson "Move"[36].

Films, télévision et publicité[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studios[modifier | modifier le code]

Titre Details Position dans les charts
UK
Indie

[37]
UK
Indie
Break.
[38]
AUT
[39]
BEL
(Vl)

[40]
FRA
[41]
GER
NED
[42]
SWI
[43]
Fresh Produce[44]
  • Date de sortie : 1er juin 2000
  • Label : Ninja Tune
Biscuits for Breakfast
  • Date de sortie : 2006
  • Label : Ninja Tune (ZEN104)
Distance and Time
  • Date de sortie : 1er octobre 2007
  • Label : Ninja Tune (ZEN136)
139
Sort of Revolution
  • Date de sortie : 25 mai 2009
  • Label : Ninja Tune (ZEN146)
136 60
Perfect Darkness
  • Date de sortie : 13 juin 2011
  • Label : Ninja Tune (ZENCD170)
6 149 32
Hard Believer
  • Date de sortie : 14 juillet 2014
  • Label : R'COUP'D, Ninja Tune
14 3 37 45 72 25 8 21
Horizontalism
  • Date de sortie : 18 mai 2015
  • Label : R'COUP'D, Ninja Tune
123 84

Albums live[modifier | modifier le code]

Titre Details Position dans les charts
UK BEL
(Vl)

[40]
NED
[42]
Wheels Turn Beneath My Feet[45]
  • Date de sortie : 18 septembre 2012
  • Label : Ninja Tune
156
Fink Meets the Royal Concertgebouw Orchestra
  • Date de sortie : 14 octobre 2013
  • Label : Ninja Tune
159 78

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fink: ‘Going independent is about expressing yourself’ », sur Islington Gazette (consulté le 3 mai 2016)
  2. Ninja Tune, « Fink - This Is The Thing »,‎ (consulté le 3 mai 2016)
  3. (fr) JD Beauvallet, « Le folk futuriste de Fink - Les Inrocks », sur Les Inrocks (consulté le 3 mai 2016)
  4. « Experience the music of 12 YEARS A SLAVE | Fox Searchlight », sur Fox Searchlight (consulté le 3 mai 2016)
  5. « Fink: “Winehouse gave me the love of the song back” – mokant.at », sur mokant.at (consulté le 3 mai 2016)
  6. « Fink », sur Ninja Tune (consulté le 3 mai 2016)
  7. « RA: Fink », sur Resident Advisor (consulté le 3 mai 2016)
  8. « This is the Thing – Live & Learn », sur davidkanigan.com (consulté le 3 mai 2016)
  9. « Fin Greenall - Fin Greenall Biography | Video Gallery | Photos | Episode of the Dewarists », sur dewarsindia.com (consulté le 3 mai 2016)
  10. « E.V.A. », sur Discogs (consulté le 3 mai 2016)
  11. « Martin Taylor Biography | Martin Taylor », sur martintaylor.com (consulté le 3 mai 2016)
  12. « Fink plays the Music of R.E.M. at Carnegie Hall », sur www.michaeldorf.com (consulté le 3 mai 2016)
  13. (en) « Fink: Rolling With The Punches | Interview », sur SoulCulture,‎ (consulté le 3 mai 2016)
  14. « Beatmag - independent music magazine - Fink interview »,‎ (consulté le 3 mai 2016)
  15. (en) « Fink », sur Skiddle.com (consulté le 3 mai 2016)
  16. « Fink - Distance And Time | album reviews | musicOMH »,‎ (consulté le 3 mai 2016)
  17. « John Legend: Evolver », sur pastemagazine.com (consulté le 3 mai 2016)
  18. « RA: Fink », sur Resident Advisor (consulté le 3 mai 2016)
  19. Keira Burgess, « BBC - Music - Review of Fink - Sort of Revolution » (consulté le 3 mai 2016)
  20. « RADIOHEAD.COM | DEAD AIR SPACE », sur radiohead.com (consulté le 3 mai 2016)
  21. (en) « Fink »
  22. « Fink :: j*redman music », sur jaryjredmanmusic.webnode.cz (consulté le 3 mai 2016)
  23. (en) « Billy Bush: producer, engineer, mixer managed by GPS | Global Positioning Services. », sur GPS | Global Positioning Services (consulté le 3 mai 2016)
  24. « Fink », sur www.finkworld.co.uk (consulté le 3 mai 2016)
  25. (en) Caroline Sullivan, « Fink: Perfect Darkness – review », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  26. Ian Wade, « BBC - Music - Review of Fink - Perfect Darkness » (consulté le 3 mai 2016)
  27. (en) « Fink: Rolling With The Punches | Interview », sur SoulCulture,‎ (consulté le 3 mai 2016)
  28. (en) Caroline Sullivan, « From Fink to Fever Ray: bands tune into stagecraft », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  29. (en) « Fink at the Union Chapel, London N1 | The Times », sur The Times (consulté le 3 mai 2016)
  30. « Fink Meets The Royal Concertgebouw Orchestra by Fink », sur Ninja Tune (consulté le 4 mai 2016)
  31. « Fink :: j*redman music », sur jaryjredmanmusic.webnode.cz (consulté le 4 mai 2016)
  32. (fr) « 'Hard Believer', premier extrait du prochain album de Fink - Mowno », sur Mowno,‎ (consulté le 4 mai 2016)
  33. apoelladas, « Nitin Sawhney - Dead Man with lyrics (Feat. Fink & Jayanta Bose & Reena Bhardwaj) »,‎ (consulté le 4 mai 2016)
  34. Ioana Ion, « Bonobo - If You Stayed Over (feat Fink) »,‎ (consulté le 4 mai 2016)
  35. « John Legend: Evolver », sur pastemagazine.com (consulté le 4 mai 2016)
  36. Kevin Jagernauth, « Listen: Inspired By '12 Years A Slave' Soundtrack Featuring John Legend, Cody Chesnutt, Chris Cornell & More », sur The Playlist (consulté le 4 mai 2016)
  37. UK Indie Chart positions:
  38. UK Indie Breakers Chart positions:
  39. (en) « Fink discography », 'austriancharts.at', Hung Medien (consulté le 27 juillet 2014)
  40. a et b (en) « Fink discography », 'austriancharts.at', Hung Medien (consulté le 27 juillet 2014)
  41. (en) « Fink discography », 'lescharts.com', Hung Medien (consulté le 27 juillet 2014)
  42. a et b (en) « Fink discography », 'dutchcharts.nl', Hung Medien (consulté le 27 juillet 2014)
  43. (en) « Fink discography », 'hitparade.ch', Hung Medien (consulté le 27 juillet 2014)
  44. (en) « Fresh Produce by Fink », iTunes (consulté le 9 octobre 2014)
  45. (en) « Wheels Turn Beneath My Feet (Live) by Fink », iTunes (consulté le 9 octobre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]