Macarie (fille d'Hadès)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Macaria.

Dans la mythologie grecque, Macaria (en grec ancien Μακαρία / Makaría), fille d'Hadès, est une déesse de la mort « heureuse ». Elle est uniquement citée par la Souda, un lexique byzantin tardif (Xe – XIe siècle), ce qui rend son ancienneté peu assurée. Son nom signifie littéralement « bonheur », « béatitude ».

Deux jeunes filles auraient porté le nom de Macaria :

  • une des deux serait la fille d'Hadès, donc la déesse de la mort. Mais contrairement à Perséphone qui l’est aussi, Macaria incarne la mort heureuse, tranquille et paisible. Elle concerne davantage les êtres en quête de béatitude extrême, que seule la mort peut assurer. Elle apparaît dans la notice de la Souda qui cite d'ailleurs l'expression βάλλ' ἐς μακαρίαν / báll’ es makarían, « aller à la béatitude », utilisée comme euphémisme pour « mourir » ; ou bien μακαρῖται / makarîtai, les « bienheureux », pour désigner les morts eux-mêmes. Cette racine se retrouve d'ailleurs dans les μακάρων νῆσοι / makárôn nễsoi, « îles des Bienheureux » ou « îles Fortunées », déjà décrites par Pindare (Ve siècle av. J.-C.) comme un havre de repos où séjournaient les âmes défuntes (IIe Olympique). Macaria (celle qui est la fille d’Hadès) serait alors la contrepartie bénéfique de Thanatos, synonyme de destruction ;
  • l'autre Macaria serait la fille d'Héraclès (Hercule pour les Romains) et de Déjanire (sa femme). Le couple aurait eu cinq enfants dont Macaria. Sa légende est qu'elle a réussi à éteindre le bûcher de son père sur le mont Œta. Elle se serait enfuie avec ses frères (Hyllos, Ctésippos, Glénos et Hoditès) pour échapper à la vengeance d'Eurysthée (cet homme aurait été chargé par Héra de donner douze travaux à Héraclès et aurait persécuté certains des Héraclides qui sont des fils d'Héraclès et ses descendants). Les frères et sœurs se seraient réfugiés dans un premier temps à Trachis puis à Athènes. Un oracle leur aurait alors déclaré que le seul moyen d'avoir la victoire sur Eurysthée était qu'une vierge de haute naissance se sacrifie. À la suite de cette annonciation Macaria se dévoua spontanément pour sauver les Héraclides. En souvenir de sa mort, une fontaine près de Marathon porte son nom.

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]