Charybde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charybde (homonymie).
Ulysse devant Scylla et Charybde, par Heinrich Füssli (1794-1796)

Dans la mythologie grecque, Charybde (en grec ancien Χάρυϐδις / Khárubdis) était la fille de Poséidon et de Gaïa (la Terre). Pour avoir volé à Héraclès une partie du troupeau de Géryon, elle fut foudroyée par Zeus et changée en un gouffre marin. Là, trois fois par jour, elle avalait puis régurgitait de grandes quantités d'eau, incluant navires et poissons.

Elle apparaît notamment brièvement dans l’OdysséeUlysse choisit de l'éviter et de faire passer son bateau près de sa voisine Scylla préférant la perte de six de ses marins à celle de son navire et de l'équipage entier. Plus tard dans l'Odyssée, Ulysse, lors de son errance sur un radeau, retourne par hasard devant Charybde qui aspire dans sa gueule son embarcation. Pour lui échapper, Ulysse s'accroche au figuier poussant sur un rocher au-dessus de la gueule du monstre. Lorsque Charybde recrache son radeau, Ulysse le récupère et poursuit son chemin.

Charybde est également évoquée dans le livre et le film "Percy Jackson, La mer des monstres".

Charybde est souvent associée à Scylla, autre monstre marin en face de qui elle réside. Ces deux figures constituaient une métaphore des dangers guettant les premiers marins grecs lors du franchissement d'un détroit considéré dans l'Antiquité comme celui de Messine[1], au large de la côte de la Sicile. Un tourbillon y est causé par la confluence de courant. D'autres thèses proposent par ailleurs une origine au voisinage de la Grèce, sur sa côte nord-ouest, près de l'île Leucade[réf. nécessaire], ou dans le Bosphore[réf. nécessaire].

Charybde a donné son nom à un ordre de Cuboméduses, les Carybdeida, dont la Carybdea marsupialis[2], méduse elle-même de la famille des Carybdeidae.

L'expression « tomber de Charybde en Scylla » signifie de nos jours « éviter un danger en s'exposant à un autre pire encore ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse [détail des éditions] [lire en ligne], IV, 24.
  2. Carybdea marsupialis (Linnaeus, 1758)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :