Groupe EBRA

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Groupe EBRA
logo de Groupe EBRA
Création
Dates clés  : Rachat total par le Crédit mutuel
Fondateurs Gérard Lignac (L'Est républicain)
Michel Lucas (Crédit mutuel)
Siège social Drapeau de France Houdemont (France)
Direction Michel Lucas (PDG)
Activité Presse écrite régionale
Produits Quotidiens régionaux
Société mère Banque fédérative du Crédit mutuel
Effectif 4 500 (2008)
Site web www.ebra.fr
Chiffre d’affaires 950 millions d'euros (2011)

Le groupe Est Bourgogne Rhône Alpes (EBRA) est un groupe de la presse quotidienne régionale française créé en avec l'acquisition du pôle Rhône-Alpes de la Socpresse par le groupe Est républicain et la Banque fédérative du Crédit mutuel. Depuis , le Crédit mutuel est l'unique propriétaire du groupe.

Premier groupe de presse quotidienne régionale, il possède neuf quotidiens régionaux — dont Le Dauphiné libéré, Le Progrès, Dernières Nouvelles d'Alsace et L'Est républicain — diffusés dans 23 départements de l'Est de la France, ainsi que trois hebdomadaires locaux et deux journaux gratuits. Il a également détenu une maison d'édition et plusieurs chaînes de télévision locales.

En 2015, le groupe a vendu chaque jour 970 245 exemplaires de ses neuf quotidiens régionaux pour un lectorat estimé en 2013 à 4,29 millions de lecteurs par jour. En 2014, les quotidiens ont reçu 5 385 000 visites uniques par mois sur leurs sites web et 1 999 000 sur leurs applications mobiles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après avoir acheté la Socpresse au groupe Hersant en 2004, le groupe Dassault décide de se désengager de la presse quotidienne régionale en revendant ses titres.

En , le groupe Est républicain ou France Est Médias (L'Est républicain, Dernières Nouvelles d'Alsace, Le Journal de la Haute-Marne) rachète, pour un montant supposé d'environ 270 millions d'euros, le pôle Rhône-Alpes de la Socpresse (Le Progrès, Le Dauphiné libéré, Le Bien public, Le Journal de Saône-et-Loire) avec l'appui financier de la Banque fédérative du Crédit mutuel (L'Alsace, Le Pays, Le Républicain lorrain). Il l'emporte sur les deux autres candidats en lice : le fonds britannique Mecom et le groupe espagnol Vocento allié au groupe Sud Ouest ; dont les offres financières étaient pourtant supérieures[1],[2].

Le nouvel ensemble formé est le groupe EBRA, détenu à 51 % par le groupe Est républicain et à 49 % par le Crédit mutuel. C'est alors le premier groupe de presse quotidienne régionale avec 1,1 million d'exemplaires vendus par jour dans une zone s'étendant de l'Alsace aux portes de la Provence[1],[2].

En , le Crédit mutuel acquiert la société France Est, qui détient 18 % du capital du groupe Est républicain, qui lui-même détient 51 % du groupe EBRA. Le Crédit mutuel devient ainsi actionnaire majoritaire du groupe EBRA. Mais le groupe Hersant Média, actionnaire minoritaire du groupe Est républicain, demande l'annulation de cette prise de contrôle qui réduit sa part de 27 % à 17 %, le dépossédant de sa minorité de blocage. Le tribunal de commerce de Nancy lui donne raison le et la cour d'appel de Nancy confirme le jugement le 17 juin 2 009[3].

En , le Crédit mutuel rachète à Gérard Lignac, actionnaire majoritaire du groupe Est républicain, ses 51 % du groupe EBRA et en devient ainsi l'actionnaire unique[4],[5]. Frantz Durupt, journaliste à Libération, affirme qu'après la prise de contrôle du groupe par le Crédit mutuel, « la règle pour les journalistes est de ne pas parler du Crédit mutuel... sauf évidemment s’il s’agit de promouvoir ses actions caritatives et les événements dont il est partenaire »[6].

