Nyx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nuit et Ténèbres (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour la mini-série de comics, voir NYX (comics).
Nyx
Déesse de la mythologie grecque
Nyx par Henri Fantin-Latour.
Nyx par Henri Fantin-Latour.
Caractéristiques
Fonction principale Déesse de la nuit et des ténèbres
Lieu d'origine Grèce
Période d'origine Antiquité
Groupe divin Dieux primordiaux
Équivalent(s) par syncrétisme Nox
Famille
Père Chaos
Fratrie Érèbe, Gaïa, Tartare
Premier conjoint Érèbe
• Enfant(s) Éther, Héméra, Charon, Épiphron, Éléos
Deuxième conjoint seule
• Enfant(s) Moïra, Géras, Philotès, Momos, Apaté, Dolos, Moros, Oizys, Hypnos, les Oneiroi, Thanatos
• Enfant(s) les Hespérides, les Moires, Némésis, les Érinyes, les Kères, Éris, Lyssa, Hécate, Styx, Adicie, Achlys
La Nuit par William Bouguereau.

Dans la mythologie grecque, Nyx (en grec ancien Νύξ / Núx, en latin Nox) est la déesse de la Nuit personnifiée. Selon la Théogonie d'Hésiode, elle et son frère Érèbe (les Ténèbres) sont les premières divinités issues du Chaos primordial. Sa demeure se trouve au-delà du pays d'Atlas, à l'extrême Ouest.

Descendance de Nyx[modifier | modifier le code]

Dans la Théogonie d'Hésiode[1], Nyx engendre avec Érèbe :

  • Éther, clair éclat, la partie la plus brillante de la haute atmosphère ; et Héméra, le Jour ; (v. 123-125)

Puis seule :

  • de Moros, Lot-Fatal l'odieux ; Kère, Mort noire, et Thanatos Trépas, Hypnos, Sommeil, et les mille Oneiroi (les Songes) dont l'un des plus célèbres est Morphée ; (v 211-212)
  • des Hespérides, Nymphes du soir, gardiennes des pommes d'or ; (v. 215-216)
  • des Moires, tisseuses du destin des hommes et des dieux, et les Kères, esprits des morts violentes ; (v. 217-222)
  • de Némésis Réprobation, la Vengeance et la Justice divine ;
  • d'Éris, la Discorde ; (v. 225)

Selon d'autres sources, elle serait aussi la mère :

  • Moïra, la Destinée ;
  • Géras, la Vieillesse ;
  • Philotès, l'Amour sexuel ;
  • Momos, le Sarcasme ;
  • Apaté, la Tromperie ;
  • Dolos, la Ruse ; Oizys, la Misère ;
  • Charon, le nocher des Enfers ;
  • Épiphron, la Prudence ;
  • Éléos, la Pitié ;
  • des Érinyes, divinités persécutrices, qui chez Hésiode naissent de la castration d'Ouranos (Théogonie, v. 185) ;
  • de Lyssa, la Colère ;
  • d'Hécate, la déesse de la Sorcellerie et de la Lune ;
  • du Styx, un autre fleuve des Enfers ;
  • d'Adicie, l'Injustice.

Représentations dans les arts après l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Nyx apparaît dans la littérature fantastique ou de fantasy mettant en scène des personnages inspirés de la mythologie grecque comme dans « les héros de l'Olympe » (suite de « Percy Jackson »). Dans la suite romanesque La Maison de la nuit de P.C Cast et Kristin Cast, romans américains parus entre 2007 et 2012, Nyx est présentée comme la créatrice ou la mère des vampires.

Peinture[modifier | modifier le code]

Le peintre français Henri Fantin-Latour peint un tableau Nyx en 1897 où Nyx est représentée avec les traits d'une femme nue environnée de nuages noirs et de brume.

Musique[modifier | modifier le code]

Le 3e album du groupe Mansfield.TYA, Nyx, rend hommage à la nuit.

Série télévisée[modifier | modifier le code]

Dans la série télévisée d'animation française pour la jeunesse Wakfu, le principal adversaire des héros est appelé Nox, du mot latin signifiant « Nuit ».

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Dans la série des Shin Megami Tensei, le nom de Nyx est donné à un démon apparaissant dans plusieurs épisodes. Dans Shin Megami Tensei : Persona 3, le nom de Nyx est donné à l'adversaire principal des héros du jeu. Son plan est de détruire le monde. De plus, l'une des Persona que le héros du jeu peut invoquer à son aide se voit donner le nom de Thanatos (le Trépas), l'un des fils de Nyx dans la mythologie grecque.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources antiques[modifier | modifier le code]

Études savantes[modifier | modifier le code]

  • Clémence Ramnoux, La Nuit et les enfants de la Nuit dans la tradition grecque, Paris, Flammarion, 1959.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hésiode, Théogonie, vers 211-232.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Nótt (mythologie nordique)