Tityos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Apollon et Tityos, pélikè attique à figures rouges de Polygnote, v. 450440 av. J.-C.

Dans la mythologie grecque, Tityos (en grec ancien Τιτυός / Tituós) est un Géant, fils de Zeus et d'Élara (fille d'Orchomène), et père d'Europe (attention aux homonymes).

Pour la protéger de la jalousie d'Héra, femme de Zeus et déesse du mariage, Zeus cache Élara sous la terre, où elle accouche. Pour cette raison, Tityos est parfois considéré comme un fils de Gaïa.

À l'instigation d'Héra, qui finit par le découvrir, il veut faire violence à Léto. Mais il en est empêché par Apollon et Artémis, qui le criblent de flèches. Selon d'autres versions, il est frappé par la foudre de Zeus. Il est ensuite condamné à avoir le foie éternellement rongé par deux vautours dans le Tartare. (Ce supplice est à rapprocher de celui que subit Prométhée.)

Georges Dumézil a donné une interprétation au mythe de Tityos et en particulier de son supplice à partir de la mythologie des phases de la lune[1].

Lucrèce en donne lui aussi une interprétation dans le livre III, 992/994, de son De natura rerum : Tityos toujours lacéré ne serait qu'une image fantasmée de "l'homme dans l'amour gisant, lacéré par ses vautours, les angoisses dévorantes, ou celui que déchirent les affres d'autres passions"[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Dumézil, Revue de l'histoire des religions, CXI, 1935, pp. 66-89
  2. Lucrèce, De natura rerum, Garnier Flammarion, traduction par José Kany-Turpin, p.237, vers 992/994

Bibliographie[modifier | modifier le code]