En , la Banque fédérative du Crédit mutuel (BFCM) rachète les 29 % que détient le groupe Hersant Média dans le groupe Est républicain[7]. Déjà possesseur d'une part du capital, il détient ainsi 48 % du groupe Est républicain. Le mois suivant, il rachète les 43 % de parts du PDG Gérard Lignac et prend ainsi le contrôle du groupe qui se voit intégré dans le groupe EBRA. Les 10 % restants sont détenus par des petits porteurs. Le groupe EBRA devient ainsi le premier groupe de presse quotidienne régionale, devant le groupe SIPA - Ouest-France[8],[9]. Le , l'Autorité de la concurrence autorise la prise de contrôle du groupe Est républicain par le Crédit mutuel « sous réserve d'engagements » sur « la diversité des contenus, le maintien des rédactions en chef dédiées et la garantie de la diffusion des titres de PQR rachetés dans les zones » où ceux-ci sont en concurrence[10].

En , le groupe installe à Paris un Bureau d'informations générales (BIG) chargé de concevoir les pages nationales et internationales pour tous les quotidiens du groupe. La direction explique que cela permet de publier des articles impossibles à faire auparavant et d'avoir plus de poids pour obtenir des interviews de personnalités. Mais les rédacteurs des quotidiens dénoncent une uniformisation éditoriale. De plus, la filiale informatique du Crédit mutuel, Euro Information, récupère toutes les activités informatiques des journaux. Elle met en place une base de données qui centralise les informations entrées par les journalistes et permet la revente d'articles[11].

En , le groupe EBRA décide de quitter le syndicat de la presse quotidienne régionale (SPQR) à la suite d'un différent sur le paiement de la cotisation du Républicain lorrain[12].

Organisation[modifier | modifier le code]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Présidents

Capital[modifier | modifier le code]

À sa fondation en 2006, le groupe EBRA est détenu à 51 % par le groupe Est républicain — propriété de la famille Lignac et du groupe France-Antilles (futur groupe Hersant Média) — et à 49 % par la Banque fédérative du Crédit mutuel[1],[2].

Depuis , le Crédit mutuel est l'actionnaire unique du groupe[4],[5].

Données financières[modifier | modifier le code]

En 2007, le groupe réalise un chiffre d'affaires de 550 millions d'euros avec une dette de 380 millions d'euros[13].

En 2011, le groupe réalise un chiffre d'affaires de 950 millions d'euros[14].

Siège[modifier | modifier le code]

Le groupe EBRA siège rue Théophraste Renaudot à Houdemont, dans la banlieue sud de Nancy, en Meurthe-et-Moselle[15]. Il s'agit du siège de L'Est républicain.

Effectifs[modifier | modifier le code]

En 2008, le groupe EBRA emploie 4 500 personnes[13].

Activités[modifier | modifier le code]

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Titres actuels[modifier | modifier le code]

Carte des quotidiens détenus par le groupe EBRA avec leur aire de diffusion.

Le groupe EBRA possède neuf quotidiens régionaux répartis sur toute la façade Est de la France[16] :

Il détient trois hebdomadaires locaux[17] :

Il possède deux titres gratuits[14] :

  • Lyon plus
  • Top Est

L'Est républicain détient également 50 % du Journal de la Haute-Marne au côté de la Haute-Marne Libérée Holding. Ce quotidien n'est cependant pas considéré comme faisant partie du groupe EBRA.

Anciens titres[modifier | modifier le code]

Dans une logique de mutualisation des moyens, certains titres ont disparu :

Racheté par L'Est républicain en , remplacé en même temps que l'édition vosgienne de L'Est républicain le par Vosges Matin[18].
  • Le Pays (Belfort-Montbéliard, Besançon, Lure)
Propriété de L'Alsace, absorbé par L'Est républicain le qui le remplace par une édition L'Est Républicain-Le Pays[19],[20].

