Thalassa (mythologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thalassa.

Thalassa
Déesse de la mythologie grecque
Mosaïque romaine du Ve siècle représentant Thalassa au musée archéologique d'Hatay
Mosaïque romaine du Ve siècle représentant Thalassa au musée archéologique d'Hatay
Caractéristiques
Nom grec ancien Θάλασσα (Thálassa) ou Θάλαττα (Thálatta)
Fonction principale Esprit primordiale de la mer
Résidence Océan
Lieu d'origine Grèce
Période d'origine Grèce archaïque
Groupe divin Les divinités primordiales et les divinités marines
Parèdre Pontos
Culte
Mentionné dans
Famille
Père Éther
Mère Héméra
Fratrie
Conjoint Pontos
• Enfant(s)
• Enfant(s) Aphrodite (quand les organes tranchés d'Ouranos tombent dans la mer)
Symboles
Attribut(s) cornes de pinces de crabe, rame, dauphin
Végétal algues

Dans la mythologie grecque, Thalassa ou Thalatta (en grec ancien Θάλασσα / Thálassa ou Θάλαττα / Thálatta, « mer »), fille d'Éther et d'Héméra (le Jour), est une divinité primordiale qui incarne la Mer. Elle est l'équivalent féminin de Pontos. Certains auteurs la considèrent plutôt comme la personnification de la mer Méditerranée.

Selon les versions, Thalassa est parfois identifiée aux déesses des Mers Amphitrite et Téthys.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom s'écrivait à l'origine Thalassa ou Thalatta (en grec ancien Θάλασσα / Thálassa ou Θάλαττα / Thálatta, « mer »).

Beekes suggère son nom d'être d'origine préhellénique[1].

Mythologie[modifier | modifier le code]

Gaius Julius Hyginus la décrit dans la préface de sa Fabulae comme étant la fille d'Éther et d'Héméra (Fab. Praef., 2). Avec son homologue masculin Pontos, elle a engendré les dieux de la tempête (ou Telchines) et les tribus de poissons. Le couple a ensuite été remplacé comme souverains des mers par les autres couples marins, Océan et Téthys, Poséidon et Amphitrite[2]. Néanmoins, des fables lui ont été consacrées par Ésope, montrant la subsistance de son culte, et elle devait continuer à être représentée à la fois dans des œuvres artistiques et littéraires au cours de l'ère commune.

Descendance[modifier | modifier le code]

Avec Pontos[modifier | modifier le code]

Avec son homologue masculin Pontos, elle a engendré les dieux de la tempête (ou Telchines)[3] et les tribus de poissons.

Avec Ouranos[modifier | modifier le code]

D'après Nonnos de Panopolis, elle est fécondée par les organes génitaux d'Ouranos tranchés par Cronos et tombés dans la mer. Elle engendre ainsi Aphrodite, déesse de la beauté et de l'amour (Nonnus, Dionysiaca 12.43)[4].

Mère d'Halia[modifier | modifier le code]

Thalassa est également connue comme la mère de la nymphe Halia, une Haliade de l'île de Rhodes personnifiant la mer salée. Le père de la nymphe varie selon les versions, désigné comme étant tantôt Pontos (Diodorus Siculus 5.55.4), tantôt Ouranos, selon les versions.

Halia ayant été une aimée de Poséidon et lui ayant donné sept enfants, cela fait de Thalassa la grand-mère de la nymphe Rhodé et des six Dieux de l'Ouest (en grec ancien Προσηῷους Δαίμονες / Prosèôous Daímones).

Littérature[modifier | modifier le code]

Illustration d'un corail avec la déesse à la base, Dioscoride de Vienne, avant 512
Thalassa se défend dans la fable d'Ésope, "L'agriculteur et la mer"

Deux fables assez similaires sont enregistrées par Babrius. Dans l'un, numéroté 168 dans l'index de Perry, un fermier assiste à un naufrage et reproche à la mer d'être "un ennemi de l'humanité". Prenant la forme d'une femme, elle répond en accusant les vents de sa turbulence. Sinon, "je suis plus douce que cette terre sèche qu'est la vôtre." dit-elle[5]. Dans l'autre, un survivant d'un naufrage accuse la mer de trahison et reçoit la même excuse. Mais sans les vents, "par nature, je suis calme et sûr comme la terre"[6].

Dans une autre fable, le numéro 412 de Perry et seulement enregistré par Syntipas, les rivières se plaignent à elle que leur eau douce est irrémédiablement salée par contact avec elle. La mer répond que s'ils en savent autant, ils devraient alors éviter de tels contacts. Le commentaire suggère qu'il pourrait être appliqué à quelqu'un qui critique une personne de façon inappropriée, même quand cette dernière pourrait actuellement être en train de les aider[7].

Au IIe siècle ap. J.-C., Lucian présenta Thalassa dans un dialogue comique avec Xanthus, le dieu de la rivière Scamandre, qui avait été attaqué par une divinité grecque rivale pour s'être plainte que son cours avait été étranglé par des cadavres pendant la guerre de Troie. Dans cette histoire, il avait été gravement brûlé et lui demandait d'apaiser ses blessures[8].

Thalassa dans l'Art[modifier | modifier le code]

Détail du Dioscoride de Vienne avant 512.

Alors que les divinités marines primordiales Téthys et Océan étaient à l'origine les divinités marines primordiales représentées dans les mosaïques de l’époque romaine, ils furent remplacés à une époque ultérieure par la figure de Thalassa, en particulier en Asie occidentale. Elle y était représentée comme une femme vêtue de bandes d'algues et à moitié submergée dans la mer, les cornes formées de pinces de crabe qui étaient auparavant un attribut d'Oceanus maintenant transférées à sa tête. Elle tient une rame de bateau dans une main et un dauphin dans l'autre[9].

En 2011, l'artiste Swoon a créé une installation illustrant la déesse dans l'atrium du musée d'art de La Nouvelle-Orléans[10]. À l'automne 2016, l'installation a été installée une nouvelle fois dans l'atrium du Detroit Institute of Arts.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. R. S. P. Beekes, Etymological Dictionary of Greek, Brill, p. 530.
  2. L' article “Thalassa” sur Theoi
  3. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique [détail des éditions] [lire en ligne], V, 55, 1.
  4. Theoi
  5. Babrius II.22
  6. Babrius I.71
  7. Aesopica
  8. ”Confabulations of the Marine Deities XI”, Lucian of Samosata Vol.1, London 1820, pp.355-6
  9. Şehnaz Eraslan, “Tethys and Thalassa in mosaic art”, Art Sanat 4 (2015)]
  10. « SWOON: THALASSA - The Great Hall Project » (consulté le 16 avril 2013)

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :