Éon (mythologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eon.
Éon et Tellus entourée de quatre enfants figurant les saisons personnifiées, mosaïque romaine d'une villa de Sentinum, début IIIe siècle, Glyptothèque de Munich (Inv. W504)


Éon (en grec ancien Αἰών / Aiốn, en latin Aeon) est un dieu de la mythologie phénicienne vénéré par les Romains. Dieu impartial, il est le dieu du temps éternel et de la prospérité, n’ayant ni commencement ni fin ; dans l’expression de la propagande impériale, il tenait une place privilégiée. "Éon est aussi associé au zodiaque. Il fait partie des dieux suprêmes à l'instar de Zeus. D'ailleurs "Euripide" écrivait, à son propos, qu'il était le fils de Zeus dans son oeuvre "Heracleidae".

Philosophie antique[modifier | modifier le code]

En philosophie antique, il y a trois conceptions du temps très différentes mais interdépendantes pour former un agglomérat. Elles peuvent être appréhendées telles trois dimensions du temps qui, si elles ne permettent pas de le définir, permettent de situer les événements dans le temps. Aussi, le temps que représente le dieu "Éon", le "Aïon" ou "Aiôn" (du grec ancien) est à opposer au "Chronos" et au "Kaïros". Alors que le "chronos" désigne le temps linéaire, empirique, divisé en un passé, un présent ainsi qu'un futur, le "Aïon", lui, renvoie davantage à l'éternité, à la destinée, à l'infini. Le "Aïon" serait cet devenir ne pouvant être identifié et qui ne saurait être circonscrit à un instant. Le "Aïon" transcende la temporalité de sorte qu'il n'y a ni avant, ni après, ni début ni fin, il y a un tout et ce tout est le "Aïon" auquel chaque instant appartient. Cela explique pourquoi les représentations du dieu "Éon" à la Grèce antique sont soumises à la labilité. "Éon" est tantôt représenté par un jeune homme, plein de vie et épanoui, tantôt représenté par un vieil homme. Sa représentation la plus célèbre le situe entre un arbre vert et un arbre décharné, symboles de l'été et de l'hiver , aux côtés de la déesse de la Terre, Tellus, et leurs quatre enfants, personnifications des quatre saisons. Il est aussi très souvent représenté jeune et nu dans un cercle représentant aussi bien le zodiaque que le temps éternel. Signalons que dans notre ère contemporaine, le temps est de manière générique associé au "chronos". Mais au temps de la Rome Antique, il n'y avait pas de prépondérance du chronos sur les autres dimensions du temps. Le temps que représente le Dieu "Éon", le "Aïon", est également à opposer au "Kaïros", le temps de l'occasion opportune, du moment propice à l'action avant qu'il ne le soit plus. Avant est trop tôt, après est trop tard, maintenant c'est le moment d'agir : c'est le Kaïros. Le Dieu "Éon" ne connait ni cet avant, ni cet après et c'est pourquoi le temps qu'il représente s'oppose à celui représenté par le dieu Kaïros. La représentation du Dieu "Éon" a, en Rome Antique, été utilisée par l'Empire pour symboliser l'assise de sa domination. On pouvait notamment trouver sur les pièces de monnaie sa représentation ainsi que celle de son alter féminin "Aeternitas", tous deux associés au Phoenix comme symbole d'éternité et de renouvellement.[réf. nécessaire]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]