Édition[modifier | modifier le code]

Maison d'édition appartenant aux Dernières Nouvelles d'Alsace, elle fait partie depuis 2014 des Éditions du Quotidien, filiale du Crédit Mutuel regroupant plusieurs maisons d’édition comme les Éditions Coprur et les Éditions Serpenoise[21],[22].

Télévision[modifier | modifier le code]

Détenue à 50 % jusqu'à sa fermeture en [14].
Propriété du quotidien Le Progrès à 60 % depuis 2001, elle est vendue en 2010 à un groupe d'une dizaine d'entrepreneurs lyonnais emmené par le directeur général de la chaîne Jean-Pierre Vacher[23].
Créée en 2009 par les quotidiens L'Alsace et les Dernières Nouvelles d'Alsace, elle est vendue en à Dominique Formhals, patron d'Aquatique Show, et à des salariés de la chaîne[24].

Diffusion[modifier | modifier le code]

Ventes journaux[modifier | modifier le code]

En 2013, le groupe EBRA vend chaque jour 997 046 exemplaires de ses neuf quotidiens régionaux : 222 854 pour Le Dauphiné libéré/Vaucluse matin, 200 474 pour L'Est républicain/Vosges Matin/Le Journal de la Haute-Marne, 161 025 pour Dernières Nouvelles d'Alsace, 118 055 pour Le Républicain lorrain, 109 217 pour Le Progrès, 91 254 pour L'Alsace, 52 950 pour Le Journal de Saône-et-Loire et 41 217 pour Le Bien public. Il comptabilise 4 293 000 lecteurs par jour, dont 1 000 000 pour Le Dauphiné libéré/Vaucluse matin, 828 000 pour Le Progrès, 783 000 pour L'Est républicain/Vosges Matin/Le Journal de la Haute-Marne, 549 000 pour Dernières Nouvelles d'Alsace, 470 000 pour Le Républicain lorrain, 271 000 pour L'Alsace, 225 000 pour Le Journal de Saône-et-Loire et 167 000 pour Le Bien public[25].

En 2015, le groupe vend chaque jour 970 245 exemplaires de ses neuf quotidiens régionaux : 209 307 pour Le Dauphiné libéré/Vaucluse matin, 184 410 pour Le Progrès, 148 813 pour Dernières Nouvelles d'Alsace, 125 319 pour L'Est républicain, 105 726 pour Le Républicain lorrain, 73 773 pour L'Alsace, 48 905 pour Le Journal de Saône-et-Loire, 37 154 pour Le Bien public et 36 838 pour Vosges Matin[26].

Visites médias numériques[modifier | modifier le code]

En 2014, les sites web des quotidiens du groupe ont reçu 5 385 000 visites uniques par mois, dont 1 147 000 pour Le Dauphiné libéré/Vaucluse matin, 1 055 000 pour L'Alsace, 840 000 pour Le Progrès, 805 000 pour L'Est républicain/Vosges Matin/Le Journal de la Haute-Marne, 406 000 pour Dernières Nouvelles d'Alsace, 401 000 pour Le Républicain lorrain, 378 000 pour Le Bien public et 353 000 pour Le Journal de Saône-et-Loire[25].

