Divinités grecques allégoriques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eris la Discorde.

La mythologie grecque à la particularité d'insérer fréquemment des personnifications d'idées ou de sentiments sous la forme de divinités dont le visage, le corps, ou les attributs correspondent au sentiment en question. Il s'agit généralement de divinités mineures, et elles n'apparaissent que dans les récits mythologiques dans lesquels il est question de sentiments marqué (Joie, Amour, Colère, Haine).

Quelques divinités allégoriques[modifier | modifier le code]

Les plus connues sont sans aucun doute :

  • Éros, le dieu de l'Amour ou aussi du désir qui apparaît dans de nombreuses représentations artistiques où il est question d'amour.
  • Niké, la Victoire au combat, représentée le plus souvent avec des ailes. Elle est l'auxiliaire et la compagne d'Athéna qui lui est souvent associée.
  • Éris, la Discorde, qui est sombrement connue pour avoir semé le trouble entre Athéna, Héra et Aphrodite, en leur présentant une pomme d'or et en lançant « À la plus belle ! ».
    • Elle engendra Até, l'Erreur.
  • Elpis, l'Espérance, à ne pas confondre avec le désespoir, qui fut le seul mal à ne pas s'être échappé de la boîte de Pandore quand celle-ci l'ouvrit par curiosité.

D'autres allégories moins importantes font des apparitions dans les thèmes mythologique tels que Bia, la Force et Cratos, la puissance, tous deux enfants de Styx, fleuve des Enfers. Ils secondent Arès lors de ses batailles. On peut aussi noter Zélos, l'Ardeur, Fidès, la Confiance, souvent présentée sous l'apparence d'une vieille femme modestement vêtue et Sophia, la Sagesse.

Certaines divinités allégoriques sont apparues aux fondements de la Terre d'après la Cosmogonie. Tels sont :

  • Thanatos, la Mort ;
  • Hypnos, le Sommeil ;
  • Moïra, le Destin, qu'aucun des dieux ne peut défier ;
  • Némésis, la Vengeance, très souvent invoquée par Héra pour punir les infidélités de son époux. Elle est aussi appelée déesse de la mesure car elle veille à l'équilibre du monde.

D'autres allégories, enfin, déterminent des éléments ou des moments de la journée comme :

Des allégories verront le jour dans la progéniture d'Ouranos et de Gaïa, comme :

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Brigitte Pérez-Jean et Patricia Eichel-Lojkine, L'allégorie de l'Antiquité à la Renaissance : Actes du colloque qui s'est tenu à l'Université Paul-Valéry Montpellier III, du 10 au 13 janvier 2001, Champion, , 684 p. (présentation en ligne)