En 2014, les applications mobiles des quotidiens du groupe ont reçu 1 999 000 visites uniques par mois, dont 516 000 pour Le Dauphiné libéré/Vaucluse matin, 322 000 pour Le Progrès, 309 000 pour L'Est républicain/Vosges Matin/Le Journal de la Haute-Marne, 188 000 pour Dernières Nouvelles d'Alsace, 183 000 pour Le Républicain lorrain, 167 000 pour L'Alsace, 167 000 pour Le Bien public et 147 000 pour Le Journal de Saône-et-Loire[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Marie-Annick Depagneux et Pascal Ambrosi, « L'Est républicain confirme le projet de reprise du pôle Socpresse Rhône-Alpes », sur le site des Échos,‎ (consulté le 5 juillet 2016)
  2. a, b et c « Petits arrangements en famille », sur le site de Stratégies,‎ (consulté le 5 juillet 2016)
  3. « Groupe de presse Ebra : la justice se prononce en faveur d'Hersant », sur le site du Monde,‎ (consulté le 6 juillet 2016).
  4. a et b « Le Crédit Mutuel a pris le contrôle du Progrès et du Dauphiné », sur le site du Nouvel Observateur,‎ (consulté le 6 juillet 2016).
  5. a et b Xavier Ternisien, « Le Crédit mutuel se taille un empire de presse régionale dans l'est de la France », sur le site du Monde,‎ (consulté le 6 juillet 2016).
  6. Frantz Durupt, « Bolloré a-t-il sifflé la fin de l'investigation sur Canal + ? », sur le site de Libération,‎ (consulté le 31 juillet 2015).
  7. « Le Crédit mutuel monte dans l'Est républicain », sur le site d'Europe 1,‎ (consulté le 5 juillet 2016)
  8. « Le Crédit mutuel prend le contrôle du groupe Est républicain », sur le site du Monde,‎ (consulté le 5 juillet 2016)
  9. Anne Feitz, « L'Est Républicain va se fondre dans l'empire de presse du Crédit Mutuel », sur le site des Échos,‎ (consulté le 5 juillet 2016)
  10. « Rachat du groupe Est Républicain par le Crédit mutuel définitif vendredi », sur le site de L'Express,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  11. Martin Brésis, « Michel Lucas : portrait du plus grand patron de presse français », sur le site des Inrocks,‎ (consulté le 7 juillet 2016).
  12. Delphine Soulas-Gesson, « Le groupe Ebra-Crédit mutuel claque la porte du SPQR », sur le site de Stratégies,‎ (consulté le 6 juillet 2016).
  13. a et b M.S., « 10 groupes de presse à la loupe », sur le site de Stratégies (consulté le 7 juillet 2016).
  14. a, b et c Francis Balle, Médias & sociétés : Internet, presse, édition, cinéma, radio, télévision, LGDJ, , 16e éd., 876 p. (ISBN 9782275040875, lire en ligne), p. 92.
  15. [PDF]« Organismes et principales filiales du groupe Crédit Mutuel - 2009-2010 », sur le site du Crédit mutuel,‎ (consulté le 7 juillet 2016).
  16. « Présentation du groupe EBRA », sur ebra.fr (consulté le 7 juillet 2016).
  17. « Qui possède quoi ? », sur le site du Nouvel Observateur,‎ (consulté le 6 juillet 2016).
  18. « Vosges : le quotidien La Liberté de l'Est remplacé par Vosges-Matin », sur le site des Échos,‎ (consulté le 5 juillet 2016).
  19. « Franche-Comté: le journal Le Pays cédé à L'Est Républicain », sur le site de Challenges,‎ (consulté le 5 juillet 2016)
  20. « L'Est républicain avale Le Pays », sur le site des Échos,‎ (consulté le 5 juillet 2016)
  21. « La Nuée bleue », sur nueebleue.com (consulté le 6 juillet 2016).
  22. « Qui sommes-nous ? », sur lelivrechezvous.fr (consulté le 6 juillet 2016).
  23. « Télé Lyon Métropole : l'offre interne retenue par le groupe Progrès », sur le site des Échos,‎ (consulté le 6 juillet 2016).
  24. Pierre France, « Aquatique Show rachète Alsace20 au Crédit Mutuel », sur Rue89,‎ (consulté le 6 juillet 2016).
  25. a, b et c « Groupe EBRA », sur 366.fr (consulté le 6 juillet 2016).
  26. « Classement Presse Quotidienne Régionale 2015 », sur le site de l'ACPM (consulté le 6 juillet 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]